des histoires de médias

En 1997, les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon prenaient la peine d’un ouvrage pour revenir sur leurs méthodes de travail. Dans Voyage en grande bourgeoisie – journal d’enquête, ils prenaient le temps de la formalisation des nombreuses questions soulevées par l’inversion des rapports de force – symboliques – dans le cadre de leurs recherches sur les plus hautes classes sociales de la société française ; et ce, alors même que la sociologie avait alors tendance à concentrer son attention sur les classes les plus défavorisées. Surpris par le succès médiatique d’un

de leurs récents ouvrages (Dans les beaux quartiers), ils consacrent l’ensemble du huitième et dernier chapitre de leur Voyage à « La Médiatisation du savoir scientifique et sa diffusion1». Celle-ci fait alors débat – le rôle de la télévision, entre autre, étant particulièrement sujet à polémique dans les milieux universitaires (cf. les récents échanges sur les rapports entre les « lettrés », pour reprendre le terme proposé par André Gunthert, et télévision sur Culture Visuelle).

« L’information scientifique ne circule plus uniquement par des revues ou des ouvrages spécialisés, lus par les seuls professionnels, mais aussi par la presse écrite et audiovisuelles. Dans cet élargissement des moyens de diffusion des résultats de la recherche, les sciences sociales sont particulièrement concernées puisqu’elles touchent à des sujets et à des problèmes qui sont aussi ceux traités quotidiennement par les journalistes. », écrivaient-ils en 1997 pour commencer leur chapitre2. Sollicités par les médias pour rendre compte de leurs recherches sur les beaux quartiers, ils restituent ensuite leur expérience et la complexité de cet exercice qui impose de transmettre avec clarté, dans un temps record et des conditions que le locuteur ne maitrise pas, un savoir précis, méticuleusement construit.

« La rigueur n’est pas nécessairement synonyme d’hermétisme et l’accessibilité de simplisme. Mais encore faut-il ne pas laisser à l’improvisation le soin de traduire dans le langage le plus ordinaire possible les analyses complexes auxquelles on a soumis le réel3. […] En réalité, si les journalistes sont friands du direct et du spontané, ils sont satisfaits d’un spontané efficace, qui a pris les moyens de cette efficacité par une préparation soignée, tout en préservant l’aspect naturel des réponses. », concluent-ils4

Cette difficulté de transmettre des connaissances de façon satisfaisante dans un cadre peu familier au chercheur ne doit pas, cependant, conforter le chercheur dans la défiance habituellement exprimée à l’égard des médias :
« Mais nombre de chercheurs, lorsque nous leur parlons du travail spécifique que nous effectuons en direction des médias, réagissent négativement. Ils laissent entendre que se situant du côté de la science, ils se situent au-dessus des techniques de communication. Ils sont la parole savante, autorisée par définition, qui s’impose de droit sans avoir à se mouler dans les contraintes des lieux où elle s’exprime. Il nous semble au contraire qu’un effort des chercheurs, soutenus par leurs institutions, pour améliorer leurs prestations dans le monde des médias, serait la manière la plus efficace de contrebalancer le pouvoir exorbitant de cet univers. […] il est de bon ton, dans le milieu scientifique, de faire montre d’une grande méfiance à l’égard des médias et de les suspecter, de façon systématique, de volonté de manipulation5. »

Aussi, Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon insistent au contraire ,eux, sur l’importance de prendre soin de communiquer les travaux de recherches par les canaux grand public (on est en 1997, l’usage du web n’est pas encore ce qu’il est aujourd’hui) : « Mais pour autant on ne peut se priver d’un tel instrument de valorisation de la recherche et bouder ces instruments de diffusion dont l’expérience fait tout de suite sentir la puissance : il est vrai que le succès médiatique ne dépend pas d’abord de la qualité des travaux présentés mais de l’habilité de ceux qui les présentent6. […] Il nous semble en effet que, au-delà des logiques propres au champ scientifique et au champ médiatique, l’intérêt de telles pratiques, à la fois d’un point de vue objectif et d’un point de vue subjectif, empêche tout retour au repli sur l’isolement du chercheur dans son univers professionnel fermé. Une telle démarche permet de prendre la mesure de l’utilité sociale de sa pratique professionnelle7. »

Ils concluent par une invitation à leurs confrères à dépasser cette méfiance et ce mépris à l’égard du système médiatique afin de profiter de sa puissance de diffusion pour inscrire avec davantage de force la place du chercheur et des connaissances qu’il produit dans le tissu social. Faire l’effort de comprendre le mécanisme de cette communication relève, pour eux en 1997, d’une nécessité démocratique :
« Obtenir la seule reconnaissance par les pairs est déjà un beau succès professionnel. Mais il nous semble que le travail de valorisation est incontournable, car, aujourd’hui, il fait partie de la légitimité même du travail de recherche qui trouve là son utilité sociale8. […] Les risques liés à la perversion de l’intrusion des médias dans l’univers scientifiques existent, mais à trop les souligner, on risque de laisser dans l’ombre un problème plus grave, celui d’une certaine bureaucratisation de l’univers de la recherche se fermant aux évaluations et au dialogue avec le monde extérieur.
C’est l’exercice même de la démocratie, par les transferts de connaissance depuis la communauté scientifique jusqu’aux lecteurs par l’intermédiaire des services des maisons d’édition et des médias, qui est suspendue à la qualité et au sérieux de la diffusion et la mise en valeur des résultats des recherches9. »

