images sensibles, sciences en création

Sur une initiative de Gaby David, ce mercredi 28 avril, l’atelier des doctorants du lhivic a reçu avec beaucoup de plaisir Anne Jarrigeon, maître de conférences en Urbanisme à l’Université de Marne la Vallée, anthropologue, docteur en Sciences de l’information et de la communication et photographe. “Depuis ma thèse de doctorat intitulée Corps à corps urbains, vers une anthropologie poétique de l’anonymat parisien”, se présente-t-elle, “je conduis des recherches à la croisée de l’ethnologie urbaine, de la sémiotique et de l’anthropologie visuelle.

Le film, la photographie constituent pour moi des outils de recherche à part entière et je m’intéresse tout particulièrement à la saisie de l’expérience urbaine contemporaine par l’image. Parallèlement à mes recherches sur le statut du corps et des apparences dans les interactions quotidiennes, je travaille depuis 2004, sur les usages et les représentations autour du téléphone portable, notamment sous l’angle des productions audiovisuelles amateurs ou artistiques auxquelles il donne lieu.”

Elle revendique ainsi à la fois des méthodes de la sémiotique (appliquée au corps, aux images et à l’architecture), de l’éthnologie urbaine (observations et entretiens) et de l’anthropologie visuelle (en référence à peine masquée à Georges Didi-Huberman). Autorités disciplinaires mixtes et complexes pour décrire ce qu’elle a elle-même énoncé comme flou voire paradoxal: sa pratique effective de chercheuse – à savoir, l’image aux coeur de tous ses travaux – et la difficulté de circonscrire et communiquer ce pour quoi l’image est ainsi systématiquement mobilisée dans des contextes scientifiques. Corpus d’étude, instrument de recherche, truchement… l’image répond à différents besoins et envies dans ses travaux mais semble toujours avoir à être justifiée comme medium d’un – et dans – un travail à teneur scientifique.

Nombreux sont les chercheurs qui ont spontanément et nécessairement recours à l’image dans leur travaux, prenant bien garde qu’elle ne soit pas réductible à ce qu’elle représente, medium à part entière. Dans son cas, Anne Jarrigeon prend très consciemment en compte des aspects et fondements de l’image très chers au lhivic : matérialité de l’image, importance du contexte dans lequel on la reçoit, sens de lecture de l’image dépendant des textes qui lui sont adjoints et l’entourent, circulation de l’image, forme (visuelle) etc. Mais les difficultés méthodologiques – pédagogiques même pour certaines – restent nombreuses. Comment restituer ce que ce médium permet dans une recherche et quelle place lui attribuer dans la forme de la restitution? Certaines disciplines posent d’ailleurs plus volontiers la question de la forme d’une recherche (en architecture, par exemple). Mais une fois acquis que le sens d’une image est absolument tributaire du contexte dans lequel elle est présentée, que faire de nos images dans nos recherches? Présentées dans le corps du texte-tronc d’une thèse, elles tombent dans le document-preuve ou l’illustration; série à part entière et distinguée, elles sont perçues comme un geste d’artiste, série plastique issue d’un acte créateur pour le moins. Tout se passe comme si le choix de leur présentation, induisait des réceptions irrémediablement liées à des catégories d’images, voire à des champs disciplinaires. Et l’image semble alors ne pas pouvoir échapper à l’alternative illustration/oeuvre d’art quand bien même le chercheur la mobilise pour tout cela à la fois et pour d’autres usages encore…

La réception de travaux scientifiques construits avec l’image pose en effet souvent problème. Au-delà de la réaction encore fréquente sur la véracité/fiabilité des images montrées, Anne Jarrigeon raconte, par exemple, qu’elle ne s’autorise toujours pas à présenter ses films seuls en colloque ou séminaire (en contexte accepté comme scientifique) sans une communication textuelle en bonne et due forme… De la même façon, comment publier ce type de recherche? En éditions scientifiques qui demandent un texte, des images, l’ordre dans lequel elles doivents apparaître et ne peuvent comprendre pourquoi l’auteur cherche à rencontrer le graphiste-maquettiste du livre? En éditions de “livres d’art” et voir alors se perdre tout crédit démonstratif et scientifique?

Réfléchir au dispositif texte/image, c’est nécessairement se poser aussi cette question dans le cadre de la communication d’un travail de recherche, sans renvoyer la présence d’images à un complément llustratif ou artistique et sans que sa teneur scientifique ne soit mise en doute. Ce qui revient à se demander pour un “lhiviquien”, comment faire pour dire avec des images ce qu’il démontre à propos des images. Ce qui revient aussi et surtout à déplacer certaines frontières imperméables alors que les usages en recherche se déplacent. A accepter la part absolument formelle et sensible comme mode de connaissances scientifiques…

images-iconographie

“Carte de la mer, utile pour la chasse aux snarks”, coll. particulière;

Alice au pays des merveilles, dessin de John Tenniel illustation du texte de Lewis Caroll;

Centre urbain, Mexico city, Eric Truffaz, 2008.


4 réflexions sur « images sensibles, sciences en création »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.