Pour une histoire morale de la photographie de presse – Vincent Lavoie

Vincent LAVOIE, « La rectitude photojournalistique – code de déontologie, éthique et définition morale de l’image de presse », Etudes Photographiques n°26, Paris, SFP, novembre 2010, p. 190-212. Voir aussi son livre, Photojournalismes: revoir les canons de l’image de presse, Paris, Hazan, 2010.

Dans son article « La rectitude photojournalistique – code de déontologie, éthique et définition morale de l’image de presse », récemment publié dans Etudes photographiques n°26 du mois de novembre 2010, Vincent Lavoie appelle de ses vœux une histoire morale du photojournalisme dont il pose, avec cet article, les premières bornes (ici, surtout pour le Canada et les USA). La réactivation de ces questions de déontologie professionnelle provoquée par l’arrivée des outils numériques s’inscrit, pour lui, dans une perspective historique qu’il se propose de commencer à reconstruire. C’est à une histoire des codes de déontologie que

l’historien de l’art, spécialiste de la photographie et professeur à l’Université du Québec à Montréal (travaillant sur des textes d’Outre-Atlantique), nous convie: « Dans cet article, nous proposons d’analyser certains moments les plus déterminants de la construction éthique du photojournalisme. Fer de lance des pratiques photographiques de la véracité, le photojournalisme est depuis toujours l’objet de discours de légitimation éthique. […] Quelle définition du photojournalisme la déontologie construit-elle ? », écrit-il p. 192.

L’article adopte une construction chronologique1. Après un panorama intitulé « La genèse déontologique » (p. 192) qui revient sur l’élaboration progressive de critères moraux pour la viabilité de la profession, l’auteur isole deux moments importants de cette construction historique : 1945 et la prise en charge de cette question par les associations professionnelles – « La National Press Photographers Association [NPPA] et la question éthique » (p. 199) – ; puis, depuis les années 1980, la réactualisation de ces débats avec l’arrivée des outils numériques – « We are under attack » (p. 203). Il conclut sur l’idée « Sous l’analogique, le documentaire » (p. 205)

Comme il est souligné en introduction, « Honnêteté, responsabilité, exactitude, vérité, […] sont les maîtres mots des codes de déontologie du photojournalisme, ces textes à valeur juridique garants de la probité du domaine. » (p. 191). « [Ils] ont pour fonction de définir et d’expliciter les règles et responsabilités des membres d’un ordre ou d’une catégorie professionnelle. […] sont prescriptifs et stipulent, sous la forme de règles strictes, la nature des actions professionnelles admissibles. […] L’énoncé précis des normes et principes régissant l’exercice des professions est perçu comme une contrainte nécessaire au bien commun. On reconnaît communément que la régulation des pratiques est une bonne chose, parce qu’elle confère une légitimité à la compétence du professionnel d’une part et assure l’usager que des sanctions seront appliquées en cas de dérive d’autre part. » (p. 193). « Ainsi, dans le domaine du journalisme notamment, le code de déontologie rassure le lecteur quant à l’intégrité et la fiabilité de l’information en même temps qu’il qualifie la valeur du travail journalistique. […] cette assurance morale apporte au journalisme des bénéfices symboliques et économiques essentiels à la viabilité du domaine. » (p. 194).

L’auteur distingue alors avec la philosophie morale :

  • La déontologie codifiée : « formalisation de devoirs intrinsèques aux domaines professionnels, dans le but déclaré de préserver la rectitude du secteur » ;
  • de l’éthique professionnelle : « moins prescriptive et adoptant des formes plus diffuses, [elle] dépasse le cadre restrictif du code pour s’intéresser au rôle social de la profession, à ses responsabilités et ses fonctions fondamentales. […] [elle] engage en premier lieu la responsabilité du professionnel envers autrui. »

Pour Vincent Lavoie, « La moralité du photojournalisme est un concept instable dont les premiers signalements apparaissent dès la fin du XIXème siècle sous une forme non encore juridique. » (p. 191). Il cite, en particulier:  Henry Harrison Suplee, « The Ethic of Hands Camera », 1890 ; et « The Casuistry of Photographic Ethic » in American Journal of Photojournalism, 1899.

