La voix des professionnels : notes méthodologiques

“Consommée au quotidien, la photographie de presse fait partie de notre paysage visuel depuis bien plus d’un siècle. […] D’emblée, ses frontières paraissent vastes, et on ne saurait les limiter à l’activité considérée comme la plus noble dans ce domaine, le photoreportage. […] La difficulté majeure ne vient pas pourtant de la seule délimitation du terrain d’étude, mais se situe avant tout dans le fait que cet objet a souvent été appréhendé par le versant de sa production première, celle qui est due à l’acte photographique. […] Or, il me semble que, bien au contraire, la photo de presse se définit principalement par sa forme finale, celle qui se matérialise lors de sa publication. […] L’aboutissement ultime de la photographie de presse […] ne survient qu’après l’impression finale, mécanisée et sérielle, sur le papier léger d’un journal illustré ou d’un quotidien. L’arracher de son support pensé pour être éphémère, l’isoler de la composition complexe d’une double page de magazine ou du grand format d’un quotidien, c’est en faire autre chose, c’est la dénaturer.” écrit Gianni Haver pour l’introduction (p. 7-8) au livre Photo de presse. Usages et pratiques qu’il a dirigé aux éditions Antipodes en 2009. Le dernier texte de ce recueil d’articles s’intitule significativement « Maîtriser l’image : du clic à la rotative ». Et, tout aussi significativement,

comme il est précisé en début d’article, ce « texte [a été] établi en collaboration avec Gianni Haver à partir d’un entretien » : autrement dit, l’auteur Jean-Luc Iseli – photojournaliste puis rédacteur en presse – et le chercheur ont travaillé ensemble pour établir ce témoignage1.

Les deux première séances de l’atelier “Questions méthodologiques d’histoire visuelle” (séance du 4 puis du 25 novembre 2009) ont été consacrées à la photographie de presse. La première séance nous a montré le chercheur face à des photographies de presse quand la seconde a permis de voir le professionnel à l’oeuvre – en l’occurrence l’éditeur d’archives d’agences photographiques – au moment t où il intervient dans cette longue chaîne pragmatique dont parle, entre autres, Gianni Haver.

IMG_0295 IMG_0318

IMG_0334Séance d’Editing, S. Dupuy et V. Motron, éditeurs photographie. Voir ici et aussi

L’une des difficultés pour travailler les relations entre la presse et la photographie tient en effet à la question des sources. Pour travailler les grands magazines illustrés de cette deuxième moitié du XXème siècle, il n’est pas toujours – rarement – possible d’accéder aux archives de ces magazines (livres de compte, compte-rendu d’Assemblée Générale, stocks de photographies disponibles, essais de maquettes…) et l’on manque souvent d’informations techniques quant à leur fonctionnement effectif. Aussi, pour reconstruire de façon très pragmatique les étapes de conception et de fabrication des images photographiques et du magazine, parce qu’il considère qu’en cela réside une partie des réponses quant à la constitution d’un récit visuel sur les évènements traités, le chercheur peut recourir principalement à deux méthodes de travail : le feuilletage et l’entretien avec des professionnels.

Le feuilletage et la manipulation manuelle des magazines supposent de travailler sur les numéros publiés et conduisent principalement à des observations sur ces publications. La recherche se place ici du côté de la circulation des images. Ces méthodes de travail demandent, par ailleurs, d’avoir accès aux objets (journaux, magazines, presse…) dans leur état d’origine car la forme de conservation microfilms dénature beaucoup trop l’image et n’est pas bien fiable.

