Archives par mot-clé : colloque

9-10 novembre 2015: 1st Conference International Last Focus Visual Research Network

FR 1st LFVRN 2015 - Visual Ethnography Conference Les 9 et 10  novembre  prochain, se tient le 1er Colloque International Last Focus Visual Research Network, à Paris, EHESS (190 avenue de France, Paris 13ème),  consacré à l' »Ethnographie visuelle. Outils, archives et méthodes d’enquête ».

J’ai le plaisir de faire une présentation au sein du panel « Utilisation de la photographie comme support de documentation » le 9 novembre dans l’apres-midi. Intitulée « Noircir Mai 68: archive photographique ou construction culturelle d’un monochrome médiatique? », ma présentation propose, à la lumière de l’exemple de Mai 68, quelques éléments pour faire de la photographie de presse une source pour l’historien.

Programme à télécharger ici.

En présence d’Howard S. Becker (USA), Pierre-Olivier Dittmar (EHESS), Daniel Fabre (EHESS), Bruno Pequignot (U. Sorbonne Nouvelle), Jean-Claude Schmitt (EHESS), Joyce Sebag (U. Evry).

Gratuit sur inscription.

Journée d’études “L’histoire de la photographie en perspective”

Journée d’études proposée par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, sous la responsabilité scientifique de Michel Poivert et André Gunthert.

Jeudi 30 juin 2011, INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Jullian (1er étage).

  • 9h30. Introduction par Michel Poivert et André Gunthert

Continuer la lecture de Journée d’études “L’histoire de la photographie en perspective”

CR du colloque « Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels »

Compte-rendu à 6 mains par Sébastien Dupuy, Alexie Geers et Audrey Leblanc, du colloque Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels

Le texte de présentation de ces deux journées posait dès son introduction les nouveaux enjeux pour les photographes confrontés à «l’ère de la capture numérique» et «de la société en réseaux». Ce colloque affichait un désir de dialogue entre professionnels afin de penser de nouvelles possibilités pour le photographe de travailler dans un monde techniquement nouveau en une volonté énoncée de se tourner vers l’avenir pour faire face aux évolutions du métier.

Si la première matinée a rendu compte des données nouvelles de la photographie (transformation de la profession de photographe, photographie numérique, mise en place des réseaux sociaux,…) en prenant soin de rendre compte de la diversité des pratiques à l’intérieur même du métier de photographe par Sylvain Maresca, les interventions suivantes ne se sont globalement attachées qu’au seul cas du photojournalisme, s’inscrivant alors dans les traditionnels poncifs qui entourent la photographie. Entre convictions datées et résistances aux nouveaux enjeux entrevus comme une menace sérieuse, seul le statut «d’auteur-photographe» est défendu (UPC devenue UPP, Freelens, marché de l’art…) et discuté.

Continuer la lecture de CR du colloque « Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels »

Le numérique fonde-t-il une nouvelle histoire du visuel?

4080146332_9618a11332_mIntervention d’André Gunthert au colloque « Numériser les images, et après? » (Archimage 09), le 19 novembre 2009, INHA.

Introduction: « Vers 1910, on parlait de « cartes postales photographiques ». L’utilisation de ce support cartonné pour l’impression de photos en similigravure était alors une nouveauté. Après la guerre de 1914-1918, on ne disait plus que « cartes postales », tant l’association de la photo à ce subjectile paraissait déjà aller de soi. Aujourd’hui, nous arrivons au moment où il commence à devenir superflu d’utiliser l’adjectif « numérique » pour parler des nouvelles images. Qu’elles nous viennent d’un appareil photo ou d’un scanner, par l’intermédiaire d’un écran ou d’un support papier, presque toutes nos images sont désormais composées de pixels. Seul le cinéma résiste encore au tout-numérique, mais son évolution est inéluctable. Aujourd’hui, presque toutes nos images sont numériques, et nous allons bientôt cesser de recourir à ce qualificatif inutile. La plus importante transition des technologies d’enregistrement visuel a aussi été la plus rapide et la plus fluide de toute son histoire. »

> Ecouter la suite…

Conclusion: « Ce qui est en train d’arriver aux images, c’est qu’elles deviennent disponibles, gratuites, immédiates, sans qu’on aie besoin de demander le droit de les consulter. Là est le vrai changement: on passe d’un monde de l’image sous contrôle à un monde dans lequel l’image est disponible, d’un paradigme de la rareté à un paradigme de l’abondance. Les contenus disponibles ne sont plus les mêmes, donc les chercheurs se déplacent eux aussi, ne sont plus contraints de limiter leurs recherches aux seules ressources des collections, et travaillent sur celles, nouvelles, qui leur sont fournies par les agrégateurs (comme Youtube…). C’est donc bien une nouvelle histoire visuelle commence – avec un peu moins de culture savante et beaucoup plus de vernaculaire. »