Le blog comme outil pédagogique, notes

J’ai commencé à donner des cours à Paris 3 Sorbonne Nouvelle en février 2011 : une charge de cours de 2h hebdomadaire, intitulé « Photographie et presse » au sein du parcours de spécialisation « Images » de la Licence de Médiation culturelle (L2). Un groupe de 35 étudiants en moyenne, ayant commencé leur spécialisation dans l’image au premier semestre de cette deuxième année de licence. J’ai alors décidé par commodité d’ouvrir un blog comme support de ce cours (blog sommaire sur wordpress): Le Coin de Censier. Premier billet – de bienvenu – publié le 8 février 2011: « Le blog permet de compiler les informations concernant le cours, la bibliographie,

des ressources documentaires, des informations ponctuelles en lien avec le cours, etc. Mais aussi de signaler des articles, expositions, liens, lieux etc. de la photographie que vous souhaitez partager ; des ressources ; la publication de compte rendu ou autres suggestions… ». Cette première charge de cours ayant été reconduite pour la rentrée universitaire 2012, le blog me sert pour 2 cours désormais: Ressources documentaires (annuel) et Photographie et presse (de nouveau, au second semestre).

Un an après, il est toujours actif : quelques remarques sur cet outil de travail…

Usage par l’enseignant

Bien sûr, un tel support de cours en ligne permet de centraliser tout ce qui concerne le cours sur un lieu accessible par tous, y compris pour les étudiants inscrits en contrôle terminal qui ne peuvent pas assister physiquement au cours. Il permet de partager toutes les ressources de travail sous forme numérique, chacun des étudiants choisissant parmi les documents ou signalements mis à disposition. Télécharger les textes qui semblent à chacun importants en format pdf permet de ne recourir aux photocopies que pour certains documents, sans scrupule. Et permet évidemment de bénéficier des ressources numériques dans toute leur diversité et leur amplitude (flux rss, vidéos, renvois etc.). C’est un outil pratique pour garder traces des interventions, chaque invité peut laisser partie ou la totalité de son ppt en ligne : voir ici ; ici et … en complétant et/ou ajustant au besoin après l’échange avec les étudiants. Le blog permet enfin de montrer le travail de certains étudiants d’accord pour le partager et pour s’exposer. Il est à la fois un support mobile, enrichi au jour le jour, et un repère fixe où chercher une information (une consigne, une date etc.) pour le cours en question. Au fond, pour l’enseignant, c’est un outil extrêmement pratique, performant et assez peu contraignant à partir du moment où il accepte de montrer lui aussi comment il travaille… Je reviendrai sur l’aspect conversationnel de l’outil.

Usage par les étudiants

Quelques chiffres1 : 6 pages ; 27 articles publiés en un an (soit 2 par mois en moyenne) ; 4329 vues à ce jour, soit un peu plus de 10 vues par jour en moyenne ; 128 vues à son premier mois (février 2011) et 487 vues pour ce mois de février 2012 (près de 4 fois plus un an après). Le semestre de cours pour lequel ce blog a été initialement mis en place s’est déroulé du 15 février au 21 mai 2011. Sur ces 4 mois, il a été consulté 1292 fois en tout. Pendant les mois de juin à octobre 2011, c’est-à-dire les mois creux du point de vue universitaire, les statistiques de consultation wordpress affichent entre 50 et 100 vues par mois. A partir d’octobre 2011, c’est à un nouveau groupe d’étudiants (35 environ aussi) qu’est principalement destiné cet outil de travail : il a été consulté 2538 fois ; de 15 à 35 fois par jour en moyenne aujourd’hui. C’est un outil de travail actif et utilisé. Deux caractéristiques essentielles se dégagent de ces consultations.

• Le temps de l’appropriation et l’importance de l’outil pour les examens

Une fois lancé en février 2011, le nombre de consultations quotidiennes a augmenté doucement pendant quelques semaines pour se stabiliser à une moyenne de 25 vues par jour et un pic le 15 mai, c’est-à-dire deux jours avant l’examen du 17 mai.

Nombre de vues du blog après 3 mois d’utilisation  (prise d’écran le 8 mai 2012)
Pic du nombre de vues 2 jours avant l’examen du 1er groupe d’étudiants (capture d’écran du 17 mai 2011)

On retrouve cette caractéristique d’une appropriation progressive de l’outil par les étudiants auxquels il est destiné, en observant les statistiques à partir d’octobre 2011 : nouveau groupe d’étudiants, début d’un autre semestre, même courbe de progression du nombre de vues et un pic de consultations à la veille de l’examen (12 janvier 2012). Cela prend visiblement un peu de temps pour avoir le reflex de se reporter au blog du cours comme ressource pour le travail et l’échéance de l’examen accélère le processus 😉 et sans aucun doute l’usage de l’outil.

