Archives par mot-clé : matérialité

Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

Au printemps 2017, le n°35 d’Études photographiques signait la fin de cette revue, que l’on regrettera. Largement consacré aux images du  photojournalisme, nous y avons publié avec Sébastien Dupuy1 un article écrit à quatre mains à propos du fonds Sygma tel qu’exploité par Corbis dans les années 2000-2010. En effet,  à la faveur du contexte de crise de la transition numérique, nous avons pu avoir accès au fonds Sygma, parangon de la nouvelle génération d’agences photographiques qui émerge en France à la fin des années 1960. Il présente les traces matérielles de sa gestion et de son reconditionnement et celles des classements antérieurs. Ces traces permettent de proposer une description des activités de l’agence qui tient compte de ses contraintes industrielles, esquissant les contours d’une autre histoire du photojournalisme2. L’article est construit en quatre temps :

  • Sygma : une structure d’agence héritée des modèles précédents
  • Faire commerce de(s) photographies
  • Prédominance de la diapositive dans les années 1970-1990 : vulnérabilité de ces fonds couleur
  • Le photographe auteur : une notion relative en agence

 

Plaquette de communication de l’agence Sygma 1973-1978. Coll. Particulière.

 « 25% de 50 millions faisant 12,5 millions de clichés, voilà le stock qui est menacé de destruction. Ce n’est pas rien ! Une tranche de l’Histoire du monde rassemblée au péril de la vie des photographes. Surtout, qu’inopinément, Marianne Caron, Présidente de la Fondation Gilles Caron, apprend que dans cette douzaine de millions de photos, se trouvent 736 films appartenant à Gilles Caron de l’époque où il travaillait pour l’agence APIS rachetée par Sygma ! Comme quoi, dans tous ces millions de clichés, il y a de véritables œuvres3 ! ».

En 2010, peu après la liquidation judiciaire de Corbis-Sygma, le journaliste Michel Puech déplore les incertitudes qui pèsent sur le devenir du fonds Sygma, d’une valeur historique inestimable. A ses yeux, le désintérêt pour ces archives risque de faire disparaître des images de grands auteurs. Cette réaction manifeste l’emprise d’un stéréotype sur les enjeux de la conservation de ces fonds4.

Les instances du photojournalisme (rédactions, agences, festivals, prix,…) éditent des compilations ou des albums qui sont d’abord des outils promotionnels, mais qui se présentent volontiers comme une vision de l’histoire. Ces ouvrages proposent une figure idéalisée du reporter de guerre5, ou plus récemment la figure de l’auteur photographe, décrivent la photographie de news comme le cœur de leur activité, et mettent en avant une sélection des meilleures images. Ces publications partagent un même récit construit autour d’événements phares (guerre du Vietnam, des Six Jours, Mai 68…), de figures célèbres (Robert Capa, Raymond Depardon, James Nachtwey…), ou d’anecdotes partagées. Elles défendent l’idée d’un modèle d’agence dans lequel la figure du photographe est centrale et la photographie souveraine, dans un rapport immédiat entre l’image et l’événement6. Cette vulgate professionnelle construit une histoire primitive du photojournalisme prise en charge par ses propres acteurs, qui fait écran à tout autre récit concurrent7. Car les enjeux de la version officielle dépassent les seules questions de l’héroïsme et du talent des photographes. Au-delà de l’histoire de ces images, le geste corporatiste interroge les raisons qu’il y a à nourrir des mythes pour un milieu professionnel qui revendique pourtant avec force sa transparence.

La valorisation symbolique des images a en effet pour conséquence leur valorisation économique. Continuer la lecture de Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

  1. Sébastien Dupuy a été rédacteur en chef du service Collections & Photographes à l’agence Corbis-Sygma et a mené, de 2004 à 2010, le projet d’editing et de numérisation des fonds photographiques de l’agence Sygma. []
  2. Les auteurs remercient André Gunthert pour son soutien et ses relectures ainsi que Laureline Meizel []
  3. Michel Puech, « Des photos de Gilles Caron retrouvées dans un bunker normand », Médiapart, 21 février 2011. Voir aussi Michel Guerrin, « Le manque de moyens met en péril les archives de France-Soir », Le Monde, 15 mars 2010. []
  4. Michel GUERRIN, Profession photoreporter – Vingt ans d’images d’actualité, Paris, Centre Georges Pompidou/Beaubourg, 1988. []
  5. Clément CHÉROUX, « Mythologie du photographe de guerre », in Thérèse Blondet-Bisch, Laurent Gervereau, Robert Franck, André Gunthert (dir.), Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, BDIC/Somogy, 2001. p. 306-311. []
  6. Entretien avec Hubert Henrotte, 2005. []
  7. En témoignent les réactions virulentes à l’encontre de la récente enquête entreprise par Allan D. Coleman, qui discute la version officielle de la prise de vue des photographies du débarquement du 6 juin 1944 par Robert Capa, cf. Etudes photographiques n° 35, printemps 2017. []

23 novembre 2015 : soutenance de thèse « L’Image de Mai 68 : du journalisme à l’histoire »

Mai 68 en 2008
Mai 68 en 2008

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse intitulée : « L’image de Mai 68, du journalisme à l’histoire », dirigée par André Gunthert (chaire d’histoire visuelle, EHESS) et Michel Poivert (Paris 1, HicSA), le lundi 23 novembre prochain, à 14h en salle Lombard de l’Ehess 96 boulevard Raspail à Paris.

Jury : Françoise Denoyelle (Louis Lumière), André Gunthert (EHESS), Michel Poivert (Paris 1), Sylvain Maresca (Nantes), Michelle Zancarini-Fournel (Lyon).

