Je me souviens… de Mai 68

Lors de la séance de séminaire de jeudi dernier 1er décembre, intitulée “De la monumentalisation à la médiatisation. Comment l’image crée l’histoire“, André Gunthert est revenu sur l’expression et la notion de “mémoire collective” pour continuer de la discuter. Quelques lignes d’un souvenir littéraire, histoire d’alimenter le vaste programme de recherches à venir. Je suis en effet récemment retombée sur un extrait du texte célèbre de Georges Pérec1 : (…)

172

Je me souviens que le Dr. Spock fut candidat à la présidence des États-Unis.

173

Je me souviens de Jacqueline Auriol, la femme “la plus vite du monde”.

174

Je me souviens de Mai 68.

175

Je me souviens du Biafra.

176

Je me souviens de la guerre entre l’Inde et le Pakistan.

177

Je me souviens de Youri Gagarine.

178

Je me souviens que le Studio Jean Cocteau s’appelait avant le Celtic.

179

Je me souviens que le lendemain de la mort de Gide, Mauriac reçut ce télégramme: “Enfer n’existe pas. Peux te dissiper. Stop. Gide”.

180

Je me souviens que Burt Lancaster était acrobate.

181

Je me souviens que Johnny Halliday est passé en vedette américaine au Bobino avant Raymond Devos (je crois même avoir dit quelque chose du genre de: “si ce type fait une carrière, je veux bien être pendu…”).

182

Je me souviens que Marina Vlady fit ses débuts dans un film de Cayatte qui s’appelait Après nous le déluge.

183

Je me souviens que j’étais souvent confondu avec un élève qui s’appelait Bellec.

184

Je me souviens que j’avais une lampe-torche munie d’une poignée qui la faisait ressembler à un révolver.

185

Je me souviens des trous dans les tickets de métro.

186

Je me souviens du one-man show de Bobino.

187

Je me souviens que le trompettiste Clifford Brown est mort à vingt ans dans un accident de voiture.

188

Je me souviens de Mademoiselle Dents-Blanches, avec Geneviève Cluny.

(…)

L’écrivain présente lui-même : “Ces “je me souviens” ne sont pas exactement des souvenirs, et surtout pas des souvenirs personnels, mais des petits morceaux de quotidien, de choses que, telle ou telle année, tous les gens d’un même âge ont vues, ont vécues, ont partagées, et qui ensuite ont disparu, ont été oubliées : elles ne valaient pas la peine d’être mémorisées, elles ne méritaient pas de faire partie de l’Histoire, ni de figurer dans les Mémoires des hommes d’État, des alpinistes et des monstres sacrés.

Il arrive pourtant qu’elles reviennent, quelques années plus tard, intactes et minuscules, par hasard ou parce qu’on les a cherchées, un soir, entre amis; c’était une chose qu’on avait apprise à l’école, un champion, un chanteur ou une starlette qui perçait, un air qui était sur toutes les lèvres, un hold-up ou une catastrophe qui faisait la une des quotidiens, un best-seller, un scandale, un slogan, une habitude, une expression, un vêtement ou une manière de la porter, un geste, ou quelque chose d’encore plus mince, d’inessentiel, de tout à fait banal, miraculeusement arraché à son insignifiance, retrouvé pour un instant, suscitant pendant quelques secondes une impalpable petite nostalgie.”

