Archives par mot-clé : Gamma

Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

politiques-visuelles_f L‘ouvrage collectif  Politiques visuelles vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Gil Bartholeyns, cet ouvrage résulte du colloque « Les Visual Studies et le monde francophone« , tenu en 2011 au Quai Branly, à Paris. L’introduction est  en ligne : « Un bien étrange cousin : les Visual Studies« . Je remercie vivement Gil Bartholeyns pour ce travail et reproduis ici mon article à propos de l’association de Gilles Caron à Mai 681.

Daniel Cohn-Bendit face à un CRS devant la Sorbonne, le 6 mai 1968, par Gilles Caron. Tirage de presse [1977].

La photographie de presse, en France depuis quelques années, s’inscrit dans le champ culturel et artistique en une volonté de rejoindre l’histoire de l’art, selon un processus de légitimation largement pris en charge par les milieux professionnels eux-mêmes2. Ceux qui font et utilisent les images médiatiques en racontent aussi l’histoire. Ils affirment leur évidence documentaire lors des événements et donnent ainsi une importance particulière aux images photojournalistiques de news ; leur légitimité culturelle reposant sur leur rôle historique (notamment par la valorisation de certaines images, devenant icônes) et sur leurs qualités esthétiques. Dès lors, la persistance culturelle de telles images s’explique par leur statut de document exceptionnel. Il en est ainsi par exemple du face-à-face de Daniel Cohn-Bendit avec un policier CRS (Compagnies républicaines de sécurité) en 19683, dont l’auteur, Gilles Caron, est lui-même surnommé « LE » photographe de Mai 68, au nom des publications immédiates de ses images4.
Pourtant, la confrontation aux occurrences publiées au printemps 1968 remet implacablement en cause ces assertions et le discours professionnel. Une approche culturaliste, à la suite de celle de L. W.
Lewine5, permet alors de complexifier notre rapport aux photographies de presse, images fixes médiatiques dont il convient de comprendre le système dans lequel elles s’inscrivent pour mieux les appréhender et comprendre leur qualité de représentation. Dans ce cas exemplaire, la promotion du photojournalisme par lui-même, en particulier par (et de) l’agence Gamma puis la naturalisation de ces discours par le rituel médiatique des anniversaires, œuvrent dans le temps à l’élaboration d’une forme médiatique des événements de Mai 68. Prendre la mesure du visuel qui nous entoure6 conduit à percevoir les enjeux d’une telle construction culturelle et son rôle dans la perception des événements historiques7.

Continuer la lecture de Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

  1. Les références iconographiques de cette version web sont les bonnes. []
  2. Gaëlle Morel, Le Photoreportage d’auteur. L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970, Paris, CNRS Éditions, 2006. []
  3. Vincent Duclert, « L’engagement des photographes : le photojournalisme en action », in Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 390-394. []
  4. Michel Nuridsany, « Gros plan sur Gilles Caron », Le Figaro, 24 mai 1978, p. 32. Pierre Georges, « Tableaux de Mai », Le Monde, 29 avril 1998 []
  5. Lawrence W. Lewine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence de la hiérarchie culturelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2010 [1988] []
  6. Nicolas Mirzoeff, An Introduction to Visual Culture, New York, Routledge, 2010 [1999], « What is visual studies ? ». []
  7. Aux archives réunies par la Fondation Caron (créée en 2007) s’ajoute la consultation de la presse magazine ; spécialisée ; quotidienne ; étrangère ; des livres, des expositions et des émissions télé et radio de ces quarante ans []

Colloque « Quelle histoire pour le photojournalisme? »

Les enregistrements du colloque Quelle histoire pour le photojournalisme ? organisé par Michel Poivert et Clara Bouveresse à l’occasion de l’exposition Gilles Caron, le conflit intérieur  le 18 octobre 2014 au Jeu de Paume, sont en ligne.
Caron_Photojournalisme

Quelle histoire pour le photojournalisme ? / 1

Interventions de Michel Poivert, historien de l’art, en entretien avec Louis Bachelot, directeur de la Fondation Caron ; Clara Bouveresse, doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Paul Lowe, photographe et directeur du Master en Photojournalisme et Photographie Documentaire du London College of Communication au sein de l’University of the Arts London ; Dominique Versavel, conservatrice des collections en photographie du XXe siècle à la BnF.

La mèche rebelle de De Gaulle : l’implicite au service de l’usage illustratif

Paris-Match n° 999 du 29 juin 1968, p. 126-127. Photographie Gamma.

Note rapide, en forme de rebond sur le récent billet de Grégory Divoux, à propos des jeux sur l’implicite dans l’usage des photographies dans la presse. Ici, l’exemple d’une image publiée par la presse magazine en 1968 : le portrait de de Gaulle qui se recoiffe, pris en Roumanie, lors du voyage officiel du chef de l’état entre les 14 et 18 mai. Ou plutôt, les deux portraits du général : l’un, publié par Paris Match n°999 du 23-30 juin 1968, en couleur, est crédité Gamma.

Continuer la lecture de La mèche rebelle de De Gaulle : l’implicite au service de l’usage illustratif

« Eyedea: toutes agences confondues… »

Signalement : ce billet synthèse de Michel Puech alors que le groupe Eyedea (agences Gamma, Rapho, Keystone, Hoa-Qui,…) voit son avenir se décider devant le tribunal de commerce de Paris.

20100128_G11-02213 rue d’Enghien à Paris© Michel Puech

« Demain, mardi 2 février 2010, le Tribunal de Commerce de Paris devrait préciser l’échéancier dont dépendra la pérennisation ou non du plus important fond photographique français regroupant les œuvres produites par les photographes de Gamma, Rapho, Keystone, Hoa-qui, Explorer, Jacana, Top, Stylls etc. La semaine dernière, la direction du Groupe composé de 4 sociétés (Eyedea Presse, Eyedea Illustration, Eyedea Exclusive et Crystal) avait annoncé sa mise en cessation de paiement. 40 millions d’euros seraient réclamés pour des pertes de documents ! »

Lire la suite