L’accélération de l’activité photographique sign(al)e-t-elle l’événement ?

Une planche contact de Jack Burlot, datée du 3 mai 1968. Des étudiants de Nanterre se sont regroupés dans la cour de la Sorbonne pour protester contre la fermeture de leur université et la comparution d’étudiants devant le conseil de discipline (prévue le 6 mai). La Sorbonne est cependant elle-même évacuée brutalement par la police : premiers heurts violents et spectaculaires dans le quartier latin. Jack Burlot, photojournaliste à l’agence Apis, couvre ces affrontements.

© Jack Burlot / Apis / Sygma / Corbis
© Jack Burlot / Apis / Sygma / Corbis

Les deux dernières bandes de négatifs de cette planche contact montrent une soudaine accélération de l’activité du photographe qui

se rapproche d’une voiture autour de laquelle se joue une altercation entre une femme qui défend un manifestant, le jeune homme et des CRS. D’autres photographes sont là aussi. Jack Burlot prend successivement au moins 12 clichés de la scène.

Photographier met tout un chacun dans cette situation : l’attention distraite (parfois ennuyée) du flâneur cède d’un coup la place à une forme d’excitation (plutôt joyeuse) dans la prise de vue qui fait prendre toute une série de photographies, voire la même photographie plusieurs fois. Une forme d’accélération de l’activité photographique motivée par le sentiment qu’il se passe là quelque chose d’intéressant du point de vue de l’œil et de l’image.

© Jack Burlot / Apis / Sygma / Corbis – détail de la PC du 3 mai 1968

Qu’en est-il quand il s’agit de photojournalisme ?

Cette accélération signale-t-elle ce que le photographe reconnaît comme l’image d’un événement ? Signe-t-elle ce mécanisme de reconnaissance? La planche contact permet de lire le déroulé d’une prise de vue1. Ces séries soudaines de plusieurs photographies permettent-elles de voir ce qui est perçu comme événementiel de la part du photographe ? Est-ce alors un fait qui fait événement ou un événement visuel (un motif, un sujet, un élément photogénique) ? La rencontre des deux?

La scène surprise par Jack Burlot le 3 mai a fait l’objet de plusieurs enregistrements qui vont circuler médiatiquement. Les photographes et gens d’images sont d’ailleurs dans le champ les uns des autres. Une version filmée est ainsi conservée dans les archives de l’INA qui la diffuse en 2008 dans le DVD qu’il consacre à Mai 68. On reconnaît les mêmes personnes dans les images.

© Jack Burlot/Apis/Sygma/Corbis – gros plan de la PC du 3 mai 1968
Captures d’image issues de Mai 68 les images de la télévision, DVD édité par l’INA, 2008.d’écran “Chroniques, chapitre 1″- 4′17 puis 4′29

La scène entière dure un peu moins de 30 secondes et est insérée dans un montage de 3’582.

Des images de la même scène sont publiées dans le n°996 de Paris Match, du 11 mai 1968. Les photographes ne semblent pas être les mêmes. Et ces images correspondent à des prises de vue différentes du même moment. Les crédits photographiques à Match sont réunis sous forme de liste en début de reportage sans indiquer à quelles images correspondent les noms ainsi compilés.

Paris Match n°996 – 11 mai 1968, détail
Paris Match n°996 – 11 mai 1968 – photo en bas à gauche

Ces occurrences traduiraient un professionnalisme certain de la part des photographes et des cameraman des grands médias. Ce que les photojournalistes ont repéré comme un “moment à image” correspond à la demande des médias auxquels ils destinent leurs images puisque celles-ci passent la barre de la confidentialité professionnelle et accèdent à l’espace public de la publication.

Plusieurs aux mêmes endroits, réagissant sur le même moment [pour ne pas parler encore d’événement] et attirés par des scènes similaires pour faire des images, ce pourrait être le signe de l’esthétique ou du moins du style d’images attendu par les agences et les médias. Dans ce cas, l’altercation est un motif intéressant.

Libération n° spécial du 4 mai 1998 – 30 ans après

Une photographie de cette série fera la couverture d’un n° spécial de Libération, 30 ans après les événements, le 4 mai 1998.

 

• Le Motif

Une manifestation étudiante de soutien à Rudi Dutschke, le 19 avril 1968 à Paris, a donné lieu à des photographies très proches de celles de ce 3 mai. Plusieurs photographes concentrent à un moment donné leur attention sur une altercation entre des manifestants et des personnes en voiture. Le pare-brise cassé est alors mis en avant dans les images.

© Jacques Haillot – PC du 19 avril 1968 – Archives Sygma/Corbis
© Jacques Haillot – PC du 19 avril 1968, détail – Archives Sygma/Corbis

On retrouve la présence d’autres photographes dans le champ de Jacques Haillot, ici. Présent sur les lieux, un autre photographe s’arrête lui aussi sur cette scène pour en prendre plusieurs clichés au même instant. Il insiste lui aussi sur le pare-brise cassé de la voiture.

19 avril 1968 – Archives Sygma/Corbis

Ces deux photojournalistes de Mai 68 avaient donc là aussi considéré ce moment comme un élément publiable et vendable. Ils repèrent le même motif graphique et signifiant : le pare-brise brisé et l’altercation. Ils le repèrent visiblement comme un événement photographique ou plutôt un événement médiatique (?)…

  1. en gardant à l’esprit que les photographes travaillent avec plusieurs boitiers []
  2. Sur le site de l’INA, lors d’un sujet « Mai 68 » au JT de 20h d’Antennes 2 du 3 mai 1998, un extrait extrêmement bref de cette scène est diffusée ; mais l’émission (et le montage aussi probablement) date de 1998. []

Une réflexion sur « L’accélération de l’activité photographique sign(al)e-t-elle l’événement ? »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.