Expo « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » jusqu’au 26 août à la BnF

 

Vue de l’entrée de l’exposition

Encore quelques semaines jusqu’au 26 août 2018 pour aller voir l’exposition, dont je suis commissaire avec la conservatrice Dominique Versavel, « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire« , à la BnF (site Tolbiac François Mittérand). Construite en grande partie à partir de ma thèse et des collections de la BnF (photographies, imprimés,…) explorées dans le cadre de la bourse Roederer pour la recherche (2016-2017), l’exposition interroge l’histoire des images de mai-juin 1968 produites par le photojournalisme. Elle revient sur la représentation de ces événements pour questionner la mémoire visuelle collective qui en découle. À ces fins, elle analyse les usages des images dans le contexte médiatique et culturel des cinquante ans passés en cinq modules qui font suite à une fresque inaugurale qui montre cette mémoire commune1. Portée par une scénographie sobre et élégante de Sylvie Coutant, Anne Levacher et O majuscule pour le graphisme, elle est sélectionnée comme l’une des expositions de l’été à voir par Vogue, TéléramaCulture Box….

A g., D. Cohn-Bendit face à un Crs devant la Sorbonne le 6 mai 1968, tirage de presse vers 1977, avec indications de cadrage au crayon – au cent., planche contact, Etudiant pourchassé par un CRS, photos © Gilles Caron, Fondation Gilles Caron – A dt, affiche de l’exposition avec la « Marianne de Mai 68 », le 13 mai 1968, Paris, de © Jean-Pierre Rey.

Revue de presse express: par Fanny Arlandis pour Le Monde des idées du 18 mars ; par Sophie Iselin pour la radio Belge RTS culture du 26 mars ; par Isabelle Chenu pour son rdv culture du 19 avril sur RFI ; pour Phototrend du 2 mai ; par Elisa Mignot pour Polka du 11 mai…

Catalogue de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire »

Didactique, l’étude de cas de mai-juin 1968 – voir les récents ouvrages des historiennes Ludivine Bantigny et Bibia Pavard, notamment – se veut un exemple à partir duquel questionner les relations entre la médiatisation des événements historiques et l’écriture de l’histoire avec les images. Notre programme de la demi-journée d’étude du 17 mai 2018 dernier offrait des pistes d’ouverture à ces questionnements sur d’autres corpus visuels. Le catalogue de l’exposition, dont le stock est épuisé, reprend la structure de l’exposition en 5 modules qui forment autant de chapitres accompagnés des textes des historien.ne.s Ludivine Bantigny et André Gunthert.  Voir des extraits de l’introduction ici.

Je remercie ici chaleureusement notre chargée d’exposition Valérie Prébot ainsi que notre chargée d’édition Catherine Coupard, qui n’ont pas ménagé leur peine et ont su de façon remarquable se mettre à l’écoute du projet.

  1. • La fabrique d’une icône : Daniel Cohn-Bendit face à un CRS. La promotion culturelle du photojournalisme pour histoire • Une amnésie médiatique: la pratique de la couleur • De la photographie d’actualité au symbole : devenir la « Marianne de 68 » • Hors du champ médiatique : des alternatives photographiques? • Absence d’icône : le cas de la « nuit des barricades ». []

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.