Ce chapitre de réflexion sur la médiatisation des connaissances scientifiques par les mass-médias prend place dans un ouvrage de réflexion plus générale sur le travail de l’universitaire en sciences sociales (ici, deux sociologues). A sa lecture, il m’avait semblé extrêmement important en effet de s’en remettre à la responsabilité du chercheur pour transmettre les connaissances en tenant compte des règles délicates imposées par le système médiatique ; la position des deux sociologues faisant figure d’ouverture.

Elle repose cependant sur une conviction – largement partagée – de médias qui feraient appel à la connaissance scientifique pour en restituer les récits et se mettre à son service.
Ce qu’André Gunthert relate de sa très récente expérience montre que le trajet est inverse : le récit médiatique puise dans les récits scientifiques pour son propre compte.

  1. p. 129-174 []
  2. p. 130 []
  3. p. 156 []
  4. p. 157 []
  5. p. 161 []
  6. p. 162 []
  7. p. 167 []
  8. p. 171 []
  9. p. 173 []

7 réflexions sur « des histoires de médias »

  1. @ PCH : Je reprends…
    A vrai dire, j’avais aimé ce documentaire sur le travail des Pinçon-Charlot, mais aussi parce que l’image satisfait une certaine curiosité 😉
    Mais ce que je trouve vraiment remarquable dans leur Voyage, c’est ce fait d’avoir pris le temps de formaliser et de communiquer sur les questions soulevées par leurs recherches. C’est assez rare de voir des chercheurs au travail, de les voir prendre des décisions face aux problèmes qu’ils rencontrent sur le terrain, dans leur milieu professionnel, en situation pédagogique, ou médiatique, etc.
    Pour ma part, la lecture spécifiquement de cet ouvrage a été une belle leçon méthodologique.
    Peut-être justement parce qu’au contraire des professions de l’univers médiatique qui savent très bien communiquer sur elles-mêmes, l’effort – et le talent – de communication dans la recherche n’est pas la première qualité commune…
    Merci pour les compléments d’infos!

  2. Le couple Pinçon-Charlot travaille depuis près de trente ans « sur » la haute bourgeoisie, avec des méthodes (formidables) qu’ils explicitent d’ailleurs dans un film (« Dans les ghettos du gotha » titre d’un de leurs livres, d’ailleurs « trouvé »par leur éditeur…) (on trouvera l’entièreté de ce film sur daylimotion, je crois, et au moins un épisode ici : http://www.dailymotion.com/video/x74bew_dans-les-ghettos-du-gotha-1_webcam)
    Ce sont deux sociologues , (à présent à la retraite si je ne m’abuse), qui travaillaient au CNRS. Leur méthode constitue l’une des meilleures approches connues de groupes sociaux différents (ils avaient un site, à un moment -créé par leur fils d’ailleurs- mais je ne parviens pas à remettre la main sur son adresse).

  3. Merci pour ces notes. Quelques remarques pour les accompagner:

    Je suis d’accord avec Thierry sur le point que le micro-exemple que je décris ne doit pas être pris pour la règle. Il s’agit de l’application d’une logique narrative, on est au niveau du fonctionnement du dispositif. Le rapport de la connaissance scientifique au récit médiatique agit à un niveau plus général: il se comporte comme un méta-modèle qui informe la façon de construire le récit médiatique lui-même (comme par exemple le réchauffement climatique, qui est bien une découverte scientifique, désormais intégrée au récit grand public, mais au prix d’un considérable travail de vulgarisation).

    Opposer récit médiatique et connaissance scientifique est néanmoins une façon un peu simple de concevoir le paysage culturel. Chacune de ces instances compte parmi les principaux producteurs de récit de la société, et si elles sont en concurrence du point de vue de l’autorité, elles recourent à des mécanismes bien souvent semblables pour s’imposer sur le marché de l’attention, et entretiennent une relation complexe d’usage et de légitimation réciproque. Les médias ont besoin de la science comme la science a besoin des médias. Au-delà de l’invocation classique de la nécessité de la vulgarisation (dont le plaidoyer des Pinçon-Charlot révèle à quel point les savants se sont éloignés des devoirs les plus élémentaires de leur charge), il faut également militer pour la dynamique symétrique, tout aussi nécessaire: celle de la familiarisation des journalistes avec les modalités du travail scientifique, qui peut s’effectuer par le biais des blogs, qui ouvrent le laboratoire sur l’agora, ou mieux encore par le passage par la formation scientifique (le Lhivic, j’en suis heureux, peut revendiquer de participer activement à cette dynamique d’échange).

