Le microfilm, non-archive de l’image

La presse est souvent conservée dans les bibliothèques françaises sous la forme de microfilms, bandes en bobines qui se consultent par projection sur un écran. Pour celui ou celle qui travaille sur les images – et la presse regorge d’images –, l’expérience relève du jeu de piste et s’avère épique tant la quantité d’informations qui se perdent est grande ; et plus encore quand il s’agit du traitement visuel d’une information.
Souvent médiocre, surtout après plusieurs (années de) consultation et de visionnage, la qualité des microfilms doit de plus supporter un éclairage en général imparfait. Zones d’ombre, poussières, rayures, éléments effacés, manque de lisibilité… génèrent une première perte d’informations des images de la presse consultée sous forme de microfilms.


L’Express n°882 du 13 au 19 mai 1968 et n°883 du 20 au 26 mai 1968

Paris Match n°997 du 18 mai 1968, p. 74 et p. 63

De plus, les microfilms sont noir et blanc, dichromatiques du moins. Leur consultation ne permet pas de savoir si les photographies étaient publiées dans la maquette d’origine en noir et blanc ou en couleur.

Les mêmes photographies dans les publications originales (pour voir des couvertures de l’Express au printemps 1968).

Le choix de photographies couleur ou noir et blanc dans une maquette n’est pourtant pas sans signification. Une photographie peut fonctionner en couleur et n’avoir plus aucun intérêt en noir et blanc. La couleur est une information visuelle en soi et au-delà d’une perte d’informations visuelles, il s’agit aussi d’une perte de sens que de ne pas y avoir accès.

Ce drapeau qui flotte au-dessus de la Sorbonne, quel est-il ? sa couleur ?

Paris Match n°999 du 29 juin 1968, microfilms

Paris Match n°999 du 29 juin 1968, publication originale

Ou encore, comment repérer que le magazine construit de façon systématique sa Une en couleur comme c’est le cas de l’Express en 1968, par exemple (cf. premières illustrations) en les consultant sous forme de microfilms ? Ou repérer certains usages des images comme dans cette Une du n°1000 de Paris Match, dernier numéro du printemps 1968 à consacrer un long reportage aux évènements du mois de mai dans laquelle il est possible d’en voir une métaphore ?

Paris Match n°1000 du 6 juillet 1968, microfilms et publication originale

En couleurs, cette couverture peut renvoyer visuellement aux évènements de Mai 68 : le rouge du ciré de la naufragée, repris en mains par les couleurs bleu et blanc du drapeau qui flotte derrière elle comme métaphore de la jeunesse au drapeau rouge, vaincue aux dernières élections législatives qui ont reconfirmé le Général De Gaulle dans ses fonctions. Les microfilms ne permettent pas de repérer le choix d’une telle image.

Ils rendent, par ailleurs, difficile la délimitation des pages, les bords des photographies n’étant pas toujours bien lisibles.

Cette photographie de la manifestation unitaire du 13 mai 1968 – couleur ? noir et blanc ? – est-elle publiée à bords perdus ? quelles sont ses dimensions dans la page ? Est-elle mise en rapport avec d’autres photographies ? sa légende, assez difficile à déchiffrer, quelle est–elle ? Car il n’est pas possible de consulter les doubles pages (qu’elles soient horizontales ou verticales) et partant difficile d’en mesurer l’impact. Les dimensions de l’écran de projection ne le permettent pas.

Paris Match n°997 du 18 mai 1968, microfilms

Paris Match n°999 et n°997, publications originales

En effet, les dimensions de l’écran de consultation sont fixes alors que les dimensions des pages des différents magazines, revues ou journaux ne le sont pas. Ces conditions de consultation fixes pour des objets variables génère une uniformisation des objets qui n’est pas la leur et ne correspond ni à leur matérialité ni à leur usage. Ils créent une uniformisation des formes qui ne restitue pas la matérialité réelle de la presse : journaux de différentes tailles, qualités de papier diverses, pages en couleur et pages en noir et blanc, images en couleur ou en noir et blanc… Et la forme microfilms interdit évidemment toute manipulation physique des objets originaux. Impossible de feuilleter les pages comme il est pourtant d’usage lorsqu’on lit la presse, ni de se rendre compte de la qualité du papier ou d’observer les séquences, la continuité des sujets traités… de mesurer la construction du magazine et sa maquette alors même que celle-ci (le chemin de fer, lorsqu’elle est en cours d’élaboration) est conçue en fonction de l’usage qui en sera fait : à savoir une lecture par feuilletage. Autrement dit, impossible de comprendre comment est construit un journal ou un magazine ni d’en percevoir les impératifs techniques.
De même, est-il difficile de se rendre compte d’éventuelles ruptures dans la pagination lorsque défilent les pages sur un écran de microfilms, à moins de connaitre la publication originale et de savoir ce qu’on cherche. Ce qui n’est en général précisément pas le cas quand on consulte des documents en bibliothèque. Il peut arriver qu’un reportage entier manque comme dans cet exemple de microfilms du n°999 de Paris Match dans lesquels tout le reportage sur Mai 68 n’apparait pas.


PM n°1000, microfilms avec saut de pagination

fin de reportage sur Mai 68 dans la publication originale

Pas plus qu’il n’existe de transparence du médium photographique, il n’existe de transparence matérielle des microfilms. On pourrait même aller jusqu’à parler de l’opacité des microfilms tant se perdent les informations quant au traitement visuel d’un évènement par ce procédé de conservation, qui semble tenir les images pour quantité négligeable dans la perception et la transmission d’une information, d’un évènement ou d’une actualité. Alors même que la presse s’appuie toujours davantage sur les images, et en revendique l’importance, ce système de conservation par microfilms relève d’une complète contradiction car il ampute l’objet qu’il s’agit de conserver d’une de ses plus importante composante : les images.

Billet initialement publié le 23 juillet 2009 sur le blog de l’Atelier du Lhivic.


3 réflexions sur « Le microfilm, non-archive de l’image »

  1. @ Davidkus: Vous avez raison, la perte d’information touche aussi le texte et la numérisation n’est pas une solution à toutes les questions soulevées par la conservation de la presse. Il n’empêche :l’attention portée à la conservation du texte reste bien supérieure à celle portée sur l’image parce que le texte est considéré comme vecteur principal d’information. On retrouve le même problème m’a t-on dit pour les enluminures des manuscrits du Moyen-Age. Sans désirer une préservation utopique à l’identique, attirer l’attention sur le fait que ces objets culturels forment un ensemble complexe (textuel et formel tout ensemble : textes/images/maquette), tout ensemble porteur de sens, peut sans doute contribuer à réfléchir leur conservation…

  2. Les problèmes liés aux microfilms sont donc à peu près les mêmes pour les textes et les images… Le problème central est simplement celui de la perte d’information, que les historiens connaissent bien. Elle existe aussi dans le cadre d’une conservation numérique (le problème des formats, des double pages est similaire : regardez la version numérique de L’Equipe, que l’on peut acheter sur son site ; et comparez-la à la versin papier) ou même d’une conservation papier (celui-ci se détériorant, les couleurs passant… j’ai le souvenir d’une page que je croyais en noir et blanc après avoir vu le journal en papier ; une numérisation m’a montré que la page était en couleur – à moins qu’il s’agisse d’éditions différentes ?)

    La préservation à l’identique n’existe pas : on ne se baigne jamais deux fois dans la même rivière !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.