Ribéry blessé

Yahoo (j’aime bien ce portail, c’est toujours drôle) titre sur la blessure morale de Ribéry (mis en cause dans une affaire de proxénétisme). Au-dessus du titre, une photographie du profil du joueur, profil barré par sa grande cicatrice : son visage blessé, pour ainsi dire.

Portail Yahoo 3 mai 2010

“Yahoo actualités” reprend pour partie un article du Point.fr auquel il renvoie par un lien en bas de “page” (d’article)… l’illustration n’est pas la même et montre du même coup le travail éditorial effectivement fait par l’équipe de Yahoo, sur l’image photographique comme sur le texte:

Le Point.fr – 3 mai 2010

18 réflexions sur « Ribéry blessé »

  1. @ Patrick : ce n’est pas certain concernant les agences – les sujets (ou les rétrospectives) montés pour l’occasion que j’ai pu voir (je n’ai pas tout vu non plus) ne vont pas dans ce sens. Et toutes n’ont pas pris la peine d’associer des images pour une présentation en ligne. Il reste une part difficilement visible : les “propositions” commerciales émanant des vendeurs.
    Mais je crois bien que nous assistons plus à des choix éditoriaux de publication.

  2. @Audrey: Tineye, oui, mais pas seulement, hé hé.
    Il serait intéressant aussi d’effectuer une petite statistique sur la production des agences. Je fais le pari que l’on trouve maintenant dans les propositions envoyées aux médias plus de photos de Ribery “ugly” qu’avant l’affaire. Et si cela est vrai, ce pourrait être moins un changement de regard des photographes qu’un editing différemment orienté en agence même. C’est un marché après tout.

  3. @ Audrey,

    L’interprétation subjective n’est pas un délit, à peine un péché… 😉
    Ici, à voir comment elle est reprise, par Free puis par les deux sites auxquels renvoient les liens de Patrick, on peut dire que cette photo est investie d’une signification qu’elle n’avait pas forcément sur le blog spécialisé dans le foot où elle avait été publiée en 2009.
    Bien sûr, elle était effectivement déjà passée… mais des sites aussi fréquentés que ceux qui la publient aujourd’hui l’auraient-ils fait avant l’affaire ? Cela aurait été peu aimable de leur part… Il fallait qu’une histoire rende cette image particulièrement “parlante” au niveau du discours collectif… ici, elle illustre une opinion sur Ribéry … comme celle où il baisse la tête en signe de pénitence en illustre une autre …

    Quoique… finalement, dans les deux cas, on le présente comme une bête blessée, comme une victime de sa propre naïveté fougueuse…
    Ses cicatrices prennent tout leur sens…

  4. @ Patrick: Tu n’as pas volé ton surnom de “cowboy du web”, ché! Tu utilises les logiciels de reconnaissance d’images?
    @ Jean-No: La quantité d’images disponibles est un facteur important sans conteste. Et pour nos démo aussi, c’est une mine d’or puisque la multiplication des possibles rend visible/lisible le choix (illustratif ;)).

    Sinon, le foot ça marche pas mal aussi pour les comments de billets de blog!!! 🙂 🙂

  5. Les iconographes piochent dans leur stock de photos en fonction de leur opinion ou de leurs interrogations… ça me semble clair ici. Le footballer doit être une mine d’or pour ce genre d’iconographie subjective, car des milliers de clichés sont disponibles, des clichés complètement interchangeables (rien ne ressemble plus à une photo de match qu’une autre), avec des expressions (des grimaces notamment) et des significations potentielles infinies.

  6. Magnifique! Donc, là c’est être pris en flagrant délit d’interprétation subjective du discours photojournalistique en faisant des présuppositions un peu rapides (première publication ou pas de l’image). Les observations du pragmatisme du travail éditorial restent effectivement bien plus puissantes pour essayer de comprendre le fonctionnement du photojournalisme. Documenter la source pour comprendre ce qu’elle documente…

  7. @ Patrick: Non, ce n’est pas cette photo. C’était une méchante contre-plongée sur son visage et sa dentition. Dommage… je n’ai pas pensé à faire une capture d’écran…
    Celle que tu indiques reste une photographie de joueur de foot en train de jouer au foot: la photo de yahoo et celle de free laissaient ce “détail” de côté, une des raison de leur efficace narrative, mais pour une autre histoire.

  8. @ Olivier: Oula! Ils ne l’ont pas raté, effectivement! Tout à fait d’accord sur le fait que ces photos n’étaient pas publiables avant la mise en accusation…
    @ Gaby: suis d’accord avec toi sur le fait que le point aussi pratique un travail éditorial sur les images (forcément). Mais dans cet exemple, c’est parce que Yahoo reprend “à sa sauce” que l’on peut mesurer son travail sur le choix de l’image aussi. Sans point de comparaison, on peut le savoir mais ne pas le “voir” aussi franchement.

  9. Sur le portail Free, c’est pas mal non plus… dans le registre… “La belle et la bête”…
    http://portail.free.fr/

    Une photo qui ne serait pas passée avant l’affaire… Entre la défense de l’homme blessé et repentant et la culpabilisation de la “bête” piégée par ses pulsions, il semble que la presse hésite à conclure… le récit n’est pas encore fixé. 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.