Gilles Caron : découverte fabuleuse

Ce texte a été co-écrit avec Sébastien Dupuy.

Michel Puech a annoncé comme un événement important la « découverte » d’un nouveau pan du fonds Gilles Caron dans les archives du projet Sygma Initiatives de Corbis, après son dépôt de bilan en juin dernier.

Comme le pointe le journaliste, c’est l’ensemble des archives photographiques des agences du XXème siècle, qui se dispersent, à l’instar des fonds Gamma et Sygma. Elles sont délaissées par des entreprises en déclin qui ne peuvent ni les exploiter ni les valoriser. Elles sont méprisées par les institutions culturelles et restent dans le plus grand désintérêt patrimonial. De fait, l’annonce – sous le mode du scoop – souhaite servir de cri d’alarme sur la non prise en charge de ces archives, en train de disparaître faute de rentabilité économique et faute d’attention politique. Elles sont en train de se perdre. Pour le journaliste, ainsi que pour une grande part de la profession – à en juger par ses réactions –, l’inquiétude provient de ce que ces patrimoines recèlent des trésors cachés : des archives de grandes figures de la photographie qu’on aurait ignorées par exemple.

Mai 1968 – Archives Fondation Gilles Caron

Contrairement à ce qui motive le cri d’alarme du journaliste, nous ne croyons pas que ce soit le risque de faire malencontreusement disparaître et de perdre les fonds d’archives de grands « auteurs » de la photographie que le désintérêt pour ces fonds d’agences fait courir à la culture. Digne héritière de toutes les mythologies et constructions culturelles qui entourent le photojournalisme – valorisant avec obsession la figure de l’auteur photographe et préférant laisser dans l’ombre sa banalité et nombre d’autres acteurs déterminants de ce qui est, avant tout, une chaine professionnelle –, cette traduction du « problème » le mène à l’impasse. D’une part, les entreprises privées n’ont pas vocation à se constituer comme centre d’archives dont la rentabilité économique n’a jamais été trouvée. Et d’autre part, la difficulté institutionnelle à prendre la mesure de cette pratique professionnelle ne permet pas la prise en considération de la conservation des fonds d’agences.

Le discours culturel construit par les professionnels insiste sur la seule dimension artistique (valorisation du photographe uniquement et sur le modèle de l’artiste). Il dévalorise, ou pour le moins, ignore l’ampleur patrimoniale de ces pratiques. Dans un tel récit de la profession, il n’est d’intérêt culturel à ces fonds que dans la mesure où ils tiennent la promesse de l’art… La question de la conservation d’un fonds dans son ensemble est oubliée au profit d’une histoire individualisée – celle de l’auteur – ; qui, pourtant, lui ne peut en aucun cas nous raconter les pratiques (économiques, éditoriales, etc…) des agences photographiques.

C’est d’ailleurs méconnaître le rôle d’acteurs, souvent laissés dans l’ombre quand il s’agit de l’histoire du photojournalisme – en particulier, ici, les archivistes et les éditeurs qui connaissent très bien le contenu du fonds dont ils ont la charge –, que de raconter cet épisode Caron sous le mode de la découverte d’un trésor enfoui, méconnu et miraculeusement sauvé d’un déluge.
C’est avec le travail des archivistes et des éditeurs photo de Sygma, puis de Corbis Sygma, qu’a pu être identifié et collecté ce matériel de Gilles Caron, dans le cadre d’un travail d’editing sur le fonds Apis dans son ensemble. Dès le 03 juillet 20091, la Fondation GC a été informée de l’existence de ce matériel et de sa collecte en vue d’une restitution. Et il faut préciser que ce matériel n’est pas un cas isolé concernant le fonds de l’agence Apis ; d’autres photographes ont, par ailleurs, bénéficié du travail de conservation et de valorisation engagé dès 2006.

Perdre ces archives (comme un ensemble), c’est d’abord perdre la possibilité de comprendre le fonctionnement complexe des agences de photographies, maillon fondamental du système médiatique tel qu’il s’est décliné au XXème siècle. C’est important.
Construire un récit de valorisation du photojournalisme, en ignorant la chaîne professionnelle que constitue une agence et en insistant uniquement sur la figure du photographe, enlève toute possibilité de compréhension – y compris institutionnelle – de l’importance culturelle de ces pratiques. Car culture n’est pas art.