Nombre de vues du blog depuis son ouverture en février 2011  (prise d’écran le 25 février 2012)

• La consultation des contenus pédagogiques en priorité
Deuxième grande caractéristiques de ces usages, les contenus pédagogiques arrivent en tête des contenus les plus consultés après la homepage : travaux d’étudiants qui servent de modèles aux autres ; page méthodologie ; planning des séances et programme des cours…

Billets les plus consultés au 8 mai 2011

Peu d’étudiants acceptent de mettre en ligne leur travail : cela suppose de l’avoir fait tôt dans le semestre, d’accepter de le reprendre un peu après lecture (langue, orthographe, reformulation de maladresses…) et de s’exposer en ligne. Pourtant les exemples de compte-rendu (en l’occurrence d’articles scientifiques) par des étudiants de L2, qui permettent de comparer et de comprendre des attentes, sont parmi les informations les plus cherchées et les plus consultées sur le blog.

Billets les plus consultés au 25 février 2012

L’échec de l’aspect conversationnel du blog

Cependant, le travail en train de se faire, l’apprentissage, l’élaboration de réflexion,… qui passent par la conversation, restent ce qui est le plus difficile à mettre en place et à partager. Alors même qu’on pourrait supposer que la configuration même du blog le favorise, échec absolu pour ce qui est de la participation et des commentaires d’étudiants : pas un commentaire en un an de service! Et très peu de propositions venant de leur part: deux en un an. S’approprier cet outil non pas comme ressources mais comme lieu de construction et de dialogue n’a pour l’instant pas fonctionné.

Share, comments… nuls (capture d’écran du 25 février 2012)

Est-ce parce que les outils numériques sont peu ou mal maîtrisés? parce qu’ils ne seraient pas associés à l’université? Récemment, Grégory Divoux a opté pour un blog géré par les étudiants eux-mêmes : Photographier le politique. Cela semble être une bonne option. Mais je me demande aussi jusqu’à quel point ce constat révèle un certain état de l’enseignement… Prendre la parole, discuter, demander, questionner, proposer ne sont pas parmi les attitudes les plus communes au sein de l’échange verbal pendant le cours non plus. Est-ce parce que des étudiants de L2 sont en début de cursus et encore prudents par rapport à leur prise de parole? Parce que le rapport à l’enseignant est vertical avant d’être conversationnel et qu’il a lui-même des difficultés à être dans la conversation? Qu’il n’est pas facile de se montrer (pour l’étudiant comme pour l’enseignant qui se montre rarement au travail)? Un des plus grands bénéfices de ce blog pour moi est pourtant bien le fait de pouvoir profiter de ce que je formalise pour et avec eux pour me faire avancer : il me rappelle combien la transmission de connaissances et de compétences est outil de construction pour l’enseignant lui aussi.

  1. je m’appuie sur les statistiques fournies par wordpress []

18 réflexions au sujet de « Le blog comme outil pédagogique, notes »

  1. @ J-D Zeller: Merci pour toutes ces informations et toutes ces pistes… c’est passionnant! Dans le fond, bien que nouvelles, ces ressources technologiques et culturelles s’inscrivent aussi dans la continuité des débats et questions pédagogiques habituelles pour ce qui est de l’appropriation de connaissances et compétences par les étudiants ou autres. Bien sûr, elles supposent de les connaître et de les manipuler ; et pour les dispositifs universitaires aussi, le temps de l’appropriation demande un certain temps.

  2. Bonjour,
    Merci de se partage d’expérience fort intéressant même s’il a des aspects frustrant.
    Je suis enseignant vacataire à la Haute école de gestion de Genève (équivalent approximatif des IUT française) ou j’enseigne dans la filière information documentaire au niveau du bachelor. ma situation est donc assez semblable à la votre et j’ai connu les même déboire en ce qui concerne l’utilisation de l’informatique de l’école à distance. Nous bénéficions d’une plateforme Moodle que je peux utiliser à distance, mais il m’a fallut de nombreuses démarches et du temps pour obtenir une connection VPN correcte.