Dans les années 1930, « L’essor du photojournalisme et la concurrence que se livrent les reporters […] entraînent la multiplication des cas litigieux. Le secteur prône une autorégulation. La littérature spécialisée se charge à l’époque de baliser la pratique en stipulant les bonnes comme les mauvaises conduites en matière de décence et de collecte d’informations. » (p. 191). « Aussi, la littérature spécialisée de l’époque, principale régulatrice de la pratique, s’empare-t-elle de la question. » (p. 196)

Par exemple, Duane Featherstonhaugh, dans Photography with the Miniature Camera (1939) écrit : « Les lois du marché invitent également les photographes à braver les interdits moraux. Un photographe qui renâclerait à la tâche de montrer la douleur des autres serait condamné à une bien brève carrière » (citée p. 197). Pour V. Lavoie, « Cette dernière observation met au jour une contradiction endémique au domaine et qui consiste à satisfaire les besoins irréconciliables des adeptes d’imageries sensationnelles d’une part et des « maximalistes » moraux2 d’autre part ». « Les futurs codes de déontologie du photojournalisme ambitionneront de pondérer cette asymétrie des intérêts. », analyse-t-il.


Dans la littérature spécialisée des années 1930, il n’existe pas de formes juridiques encore mais les codes de déontologie existent en substance. C’est l’ouvrage Pictorial Journalism, publié en 1939 « par un trio d’auteurs issus des domaines gouvernementaux, éditoriaux et académiques, [qui] ouvre la voie à la codification des conduites professionnelles en subordonnant la dimension éthique du photojournalisme à un ensemble de considérations légales. »3 (p. 198).

Dans ce cadre, le modèle tutélaire à endosser pour le photojournalisme est le code de déontologie de l’American Society of Newspaper Editors (ASNE) de 1923, à savoir le code du journalisme écrit : « La décence bien entendu, mais également la responsabilité, l’impartialité, la sincérité, l’indépendance, la liberté (de la presse) et le fair-play sont déclinés comme autant de canons à observer. » (p.199). Cette « importation dans le domaine des images de presse d’un système de régulation issu de la presse écrite est symptomatique de deux ambitions :

  • celle, d’une part, de légitimer la pratique photojournalistique en la soumettant aux mêmes exigences éthiques que l’écrit ;
  • celle, d’autre part, de subordonner cette pratique à un système de régulation dûment constitué. » (p. 199).

« C’est à la faveur de création d’associations professionnelles de photojournalistes que s’exprime la nécessité de réglementer les conduites professionnelles. », avec en

1945 : la fondation de la National Press Photographers Association [NPPA], « exemple probant de cette volonté d’arrimer la reconnaissance professionnelle et corporative à la question éthique. Les premières années d’activité de la NPPA sont essentiellement consacrées à l’affirmation du statut professionnel encore précaire du photographe de presse et à la défense de ses droits les plus variés. Pour la NPPA, l’éthique est intriquée à la question légale. […] l’énoncé des droits et des devoirs du photographe de presse apparaît pour partie fondateur de l’existence légale de l’association ». « Sous la plume de Claude Cookman, ancien photo editor de l’Associated Press et membre en règle de la NPPA, paraît en 1985 une histoire laudatrice des premières années de l’association qui offre un éventail assez complet des principales conquêtes légales et morales du secteur [A Voice is Born. The Founding and Early Years of the National Press Photographers Association] » (p. 200): « Instauration d’un comité sur la liberté d’information et les législations, implantation d’un programme d’assurance-vie, production de films éducatifs sur le rôle du photographe de presse dans les sociétés démocratiques, revendications contre la Règle 35 bannissant la prise de clichés dans les cours de justice, les multiples actions de la NPPA visent à réformer les cadres législatifs, les perceptions sociales et les structures professionnelles dans lesquelles évoluent ses membres. Or, les devoirs des photoreporters y sont sinon tus, à tout le moins inféodés à une problématique de relations publiques, comme le suggère l’allocution de Bates Raney, industriel et ami de Joseph Costa, fondateur de la NPPA : « […] Votre comportement peut être sans reproche. […] Mais ce n’est pas suffisant. Le public doit aussi le savoir. [1948, cité par Cookman] ». (p. 201).