Derrière le projet littéraire de Georges Pérec attaché à ce qu’il nomme l’infra-ordinaire, ce qui me frappe aujourd’hui dans cette énumération de souvenirs, pressentis comme communs à une génération, est leur caractère médiatique d’une part et culture populaire, d’autre part. Un ensemble d’anecdotes dont il est facile pour la plupart de pressentir l’existence partagée grâce à leur diffusion médiatique (surnom, titre, Mai 68 et le Biafra à quelques semaines d’intervalle en Une de Paris Match en 1968 effectivement, vedettes de cinéma américain…). Ces “petites choses”, pas dignes de l’Histoire ni d’histoire mais dans la “mémoire collective” par le miracle de leur présence médiatique, maître d’œuvre (artisan) de cette culture sauvage…

  1. Georges Pérec, Je me souviens, Paris, Hachette Littératures, 1978 (éd. originale). p. 50-52 []

10 réflexions sur « Je me souviens… de Mai 68 »

  1. @ PCH: je dirais pour reprendre tes mots
    “ce dont on se souvient reste AUSSI quelque chose de profondément personnel (comme l’illustre aussi ces noms proposés par ce Georges, mêlant Spock Auriol et Bellec…)”.
    Je crois vraiment que G. Perec mélange: entre petits moments très personnels mais aussi culture commune par construction/amplification/échos médiatiques.

  2. Perec (sans é) hein (on s’en fout, mais c’est comme ça), on l’aime.
    Il y a aussi :
    http://kmskma.free.fr/?p=5793

    ou encore :
    http://www.tierslivre.net/krnk/spip.php?article1179#forum9495

    qui illustrent en dépassant l’illusoire alternative subjectif/objectif (que tentent bien maladroitement de mettre en mesure les sondages) que ce dont on se souvient reste quelque chose de profondément personnel (comme l’illustre aussi ces noms proposés par ce Georges, mêlant Spock Auriol et Bellec…

  3. @ Thierry,

    Nostalgie est désirable, c’est vrai, car c’est une affirmation de soi et de sa relation aux autres à travers la culture commune. (une mémoire partagée)
    Je crois que la nostalgie, qui est certes un sentiment individuel, est aussi une forme culturelle, souvent illustrée sur le plan littéraire, qui naît probablement à l’époque du grand désenchantement, avec le regard que porte la génération des romantiques (Musset, Stendhal…) sur l’épopée napoléonienne tout d’abord puis sur ce qui fait ensuite office d’âge d’or, de vertes années, du temps de la jeunesse (Education sentimentale) dans une société en cours de démocratisation (malgré la Restauration politique) ouverte à tous les possibles (post-révolutionnaire) et où la notion de génération et peut-être de culture commune devient un repère identitaire. La modernité, en tant que changement permanent des repères et des valeurs (tradition du nouveau) engendre, plus que le modèle traditionnel, une nostalgie qui naît d’un sentiment d’exil lui aussi permanent… Et la constitution de cette culture commune dont parle Audrey, me semble intimement liée à la nostalgie, la nostalgie étant une souffrance identitaire, une perte d’une part de soi dont on se fait une culture partagée…
    L’oeuvre de Pérec en est une très belle illustration, et rétrospectivement, les mythologies de Barthes aussi, il faudrait relire aussi “Les stars” de Morin et aussi son “Esprit du temps”… ou encore “Le temps des tribus” (je m’en souviens…) du Maffesoli d’avant la chute 😉
    Et au fait le “regretté Dave” se porte bien et continue de gagner sa vie en nourrissant la nostalgie des telespectateurs, c’est même le petit génie du genre. Il incarne tellement bien la nostalgie (refaire un tour du côtéde chez Swann) qu’on le regrette alors qu’il est toujours là 😉

  4. @Olivier est-ce que c’est la nostalgie qui serait le moteur générateur de cette culture commune, ou l’envie de nostalgie? L’envie d’une culture (d’une Histoire?) commune qui nous unirait au delà du présent immédiat. Je ressens cela en tout cas dans le succès de toutes les commémorations médiatiques, qu’il s’agisse d’évènements tels que mai 68, ou de chanteurs disparus.
    Après tout la nostalgie, c’est un sentiment individuel et très personnel, relié à un incident une histoire particulière, qui va provoquer une jouissance douloureuse. L’opposé de la réécriture d’une “mémoire sauvage” par les médias qui elle participe de la communion. C’est parce que l’on sait que l’on est des centaines de milliers à verser une larme sur le regretté Dave ou à nous rappeler ces policiers qui sautaient par-dessus les barricades la matraque levée en 68 (et que nous n’avons jamais rencontré autrement que sur des photos) que l’émotion est suscitée par ces images fixes ou animées.
    Ce qui a été passé “aux oubliettes” peut resurgir à tout moment. C’est la télévision ou la presse qui lui donnent réalité et légitimité, pas le souvenir d’un évènement vécu.

