Rencontre avec Sébastien Calvet : photographe de presse, c’est un métier

Ce jeudi 25 février 2012, la séance de cours était consacrée au photographe avec pour invité, Sébastien Calvet, photographe d’actualité politique du quotidien Libération, qui raconte son travail sur le blog Développements (anciennement Images du quotidien). Un blog commencé en 2008, qui lui sert de bloc notes et de carnet de bord pour un travail dans la presse qu’il envisage sur le long terme et qu’il revendique avec cette formule « photographier la grosse actualité qui tâche » au sein d’un quotidien dans l’identité duquel il se reconnaît. Ce genre de témoignage n’est pas très fréquent et, par conséquent, c’est un formidable outil de travail pour comprendre la fabrique de l’information médiatique, ici du point de vue ou à l’échelle du photographe1.
Sébastien Calvet suit principalement le PS pour le journal ;

il a couvert plusieurs campagnes présidentielles ; et celle de 2012 – notre actualité – est sa troisième. Extrêmement disponible et pédagogue – qu’il soit une fois encore remercié pour la grande qualité de ses échanges. C’est par une démonstration en images qu’il a expliqué son métier.
Avec toutes mes excuses pour les images franchement pas terribles de cette séance qui accompagnent ce billet mais heureusement il y a le web…

La préparation en amont au sein de la rédaction du journal

Chaque jour le comité de rédaction se réunit, comité auquel tous les membres du journal peuvent participer. L’équipe fait alors des choix : choix de sujets traités, choix des sujets qui vont dominer l’actualité du quotidien (en prenant en compte les séquences du journal (pages monde, économie etc.)), choix des reportages à faire. Quand un reportage est lancé, il se peut que les images existent déjà (système d’archives du journal et de banque d’images) ou qu’il faille passer commande à un photographe envoyé sur les lieux. Comme Sébastien Calvet. Il n’est pas salarié de Libération mais pigiste permanent au journal (il annonce 7 à 8 photographes dans son cas pour l’actualité politique), garde un droit moral sur ses images et peut éventuellement les revendre à d’autres publications (en particulier dans la presse étrangère ou sous forme d’archives). Il est payé à la journée pour une commande, sinon à la photo.

maquette 01
fig.01. Maquette prospective après le comité de rédaction

Dans le cas d’une commande, le photographe part sur le terrain en connaissant les dimensions et les emplacements prévus pour ses images dans la maquette – le chemin de fer – et dans les pages du journal du lendemain (fig. 01. on peut cliquer sur l’image pour l’agrandir). Autrement dit : que la photographie attendue soit verticale ou horizontale, sur le pli de la double page ou pas… sont des paramètres graphiques avec lequel le photographe devra composer dans son travail à venir de prise de vue. S. Calvet résume : si le photographe dispose de liberté dans sa façon d’aborder le sujet qu’on lui confie (à Libération en tout cas), il doit aussi répondre à des impératifs de formes.

La préparation en amont par les communicants des hommes politiques

Les lieux de reportage sont, par ailleurs, des lieux plus ou moins contraignants pour la prise de vue. À l’Assemblée Nationale, les photographes ont deux lieux réservés pour leur prise de vue : à la droite de l’hémicycle ou en haut au centre. Le photographe doit se positionner au sein d’un dispositif fixe, prévu, qui répond, par ailleurs, souvent à des mises en scène conçues par les équipes de communiquants des hommes politiques pour générer une image qu’ils contrôleraient. Il raconte ici un exemple de ces mises en scène pour une rencontre « informelle ». Les attachés de presse, les communiquants, les gardes du corps sont en effet autant de barrières avec lesquelles le photographe de presse doit composer pour fabriquer ses images.