Au cours des années 1990 : « […] l’association publie un certain nombre d’ouvrages et de fascicules où l’on se montre beaucoup plus disert sur les déterminations morales de la photographie de presse. ». A titre d’exemple, l’ouvrage de Michael D. Sherer, Photography and the Law (1996) est signalé4.

Ainsi, le développement des outils informatiques, « dès la fin des années 1980 », pose de nouveaux défis à la profession : « La formalisation des préceptes moraux régulant la pratique de la photographie de presse connaît un sommet au début des années 1990, […] amendements divers balisant l’usage des technologies numériques dans le domaine du journalisme visuel. […] [Mais, comme annoncé en introduction, cette] Inquiétude [liée aux technologies numériques] est en vérité la manifestation la plus récente d’une préoccupation éthique beaucoup plus ancienne. » (p. 192)

« Les conséquences de cette évolution technologique sur la crédibilité du photojournalisme paraissent alors si capitales qu’une déontologie spécifique à ces outils doit être créée. » (p. 203)

1991 : « […] le conseil d’administration de la NPPA formule un énoncé de principe sous le titre « Digital Manipulation Code of Ethics » destiné à baliser l’usage de la retouche dans le domaine des pratiques numériques. La crédibilité de la représentation photographique devant impérativement être assortie d’une foi inébranlable en l’authenticité de celle-ci, la formulation de cet amendement fournit la parfaite occasion de réitérer ses valeurs fondamentales. »5 (p. 204)

L’auteur explique alors que la photographie analogique est convoquée comme modèle tutélaire et étalon pour ce qui est des limites déontologiques de la photographie de presse: “la crédibilité du photojournalisme et la confiance du public en cette dernière, toutes deux malmenées par les « mensonges visuels » de l’édition numérique, doivent impérativement être restaurées, cela par le rappel des fondements éthiques du photojournalisme. La fidélité de l’image de presse, cette qualité factuelle autant que morale qui a fait les beaux jours du photojournalisme, est réinstallée dans sa fonction de pierre angulaire d’une pratique aujourd’hui menacée de dévoiement. […] en soumettant la pratique numérique à l’autorité du modèle analogique. La crédibilité du domaine sera en effet sauve si les seules manipulations informatiques autorisées sont celles que l’on accepte déjà dans le domaine de la photographie analogique»6. «Le photographe ou la rédaction sont en revanche exonéré de tout blâme si l’appellation « photo-illustration » accompagne le cliché. Cette mention vise à informer le lecteur que l’image reproduite résulte d’un travail infographique et qu’elle ne peut, du fait de cette déclaration, prétendre à l’authenticité. » (p. 204).

V. Lavoie défend ainsi que « L’invocation de l’analogique, symbole de probité journalistique, recouvre une référence éthique encore plus cruciale au photojournalisme : la photographie documentaire. (p. 205) […] L’adjectif « documentaire » est en effet largement employé dans les codes de déontologie actuels pour signifier la « moralité » de l’image de presse. » « Le postulat d’un rapport filial entre le documentaire et la photographie de presse, est récurrent dans l’historiographie du photojournalisme. […] Cette moralisation de la pratique photographique est fondatrice du mandat éthique que l’on attribue toujours au photographe de presse. Cependant, « Dans les années 1970, soit à une époque où l’avenir économique et médiatique du photojournalisme apparaît incertain, la quête de légitimité historique de ce secteur prend un nouveau tour.» La photographie documentaire est désormais convoquée comme précédant le photojournalisme et étant sa genèse.


V. Lavoie conclut : « La refonte des codes déontologiques face aux nouveaux défis éthiques posés par la photographie numérique, la convocation d’une pratique en voie d’obsolescence – la photographie analogique – comme garde-fou éthique du photojournalisme, le recours au modèle tutélaire du documentaire, voilà autant de signalements de la déontologie actuelle du photojournalisme. […] [celui-ci] est une catégorie fondamentalement instable et constamment reconfigurée par les discours. L’éthique de l’image de presse s’inscrit dans la perspective de ces reconfigurations historiques. La déontologie du photojournalisme est donc plutôt une ontologie, puisque c’est de l’essence même de cette pratique qu’il est encore question. ».