    Il y a quelques années j’ai monté un nouveau cours (34h)et j’ai ouvert des forums dans lesquels je posais des questions aux élèves (une classe de 20). Cela s’est rapidement révélé ingérable à cause d’une avalanche de messages à gérer et évaluer et le fait qu’après 5 messages les autres élèves n’avaient plus rien à dire. J’ai donc abandonné cette modalité. Je travail aujourd’hui avec un wiki que je demande aux élèves d’alimenter comme notes de cours partagées. La classe est divisée en 4 groupes (correspondant aux parties du cours) et chaque groupe rédige un chapitre correspondant, tout en veillant à faire le liens avec les parties des autres groupes. Il est alimenté parce qu’il fait l’objet d’une évaluation. cependant, le retour des étudiants est par ailleurs positifs car cela leur donne l’occasion de formaliser leur acquisition de manière plus active (le wiki est passé en revue en classe chaque semaine à partir de la 4ème semaine).

    J’envisage aujourd’hui « d’externaliser » ce wiki car la plateforme ne me permet pas de le gérer finement et de permettre un export facile des notes des étudiants en fin de parcours. J’envisage également d’ouvrir un blog de ressources car elles sont actuellement déposée sur la plateforme de l’école et ne sont plus accessibles pour eux une fois qu’ils ont quitté l’école.

    En ce qui concerne l’attitude des étudiants, tout en partageant l’avis de notre collègue nord-américain, et le fait que les réseaux sont utilisés pour le fun par les digital natives, et qu’ils ne sont pas du tout disposés à les utiliser de manière « sérieuse », je pense qu’il y a quand même une attitude de « soumission » au professorat qui est typiquement hexagonale. Je vois par ailleurs un autre obstacle à l’usage des ces techniques c’est qu’elles vont à l’encontre du rythme des horaires actuels (je n’ai pas de solution, à moins de prévoir des cursus entier en mode projet).

    Enfin, il existe une autre expérience d’utilisation de blog que je vous recommande c’est celle de J.-M. Salaün à l’EBSI. Dans le cadre de son cours sur l’économie de l’information. En plus des billets ressources qu’il fournit il demande à chacun de ses élèves de fournir un billet sur un sujet donné, billet commenté par les élèves mais également par la communauté de professionnels qui le suive. (lien: http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/category/Cours)

    Encore merci pour cette occasion de partage, cela nous permet de progresser dans nos coins. Bonne suite.

  3. @ Yves : merci pour ces liens et passerelles avec les mathématiques qui ne manqueront pas d’en intéresser plus particulièrement certain(e)s sur Culture visuelle. Je suis bien d’accord avec vous quand vous pointez aussi l’aspect personnel de cette démarche de partage et d’exposition. L’un des équilibres les plus difficiles à trouver (et des moins stables) pour ce qui est de la transmission.

  4. En passant, je ne sais pas si cela intéressera grand monde ici, mais il faut souligner la qualité intellectuelle et pédagogique, dans un tout autre domaine de la connaissance, de deux blogs de mathématiciens – dont je ne vais pas donner les titres de gloire, c’est mal vu par certains « littéraires », qui pour moi apportent un réel avantage, fort différent de ce qui est évoqué ci-dessus, par rapport à ce que furent nos cours de mathématique, qui est de donner une pensée à se déployer dans sa totalité (au prix d’un temps conséquent pris sur la vie familiale sans doute), sur un espace ouvert. Ils sont en anglais, « hélas », encore une fois, pour autant que cela puisse parler à quelqu’un ici :

    http://terrytao.wordpress.com/

    http://gowers.wordpress.com/

    Il est à noter, aussi, que l’on a là deux types de blogs scientifiques : l’un Terence Tao, utilise le blog comme support de cours « total » et universel. C’est à mon avis remarquable au sens humain du terme, c’est à dire que ses cours écrits sont accessibles à tout un chacun (connaissant l’anglais). Et ils le sont sur un mode « partagé », c’est à dire que chacun est susceptible de poser – en fonction de son niveau évidemment et de sa connaissance du sujet :), les questions qu’il souhaite ; l’auteur répond en fonction de son temps disponible.