Disposition pour la presse_BD
fig. 02. Programme presse: tout est prévu pour que soit générée l’image attendue

Ces programmes presse (fig. 02), ces mises en scène organisées par les services de communication se sont radicalisées ces derniers temps face à la saturation du paysage médiatique: là où il comptait entre 30 et 40 journalistes, Sébastien Calvet en compte aujourd’hui autour de 160. Cette démultiplication de la couverture médiatique résulte, pour lui, en grande partie des chaînes d’information qui imposent la tyrannie du direct. C’est aussi le prétexte idéal pour les communiquants – « vous êtes beaucoup trop nombreux » – pour imposer leur mise en scène ou un travail en pool (quelques photographes délégués qui partageront leurs images avec les autres).

Pour S. Calvet, plus on est nombreux plus il faut dire JE pour se démarquer dans cette fabrique de l’information ; l’information étant de la matière brute qu’il est nécessaire d’éditorialiser. Comment faire des choix dans quelque chose de très monté? C’est ce qu’il raconte souvent. Par exemple, F. Fillon va annoncer un plan d’austérité campé au milieu des dorures des salles de Matignon. Libération décide de faire un sujet sur ce paradoxe. Mais les journalistes sont attendus et F. Fillon est placé devant un fond bleu pour que les photographes cadrent une image du premier ministre indiquée sur un moniteur télé et moins sujette à polémique. Il faudra alors détourner et pervertir cette image téléguidée (fig. 03).

fig. 03. Dispositif de prise de vue prévu par Matignon. Photo S. Calvet

Construire une photographie : « la mécanique des choses » et la grammaire visuelle

Placement Mecanique_BD
fig. 04. Trajet de N. Sarkozy avec lequel le photographe doit composer pour construire son image

Car, le photographe insiste aussi sur ce point : les photographies se construisent. C’est un cadre, un choix. Mais surtout, il faut faire de nombreuses images pour obtenir celle qui le satisfait. Elle demande de comprendre la « mécanique des choses » à photographier (temps de l’observation et du placement par rapport à elles) et de connaître sa « grammaire visuelle ». Il recommence plusieurs fois une image pour construire progressivement les lignes de force qui orientent le regard vers des éléments qui vont avoir un sens pour l’usage de cette image dans le journal du jour. Travailler en rafale est, pour lui, à la base du travail photographique : « multiplier les essais permet d’arriver à la bonne image », comme les ratures pour un texte écrit permettent d’atteindre une bonne formulation2.

Dans cet exemple d’un déplacement de N. Sarkozy, et après avoir schématisé le trajet imposé aux photographes qui le suivent le long de la barrière prévue pour sa démonstration populaire (fig. 04), il raconte comment il se place et construit progressivement une bonne image (fig. 05)

mécanique img_montage
fig. 05. se placer et construire progressivement son image

Regarder et écouter ici le récit de la fabrique de cette image

fig. 06. Construire une bonne image. Photo S. Calvet
logiciel editing_BD
fig. 07. Editer ses photographies

Éditer ses photographies

Pour le photographe, ce n’est pas tant sur le nombre de prises de vue que la technologie numérique est venue modifier sa pratique mais bien plutôt dans son rapport à l’éditing, c’est-à-dire à la sélection de ses images. Immédiatement visibles (ce qui n’était pas le cas en argentique). Les images numériques permettent de procéder à un premier moment d’édition (premier choix) pendant la prise de vue (encore plus vrai avec les appareils équipés de logiciels permettant une transmission immédiate des images). Il peut ainsi envoyer au journal une première série de propositions dans l’après-midi pour un bouclage prévu en soirée. Le logiciel Fotostation Pro est l’outil de cet éditing. S. Calvet trie, choisit et remplit soigneusement les légende et les champs IPTC de ses images (fig. 07). D’une façon générale, sur les 500 à 800 photos quotidiennes qu’il prend, il en garde à peu près 80 – « un choix très large » – qu’il présente au journal. 15 à 30 images sur ces 80 choisies restent dans ses archives personnelles et il estime à une vingtaine de photographies son best-of annuel.

Le système médiatique intégré dans le travail de prise de vue : être un maillon d’une chaine professionnelle

Fillon_maquette Une
fig. 08. Anticiper la mise en page

Plusieurs fois, Sébastien Calvet a formulé voire expliqué des gestes professionnels qui montrent combien son travail de photographe de presse intègre le devenir de son image dans la publication presse à laquelle elle est destinée et le prévoir.