Le matériel nouvellement identifié durant les années de travail de Gilles Caron à l’agence Apis (1965-66) – puisque c’est de cela qu’il s’agit –, concernent 736 pochettes de négatifs N&B et 704 planches contacts (voir aussi les archives du colloque Caron en janvier 2009) mais révèlent principalement des images « people » et des images de toutes ces petites choses qui se passent à Paris dans ces années-là. Le photographe disparaît au Cambodge le 5 avril 1970. Il est alors un photojournaliste reconnu par ses pairs, bien en place dans la profession et le magazine spécialisé sur l’image Zoom venait de lui consacrer un entretien de 15 pages dans son n°2 des mois de mars et avril 1970. Gilles Caron disait :

« Je ne suis pas du tout spécialisé. Il se trouve que sur un reportage qui a bénéficié d’une audience très populaire mon nom s’est trouvé lié à des photos de guerre et de violence. Beaucoup de publicité autour de cet événement et il n’en faut pas plus pour devenir un spécialiste. Avant tout je suis resté photographe. Le folklore autour des grands reporters ne devrait pas exister. Forcément de l’importance de l’événement dépend le nombre de parutions. Mais il se passe toutes sortes de petites choses à Paris qui font le travail quotidien du photographe : les conseils des ministres, les premières à l’Olympia, l’arrivée de personnalités à Orly… il ne faut pas se faire de fausses idées. Tous ces sujets sont exécutés par de grands reporters. Si un photographe se révèle comme étant valable sur un cocktail il sera également bon au Vietnam. La photo reste toujours la photo et la qualité d’un photographe ne dépend pas du sujet. »2.

Dans les quelques interviews qu’il reste de lui, il évoquait son quotidien de photographe d’agence, insistait en formulant la variété des sujets et l’enchaînement des reportages, disait les aspects plus banales et moins mythiques de son métier, qu’il trouvait trop souvent réduit à ce qui en est une part infime : le reportage de guerre. Ironie du sort, sans doute, c’est cette figure de photojournaliste, conscient des banalités qu’impliquait aussi son travail et n’ayant pas peur de le rappeler, qui est convoquée aujourd’hui pour alerter sur le seul mode du mythe.

Il y a fort à parier que le fonds Sygma – dans lequel reposaient les archives Apis de Gilles Caron – compile surtout des photographies caractéristiques d’un fonctionnement courant de ces entreprises que sont les agences photographiques. Des images dont l’actualité à un moment t ne s’est pas transformée en valeur d’archives aujourd’hui. C’est pourtant sur cela qu’il est important d’alerter les institutions culturelles. La thèse publiée de l’historienne de la photographie, Françoise Denoyelle, fait partie de ces études scientifiques qui permettent d’en saisir la portée. De même que son investissement aujourd’hui dans l’Adidaepp.

Michel Puech suit avec attention et détermination ce chapitre de l’histoire des agences de photographie : leur liquidation progressive, à l’heure où ces économies se « cassent la figure ». Son travail est important.
Mais persister à construire un discours culturel de la mythologie autour de l’image de presse ne nous semble vraiment pas être la bonne stratégie pour lui construire sa place dans le champ culturel. Le « bunker » (!) – on parle ici d’un centre d’archives spécialement et soigneusement conçu par Corbis, pour une bonne conservation des archives photographiques à Garnay –, n’existe pas plus que la découverte heureuse d’un trésor. Raconté ainsi, cet épisode est un chapitre de plus, ajouté à cette légende. A force de faire l’éloge du grand photojournaliste seulement, et de ne faire exister que lui dans les récits, c’est l’histoire du photojournalisme qui meurt. Et les conteurs deviennent victimes de leurs propres fables.

