Des archives pour Sygma (2) : conserver et classer le noir et blanc argentique

Un précédent billet présentait le projet de Corbis pour la conservation des archives à Garnay de l’agence photographique française Sygma (rachetée en 1999). Le 8 juin 2009, la visite au centre a commencé par la salle de conservation du fonds argentique noir et blanc.

L’organisation générale du centre de conservation à Garnay des archives Sygma/Corbis (conditions de conservation, rangement, classement)

Les archives argentiques sont conservées dans trois salles, chacune proposant des conditions de conservations différentes, essentiellement pour ce qui est de la température. Les 3 salles ont une hygrométrie contrôlée, une température basse et constante, un éclairage à faible émission d’UV et l’air ambiant y est traité. Dans une première salle à 18°c, sont conservés les planches contacts (rangées par numéros dans des tiroirs), les tirages, les duplicatas… autrement dit un matériel régulièrement consulté.

Une deuxième salle à 14°c est réservée aux « points rouges » c’est-à-dire des diapositives, originales, et sélectionnées par Sygma. Une troisième salle à 03°c abrite les négatifs, des collections anciennes (dont quelques plaques de verre), du matériel à préserver impérativement de façon plus stricte dans l’ensemble (y compris quelques tirages anciens par exemple).

Les fonds conservés sont ceux des agences Apis, Universal, Interpress, Spitzer, Reporters Associés, Kipa, Tempsport, Gamma (très peu) et Sygma. Ils correspondent aux différents rachats effectués par l’agence Sygma (à l’exception du très petit fonds Gamma constitué par ce que certains photographes ont emporté avec eux, ayant choisi de rester associés à Hubert Henrotte lors de la scission d’avec Gamma en 1973 et du fonds Reporters Associés, apporté par les photographes eux-mêmes lorsqu’ils ont rejoint l’agence). A Garnay, le classement par fonds (Apis, Gamma etc.) est maintenu, en respectant la chronologie de ces différentes agences. Les fichiers de classement mis en place par les agences elles-mêmes, lorsqu’elles fonctionnaient, ne sont pas, eux, conservés sur le site de Garnay : ils sont au siège de Corbis à Paris car ils constituent un outil de travail important pour les éditeurs qui travaillent actuellement à l’édition de ces fonds pour la base numérique de Corbis (exemple du fichier original du fonds Apis en fin de billet).

Le noir et blanc : les contacts d’un côté, les négatifs de l’autre

Le noir et blanc [n&b] est classé par planche contact (dans le jargon professionnel ces planches contact sont nommées « contacts » mais pour plus de lisibilité, on notera ici PC en général). Les PC sont conservées par fonds et par numéro. Elles sont numérotées avec un principe de départ : à un numéro correspond une PC. Ce qui deviendra par la suite : à un numéro correspond un reportage. Le « petit » fonds Gamma contient à peu près à 25 000 contacts ; on en compte 55 000 pour le fonds Apis (Apis avait son propre laboratoire, argument déterminant pour son rachat par Hubert Henrotte). Sygma disposait de son propre laboratoire de développement et les contacts étaient faits sur place. Pour plus de facilité, et surtout pour éviter d’éventuelles confusions, les numéros de reportage Apis vont de 1 à +/- 55 000 et la numérotation des PC Sygma n’a commencé qu’à 100 000. La plupart des films sont des 24/36 mais on trouve aussi des PC de 6/6.

IMG_1393 02-IMG_1354

IMG_1383

Classement des PC dans des tiroirs par numéro et par fonds

Le recto et le verso des PC sont couverts d’indications. Le numéro de reportage, le nom du photographe (souvent abrégé en 3 lettres) sont toujours mentionnés et, dans la plupart des cas, ils sont accompagnés d’un tampon Sygma. Le numéro renvoie exactement à une pochette de négatifs. La quantité d’autres informations indiquées au verso d’une PC est très variable d’une époque à l’autre : du seul numéro de classement accompagné du nom du photographe à la mention d’un évènement, d’une date, d’un court texte qui résume l’évènement, voire du nombre de films utilisés pour un même sujet etc. Sur les fonds plus anciens comme le fonds Apis (qui traitait essentiellement du people), ces informations restent en général très succinctes. Pendant la grande période de Sygma, ces informations sont beaucoup plus nombreuses.

