Archives par mot-clé : economie

Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

Au printemps 2017, le n°35 d’Études photographiques signait la fin de cette revue, que l’on regrettera. Largement consacré aux images du  photojournalisme, nous y avons publié avec Sébastien Dupuy1 un article écrit à quatre mains à propos du fonds Sygma tel qu’exploité par Corbis dans les années 2000-2010. En effet,  à la faveur du contexte de crise de la transition numérique, nous avons pu avoir accès au fonds Sygma, parangon de la nouvelle génération d’agences photographiques qui émerge en France à la fin des années 1960. Il présente les traces matérielles de sa gestion et de son reconditionnement et celles des classements antérieurs. Ces traces permettent de proposer une description des activités de l’agence qui tient compte de ses contraintes industrielles, esquissant les contours d’une autre histoire du photojournalisme2. L’article est construit en quatre temps :

  • Sygma : une structure d’agence héritée des modèles précédents
  • Faire commerce de(s) photographies
  • Prédominance de la diapositive dans les années 1970-1990 : vulnérabilité de ces fonds couleur
  • Le photographe auteur : une notion relative en agence

 

Plaquette de communication de l’agence Sygma 1973-1978. Coll. Particulière.

 « 25% de 50 millions faisant 12,5 millions de clichés, voilà le stock qui est menacé de destruction. Ce n’est pas rien ! Une tranche de l’Histoire du monde rassemblée au péril de la vie des photographes. Surtout, qu’inopinément, Marianne Caron, Présidente de la Fondation Gilles Caron, apprend que dans cette douzaine de millions de photos, se trouvent 736 films appartenant à Gilles Caron de l’époque où il travaillait pour l’agence APIS rachetée par Sygma ! Comme quoi, dans tous ces millions de clichés, il y a de véritables œuvres3 ! ».

En 2010, peu après la liquidation judiciaire de Corbis-Sygma, le journaliste Michel Puech déplore les incertitudes qui pèsent sur le devenir du fonds Sygma, d’une valeur historique inestimable. A ses yeux, le désintérêt pour ces archives risque de faire disparaître des images de grands auteurs. Cette réaction manifeste l’emprise d’un stéréotype sur les enjeux de la conservation de ces fonds4.

Les instances du photojournalisme (rédactions, agences, festivals, prix,…) éditent des compilations ou des albums qui sont d’abord des outils promotionnels, mais qui se présentent volontiers comme une vision de l’histoire. Ces ouvrages proposent une figure idéalisée du reporter de guerre5, ou plus récemment la figure de l’auteur photographe, décrivent la photographie de news comme le cœur de leur activité, et mettent en avant une sélection des meilleures images. Ces publications partagent un même récit construit autour d’événements phares (guerre du Vietnam, des Six Jours, Mai 68…), de figures célèbres (Robert Capa, Raymond Depardon, James Nachtwey…), ou d’anecdotes partagées. Elles défendent l’idée d’un modèle d’agence dans lequel la figure du photographe est centrale et la photographie souveraine, dans un rapport immédiat entre l’image et l’événement6. Cette vulgate professionnelle construit une histoire primitive du photojournalisme prise en charge par ses propres acteurs, qui fait écran à tout autre récit concurrent7. Car les enjeux de la version officielle dépassent les seules questions de l’héroïsme et du talent des photographes. Au-delà de l’histoire de ces images, le geste corporatiste interroge les raisons qu’il y a à nourrir des mythes pour un milieu professionnel qui revendique pourtant avec force sa transparence.

La valorisation symbolique des images a en effet pour conséquence leur valorisation économique. Continuer la lecture de Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

  1. Sébastien Dupuy a été rédacteur en chef du service Collections & Photographes à l’agence Corbis-Sygma et a mené, de 2004 à 2010, le projet d’editing et de numérisation des fonds photographiques de l’agence Sygma. []
  2. Les auteurs remercient André Gunthert pour son soutien et ses relectures ainsi que Laureline Meizel []
  3. Michel Puech, « Des photos de Gilles Caron retrouvées dans un bunker normand », Médiapart, 21 février 2011. Voir aussi Michel Guerrin, « Le manque de moyens met en péril les archives de France-Soir », Le Monde, 15 mars 2010. []
  4. Michel GUERRIN, Profession photoreporter – Vingt ans d’images d’actualité, Paris, Centre Georges Pompidou/Beaubourg, 1988. []
  5. Clément CHÉROUX, « Mythologie du photographe de guerre », in Thérèse Blondet-Bisch, Laurent Gervereau, Robert Franck, André Gunthert (dir.), Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, BDIC/Somogy, 2001. p. 306-311. []
  6. Entretien avec Hubert Henrotte, 2005. []
  7. En témoignent les réactions virulentes à l’encontre de la récente enquête entreprise par Allan D. Coleman, qui discute la version officielle de la prise de vue des photographies du débarquement du 6 juin 1944 par Robert Capa, cf. Etudes photographiques n° 35, printemps 2017. []

Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

a-perte-de-vue_F L‘ouvrage collectif  A perte de vue. Nouveaux paradigmes du visuel vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Daniel Dubuisson et Sophie Raux, cet ouvrage est le fruit d’une expérience originale et novatrice qui a été menée dans le cadre du Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Visual Studies – Les nouveaux paradigmes du visuel » initié par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS entre 2010 et 2012, à laquelle j’ai eu le plaisir de participer. Je remercie chaleureusement Daniel Dubuisson et Sophie Raux pour leur travail et leur disponibilité et reproduis ici mon article.1.

En 2008, Boris Gobille souhaite libérer Mai 68 d’une série d’interprétations qui font écran à la compréhension historique de l’événement, encore trop soumis aux « impasses de sa circulation mémorielle ultérieure ». En effet, celui-ci fait immédiatement l’objet d’interprétations et sa célébration, lors de ses anniversaires décennaux successifs, donne lieu à autant de stratifications narratives supplémentaires. De plus, cette « emprise mémorielle, qui fait écran, s’est trouvée d’une certaine façon redoublée dans son principe par l’optique que retient à son tour l’entreprise des Lieux de mémoire de Pierre Nora, pour qui « L’événement n’a de sens que commémoratif2»3.

En 2008 encore, l’historienne spécialiste de Mai 68 Michelle Zancarini-Fournel publie une synthèse en forme de mise à plat raisonnée de toutes ces interprétations4 et propose un panorama des ressources disponibles pour en poursuivre et en approfondir les analyses d’ambition historienne. Son ouvrage ratifie l’impossibilité de nier ces strates interprétatives – commémoratives, répétitives et stéréotypées, elles font partie de l’historiographie de Mai 68 – mais aussi la nécessité de s’en extraire pour avancer dans l’écriture de l’histoire des événements.

Continuer la lecture de Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

  1. Je remercie également André Gunthert et Alexie Geers pour leurs précieuses relectures. []
  2. Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Les France, Paris, Gallimard, [1984] 1997, t. 3, p. 4688-4690. []
  3. Boris Gobille, « « L’événement Mai 68 » Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008/2 63e année, p. 321-349. p. 321-322. []
  4. Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2008 []