Résumé

Ces recherches déplient les différents pans de la médiatisation des événements de mai juin 1968 en France par la presse magazine et les entreprises du photojournalisme au cours des quarante cinq dernières années. L’étude de cas du dit Mai 68 donne la mesure de la construction de l’histoire par le journalisme en faisant le choix de l’analyse à l’échelle de l’évènement. Une chaine éditoriale conduit à l’élaboration des récits médiatiques ; elle n’a pas vocation à être vue, les médias revendiquant leur objectivité et leur transparence. Restituer la place des images dans ces élaborations et les considérer sous l’angle de l’occurrence éditoriale met en évidence cette chaine éditoriale et le rôle des images dans la mise en forme des événements – voire leur qualification. Elle amène ainsi à prendre la mesure du rôle fondamental de l’éditeur dans les étapes de ces élaborations médiatiques.

Dans un tel cadre, le choix d’une démarche historienne et culturaliste redonne sa place à l’agence de photographie, entreprise qui exploite, c’est-à-dire commercialise, les images. La description de sa structure – indexation et photothèque ; editing et édition, notamment – contextualise la production de ces corpus visuels ; et indique l’impact de ces structures entrepreneuriales sur la mise en récit des événements. La valorisation de ces images portée par les professionnels, en une histoire encore très corporatiste, entre en jeu dans l’exploitation des fonds. L’autorité culturelle de ces représentations (ici de Mai 68) repose ainsi sur des éléments de légitimations professionnelles.

Enfin, la multiplication des opportunités éditoriales se comprend alors comme un besoin structurel (et plus seulement une complaisance narrative) de ce qu’il convient de considérer comme une industrie culturelle. Dès lors, les effets de répétitions des corpus visuels, particulièrement au cours de dates anniversaires ou « commémorations », habituellement justifiées par une archive photographique finie, s’expliquent par le souci de la réutilisations de certains fonds d’images. La circulation de ces représentations conduit ainsi à la circularité et à la fixation des récits médiatiques des événements historiques selon des mécanismes caractéristiques des constructions culturelles telles que définies par Lawrence W. Lewine notamment1.

Mots clés : agence de photographie ; archive ; commémoration ; éditeur ; Gamma ; Gilles Caron ; histoire ; histoire culturelle ; icône ; image ; industries culturelles ; Mai 68 ; mai-juin 1968 ; médias ; Paris-Match ; photographie ; photojournalisme ; récit ; représentation ; Jean-Pierre Rey ; Sipa ; Sygma.

  1. Lawrence W. Lewine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence de la hiérarchie culturelle aux États-Unis, Paris, La Découverte/Textes à l’appui, 2010. (1988 []

Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.

Interview by Michel Poivert for Les Cahiers de la Fondation Caron n°1 (spring 2015 issue), Fondation Bru and Filigrane editor. En français ici.

Cahiers-Fondation-Caron_Couleur n°1.
Cahiers-Fondation-Caron_Couleur-01.

Michel Poivert : The history of the press seems a good place to observe our culture of color photography. In the 1960s, how did the French press choose to print either in black and white or in color? Was there a standard way of operating, or did different newspapers and magazines follow different approaches?

Audrey Leblanc : In the mid-1960s, while daily newspapers were entirely in black and white, weeklies commonly published their covers and only about 20 percent of their illustrations in color using the four-color process. At that time, L’Express, Le Nouvel Observateur and Paris Match dominated the news magazine sector.

Each of these magazines had its own editorial practices, including the use of black and white or color. L’Express issues were composed of nearly 200 pages on average, with about 30 pages of color advertising. The inside pages were mostly black and white, occasionally brightened up with monochrome printing. Le Nouvel Observateur, with an average of 50 pages, used color on its cover in the form of monochrome highlights, while the inside pages featured mainly black and white, with rare color advertisements.

Continuer la lecture de Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.

La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.

Cahiers Fondation Caron_Couleur 02
4ème de couverture du Cahier n°1 de La Fondation Caron consacré à la couleur.

 Le n°1 des Cahiers lancés par la Fondation Gilles Caron, soutenue par la Fondation Bru, est paru aux éditions Filigranes, dirigé par Michel  Poivert. Sous la forme d’un entretien (in english here), mon  point synthétique sur la couleur dans le reportage des années 1960-1970:

Michel Poivert : L’histoire de la presse semble un bon laboratoire pour observer notre culture de la photographie en couleur. Dans les années 1960 en France, comment la presse distribue-t-elle l’édition noir et banc ou couleur dans ses pages ? Y-a-t-il une manière de procéder qui soit devenue « standard » ou bien observe-t-on des partis-pris selon le type de journaux et magazines ?

AL : Au milieu des années 1960, les quotidiens sont intégralement en noir et blanc et les hebdomadaires publient couramment leur couverture et environ 20% de leur iconographie en quadrichromie. La presse magazine d’actualité est alors dominée en France par L’Express, Le Nouvel Observateur et Paris Match.

Continuer la lecture de La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.

Couleur et Photojournalisme : Cahier n°1 de la Fondation Caron.

Cahiers Fondation Caron_Couleur 01
Couverture du Cahier n°1 de La Fondation Caron.

Le n°1 des Cahiers lancés par la Fondation Gilles Caron, soutenue par la Fondation Bru, est paru aux éditions Filigranes. Dirigé  par Michel  Poivert, ce numéro inaugural est consacré à la couleur, un thème « emblématique de la volonté exprimée par Marianne Caron, présidente de la Fondation et Louis Bachelot son directeur : faire de l’œuvre photographique de Gilles Caron un espace de réflexion au-delà de l’étude du corpus de l’auteur lui-même.

Continuer la lecture de Couleur et Photojournalisme : Cahier n°1 de la Fondation Caron.