Le numérique fonde-t-il une nouvelle histoire du visuel?

4080146332_9618a11332_mIntervention d’André Gunthert au colloque « Numériser les images, et après? » (Archimage 09), le 19 novembre 2009, INHA.

Introduction: « Vers 1910, on parlait de « cartes postales photographiques ». L’utilisation de ce support cartonné pour l’impression de photos en similigravure était alors une nouveauté. Après la guerre de 1914-1918, on ne disait plus que « cartes postales », tant l’association de la photo à ce subjectile paraissait déjà aller de soi. Aujourd’hui, nous arrivons au moment où il commence à devenir superflu d’utiliser l’adjectif « numérique » pour parler des nouvelles images. Qu’elles nous viennent d’un appareil photo ou d’un scanner, par l’intermédiaire d’un écran ou d’un support papier, presque toutes nos images sont désormais composées de pixels. Seul le cinéma résiste encore au tout-numérique, mais son évolution est inéluctable. Aujourd’hui, presque toutes nos images sont numériques, et nous allons bientôt cesser de recourir à ce qualificatif inutile. La plus importante transition des technologies d’enregistrement visuel a aussi été la plus rapide et la plus fluide de toute son histoire. »

> Ecouter la suite…

Conclusion: « Ce qui est en train d’arriver aux images, c’est qu’elles deviennent disponibles, gratuites, immédiates, sans qu’on aie besoin de demander le droit de les consulter. Là est le vrai changement: on passe d’un monde de l’image sous contrôle à un monde dans lequel l’image est disponible, d’un paradigme de la rareté à un paradigme de l’abondance. Les contenus disponibles ne sont plus les mêmes, donc les chercheurs se déplacent eux aussi, ne sont plus contraints de limiter leurs recherches aux seules ressources des collections, et travaillent sur celles, nouvelles, qui leur sont fournies par les agrégateurs (comme Youtube…). C’est donc bien une nouvelle histoire visuelle commence – avec un peu moins de culture savante et beaucoup plus de vernaculaire. »


Laisser un commentaire