La mèche rebelle de De Gaulle : l’implicite au service de l’usage illustratif

Paris-Match n° 999 du 29 juin 1968, p. 126-127. Photographie Gamma.

Note rapide, en forme de rebond sur le récent billet de Grégory Divoux, à propos des jeux sur l’implicite dans l’usage des photographies dans la presse. Ici, l’exemple d’une image publiée par la presse magazine en 1968 : le portrait de de Gaulle qui se recoiffe, pris en Roumanie, lors du voyage officiel du chef de l’état entre les 14 et 18 mai. Ou plutôt, les deux portraits du général : l’un, publié par Paris Match n°999 du 23-30 juin 1968, en couleur, est crédité Gamma.

La photographie est de Gilles Caron, photographe mandaté par cette agence pour ce voyage officiel du président. L’autre portrait, crédité Reporters Associés, est publié dans le numéro de Life du 31 mai 1968 et a été pris par le photographe Jean-Pierre Fizet. Chacun est de nouveau publié dans les numéros bilan de fin d’année 1968 par les deux magazines (et Life publie alors celui de Gamma1).

Chacune de ces publications, y compris celles contemporaines des événements, utilisent les portraits pour manifester la préoccupation ou la gêne de De Gaulle face aux événements de “Mai 68” en France ; ce que Life surnomme “The Great mal de tête” du président français.

Page de gauche: photographie Jean-Pierre Fizet, Reporters Associés, lors du voyage de De Gaulle en Roumanie entre les 14 et 18 mai 1968 ; publiée dans Life du 31 mai 1968 p. 22-23. Coll. particulière.

Dans ces différentes publications, les légendes ou autres textes qui accompagnent les portraits photographiques font systématiquement mention de la Roumanie: « Va-t-il abandonner ? De Gaulle rentré de Roumanie annonce un referendum. Mais il dit « J’ai misé à côté de la plaque. » Le 29, soudain il disparaît. » (PM 999) ; « In Romania, on a state visit…» (Life)…

Pourtant, ce n’est pas pour évoquer le voyage officiel du président que ces photographies sont mobilisées par les rédactions des deux magazines. Dans les dispositifs médiatiques qui l’utilisent, l’image est inclue dans la narration visuelle de Mai 68 proposée par la rédaction de Life (et, à sa suite, par celle de Paris Match, qui la reprend) et est utilisée comme figuration de la préoccupation du président face au désordre du pays, en un usage illustratif des images largement décrit et défini sur Culture Visuelle. Le portrait sera d’ailleurs utilisé pour figurer d’autres préoccupations politiques à l’exemple d’une couverture d’un numéro de L’Express en 1969 (n°929 du 4 mai) lors du referendum d’avril 1969 qui conduira à la démission de De Gaulle.

L’Express n°929 du 4 mai 1969

Lors de ce voyage en Roumanie, il y a du vent à la descente d’avion et le Général a ce geste pour se recoiffer. Plusieurs autres enregistrements médiatiques de la même scène le laissent supposer2. Un entretien avec le photographe Jean-Pierre Fizet, des R.A. (agence rachetée par Gamma en 1974), confirme les conditions de la prise de vue. Il reconnaît le scénario dans un éclat de rire: “Bon… je ne sais pas si je fais bien de vous dire ça parce que… ça dévalorise un peu la photo… mais… sur cette photographie, il a l’air préoccupé par ce qui se passe en France. C’est vrai qu’il n’était pas très bien. Mais, en fait, il était à un mètre de moi lors de cette photo. Il y a eu un coup de vent et il a remis ses cheveux en place. Mais bon, il n’était pas très en forme, c’est vrai aussi.”3.

Comme le remarque Grégory Divoux à la suite d’André Gunthert, l’usage illustratif des photographies dans la presse s’accompagne d’une gestion maîtrisée de l’implicite. La mention de la « Roumanie » en légende sert ici de caution d’un usage documentaire de photographies d’actualité tel qu’il est revendiqué par la profession, tout en générant un usage illustratif de ces mêmes images.

Voir “Les Images font l’histoire“, dont est extrait cet exemple.

  1. Avec celle des Reporters Associés dans Life du 31 mai, reprise par Life Atlantic fin d’année 1968 (en n&b).
    Celle créditée Gamma dans PM du 22 juin couleur est reprise en n&b par PM 1026 de la fin de l’année 1968.
    PM reprend à Life dans son n° du 22 juin, le principe du portrait de DG préoccupé (du Life du 31 mai). []
  2. Voir aussi https://www.youtube.com/watch?v=LwwIRqh8pxI [cf. le geste de DG à 6mn49] et vidéo de l’INA : discours à sa descente d’avion en Roumanie, avec beaucoup de vent.  Mais il est en uniforme et non pas en costume. Par contre, on voit les photojournalistes travailler, notamment Gilles Caron à 1mn. []
  3. discussion téléphonique le 13 juillet 2011 avec Jean-Pierre Fizet, des R.A., agence rachetée par Gamma en 1974. Il ajoute : “J’étais à côté de Caron, comme souvent. Mais sa photo est moins bonne que la mienne. D’ailleurs, il a bien vu que j’étais dans le bon axe ; il m’a poussé, comme il faisait très souvent…” []

2 réflexions sur « La mèche rebelle de De Gaulle : l’implicite au service de l’usage illustratif »

  1. Hello Grégory, et merci pour le billet et le clin d’oeil 😉
    Je suis tout à fait d’accord avec toi pour parler de “motifs” ou figures récurrentes. Pour moi, ils sont le signe même d’une culture professionnelle très claire et dont les codes sont parfaitement partagés, pour ce qui concerne l’utilisation des images comme pour le reste, probablement.

  2. Bonjour Audrey,
    Un petit commentaire en forme de clin d’œil visuel qui fait en quelque sorte le lien entre nos deux exemples d’usage illustratif des photographies de presse avec cette couverture du numéro 1043 de Paris-Match du 3 mai 1969 ouvrant la séquence “élection présidentielle” en une de l’hebdomadaire suite au référendum et à la démission du général De Gaulle : http://www.flickr.com/photos/patrickpeccatte/6922920642/in/set-72157629431720158/ (crédit photo : Jean Mangeot/ParisMatch/SCOOP)
    On peut voir que le motif du “promeneur” marche dans les deux sens, aussi bien pour une arrivée à l’Élysée dans le cas du couple Pompidou que pour un départ comme pour le général que l’on voit marcher seul dans les jardins de sa résidence de Colombey-les-Deux-Églises. 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.