  1. date colloque consacré au photographe []
  2. Zoom n°2, mars-avril 1970. p. 112-127. Nous soulignons. []

29 réflexions au sujet de « Gilles Caron : découverte fabuleuse »

  1. @Audrey Si j’étais né 30 ans plus tard, vous m’auriez eu comme étudiant. Culture Visuelle a été une révélation. Lorsque j’ai cherché un sujet de thèse il y a un peu plus de 30 ans, la photographie n’était même pas une option envisageable. Et lorsque j’ai du choisir entre le labo de Jean Rouch et celui d’Henri Mendras, ce sont les chercheurs du labo de Rouch qui m’ont conseillé de faire ma thèse chez Mendras parce que je ne serai jamais prix au sérieux à l’université avec une thèse en cinéma… Ensuite je suis devenu photographe, en regardant de loin en loin « Les Cahiers de la Photographie », mais je n’ai jamais réussi à me passionner pour leurs problématiques. La première révélation 🙂 ce fut « L’Art de la photographie » d’André et Michel Poivert et la deuxième Culture Visuelle.

  2. @ Thierry : pour alimenter vos questions, je me permets de vous renvoyer sur ce lien d’un CR de colloque sur/des professionnels de la photographie, au printemps dernier.
    @ Patrick: absolument d’accord avec toi… évidemment.
    @ Michel Puech : oui, les cahiers d’enregistrement des films ou des reportages, cahiers d’expédition des reportages aux agences étrangères, relevés de droits d’auteurs, comptabilité des agences, traces du travail des vendeurs etc etc etc.… sont autant d’archives qui permettraient de comprendre leur fonctionnement.

  3. @André Gunthert à écrit : « Je suis d’accord avec Audrey: la religion de l’archive matérielle tend également à occulter la masse d’informations nécessaire pour en comprendre l’usage et les spécificités, qu’on ne peut recueillir qu’auprès des acteurs, par le biais d’entretiens. Je ne crois pas que l’importance de cette histoire vivante soit ressentie comme aussi urgente que celle des objets. Pourtant, faute de cette voix, l’archive devient rapidement un fossile ininterprétable. Enfin, il importe de souligner que l’archive sans chercheurs pour l’étudier est aussi inutile qu’un tas de feuilles mortes. »

    Je suis tout a fait d’accord avec cela.

    Je n’ai pas de religion, sauf peut-être une qui est celle de la vie. Et pas mal de photographes plus très jeune, pas encore vieux au sens d’aujourd’hui, vivent mal. Je me souviens du temps ou nous – les picture-editor (comme on dit aujourd’hui) les « chefs des infos » des agences disions aux photographes: ta retraite ce sont tes archives !!! Cela sous-entendait qu’ils devaient « en faire », les classer etc.

    Maintenant, il est parfaitement exact qu’un fonds d’archive sans autres moyen de comprendre pourquoi et comment il a été bati, perd beaucoup de son sens. Et vous André, Audrey et les autres qui s’interessent à cela on du pain sur la planche. C’est un vide sidéral dans ce domaine. Et les broyeuses ont bien fonctionnées ses dernières années. Ou sont les comptabilités, les notes diverses des agences du Groupe Eyedea ? Et celles des agences du fond Corbis-Sygma ? Si les photos disparaissent, les autres pièces sont déjà parti en fumée dans quelques campagnes champenoises par exemple.