Ajoutons que ces premiers pas d’une histoire morale de la photographie de presse révèlent que la question déontologique est essentiellement posée au photographe ou à la photographie. Les autres acteurs de la chaine de l’information (éditeurs, graphistes, rédacteurs etc.) restent absents7. De même, ces questions se sont concentrées sur la dénomination “retouche” pour les années 1990, construisant dans le même temps un héritage ou une origine “documentaire” de cette pratique. Enfin, à lire le travail de V. Lavoie, on comprend que c’est principalement la littérature spécialisée – c’est-à-dire écrite et produite par les cercles professionnels – qui lui sert de sources en une lecture attentive des récits que la profession produit sur elle-même. En attirant notre attention sur la façon dont les professionnels envisagent la question morale quant à leur pratique, V. Lavoie montre que ce sont les professionnels eux-mêmes qui en ont rédigés les conventions et les codes ; sous forme d’articles, de livres ou au sein d’associations telles que la NPPA. Porteuses de récits et de prescriptions, ces instances professionnelles sont l’un des outils – et l’un des médias – majeurs de la diffusion des histoires qu’on se raconte dans ce qu’il convient de nommer une corporation professionnelle. Si leur lecture attentive montre comment les professionnels prennent en charge la définition et régulation de la question éthique dans leur pratique, elle met aussi à jour comment ils en font un caractère essentiel c’est-à-dire le lieu d’une définition professionnelle. Ce qui revient à dire que c’est la profession qui a construit sa dimension éthique comme une définition d’elle-même et qu’elle en est elle-même la régulatrice. Une histoire de ces instances  et de ces pratiques professionnelles aurait ainsi probablement toute sa pertinence dans une histoire morale du photojournalisme.

  1. en gras, ce que nous soulignons ; en rouge, des repères chronologiques donnés par l’article de V. Lavoie []
  2. selon une définition de Ruwen Ogien []
  3. loi du droit d’auteur (copyright), droit à l’image (« injures visuelles » pour les photographies qui montrent une personne sous un angle défavorable), images sensationnalistes ou questions de décence. []
  4. « Si le code de déontologie actuellement en vigueur respecte l’esprit et la lettre de la constitution de 1946, les évolutions économiques, juridiques et techniques, touchant la pratique du photojournalisme ont conduit à l’introduction de nouveaux critères éthiques. […] On proscrit de recourir à des stéréotypes (ethniques, sexuels, religieux, etc.) dans la représentation photojournalistique des individus et des communautés. La compassion envers les victimes est un sentiment que le photographe est censé éprouver. Les personnes vulnérables doivent faire l’objet d’un traitement visuel empreint de respect et de dignité. […] Le code de déontologie de la NPPA proscrit par ailleurs toute forme d’action visant à moduler ou altérer la représentation proprement dite. Toute forme d’intervention directe sur la réalité qui soit de nature à en modifier le caractère, de même que tout type de manipulation des contenus visuels effectué a posteriori font par conséquent l’objet d’interdictions formelles. La reconstitution et la mise en scène d’un sujet constituent en ce sens des fautes professionnelles, de même que toute action intentionnelle du photographe, susceptible d’orienter le cours d’un événement. Les opérations techniques affectant la matérialité de l’image elle-même, soit les retouches et manipulations diverses, sont strictement interdites.» (p. 202.3 []
  5. cf. aussi, John Long, « Ethics in the Age of Digital Photography » []
  6. «Les codes de déontologie des principales agences et associations de journalistes, mentionnons la Society of Professional Journalists, la Canadian Assiociation of Journalists, l’Associated Press, de même que ceux des grands quotidiens, le Washington Post, le Los Angeles Times, le New York Times, tous subordonnent les opérations de retouches numériques au modèle canonique analogique. (p. 204)» []
  7. « Avec l’instauration d’une déontologie de l’image de presse, c’est la probité [vertu morale] journalistique de la photographie, plus que la décence du photographe, qui est de mise. » (p. 192 []

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.