  5. @ Olivier: je crois que nous sommes d’accord. Simplement, il me semble que les éléments passés aux oubliettes font ressentir combien l’ensemble de cette culture commune est portée par sa réactivation médiatique régulière. Quand ce n’est pas le cas, c’est plutôt un “ah oui, c’est vrai” pour quelque chose qui a l’air “has been” (comme dans les questions Trivial Poursuit dont parle André). Pérec mélange ce qui fait consensus de suite (ce qui aurait profité de la répétition) et ce qui fait surgissement, comme ayant été perçu, vu, mis en exergue mais plus porté par la suite, donc “daté”.
    Je suis d’accord aussi avec ta proposition de sondage 😉

  6. @ André,

    “Ce qui signifie aussi qu’elle est éminemment mobile, constamment reconfigurée – d’où la nostalgie.”

    Belle formulation. sa nostalgie est le fruit de la labilité de cette culture commune dans l’espace de la modernité (depuis le romantisme post-révolutionnaire peut-être), celui où règne la “tradition du nouveau” n’est-elle pas aussi la force désirante de la constitution de cette culture commune ? D’où l’effet de solidarité particulière des générations. Je me demande jusqu’où la nostalgie ne serait pas le moteur générateur de cette culture commune dans la mesure où c’est sous essentiellement son effet, a posteriori, qu’on la réifie. l’actualité, le quotidien ne deviennent-ils pas “culture” à partir du moment où on les nomme avec cette teinte particulière du désir, cette forme d’appropriation affective qu’est la nostalgie ?

    @ Audrey,

    Je ne sais pas si j’ai bien compris mais je ne suis pas sûr que le versant le plus nostalgique concerne les éléments perdus ou oubliés, ceux-ci ne sont-ils pas “caducs” sur le plan affectif ou trop personnels pour constituer une culture commune ? La nostalgie ne concernerait-elle pas plutôt ceux qui constituent de manière répétée et souvent réactualisée cette culture commune, c’est-à-dire cette nostalgie partagée, à savoir les éléments qu’on rappelle sans cesse et qu’on identifie comme ayant “marqué” une génération, un groupe… cf Radio Nostalgie et les émissions nostalgiques 😉
    Pérec ratisse large et mêle le commun au personnel, il serait intéressant de faire un sondage auprès de membres de sa génération pour voir ce qu’ils reprendraient à leur compte le plus fréquemment… nous aurions peut-être à peu près ce qui constitue leur culture commune…

  7. Je me demande aussi si (et comment le démontrer) les éléments qui paraissent les plus datés ou passés aux oubliettes (le versant le plus nostalgique du projet de Pérec) ne correspondent précisément pas à ceux qui ne sont pas réactivés par le système médiatique… qui n’ont été que “star d’un jour”.

  8. Merci pour cette note. Je pense qu’on pourrait analyser sous un angle similaire les questions/réponses d’un jeu comme le Trivial Poursuit, dont il est remarquable de constater combien nombre d’entre elles paraissent rapidement datées, après quelques années. Oui, tu as raison, la culture commune (expression que je préfère personnellement à celle de “mémoire collective”) est alimentée pour une part majeure par le matériau médiatique, qui fournit au partage du récit à la fois ses objets et son système amplificateur. La culture commune, c’est ce qui a été partagé par un groupe à un moment donné. Ce qui signifie aussi qu’elle est éminemment mobile, constamment reconfigurée – d’où la nostalgie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.