L’entretien avec un professionnel qui raconte son quotidien (au travail) permet de se situer du côté de la réalisation ou production des images : c’est une source d’informations très précieuse pour l’historien de la photographie ou du visuel. Jean-Marc Yersin considère que « Ce bref itinéraire [il ne parle ici que de l’étape de la prise de vue photographique] esquisse certains des rapports entre techniques et pratiques. Si le choix d’une technique spécifique peut dépendre d’intentions, de désirs ou d’un concept, et que ce choix participe à la définition d’une pratique photographique et au final du contenu visuel de la photographie, alors la définition de la « bonne photographie » est à chercher à la croisée des possibilités offertes par une technologie et les réinvestissements pratiques de celle-ci. »2. Le professionnel d’une époque peut, en effet, raconter comment se passaient les séances de reportages, le développement des films, leurs traitement en rédactions presse… Il peut indiquer le matériel utilisé par les photographes, par les imprimeurs, les contraintes techniques d’un moment donné etc. Il peut ainsi valider au détour d’une phrase ce que le chercheur aura reconstitué, à force de longues manipulations et qu’il ne pouvait poser que sous la forme d’hypothèse. Mais plus encore, écouter, être attentif aux logiques qui les guident et échanger avec des professionnels permet d’identifier les impératifs de ces professions et de comprendre des raisonnements professionnels régis par d’autres priorités que celles du chercheur. La voix du professionnel permet ainsi de comparer la réalité de pratiques avec les discours qui les accompagnent.

Les limites méthodologiques sont alors tout autant la nécessité de distinguer l’information de l’anecdote personnelle affective que la vigilance à accorder aux reconstructions du souvenir, ces formes de témoignage étant elles-mêmes soumises à des représentations culturelles. Lorsque Patrick Chauvel affirme, par exemple, que les photographies d’Abou Ghraib ont été prises au camphone, il se souvient d’un geste: celui de sortir facilement son appareil photo de la poche. Mais si en 2009, l’appareil photo que nous avons dans la poche est notre camphone, ce ne pouvait – technologiquement – pas être déjà le cas en 20033. La date à laquelle l’entretien est fait – son époque – est naturellement une donnée nécessaire. Mais, précisément, ces “écarts” renseignent tout autant que l’information brute que les entretiens peuvent fournir, en particulier sur la puissance des discours culturels, et partant sur leur importance. Si le photographe Bruno Barbey, en évoquant ses prises de vue de Mai 68, raconte dans un entretien qu’on ne photographie pas la même chose en noir et blanc et en couleur, le site de son agence publie pourtant des doublons de cette époque. A l’époque de Mai 68, il est courant que les photographes travaillent avec plusieurs boitiers et doublent – en reportage – la plupart de leurs vues en couleur. Mais dans le souvenir, les discours culturels sur la pratique de la couleur en 1968 ont fait leur effet (voir aussi l’interview avec Goskin Sipahioglu).

BBarbey-amphi n&b BBarbey-amphi color

BBarbey-gare de lyon n&b BBarbey-gare de lyon color

© Bruno Barbey, Magnum

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=XXYj9Qu2DBQ[/youtube]

A l’échelle de l’écriture visuelle des évènements dans et par la presse et pour comprendre un fonctionnement, l’échange entre les professionnels et les chercheurs est un terrain fertile. Car le temps des uns n’est pas le même que celui des autres. Un signe : le séminaire “Recherches en histoire visuelle” d’André Gunthert fait salle comble en ce début d’année et pour près de la moitié ce sont des professionnels de l’image (iconographes, photographes, archivistes, éditeurs, etc.) qui viennent écouter ce que le temps de la réflexion et de la verbalisation leur raconte à eux, praticiens. Dans une certaine mesure, la recherche se réaffirme ainsi comme un outil et retrouve une place lisible dans le tissus social, en tant que profession elle-même. Or, voir le professionnel dans sa propre économie, au sein des processus de sa pratique et de ses limites techniques ou méthodologiques, c’est aussi un des pari de la plateforme Culture Visuelle qui rend lisible et publique une pratique professionnelle, souvent taxée d’opaque elle aussi : la recherche en train de se faire…

  1. « Maîtriser l’image : du clic à la rotative » in Photo de presse, Gianni Haver (dir.), Antipodes, Lausanne, 2009, p. 261-269 []
  2. Jean-Marc Yersin, «Considérations sur l’outil du photoreporter » in
    Photo de presse. Usages et pratiques, Gianni Haver (dir.), Antipodes, Lausanne, 2009, p. 251-259. p. 259 []
  3. le point sur les photographies d’Abou Ghraib: ici, merci à A. Gunthert pour ce signalement []

Une réflexion sur « La voix des professionnels : notes méthodologiques »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.