  4. « Je crois que le contenu des légendes, simplifié et souvent édulcoré lors de la diffusion ou de la publication, parfois individualisé (« notre photographe X était là »), quelquefois trompeur, participe de la construction de ce « récit héroïque », et la seule extraction des données dont on a besoin – pour reprendre tes termes – ne peut satisfaire entièrement le chercheur. »
    Je suis d’accord. Intuitivement, j’aurais tendance à dire que, historiquement, la légende qui était associée à la photo argentique dans la base iconographique a souvent été réduite à son plus stricte minimum, à la fois parce que c’était vécu comme un exercice fastidieux par le photographe et à la fois parce que, avant les bases de données numériques, le principal moyen de répondre à une demande ciblée, c’était de faire confiance à la mémoire du photographe pour les photographes indépendants, et à la mémoire de l’iconographe pour les agences. La légende sur le cache de la diapo était surtout destinée à éviter un contre-sens.
    Le numérique a tout changé, grâce aux champs IPTC et parce que la gestion de bases de données textuelles ne suppose plus de faire appel à la mémoire humaine. Mais bon un photographe tel que Marc Garanger qui a constitué depuis de très nombreuses années une énorme base de donnée de ses photos ou des iconographes ayant travaillé depuis longtemps en agence en ont beaucoup plus à dire que moi sur ce sujet et cette évolution.
    En ce qui concerne le récit héroïque, je pense qu’il n’a pas grand chose à voir avec la légende inscrite par le photographe ou l’iconographe dans les instants qui suivaient la prise de vue du temps de l’argentique. C’est le contenu de certaines de ces images et leur utilisation dans la presse ou la littérature qui seront à l’origine de la légende (au sens large) que l’on va leur associer et que l’on va associer à la personne du photographe. Dans le cas de Gilles Caron ou de Capra, les circonstances de leur mort vont également participer à cette construction d’un récit héroïque.
    Ces données ajoutées au cours du temps ne sont rien d’autres que des éléments en partie subjectifs à resituer dans un contexte temporel (la distance entre leur création et la prise de vue), idéologique (c’était quoi l’état du monde au moment où elles ont été ajoutées à la photo) et économique (elles sont supposées aider à vendre la photo). Elles deviennent la légende de la photo (au sens héroïque) plus qu’elles ne sont une légende de la photo (au sens descriptif).
    Le numérique supposant un effort financier beaucoup plus important pour alimenter les champs de la base de donnée, je suppose que la description détaillée de l’image (chose qui n’existait pas du temps de l’argentique) bascule immédiatement dans le registre héroïque ou en tout cas accrocheur dans l’espoir de rentabiliser les frais d’indexation.

  5. @Audrey: oui, bien sûr. Aucune attaque de ma part non plus envers les photojournalistes, qu’ils soient célèbres ou non. Et je suis bien d’accord que l’analyse des mécanismes culturels qui conduisent à la fabrication de mythologies est fort complexe.
    @Thierry: Pour moi, le processus de construction d’une mythologie du photojournalisme a tout à voir bien au contraire avec la culture visuelle. Et je vais même prendre volontairement un exemple précis où il n’est pas question à proprement parler d’informations visuelles et où les données sont d’ailleurs la plupart du temps absentes. Quand on analyse avec attention l’évolution des légendes des photos, l’un de mes sujets de prédilection, ce n’est pas seulement la fabrication de notices documentaires modernes qui devient intéressant. Ce sont aussi: la légende rédigée (ou non) par le photographe [le cas échéant, le fait de ne pas rédiger de légende est déjà une information importante], les différentes versions produites par les agences qui diffusent l’image (y compris dans différentes langues), leur altération/réécriture par les médias qui la publient, les versions dans les différents systèmes d’archivages, l’inscription de la photo dans un plan de classement, la présence ou non de mots-clés, le choix des termes différents selon les époques, etc. La tentative de reconstruction d’une histoire des descriptions documentaires fait pour moi partie de la recherche. Je crois que le contenu des légendes, simplifié et souvent édulcoré lors de la diffusion ou de la publication, parfois individualisé (« notre photographe X était là »), quelquefois trompeur, participe de la construction de ce « récit héroïque », et la seule extraction des données dont on a besoin – pour reprendre tes termes – ne peut satisfaire entièrement le chercheur.

  6. @ Thierry et Patrick: Je ne peux que passer vite et à petits pas ce midi, alors un commentaire rapide mais je ne voudrais pas qu’il y ait de malentendu.
    Il ne s’agit pas d’attaquer Gilles Caron dans ce billet.
    Pas le photographe/photojournaliste professionnel ni l’homme (évidemment non);
    et du point de vue, du mythe, l’affaire est complexe: la « figure Gilles Caron » est un exemple parmi d’autres (comme Capa), et leurs analyses, comme mécanismes culturels, demandent bien plus que quelques billets… 😉

