Émission Square Idée Arte : puissance de l’image et culture visuelle

À l’occasion de la traduction en français du livre Théorie de l’acte d’image de Horst Bredekamp, la rédactrice en chef Claire Parnet et le journaliste Veit Blümlhuber de Square idée sur Arte ont construit une  émission intitulée « La Puissance de l’image« . À leur invitation, j’y défends, en regard de l’historien de l’art, une approche culturaliste des images.

Capture d’écran 2016-04-17 à 22.08.43

 

Texte de présentation de soutenance

Soutenance de thèse le 23 novembre dernier, moment émouvant qui vient clore avec bonheur plusieurs années de travail et d’élans curieux. Intense aussi. Au contraire, l’intermède des deux mois entre le dépôt du manuscrit et sa défense orale devant un jury spécialiste de chacun des points abordés dans la recherche ne m’a pas semblé des plus confortables. Peu de textes existent sur ce en quoi consiste la soutenance (merci à Aurore Fossard d’Almeida pour son billet bien salutaire) et le texte de présentation du travail a pour moi été assez curieux à écrire. D’où mon envie de partager ici ce texte, en espérant qu’il puisse être utile à quelques uns et unes. Merci à tous les amis et collègues qui ont accompagné jusqu’au bout ce travail et ce temps-là ; et un aperçu de ce beau moment. Je le dédie à l’ami chilien Marco Herrera Campos qui ne le lira plus et avec qui j’aurais tant aimé le partager et le discuter.

MàJ : CR de ma thèse par André Gunthert ici.

Soutenance 03
Jury, verdict et fierté paternelle!

« L’image de Mai 68, du journalisme à l’histoire ».

Cher(e) président(e), chers membres du jury, chers auditeurs et auditrices qui me faites l’amitié de venir assister à cette soutenance de thèse,

Il m’est difficile de commencer cette présentation sans penser aux récents événements du 13 novembre, au sens de nos choix et à notre responsabilité dans nos travaux, quels qu’ils soient.

Voilà plusieurs années, lors d’une conversation avec deux amis au cours de laquelle nous nous interrogions sur les moyens de répondre aux rudesses du monde, le premier, réalisateur de documentaires, brandit le cinéma documentaire comme réponse ; le second, animateur de théâtre, réaffirma la nécessité de l’art ; et, de mon côté, je revendiquai ma confiance en l’éducation et le travail intellectuel pour avancer.

A peu près à la même période, au printemps 1999, j’allai voir une exposition à l’Hôtel Sully consacrée à ce que je pensais distraitement être les travaux du journaliste Albert Londres[1]. Continuer la lecture de Texte de présentation de soutenance

23 novembre 2015 : soutenance de thèse « L’Image de Mai 68 : du journalisme à l’histoire »

Mai 68 en 2008
Mai 68 en 2008

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse intitulée : « L’image de Mai 68, du journalisme à l’histoire », dirigée par André Gunthert (chaire d’histoire visuelle, EHESS) et Michel Poivert (Paris 1, HicSA), le lundi 23 novembre prochain, à 14h en salle Lombard de l’Ehess 96 boulevard Raspail à Paris.

Jury : Françoise Denoyelle (Louis Lumière), André Gunthert (EHESS), Michel Poivert (Paris 1), Sylvain Maresca (Nantes), Michelle Zancarini-Fournel (Lyon).

Résumé

Ces recherches déplient les différents pans de la médiatisation des événements de mai juin 1968 en France par la presse magazine et les entreprises du photojournalisme au cours des quarante cinq dernières années. L’étude de cas du dit Mai 68 donne la mesure de la construction de l’histoire par le journalisme en faisant le choix de l’analyse à l’échelle de l’évènement. Une chaine éditoriale conduit à l’élaboration des récits médiatiques ; elle n’a pas vocation à être vue, les médias revendiquant leur objectivité et leur transparence. Restituer la place des images dans ces élaborations et les considérer sous l’angle de l’occurrence éditoriale met en évidence cette chaine éditoriale et le rôle des images dans la mise en forme des événements – voire leur qualification. Elle amène ainsi à prendre la mesure du rôle fondamental de l’éditeur dans les étapes de ces élaborations médiatiques.

Dans un tel cadre, le choix d’une démarche historienne et culturaliste redonne sa place à l’agence de photographie, entreprise qui exploite, c’est-à-dire commercialise, les images. La description de sa structure – indexation et photothèque ; editing et édition, notamment – contextualise la production de ces corpus visuels ; et indique l’impact de ces structures entrepreneuriales sur la mise en récit des événements. La valorisation de ces images portée par les professionnels, en une histoire encore très corporatiste, entre en jeu dans l’exploitation des fonds. L’autorité culturelle de ces représentations (ici de Mai 68) repose ainsi sur des éléments de légitimations professionnelles.

