Actualités Gilles Caron

La Fondation Gilles Caron annonce plusieurs grandes actualités concernant le photographe Gilles Caron en ce début d’année 2012 – deux livres et une exposition à la galerie Thierry Marlat à Paris, du 19 janvier au 25 février – et souhaite révéler l’homme derrière le mythe.

Couverture J’ai voulu voir correspondances

J’ai voulu voir propose la correspondance de Gilles Caron et de sa mère Charlotte Warden, principalement pendant la guerre d’Algérie.

« Photographie célèbre, grand voyageur et jeune homme curieux,

Gilles Caron, disparu au cours d’un reportage alors qu’il avait à peine trente ans, a laissé un héritage à la hauteur de son existence. Ses photos – celles de Mai 68, de la guerre des Six-Jours, ses portraits de Brigitte Bardot ou de De Gaulle – sont aujourd’hui mondialement connues, mais c’est grâce à sa correspondance avec sa mère que l’on découvre enfin qui était l’homme derrière le reporter.

Pendant la guerre d’Algérie, à partir de 1960, Gilles Caron, parachutiste amateur dans le civil, est mobilisé chez les paras, au sein du 3ème régiment d’infanterie de marine. Sa mère et lui n’ont alors jamais cessé de s’écrire. Opérations sur le terrain, insoumission de Gilles, manifestations à Paris, mais aussi dernières lectures dans l’attente des combats: ils parlent de tout et de rien avec une intelligence et une intensité bouleversantes.

Tour à tout drôles et sérieuses, légères et inquiètes, ces lettres disent aussi la tendresse infinie qui lié une mère et son fils. »1

Outre ce livre personnel, la Fondation publie aussi Gilles Caron Scrapbook aux éditions Lienart, « biographie en images de Gilles Caron, homme et photographe, ici racontée par sa famille »2 : « Surtout connu pour ses photographies de Mai 68, Gilles Caron (1939-1970) a laissé une œuvre d’une extraordinaire richesse et marqué de son empreinte si particulière le monde du photojournalisme. Sa vie professionnelle est celle d’un photographe reporter d’agence de presse à la fin des années soixante qui, entre un Conseil des ministres et une première à Bobino, se retrouve dans des manifestations et sur des champs de bataille. Alternant documents d’archive, planches-contacts, tirages, reproduction de pages et couverture de presse, clichés d’une époque saisie  à vif, l’ouvrage offre une double lecture: le regard d’un photographe aux prises avec son siècle et l’histoire d’un homme, dont l’itinéraire en subira les bouleversements incessants. »3.

Guillaume Clavières et Marc Brincourt, service Rédaction Photo à Paris Match, présente le livre en 4ème de couverture:

Couverture de Gilles Caron Scrapbook

« À l’image de Robert Capa, Gilles Caron est une référence en matière de journalisme et de photographie. Tout au long de sa brève carrière, il s’est distingué par sa capacité hors du commun à comprendre et analyser les attitudes propres au dépassement de soi. Une des grandes fierté de Paris Match est d’avoir été parmi les premiers à repérer son talent. À chaque date importante de l’histoire des années soixante, Paris Match a publié les photographies de Gilles. L’évolution des guerres et l’émergence des conflits sociaux dans nos sociétés démocratiques – la guerre des Six Jours, Mai 68, le Biafra, l’Irlande du Nord, le Vietnam… – donnent lieu à de nombreuses couvertures et des numéros emblématiques: autant d’événements, autant d' »icônes photographiques ». À l’âge de trente ans, le 5 avril 1970, Gilles Caron disparaît au Cambodge sur la route n°1, qui relie Phnom Penh à Saigon. De 1965 à 1970: cinq années de production d’une richesse exceptionnelle. La lecture des planches-contacts permet de prendre la mesure de la qualité de ce travail, qui constitue une partie de notre patrimoine. Grâce à l’engagement et à l’action de sauvegarde et de valorisation qu’effectue la Fondation Gilles Caron, son oeuvre s’impose avec évidence dans le paysage photographique contemporain. »

Voir aussi

  1. 4ème de couverture []
  2. introduction par Marianne Caron-Montely, p. 11 []
  3. 4ème de couverture []

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.