  7. « On y retrouve plutôt un photographe effectuant le même travail que ses collègues, choisissant parfois les mêmes sujets faciles à vendre, très approximatif dans ses descriptions, etc. » Gilles caron était comme tous les photographes, il avait besoin de manger. C’était un photographe professionnel.
    « Il est clair que la compréhension du processus de mythologisation du photojournalisme ne peut intéresser ceux qui en vivent. »
    Le processus de mythologisation du photojournalisme (ou de toute autre profession) est par définition de l’ordre du récit romancé. Et n’a rien à voir avec l’approche du chercheur en culture visuelle à moins que ce soit la construction de ce récit qui soit l’objet de son travail. Mais ça n’est pas propre à la photographie. N’est-ce pas plus ou moins l’essence de toutes les sciences humaines qui doivent introduire une distance scientifique entre l’objet de leurs études et leurs travaux? L’histoire contemporaine en est sans doute l’exemple le plus évident. Mais on pourrait dire la même chose de toute réflexion sociologique à partir d’entretiens.
    En d’autres termes Patrick, c’est bien un peu ton boulot que d’arriver à extraire du récit héroïque (entre autres sources d’informations) les données dont tu as besoin. 🙂
    Je connais très mal l’oeuvre de Gilles Caron mais le hasard a fait que lorsque j’étais adolescent, il est venu dans mon lycée parler de son métier, à la demande des élèves. Je peux témoigner qu’il n’était pas dans une posture héroïque alors que pourtant il était face à un publique qui ne demandait que ça.

  8. Avec le projet PhotosNormandie, nous avons travaillé sur les photos de Capa prises peu après le Débarquement. Nous avons essayé de comprendre le trajet éditorial de certaines photos (via Life et les agences de l’époque), identifié des photos qui ne lui sont pas attribuées habituellement, travaillé sur les strates de légendes diverses, la contextualisation à l’aide d’autres sources, etc. Il en ressort une image bien différente de celle du photojournaliste mythique et héroïque que l’on nous sert habituellement (pour une première approche voir ici). On y retrouve plutôt un photographe effectuant le même travail que ses collègues, choisissant parfois les mêmes sujets faciles à vendre, très approximatif dans ses descriptions, etc. Nous avons contacté plusieurs spécialistes de Capa, des curateurs d’exposition, et bien sûr l’agence Magnum afin de progresser dans ce travail. Nous n’avons jamais obtenu de réponses. Il est clair que la compréhension du processus de mythologisation du photojournalisme ne peut intéresser ceux qui en vivent.

  9. @ Sébastien

    « C’est bien de cela qu’il s’agit, c’est en valorisant symboliquement certaines images, certains acteurs du photojournalisme que la dimension patrimoniale des agences (dans leur ensemble) est sacrifiée. »

    Nous divergeons totalement sur ce point cher Sébastien (et je n’oubie pas Audrey) ! Là, je crois que vous faites fausse route. Valoriser certaines images, sert à valoriser tel ou tel photographe. Je ne vois vraiment pas comment cela peut nuire à une histoire des agences de presse photographique.

    La question de l’histoire DES pratiques des agences de presse et/ou pas, diffusant des photographies est fort mal connue, mais la toujours été !!! Je me souviens encore de la première grande enquête consacré par Le Monde à cette question. Quatre pages signées Michel Guerrin. Il fut le premier a donné ses lettres noblesses aux agences de presse dans un grand quotidien.

    Bien sur, il y eut bien d’autres articles sur la vie des agences publiées ici ou là. Mais c’était en général dans des publications spécialisées. (J’essaierai d’en republier quelques uns sur mon blog.)

    La vie des agences est passionnantes et se confond avec l’Histoire. Et ça c’est vrai que ce fut peu étudié, et que cela devient difficile aujourd’hui.