Enfin, la multiplication des opportunités éditoriales se comprend alors comme un besoin structurel (et plus seulement une complaisance narrative) de ce qu’il convient de considérer comme une industrie culturelle. Dès lors, les effets de répétitions des corpus visuels, particulièrement au cours de dates anniversaires ou « commémorations », habituellement justifiées par une archive photographique finie, s’expliquent par le souci de la réutilisations de certains fonds d’images. La circulation de ces représentations conduit ainsi à la circularité et à la fixation des récits médiatiques des événements historiques selon des mécanismes caractéristiques des constructions culturelles telles que définies par Lawrence W. Lewine notamment1.

Mots clés : agence de photographie ; archive ; commémoration ; éditeur ; Gamma ; Gilles Caron ; histoire ; histoire culturelle ; icône ; image ; industries culturelles ; Mai 68 ; mai-juin 1968 ; médias ; Paris-Match ; photographie ; photojournalisme ; récit ; représentation ; Jean-Pierre Rey ; Sipa ; Sygma.

  1. Lawrence W. Lewine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence de la hiérarchie culturelle aux États-Unis, Paris, La Découverte/Textes à l’appui, 2010. (1988 []

9-10 novembre 2015: 1st Conference International Last Focus Visual Research Network

FR 1st LFVRN 2015 - Visual Ethnography Conference Les 9 et 10  novembre  prochain, se tient le 1er Colloque International Last Focus Visual Research Network, à Paris, EHESS (190 avenue de France, Paris 13ème),  consacré à l' »Ethnographie visuelle. Outils, archives et méthodes d’enquête ».

J’ai le plaisir de faire une présentation au sein du panel « Utilisation de la photographie comme support de documentation » le 9 novembre dans l’apres-midi. Intitulée « Noircir Mai 68: archive photographique ou construction culturelle d’un monochrome médiatique? », ma présentation propose, à la lumière de l’exemple de Mai 68, quelques éléments pour faire de la photographie de presse une source pour l’historien.

Programme à télécharger ici.

En présence d’Howard S. Becker (USA), Pierre-Olivier Dittmar (EHESS), Daniel Fabre (EHESS), Bruno Pequignot (U. Sorbonne Nouvelle), Jean-Claude Schmitt (EHESS), Joyce Sebag (U. Evry).

Gratuit sur inscription.

Tribune pour Réponses Photo: « Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme »

Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman publie sur son blog Photocritic International et avec d’autres contributeurs une série de billets qui retranscrivent une enquête minutieuse sur les célèbres photographies prises par Robert Capa à Omaha Beach, lors du débarquement du 6 juin 1944. Elle remet en question le récit qui entoure ces onze images, surnommées depuis les « Magnificent Eleven »1 et en propose une nouvelle interprétation. Pas de jeune laborantin maladroit à Life qui aurait détruit les autres photographies prises de ce moment historique par Capa. Cette version canonique aurait été imaginée pour ne pas raconter la panique d’un photoreporter aguerri mais pourtant dépassé par l’horreur des événements, pour justifier le petit nombre de photographies ramenées et, ce faisant, pour (r)assurer la gloire de la profession.

Traduite en français et résumée par Patrick Peccatte sur son carnet de recherches Déjà Vu2, l’enquête anglo-saxonne fait du bruit dans la presse française ces dernières semaines. La plupart des réactions médiatiques expriment une véritable résistance du milieu à accepter une autre version concernant ces photographies. L’enquête de Coleman et ses confrères est réduite à une vulgaire théorie du complot, au ton agressif voire douteux. L’indignation face au manque de considération pour un si grand homme accompagne l’affirmation de l’humanité d’un Capa, ressorti grandi de la révélation de ses faiblesses. Capa reste quoiqu’il en soit un grand photojournaliste au professionnalisme confirmé. Mais cette résistance corporatiste est l’indicateur même que la version officielle porte des enjeux certains pour la profession qui dépassent la question du talent et de l’héroïsme du photographe. Continuer la lecture de Tribune pour Réponses Photo: « Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme »

  1. A.D. Coleman, « Robert Capa on D-Day », Photocritic international. A. D. Coleman on Photography and New Technology, récapitulatif des billets publiés : http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/major-stories/major-series-2014/robert-capa-on-d-day/. Notamment les opus 26 et 27. []
  2. Patrick Peccatte, « Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire, de nouvelles interprétations », Déjà Vu, 24 juin 2015. http://dejavu.hypotheses.org/2298. []