Archives par mot-clé : Histoire

Colloque “Les visual studies et le monde francophone”

Après avoir transformé le paysage académique anglo-saxon, les visual culture studies font leur apparition dans le monde francophone: laboratoires, unités de recherches, chaire, publication en ligne labellisés “culture visuelle”. Centré sur la vision, la dimension visuelle du social et les images de toutes natures (tant artistiques que scientifiques ou “populaires”), ce champ opère un déplacement des savoirs. Pour en prendre la mesure, la rencontre réunit des historiens, des historiens de l’art, des traducteurs, des sociologues, des littéraires, des anthropologues. Les contributions et les discussions des jeudi 6 et vendredi 7 janvier 2011

Continuer la lecture de Colloque “Les visual studies et le monde francophone”

La part de fiction dans les images documentaires

Signalement de la publication sur revues.org du numéro La part de fiction dans les images documentaires (http://cm.revues.org/331), n°6 de la revue transdisciplinaire canadienne Conserveries Mémorielles et bulletin n°89 de l’Institut d’Histoire du Temps Présent.


image-couverture

Ce numéro s’intéresse aux images reconnues comme documentaires (films et photographies) alors même que ces images d’enregistrement sont une interprétation du réel, c’est du côté du récit construit qu’est analysée ici leur médiatisation du réel. Les contraintes techniques, l’exercice d’une subjectivité (du « créateur ») ou encore le contexte (historique, économique, politique, culturel, etc.) sont autant d’éléments qui

Continuer la lecture de La part de fiction dans les images documentaires

La voix des professionnels : notes méthodologiques

« Consommée au quotidien, la photographie de presse fait partie de notre paysage visuel depuis bien plus d’un siècle. […] D’emblée, ses frontières paraissent vastes, et on ne saurait les limiter à l’activité considérée comme la plus noble dans ce domaine, le photoreportage. […] La difficulté majeure ne vient pas pourtant de la seule délimitation du terrain d’étude, mais se situe avant tout dans le fait que cet objet a souvent été appréhendé par le versant de sa production première, celle qui est due à l’acte photographique. […] Or, il me semble que, bien au contraire, la photo de presse se définit principalement par sa forme finale, celle qui se matérialise lors de sa publication. […] L’aboutissement ultime de la photographie de presse […] ne survient qu’après l’impression finale, mécanisée et sérielle, sur le papier léger d’un journal illustré ou d’un quotidien. L’arracher de son support pensé pour être éphémère, l’isoler de la composition complexe d’une double page de magazine ou du grand format d’un quotidien, c’est en faire autre chose, c’est la dénaturer. » écrit Gianni Haver pour l’introduction (p. 7-8) au livre Photo de presse. Usages et pratiques qu’il a dirigé aux éditions Antipodes en 2009. Le dernier texte de ce recueil d’articles s’intitule significativement « Maîtriser l’image : du clic à la rotative ». Et, tout aussi significativement,

Continuer la lecture de La voix des professionnels : notes méthodologiques

Le numérique fonde-t-il une nouvelle histoire du visuel?

4080146332_9618a11332_mIntervention d’André Gunthert au colloque « Numériser les images, et après? » (Archimage 09), le 19 novembre 2009, INHA.

Introduction: « Vers 1910, on parlait de « cartes postales photographiques ». L’utilisation de ce support cartonné pour l’impression de photos en similigravure était alors une nouveauté. Après la guerre de 1914-1918, on ne disait plus que « cartes postales », tant l’association de la photo à ce subjectile paraissait déjà aller de soi. Aujourd’hui, nous arrivons au moment où il commence à devenir superflu d’utiliser l’adjectif « numérique » pour parler des nouvelles images. Qu’elles nous viennent d’un appareil photo ou d’un scanner, par l’intermédiaire d’un écran ou d’un support papier, presque toutes nos images sont désormais composées de pixels. Seul le cinéma résiste encore au tout-numérique, mais son évolution est inéluctable. Aujourd’hui, presque toutes nos images sont numériques, et nous allons bientôt cesser de recourir à ce qualificatif inutile. La plus importante transition des technologies d’enregistrement visuel a aussi été la plus rapide et la plus fluide de toute son histoire. »

> Ecouter la suite…

Conclusion: « Ce qui est en train d’arriver aux images, c’est qu’elles deviennent disponibles, gratuites, immédiates, sans qu’on aie besoin de demander le droit de les consulter. Là est le vrai changement: on passe d’un monde de l’image sous contrôle à un monde dans lequel l’image est disponible, d’un paradigme de la rareté à un paradigme de l’abondance. Les contenus disponibles ne sont plus les mêmes, donc les chercheurs se déplacent eux aussi, ne sont plus contraints de limiter leurs recherches aux seules ressources des collections, et travaillent sur celles, nouvelles, qui leur sont fournies par les agrégateurs (comme Youtube…). C’est donc bien une nouvelle histoire visuelle commence – avec un peu moins de culture savante et beaucoup plus de vernaculaire. »