    Travaillons ensemble à cela !
    Cordialement à toutes et tous

    MP

  10. @ Thierry: beaucoup de pistes de réflexion dans votre réponse ; tout cela n’est pas simple…

    « j’ai des doutes sur la culture de nos politiques en matière de photo-journalisme » : la culture que l’on a d’un domaine qui n’est pas sa propre spécialité passe par ce qu’on en reçoit, ce qu’on nous en dit. En particulier, par ce qu’en disent les médias et les institutions culturelles. Si dans ces récits médiatiques et culturels sur le photojournalisme, seules les grandes figures existent, ce sont elles qui sont connues, pas le reste. Pour nos politiques comme pour le « grand public », voire pour nous tous.
    D’où l’intérêt de faire exister, dans la façon de construire les connaissances sur le photojournalisme, ces pratiques dans leur ensemble, leur complexité, leur banalité professionnelle et d’essayer de réunir des sources pour les comprendre et les reconstruire. Je vous renvoie au commentaire d’André Gunthert plus haut. Il me semble que c’est potentiellement une autre stratégie.

  11. @Sébastien
    « La convocation des figures mythiques du photojournalisme n’a pas réussi et ne parvient toujours pas à empêcher la perte banale des archives des agences photojournalistiques. »
    D’accord.
    « C’est bien de cela qu’il s’agit, c’est en valorisant symboliquement certaines images, certains acteurs du photojournalisme que la dimension patrimoniale des agences (dans leur ensemble) est sacrifiée. »
    Pas d’accord.
    D’abord, mais je suis toute ouïe, je ne vois pas d’autres stratégies disponibles. Ensuite, les politiques français aiment bien l’idée de protéger, sauver la photographie. Surtout si ça ne coute pas cher… Bon maintenant Gilles Caron n’y suffira peut-être pas, surtout que j’ai des doutes sur la culture de nos politiques en matière de photo-journalisme. Et Gilles Caron est mort il y a plus de 40 ans. mais ils savent tous, plus où moins, que la France a donné la photographie au monde. 🙂
    Freelens est trop impliqué dans tous les problèmes de contrats et conflits individuels pour développer un discours collectif sur la perte des archives des agences photographiques?

  12. @ Thierry « Comme si en valorisant symboliquement le travail de Gilles Caron, on sacrifiait la dimension patrimoniale des agences ».

    C’est bien de cela qu’il s’agit, c’est en valorisant symboliquement certaines images, certains acteurs du photojournalisme que la dimension patrimoniale des agences (dans leur ensemble) est sacrifiée.

    Cette valorisation symbolique fait le hold-up de cet ensemble que constitue les archives d’agences en passant sous silence les pratiques professionnelles et en isolant une toute petite partie de cette culture.

    Et il convient de se demander selon quels critères ont lieu ces valorisations symboliques et qui les définit.

    La convocation des figures mythiques du photojournalisme n’a pas réussi et ne parvient toujours pas à empêcher la perte banale des archives des agences photojournalistiques.

  13. C’est d’accord: la préservation de l’archive est un geste indispensable chaque fois que c’est possible. Mais il est faux de laisser s’installer auprès du grand public l’idée que la mémoire de notre culture est bien protégée par quelques institutions spécialisées, et que les trous dans ce patrimoine sont exceptionnels et scandaleux. Le récit de l’archive menacée marche auprès du grand public, mais l’induit en erreur. Car c’est malheureusement le contraire qui est vrai. Pour tout ce qui relève de la culture populaire ou des industries culturelles, c’est la conservation qui est exceptionnelle, et la perte banale.

    Je suis d’accord avec Audrey: la religion de l’archive matérielle tend également à occulter la masse d’informations nécessaire pour en comprendre l’usage et les spécificités, qu’on ne peut recueillir qu’auprès des acteurs, par le biais d’entretiens. Je ne crois pas que l’importance de cette histoire vivante soit ressentie comme aussi urgente que celle des objets. Pourtant, faute de cette voix, l’archive devient rapidement un fossile ininterprétable.

    Enfin, il importe de souligner que l’archive sans chercheurs pour l’étudier est aussi inutile qu’un tas de feuilles mortes. Or, il faut avoir conscience que les tendances lourdes du paysage éducatif font peser une menace tout aussi considérable sur la possibilité même de poursuivre l’étude de notre culture. Dans ce contexte de raréfaction, il faut se réjouir que la prise en compte des pratiques de l’archive photographique figure bel et bien à l’agenda de la recherche. Le Lhivic est résolument engagé dans cette histoire, et Audrey fait partie des spécialistes qui participent à la reconstitution de ce paysage. Nous oeuvrons tous dans le même sens, avec le même sentiment de douloureuse urgence. Le dialogue engagé ici est précieux pour la préservation d’une histoire qui nous tient tous à coeur.