Une Fillon_BD
fig. 09. Montage final pour la Une publiée. Photos S. Calv

Il garde la maquette en tête pour pouvoir vendre ses images : il lui faut les penser de façon à ce qu’elles puissent être éditées et publiées. Aussi, F. Fillon à l’Assemblée Nationale est cadré  décadré, vertical, très large sur le bord droit (en regardant l’image) en prévisions des espaces nécessaires pour les titrailles d’une Une (fig. 08 et 09 ; voir aussi 07). Son éditing intègre, par ailleurs, des images en prévision de personnalités « devenues » : ces visages d’inconnus sur des photographies qui prennent ensuite une place dans le jeu politique et deviennent quelqu’un qu’il est bon d’avoir dans ses archives. Prendre en compte le rythme médiatique, les répétitions de situations ou de sujets, les redondances, les « marronniers » (comme le salon de l’agriculture)… font partie des contraintes avec lesquelles il compose pour la fabrication de ses images.

Car s’il participe éventuellement au choix des images pour la publication du jour, la décision finale revient au service photo du journal : ce sont ces éditeurs qui ont le plus de recul sur l’image, l’événement et le journal. Il a une vision de la publication dans son ensemble, du  chemin de fer au sein duquel l’image de l’événement prend place. Bien souvent le photographe ne décide pas de l’usage de ses images par le journal. (voir fig. 10., un exemple d’usage de la photographie de N. Sarkozy avec le bébé utilisée non pas dans l’actualité mais pour illustrer un sujet).

illustration_BD
fig. 10. Photographie utilisée pour un sujet

Sébastien Calvet est très clair : se placer, composer en amont avec des contraintes graphiques et pendant la prise de vue avec des contraintes physiques (« on fait aussi de la photographie avec ses pieds », dit-il), détourner des mises en scène prévue pour donner certaines images, construire son image, la choisir, faire en sorte qu’elle soit choisie et retenue par le service photo du journal…, sont autant de geste qui font de lui un photographe de presse professionnel. Un professionnel qui prend une place dans une longue chaîne de métiers et dont la production visuelle requiert un savoir faire certain, à commencer par savoir à quoi se destine l’image fabriquée et proposée.

Photojournaliste, c’est un métier… pas un mythe.

  1. (plusieurs fois commenté sur la plateforme CultureVisuelle []
  2. cf. le billet sur l’accélération photographique []

10 réflexions au sujet de « Rencontre avec Sébastien Calvet : photographe de presse, c’est un métier »

  1. Merci @ tous les trois pour vos comments.
    @ Yves: vous convoquez Gilles Caron à raison. Dans les quelques interviews de lui qui sont aujourd’hui disponibles (Zoom n°2 d’avril 1970, repris dans le Scrapbook ; et un entretien avec Jean-Claude Gautrand en 1969, principalement), ce photographe raconte son métier d’une façon très similaire à celle de Sébastien Calvet aujourd’hui. Il insiste lui aussi sur le fait que son métier ne s’arrête pas au moment de la seule prise de vue. Ces images sont produites dans un contexte particulier et pour des usages spécifiques. Intégrer tous ces paramètres (le dispositif médiatique) est tout aussi indispensable que la belle image pour un être un bon photographe de presse. Le talent, c’est aussi comprendre cette écologie, pourrait-on dire. C’est ce qui fait le prix de tels témoignages: clairs et convaincants quant au rôle fondamental du photographe et lucide sur le fait qu’il est au coeur d’un système pour lequel et avec lequel il fait ses images.

  2. Je pense que la disparition des frais techniques a surtout transformé le travail des amateurs. En argentique, il y avait des professionnels qui avaient la gâchette facile et d’autres qui déclenchaient très peu. Mais en général, l’angoisse principale ce n’était pas les frais techniques pour les professionnels qui déclenchaient beaucoup, mais la peur de se trouver obligé de recharger leurs boîtiers au mauvais moment. 🙂 En fait lorsque l’on travaillait en inversible (diapositive), on était même incité à prendre plus d’images en argentique qu’en numérique pour assurer le résultat en bracketant l’exposition.