    [pour ceux qui ont fait des maths avant, il y a des posts bien plus accessibles que ceux qui remonteront en premier]

    Ca parait peu, mais je me souviens quand même, au niveau de la science, de tentatives regrettables et mal foutues, du genre L’université de tout les savoirs, que LCP ou une autre chaine du cable diffusait sous un format déplorable, caméra fixe et locuteur éloigné, image très sombre, sans le moindre effort de leur part. On a là une toute autre tentative, qui n’est pas une mise en ligne d’une captation de cours (certains croit encore qu’il suffit de poser une caméra devant un génie pour que la transmission se fasse), et déploie une nouvelle forme pédagogique exigeante (pour l’auteur comme le « consommateur »), couteuse en temps, mais qui vaut largement le détour.

    Le deuxième blog, c’est plus un blog de réflexions pédagogiques et personnelles, mais pour qui a fait des maths, c’est un régal de se re-plonger dans « une pensée en train de se faire ». A noter aussi, deux scientifiques d’une modestie apparemment assez rare sous certaines contrées….condition nécessaire à de tels exercices.

    Oui, je crois que c’est ce mélange de pédagogique et de personnel qui est la caractéristique de ces blogs – au fond, chose que même un cours magistral ne peut pas rendre, sauf au prix d’une extension temporelle impossible vu l’organisation de l’université – ou de toute autre entité d’enseignement, peut-être que certains cours de Deleuze ou Foucault dans les années 70 furent de cet ordre là, mais sont-ils encore possibles?

  5. Merci beaucoup Audrey pour cette analyse aux hypothèses tout à fait intéressantes. Même si en effet le mode conversationnel ne semble pas se mettre en place aussi facilement qu’on aurait pu le croire, la nette progression de l’utilisation de ce blog comme outil de travail est, il me semble, un signe très positif et encourageant pour la suite. J’avais moi aussi constaté le même type d’échec l’année dernière (plateforme d’échange de ressources partagée avec les étudiants qui n’avait pas eu de succès, c’est un euphémisme). Dans ton dernier commentaire, tu poses la question : « Est-ce que les étudiants (branchés comme vous dites) ont du mal à transférer leurs pratiques habituelles dans un univers universitaire parce que cela leur semble étrange et qu’ils séparent cet univers du reste? » Je crois que tu touches du doigt un état de fait : pour les étudiants, l’échange sur blog est lié à des comportements « familier », de « loisir » (de « plaisir »?) et justement « d’échange »… loin de ce que malheureusement, a priori, l’université (française) induit et/ou autorise…?
    Toujours est-il que tout cela m’a donné envie de tenter l’expérience pour mes prochains cours, alors merci!

  6. @ André : Oui, c’est une discussion que nous avons souvent eue ;-)! Ce petit billet pour la poursuivre bien sûr. « Prendre la parole » a été un enjeu phare des années xxxx, le verbe « prendre » ayant été largement commenté comme formulation de ce qui se vit comme une lutte (tout au moins pas dans la facilité). Il me semble que le système scolaire français est un des héritiers directs de la conception dominante de la Culture. Une culture encore très verticale et pas très conversationnelle elle non plus, tu ne crois pas?

    @ Guillaume de Syon: merci pour ce point de vue depuis l’autre côté de la flaque d’eau qui sépare nos continents. La prise de parole en direct requiert pour sûr de se construire elle aussi. Je ne sais pas si elle s’oppose véritablement aux commentaires en ligne? Est-ce que les étudiants (branchés comme vous dites) ont du mal à transférer leurs pratiques habituelles dans un univers universitaire parce que cela leur semble étrange et qu’ils séparent cet univers du reste? ce serait terrible! Et en même temps, ce pourrait bien être le résultat de ce que l’université ne se sert pas assez du numérique comme instruments et ressources ; de ce que sa valorisation peine à se faire dans le monde universitaire…?

  7. @ Gaby: Muchisimas gracias Gaby por compartir tu experiencia. Es verdad que parece aun mas obvio en el sistema a la francesa… a ver si se pueden mover las cosas 😀
    @ Gaby, Lucia et Alexie: merci les filles! tout cela est aussi le fruit de nos conversations et de nos échanges de thésardes en chemin!
    @ Grégory : j’attends avec impatience!
    @ Erwan: Merci pour le lien et les pistes! d’une certaine manière, le blogueur n’a qu’à bien se tenir donc… ouch’!