Sur le recto de la PC, on observe différentes indications manuscrites dont la plupart correspondent à des indications de choix par l’agence à l’époque du reportage ou de choix effectués a posteriori. Elles ne correspondent que très exceptionnellement à des indications du photographe lui-même. Les editing successifs se superposent ainsi sous forme de traces sur les PC qui sont un outil de travail avant d’être une archive. Ce sont véritablement les originaux qui serviront par la suite d’archives. Les autres formes du matériel (PC, les « duplis » pour les diapositives couleur, parfois des tirages) ne sont considérés comme des archives que lorsqu’on ne dispose pas de l’original.

IMG_1391 IMG_1362

PC n&b : traces d’editing d’époque

Sur l’exemple suivant, un post-it (indication qui se veut provisoire mais qui est restée telle quelle dans le fonds) mentionne qu’un recadrage a été demandé pour le scan fait par Corbis.

IMG_1373 IMG_1372

Mention en principe provisoire de recadrage et restée dans le fonds : traces d’editing

Des expressions ou formes de codes sont indiqués au verso des PC : des abréviations des noms des photographes (« Sim » pour le photographe Christian Simonpietri) ; des mentions pour le laboratoire telle que la mention du nombre de « jeux » qui étaient tirés (l’agence faisait un, deux ou trois jeux, 10 ou 20, en fonction des besoins) etc. ; « DI » pour signifier une diffusion interdite (c’est parfois l’image elle-même qui est rayée), etc. Pour le people notamment, il arrivait qu’il y ait une première validation de la part des « people » photographiés.

IMG_1748Diffusion Interdite : Corbis ne gère pas les droits des images de cette PC

Souvent les amorces de pellicules révèlent des photos de la vie plus personnelle du photographe : la famille, leurs copines, des vues d’avion etc. Ces photos sont inexploitables par l’agence, elles sont rayées ; et, en général, Corbis restitue ces négatifs-là aux photographes quand ils en manifestent le souhait.

IMG_1407 IMG_1403

Traces d’editing ; exemple des amorces de pellicule

Mais surtout, au recto, plusieurs traces correspondent aux choix d’editing de l’époque de l’agence : les plus anciens editing sont indiqués au crayon gras. Pendant longtemps les marquages étaient faits au crayon gras chez Sygma mais chaque éditeur ayant sa propre méthode de travail, il n’y a pas de règle. Les exemples précédents de PC du fonds Apis montrent aussi qu’elles ont fait l’objet d’un editing récent, par Corbis auquel correspondent les codes barre.

Corbis avait, en effet, commencé par faire un test sur une partie du fonds : un numéro venait s’ajouter au numéro initial du reportage. La racine d’identifiant de la photographie choisie pour le site correspondait au n° de reportage avec un sous-n° pour la photographie choisie donc à tirer (en l’occurrence scanner) : le labo avait ainsi pour indication de tirer la photo classée en 001. Un premier logiciel de traçage des photos s’appelait ImageTrack-database et utilisait cet ancien n° de reportage. Ce système permettait de reprendre les 6 chiffres du n° original du reportage (n° racine de Sygma) et de lui ajouter ce sous-n° à 3 chiffres, séparés par un tiret (pour distinguer les images numérisées d’un même reportage: -001, puis -002, -003 etc.). Corbis reprenait ce n° en ajoutant «0000 » devant. Par exemple, la photographie issue du site web Sygma avec le n°235456-001 (pas d’espace entre les caractères), devient pour Corbis la photographie n°0000235456-001. Mais en 2005, Corbis adopte définitivement le système d’editing par code barre et homogénéise ainsi son processus d’editing

Le verso comme le recto des PC sont ainsi couverts d’informations qui correspondent à des usages successifs des PC mais aussi des photographies elles-mêmes et sont autant d’indications de différentes époques de l’histoire de ce fonds et de l’agence, les traces étant réellement différentes d’une période à l’autre. La mise en place de la base informatisée par Sygma est un très bon exemple des modifications engendrées sur les méthodes de travail par les outils utilisés suivant les époques car il n’y a plus eu, dès lors, la nécessité de reporter au dos du contact d’autres informations que son n° d’enregistrement de reportage, le nom du photographes et une mention sur la nature du négatif utilisé (NC [nega couleur] pour la couleur, NB pourle N&B, Inter pour les internégatifs etc.).

