Archives par mot-clé : photo

Le Poids de Paris Match

Goksin Sipahioglu – datée du 7 Mai 1968 dans la base numérique mais montrant des extraits de pages du Paris Match n°997 du 18 mai 1968

Cette photographie fait partie de la sélection des 400 photographies de Goksin Sipahioglu sur Mai 68 numérisées et exploitées par l’agence Sipa. Légendée “Affiches de Mai 68 sur les murs de l’Ecole des Langues Orientales. Paris, Rue de Lille, France – 7 Mai 1968” dans la base numérique de Sipa, elle s’insère dans une série d’images situées effectivement dans les rues de ce quartier.

La date de la photographie est remarquable. Car cette image montre des séries de photographies montées et légendées : des mises en page qui sont

Continuer la lecture de Le Poids de Paris Match

10/06… : Soutenances Mémoires de fin d’études 2010- ENS Louis-Lumière

ENS Louis-Lumière – Mémoires de fin d’études 2010 : soutenances

Les soutenances sont ouvertes au public aux dates suivantes:

  • Section Photographie : 10 juin 2010 – Exposition des parties pratiques de 14h à 19h. 17 et 18 juin 2010 –  soutenances
  • Section Son : 14 au 18 juin 2010
  • Section Cinéma : 21 au 23 juin 2010

Pour la section Photographie,

Continuer la lecture de 10/06… : Soutenances Mémoires de fin d’études 2010- ENS Louis-Lumière

Manipuler l’image de presse?

Ce texte, écrit à 4 mains, et publié sur l’appareil des apparences, est le compte-rendu de notre intervention le 4 mai dernier à l’Atelier de recherche “Médias et sciences humaines et sociales”, à l’IFP.

“Deux débats de société ont agité le monde des images ces derniers mois, pointant du doigt la retouche, qui serait une atteinte à l’image photographique implicitement entendue comme document. […] Dans ces deux exemples, la façon de considérer et de réfléchir à la retouche repose sur une même conception de l’image photographique et se place sur le terrain de la morale. La retouche est considérée comme une attaque à celle-ci parce qu’elle porte atteinte à la supposée vérité de l’image photographique: on parle de «tromperies sur la nature», de manipulation.

Ainsi, la question de la déontologie est posée aux images isolées: celles-ci sont pourtant publiées dans un contexte précis, en général médiatique, au sein de dispositifs construits et savamment élaborés. L’implicite consiste alors à considérer que l’image photographique porterait une vérité en elle-même en dehors de tout contexte et de tout texte.

Ces implicites (l’image attachée au réel et l’image autonome) sont en effet systématiquement mobilisés dans les débats et les polémiques qui entourent l’image photographique mais sont rarement questionnés. […] C’est sur ces présupposés qui entourent l’image photographique et qui en conditionnent notre appréhension que nous avons choisi de revenir, en déplaçant l’usage du terme «manipulation». […] En manipulant – au sens propre – les numéros de magazine choisis […] Ces manipulations – manuelles – permettent de regarder l’image dans son contexte et dans la matérialité de sa diffusion.”

Lire ici…

Figure 1- Couvertures Marie-Claire mars 2010 ; Télérama hors série, printemps 2008

CR du colloque “Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels”

Compte-rendu à 6 mains par Sébastien Dupuy, Alexie Geers et Audrey Leblanc, du colloque Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels

Le texte de présentation de ces deux journées posait dès son introduction les nouveaux enjeux pour les photographes confrontés à «l’ère de la capture numérique» et «de la société en réseaux». Ce colloque affichait un désir de dialogue entre professionnels afin de penser de nouvelles possibilités pour le photographe de travailler dans un monde techniquement nouveau en une volonté énoncée de se tourner vers l’avenir pour faire face aux évolutions du métier.

Si la première matinée a rendu compte des données nouvelles de la photographie (transformation de la profession de photographe, photographie numérique, mise en place des réseaux sociaux,…) en prenant soin de rendre compte de la diversité des pratiques à l’intérieur même du métier de photographe par Sylvain Maresca, les interventions suivantes ne se sont globalement attachées qu’au seul cas du photojournalisme, s’inscrivant alors dans les traditionnels poncifs qui entourent la photographie. Entre convictions datées et résistances aux nouveaux enjeux entrevus comme une menace sérieuse, seul le statut «d’auteur-photographe» est défendu (UPC devenue UPP, Freelens, marché de l’art…) et discuté.

Continuer la lecture de CR du colloque “Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels”

Cet homme est préoccupé, ça se voit

Dire ce qu’il faut lire dans la photographie… Le site Yahoo en a presque fait une figure de style sur sa page d’ouverture : une photographie illustre le titre choisi par le site pour sa page “actualités”. Le portrait photographique se prête particulièrement à la perception de cet usage de la photographie dite d’actualité.

Yahoo portraits
Prises d’écran du site Yahoo.fr automne 2009 : « Rama Yade n’est pas contente » ; « Bonne blague au ministère » ; « Plus seule que jamais » ; « Rama Yade à gauche »

Quelle différence alors avec ces deux pages d’un reportage dans Paris Match qui, au lendemain du premier tour des élections législatives à la fin juin 1968, fait un tour d’horizon des différents candidats phare et termine par ceux pour qui le vote de deuxième tour s’annonce difficile?

Paris Match 999 p. 85, p.86
Paris Match 999 du 29 juin 1968, p. 83 puis p. 86 :"Grenoble: Mendès a une semaine pour renverser la situation" (reportage Florence Portes/Jean Tesseyre) ; "Saumur: Pisani ou la solitude du suffrage universel" (reportage Pierre Martory/Philippe Le Tellier)

La date essentiellement : les prises d’écran datent de la fin 2009 et pourraient laisser penser qu’il s’agit d’un mesusage de la photographie d’actualité mais l’exemple de Paris Match date lui de juin 1968. Pour ce qui est de l’utilisation de la photographie, c’est le même principe illustratif qui guide la mise en page.