  8. @ Sylvain: Bonjour Sylvain, c’est tout à fait juste. A vrai dire, initialement, j’ai ouvert mon blog un peu dans mon coin (même pas sur CV ;-)) pour voir un peu comment ça se passait et prendre mes repères. Et tu as raison, l’université Paris 3 propose le fameux Environnement Numérique de Travail / ENT. Mais pour les chargés de cours, il n’est pas simple d’accéder à ces services. J’avais commencé par demander des codes d’accès wifi (au passage, les universités sont parmi les lieux dans lesquels il est le plus difficile de se connecter simplement! dans le genre absurde…), puis des codes de session informatique pour la salle des enseignants… sans succès. Ce n’est pas prévu pour des enseignants non titulaires et là pour quelques mois… Alors pour un blog?

  9. Merci Audrey pour ton article très instructif. Je dois reconnaître que je me suis inspiré de ton propre blog pour ouvrir le mien en lien avec mon atelier 😉
    Pour le moment je rejoins largement tes constats et notamment le fait que les étudiants ne s’approprient que du bout des doigts l’outil « blog » et ses possibilités d’échange et de discussion.
    En tout cas je ne manquerai pas de faire également un retour d’expérience à la fin du semestre et d’en partager les conclusions 😉

  10. Une expérience réussie et une analyse particulièrement pertinente. Je rejoins largement tes constats sur le lien étroit entre les pratiques IRL et les usages des outils numériques, où l’on retrouve strictement l’habitus très utilitaire des étudiants, peu enclins à la conversation et purs consommateurs de ressources, au moins pour ce qui est des 1er et 2e cycle. Il existe bien un décalage entre les potentialités participatives de l’outil blog, idéal pour la recherche, et les pratiques très scolaires de notre système d’enseignement, calé sur la compétition individuelle. Même pour les doctorants, on perçoit encore largement ces réflexes qui privilégient le rendu au détriment de la discussion des hypothèses. La demande d’un autre horizon pédagogique et scientifique existe, la fréquentation de l’outil blog en témoigne, mais le chemin sera long, très long…

  11. Le blog est le pire et le meilleur moyen de discuter au niveau universitaire. Pardon pour la platitude, mais vu des USA, c’est ce que mes collègues et moi ressentons souvent. On rencontre tant d’étudiants branchés (année d’étude sans importance) qui adorent utiliser le blog ou le sous-groupe social parce que c’est ce dont ils ont l’habitude. En
    même temps, quand il s’agit de reprendre ces idées en cours, ils ont beaucoup de mal. Timidité, peur de réaffirmer leur opinion devant la personne critiquée, etc… Et pourtant dans le système américain, surtout au niveau « college » (équivalent license/bac +3 ou 4), la hiérarchie n’existe que très peu. Les « jeunes » sont dans nos bureaux, à nos tables au café du coin, etc… J’ai abandonné la discussion en ligne. Ils ont besoin de savoir parler en groupe de façon intelligible. Même les grandes boîtes où certains iront ensuite travailler veulent voir des gens qui sachent s’exprimer en société, et non juste derrière un écran.

    En revanche la critique anonyme du travail de recherche, si elle est rendue obligatoire marche assez bien. Ils apprennent la modération et le commentaire constructif précisément parce que leur « bébé » est aussi présenté à la critique…

    Quoiqu’il en soit, belle idée, et bons voeux de succès.

  12. en los casi 10 anios que he estado en Francia y la mayoria de las clases a adultos, casi todos mis alumnos concuerdan que el sistema de ensenianza a la francesa es bastante vertical y les es dificil salirse, romper con los habitos aprendidos y aprehendidos.
    pero por lo menos, la buena noticia es que todos dicen saber la necesidad y ganas de poder dialogar mas y de querer lanzarse al agua a hacerlo….

    me parece crucial que docentes como tu traten de instaurar dinamicas que son mas del orden practico y desde edades mas tempranas.

    felicitaciones y fuerza !

  13. Bravo Audrey pour cette expérience : même s’ils en sont des consommateurs passifs, les étudiants ont de la chance de pouvoir en profiter. Je m’étonne toutefois que l’université Paris 3 ne fournisse pas des outils en ligne spécialement conçus pour ce type de mise en commun de ressources pédagogiques. Faut-il que chaque enseignant crée lui-même son blog s’il en éprouve le besoin ? N’y a-t-il rien de prévu pour tous ? A Nantes, nous bénéficions de plusieurs types de plateformes en ligne qu’il nous suffit d’activer avec les étudiants inscrits dans nos enseignements. Cela fait partie des ressources officiellement mises à la disposition des étudiants et ça économise aux enseignants la tâche de créer eux-mêmes leur interface dédiée.

Laisser un commentaire