  3. Si si, c’est une bonne idée..J’ai quelques suggestion à leur faire sur la campagne. Je plaisante, bien sûr.

    800 photos par jour! Il en garde 80.

    Dans l’entretien avec la veuve de Gilles Caron (libé) – à l’occasion de la sortie du Scrap Book, il y avait à cet égard un chiffre intéressant. Sa moyenne par jour sur sa durée d’activité est en gros de deux pellicules 36 poses. Allez savoir pourquoi, c’est à peu près la mienne en « voyage documentaire » – soit dit en passant mon chiffre est à peu près le même en argentique et en numérique, et je peux présumer que c’est celle de nombreux « photographes du passé ».

    Foin de statistiques vides. Malheureusement, derrière les chiffres, cela rejoint ce que je me suis dit à l’occasion de la disparition récente d’un photographe de guerre, à savoir qu’il y avait quelque chose de « dérangeant » dans ces images d’actualité numérique, quelque chose quelles ne parvenaient pas à capter, ou du moins à créer, ou recréer pour ainsi dire. Elles deviennent au fond, plus des arrêts sur image d’un film perpétuel, que des incarnations d’une position et d’un « véritable regard ». Je n’irais pas jusqu’à dire que les photographes ne se placent plus, le texte ci-dessus indiquent bien que ce n’est pas le cas, et il n’est qu’à regarder les très bons agir, on sait que le jeu de jambe c’est primordial. Mais le placement de la personne n’a vraiment pas la même valeur qu’avant.

  4. Très intéressant billet, qui résume bien le métier du photographe de presse.
    J’aime beaucoup la manière dont Sébastien Calvet raconte son métier (ici ou sur son blog) et je trouve que Libération a avec lui et Laurent Troude une paire de photographe du monde politique extrêmement doué.

    Par contre je ne sais pas si c’est une bonne idée de laisser les numéros de téléphone des attachées de presse de Sarkozy lisible sur la figure 2?!

  5. @ Sylvain: Absolument! Le mémoire de Valentina est téléchargeable ici. C’est l’objet aussi de l’enquête sociologique que tu mènes. Ces échanges font par ailleurs ressortir combien d’autres professions moins – voire pas – connues (en dehors des cercles professionnels) ont un rôle fondamental dans ces élaborations. On peut penser aux éditeurs photo, dont nous avons souvent parlé ici, aux chargés de l’indexation des images, aux iconographes ou, dans un autre registre, aux fichistes en télévision par exemple.

  6. J’ajoute mes remerciements pour ce compte rendu et son compléments audio. Je suis 1000 fois d’accord sur l’intérêt de rencontrer les professionnels et de les interroger sur leurs pratiques effectives (plutôt que sur leur idée du métier, leur conception de l’image, etc.). Cet éclairage détaillé fait l’intérêt par exemple du mémoire de Valentina sur la retouche. Surtout ne pas s’en tenir à la discussion des images.

  7. @ Valentina: oui, le témoignage des professionnels est souvent une source précieuse 😉
    @ Alexie: tout à fait d’accord avec toi! ce récit du quotidien des travailleurs du système médiatique fait cruellement défaut dans les décryptages qu’ils nous en proposent souvent. Alors qu’ils s’avèrent être des interlocuteurs fondamentaux pour sa compréhension. Et effectivement, une telle description montre bien combien il est absurde de ne questionner le sens que dans l’image (au contraire de ce que construisent la plupart des systèmes de valorisation de la profession, comme le discute Thierry ici).

  8. Merci pour ce compte-rendu qui fait regretter de n’avoir pas été là !
    On se rend compte, encore une fois, à quel point il faut rencontrer les professionnels qui travaillent au quotidien dans les différents systèmes médiatiques pour pouvoir les étudier justement.
    Rien n’est dans l’image – ou presque, tout est en dehors, l’expérience de Sébastien Calvet nous le confirme !

Laisser un commentaire