IMG_1378 IMG_1652

 

Traces d’editing

De plus, les PC du fonds ne sont pas forcément des contacts d’époque ou contacts d’origine. Certaines PC sont assez vieilles et l’argent commence à virer (effet proche de la solarisation sur le n&b). Les négatifs restent bons mais les contacts blanchissent et s’abîment : ces altérations sont essentiellement dues à une fixation souvent trop rapide au laboratoire car le contact est un outil de travail pour l’agence et le soin qui lui est accordé est souvent minimum. De nombreux contacts du fonds ont été faits ultérieurement par Sygma, pour des besoins d’exploitation des images : le contact original est perdu, abimé ou illisible, l’agence fait des « recontacts » qui sont donc postérieurs à la date du reportage. L’éditeur reconnaît ces nouveaux contacts grâce à la dimension de la feuille de papier photo ou à l’écriture au verso (« on n’écrivait pas comme ça à l’époque »), par exemple. Il est effectivement instructif, et parfois possible, de reconnaître les écritures de certains employés des archives ou, de la même façon, de repérer l’emploi du feutre indélébile, d’une encre type stylo bic ou du crayon de papier ce qui donne des indications car pour ce dernier cas, par exemple, il faut un papier non plastifié. Or les papiers RC apparaissent à peu près dans les années 80.

Ces indices très pratiques, qui permettent de pouvoir situer la période du matériel que l’on manipule, forment un ensemble d’indications extrêmement précieuses pour dater les évènements dans les images. Ces repérages très pragmatiques renseignent aussi bien sur les reportages que sur les différents fonctionnements de l’agence et constituent des repères précieux dans un fonds où rien n’est systématique. Certaines PC existent en plusieurs exemplaires, d’autres au contraire manquent (à partir d’un moment, le flux d’images n’est plus le même et Sygma ne fait plus de PC systématiquement)

IMG_1643Exemple d’une PC sur le mois de Mai 68 mais la PC est plus récente et traces des différents editing se superposent

Comme dans toute archive, lorsque du matériel est sorti, on laisse un « fantôme » à sa place dans le fonds pour indiquer qu’il y a une part manquante sur laquelle on est en train de travailler. Le fantôme Corbis ci-dessous date de 2002 : les éditeurs Corbis travaillent toujours sur le fonds du photographe Henri Bureau, le matériel est à l’agence Corbis Paris. Les reportages sont, par ailleurs, répertoriés quand ils sont «remontés » pour des editings. La deuxième photo est l’exemple d’un autre reportage (en l’occurrence en couleur comme la mention 41 dans la colonne « dia » et ligne «couleur » l’indique) du même photographe Henri Bureau « remonté » en 1998 pour faire un nouvel editing (nouveau choix) à l’occasion des 30 ans de Mai 68.

IMG_1399 IMG_1654

Exemples d’un fantôme pour une partie du fonds Henri Bureau sorti en 2002 ; d’une autre partie du fonds, remontée en 1998


Exemple de classement d’époque d’un fonds : le fonds Apis

Le classement d’origine de l’agence Apis est un fichier manuel classique, à base de fiches bristol remplies manuellement et classées de manière thématique.

IMG_1646 IMG_0057

2 PC de reportages lors du mois de mai 1968, répertoriées avec des signes différents

Ces différentes PC de la même époque (événements de Mai 68 en 1968, tout en présentant des indications à leur verso différentes, avec ou sans tampon de l’agence notamment) sont classées selon le même mode de référencement, sous le mot-clé : «Manifestations ». L’astérix qui accompagne le mot et le fait qu’il soit souligné indiquent que c’est le thème retenu pour leur classement. Ces films/reportages sont ensuite reportés manuellement sur la fiche bristol « Manifestations » du fichier Apis, accompagné d’un descriptif très succint de l’événement photographié, de la date du reportage, du nom du photographe et du numéro attribué au reportage (reporté sur la PC et la pochette de négatifs).

IMG_0113 IMG_0103

Fichier de classement d’origine du fonds Apis

La mention « 4ème fiche A » en haut à droite indique que c’est le recto (face A) de la quatrième fiche consacrée à ce mot-clé.

Ces fiches ont déjà été très manipulées, il en manque et certaines informations restent incertaines : si à l’époque de son enregistrement (manuel), on hésite pour l’attribution d’un reportage à un photographe, on peut retrouver ces doutes dans le référencement. De plus, les reportages sont répertoriés dans leur ordre d’arrivée à l’agence : ils ne sont de ce fait pas toujours exactement chronologiques.
Ces fichiers ne sont pas conservés à Garnay mais à l’agence Corbis/Paris où ils servent de matériel de travail pour l’équipe Sygma/Corbis.

IMG_0104 IMG_0101

Fichier de classement d’origine du fonds Apis: aujourd’hui outil de travail pour les éditeurs Corbis

à suivre…


Une réflexion sur « Des archives pour Sygma (2) : conserver et classer le noir et blanc argentique »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.