  14. @Audrey Ce qui me gène dans ce billet c’est qu’en déclarant
    « Dans un tel récit de la profession, il n’est d’intérêt culturel à ces fonds que dans la mesure où ils tiennent la promesse de l’art… La question de la conservation d’un fonds dans son ensemble est oubliée au profit d’une histoire individualisée – celle de l’auteur – ; qui, pourtant, lui ne peut en aucun cas nous raconter les pratiques (économiques, éditoriales, etc…) des agences photographiques. »
    vous semblez opposer la valorisation du photographe à l’intérêt culturel du fond. Comme si en valorisant symboliquement le travail de Gilles Caron, on sacrifiait la dimension patrimoniale des agences.
    Ce n’est pas un jeu de vase communiquant.
    La réalité c’est la disparition du patrimoine des agences photographiques. Michel Puech convoque un mort pour attirer l’attention du grand public et des politiques sur un crime culturel. C’est une stratégie qui me semble aussi justifiée que lorsque l’UPC convoquait les photographes humanistes, connus de grand publique et des juges, pour protester contre la multiplication des procès au titre du droit à la propriété des lieux photographiés contre les photographes.
    Je serai même encore plus radical que vous. Avec la numérisation des archives des grands groupes industriels, combien de photographies qui s’inscrivaient dans l’histoire des entreprises, et donc dans notre histoire, qu’il s’agisse de publicité ou de reportages ont fini à la poubelle pour des raisons de coût et d’encombrement. (En fait, c’est même pire que cela. Tôt ou tard arrive un directeur de l’information qui veut laisser sa marque et qui commence par du passé faire table rase.)
    Si on veut sensibiliser les décideurs et l’opinion, il faut commencer quelque part. Par exemple, par un photographe dont la dimension patrimoniale est une évidence pour le plus grand nombre.

  15. Cher Michel Puech,

    Merci beaucoup pour votre commentaire et l’élégance de votre réponse

    Pour ce qui est des sources, je dois dire que c’est ici ma méconnaissance du métier de journaliste qu’il faudrait incriminer. Il ne s’agissait pas de vous doubler au poteau et je vous demande d’excuser cette maladresse.

    Depuis plusieurs mois maintenant, nous discutons et travaillons ensemble avec Sébastien Dupuy : tout particulièrement sur cette question d’une mémoire du fonctionnement des agences. Nous avions envie d’écrire ensemble sur cette question sur Culture Visuelle depuis pas mal de temps (le procès Aubert était une autre occasion, que nous n’avons pas saisie à l’époque).

    Votre billet était un levier pour insister sur ces deux points qui nous semblent très importants :
    – quelle mémoire pour les agences photographiques dans leur ensemble ?
    A l’heure où les fonds – donc les archives – se bradent, sur quoi construire un récit historique de ces agences (comme un ensemble) puisque les sources disparaissent et les témoins professionnels sont peu visibles ?
    Seuls les témoignages de certains acteurs mis en avant resteraient ? Mais on sait la part inévitable d’auto-légitimation que ce type de témoignages comporte et leur aspect nécessairement fragmentaires. D’où proviendront les informations complémentaires pour comprendre ces entreprises du système médiatique, leur fonctionnement et leurs impératifs ?

    – 2ème question : en quoi cette difficulté à prendre la mesure de l’importance culturelle de ces agences de photographies est-elle (en partie au moins) une conséquence des discours récurrents qui entourent le photojournalisme, en général réduit à la figure mythique du « grand reporter » ? L’on sait que les discours culturels jouent un rôle déterminant et ont un véritable impact : tout particulièrement quand il s’agit de la valorisation d’une figure, d’une image, d’un récit… Ce que l’on reconnait aujourd’hui comme une « bonne photographie de mai 68 », par exemple, ou un bon photographe, relève de mécanismes et de phénomènes culturels et médiatiques complexes : ils sont loin de s’imposer à la « mémoire collective » par l’évidence de leur excellence.
    Je me permets de vous renvoyer ici sur ces 2 textes, consacrés à un exemple de « bonne image » : ici et

    C’est cela, avant toute chose, qui a motivé l’écriture de ce texte. Qu’il devienne l’ouverture à une réflexion commune sur ces questions ne peut que me réjouir !