    Enfin, si savants et journalistes se regardent aujourd’hui en chiens de faïence, il ne faut pas oublier la responsabilité qui incombe aux premiers, dont on a vite fait de vérifier la propension au mépris et au préjugé, pourtant bien peu scientifique. L’université est-elle un empyrée peuplé d’anges à la vertu immaculée, qui offre la garantie d’une vérité immarsescible, ou bien un lieu social où les médiocres, les méchants et les faussaires ne sont pas moins nombreux qu’ailleurs? Oui, il faut travailler à vulgariser nos découvertes. Mais il faut plus encore comprendre que science et médias procèdent d’une même culture, partagent plus qu’ils ne croient techniques narratives ou procédures de validation, et ont tout à gagner à une meilleure entente pour avancer sur le chemin de l’édification des peuples (pour ne pas dire de la vérité – nom vernaculaire du récit localement et temporairement le plus pertinent). Sans ironie aucune, le monde en a aujourd’hui bien besoin.

  4. Dans le cas de l’utilisation du témoignage d’André, on est en présence d’un film. La continuité narrative propre à l’expression cinématographique suppose nécessairement un récit.
    Que le récit médiatique soit préalable au récit scientifique ne me semble pas significatif. Ce sera toujours un discours cinématographique organisé par un réalisateur (en l’occurrence un journaliste) qui va utiliser, en fonction de sa culture et de son idéologie (au sens large), les images et les propos d’un scientifique . Que la démonstration soit toute prête ou que le réalisateur la mette en forme au fur et à mesure de sa collecte, ce ne sont que les films réalisés par le scientifique qui pourraient échapper à une manipulation du propos par une tierce personne.
    C’est la nature même du récit cinématographique qui concourt à « faire de la thèse la déduction logique des « faits » rassemblés » par ce qui a été retenu au montage, par l’association des plans, et par l’association du son (discours verbal, bruitage, musique) à des images.
    L’existence d’un récit médiatique préalable au discours me semble surtout significatif du temps du récit médiatique qui suppose que l’on aille au plus court, c’est à dire que le réalisateur ait déjà organisé son discours avant d’aller à la pêche aux illustrations.
    Ensuite il y a, mais ça me semble relever d’une autre analyse, la relation compliquée qui existe entre des médias qui ont besoin d’une caution scientifique pour valider leurs discours, et des scientifiques qui ont à la fois besoin des médias pour être reconnus, même au sein de la communauté scientifique, et qui sont animés par l’envie, tout à fait respectable, de vulgariser leurs travaux.

  5. Bonjour Thierry, merci pour le commentaire

    Pour ma part, je pense que le chapitre consacré aux relations entre chercheurs et médias par les deux sociologues souhaite précisément revenir sur le fait que ces relations sont complexes et contradictoires.
    En se proposant de réfléchir à leurs différentes expériences, ils insistent sur la nécessité de prendre en compte cette médiatisation comme valorisation du travail universitaire mais aussi sur celle de préparer avec grand soin ces interventions, aux règles différentes d’une communication pédagogique par exemple.
    Autrement dit, de se confronter aux contradictions sans se réfugier trop vite derrière la question d’une manipulation du propos. Ce qui n’est pas simple du tout.
    ça me semble intéressant comme position.

    Mais ils défendent le fait de travailler avec cette modalité de diffusion des connaissances scientifiques en considérant les médias comme des relais possibles des récits scientifiques : relais retors et plutôt « sauvages », qu’il faut se préparer à domestiquer mais relais quand même.

    L’exemple raconté par A. Gunthert montre une étape supplémentaire dans le fonctionnement médiatique. Il montre l’existence d’un récit médiatique préalable au récit scientifique tout en se donnant l’apparence d’un récit référent : « loin de venir à la pêche sans savoir où son enquête allait la mener, la journaliste avait déjà la structure de sa démonstration toute prête au moment de me tendre le micro. Ce caractère prédéterminé disparaît complètement à l’écran. L’application stricte des règles du documentaire (la voix off avec mise en retrait de l’auteur, pendant que l’image alterne documents visuels et témoignages, dont le nombre accroît l’effet d’objectivation), tout concourt à faire de la thèse la déduction logique des “faits” rassemblés. Une belle leçon de narration journalistique ».

    Le récit médiatique n’est pas juste un relais neutre d’autres récits (ici, scientifiques). C’est l’impression qu’il donne. Il se construit lui-même comme récit, il est un récit. La transparence apparente de son dispositif faisant partie intégrante de sa construction et de ses caractéristiques.

  6. N’est ce pas un peu du donnant/donnant. Il y a trente ans déjà, on demandait aux chercheurs de trouver des financements à l’extérieur du CNRS pour financer en partie leurs recherches. Je suppose que ça ne s’est pas arrangé, bien au contraire. « Le récit médiatique puise dans les récits scientifiques pour son propre compte », mais la recherche scientifique n’a-t-elle pas de plus en plus besoin de s’exposer au travers du récit médiatique pour trouver les moyens de son existence?

    Dans un autre ordre d’idée, le couple Pinçon Charlot aurait-il bénéficier de la même reconnaissance scientifique si les médias n’avaient pas mis en évidence l’importance de leurs travaux, au point de les valoriser aux yeux de leurs pairs? (Ce n’est qu’une hypothèse car j’ignore tout de leur carrière en dehors du récit héroïque de leurs débuts.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.