CR de « Nicolas Bouvier iconographe » d’Olivier Lugon

 CR de l’ouvrage d’Olivier Lugon, Nicolas Bouvier iconographe, Genève, Bibliothèque de Genève/Gollion, Infolio, 2019 et de Nico­las Bou­vier, Du coin de l’oeil (Ecrits sur la pho­to­gra­phie), Édi­tions Héros-Limite, coll. “feuilles d’herbe”, Genève, 2019.

« C’est à une facette peu explorée, voire déconsidérée, du célèbre écrivain voyageur et photographe Nicolas Bouvier, qu’Olivier Lugon consacre un ouvrage : son métier d’iconographe – chercheur d’images. Activité alimentaire, ce travail n’est pas envisagé ici comme un mal nécessaire avec lequel composer pour pouvoir s’adonner à ses nobles passions (l’écriture, la photographie, le voyage) mais comme partie intégrante d’un parcours singulier d’hommes d’images et de mots. L’historien de la photographie tient serrée sa démonstration selon laquelle en effet ce métier est structurel dans la démarche créatrice de Nicolas Bouvier, qui lui aussi le revendiquait. Et on les suit bien volontiers. Métier fondamental pour l’édition illustrée et pourtant métier de l’ombre, on peine aujourd’hui – à l’ère d’une profusion d’images apparemment faciles d’accès sur internet – à imaginer la difficulté de la quête des images et à faire exister cette figure professionnelle. Dans cette démarche, Olivier Lugon s’appuie sur la notoriété de Nicolas Bouvier, écrivain reconnu qui bénéficie d’un crédit culturel susceptible de ruisseler sur son travail d’iconographe. En témoigne l’acquisition remarquable en 2001 de son fonds d’iconographe par le Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève, coéditrice du livre. Aux quelques dizaines de milliers d’images s’ajoutent…

Paru dans Photographica n°2 : à lire ici.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.