    Bien cordialement

  16. Bien vu et compris
    Le photo journalisme n’est pas seulement quelques « coups de pots » même si certains ont influencé l’histoire moderne: la petite vietnamienne brûlée au napalm américain, la gueule du Che,le retour de De Gaule en hélico etc…
    C’est un nouveau métier, apparu fin des années 60, quand les quotidiens de presse
    ont eu besoin de photographies pour valoriser leurs papiers. Ils sont passés de la typo à l’offset et il fallait un photographe dans les salles de rédaction; au début les images étaient en noir et blanc et pouvaient se transmettre par bélinographe de la province à la capitale; certaines faisaient déja le tour du monde
    A partir de là, tous les jours, des centaines de clichés d’actualité se sont accumulés dans les archives des journaux. Le choix de leur conservation dépendait
    du photographe qui exerçait son métier et gardait ses négatifs: ils appartenaient au journal mais un nouvel arrivant pouvaient les déclasser. Dans mon cas, comme pour beaucoup d’autres, ils sont partis à la poubelle: reste les publications
    Mais ce nouveau métier a mis sur »le marché »,car la photo attirait le lecteur, de nouveau talent et de nouveau vendeur. Cela était géré par de nouveau directeur d’agence de presse photographique qui faisait la réussite ou la fallite de l’entreprise. Les photos avaient un prix et l’argent c’est mélangé avec l’information. Des photos minables pouvaient se revendre plusieurs fois trés cher
    et des reportages de premiére qualité restaient dans le tiroir
    Aujourd’hui la photo est devenu un art et rentre dans les musée; c’est plutôt une histoire de marchant d’art que de journalisme d’information
    Le photojournalisme c’est comme pour les charretiers, c’est du passé

  17. Chère Audrey Leblanc,

    Je suis ravi qu’en publiant mes articles « à la mode scoop », je vous donne l’occasion d’apporter quelques précisions grâce à votre collaboration avec Sebastien Dupuy, ex-réacteur-en-chef de Corbis-Sygma, que je n’avais point cité de crainte de le compromettre.

    Puisqu’il est co-signataire de votre billet, vous avez donc une excellente source qui vous permet tranquillement de corriger quelques approximations de mes écrits. Je vous en donne volontiers acte et rectifierait ultérieurement pour mes lecteurs.

    Je persiste à penser que le fait que le juge commissaire chargé de veiller à la bonne exécution du jugement de dépôt de bilan de Corbis Sygma ait connaissance le 15 février dernier de ces films et donne six semaines pour la récupération est une information très importante, d’abord pour la Fondation Gilles Caron, ensuite pour l’ensemble de la profession.

    J’attache depuis toujours la plus grande importance à l’ensemble de la chaine de production d’information. Avoir été le fils d’un marchand de journaux, donc avoir fréquenté très jeune les rotatives, n’a pas incité le journaliste que je suis devenu à négligé le « petit personnel » en l’occurrence, les « picture-editors », les « deskmen », les secrétaires de rédaction (en particulier pour l’orthographe) , les iconographes et les « vendeurs »… L’histoire des agences de presse photographique est, un sujet qui me tiens plus à coeur, que tel ou tel figure star du photojournalisme.

    Il y a là un petit malentendu, car j’ai écris plusieurs fois – essentiellement dans « A l’oeil » dans le Club Mediapart, l’importance que j’attachais à la chaine de production.

    Passons. De toute façon, la critique est mille fois préférable à la flagornerie et votre « A force de faire l’éloge du grand photojournaliste seulement, et de ne faire exister que lui dans les récits, c’est l’histoire du photojournalisme qui meurt. Et les conteurs deviennent victimes de leurs propres fables. » me sert de leçon.

    Je vous en remercie.
    Cordialement

Laisser un commentaire