Les Images font l’histoire

Verbatim de mon intervention au colloque “Imaginaires du présent“, organisé par Vincent Lavoie à l’UQAM (Montréal, octobre 2010). Inscrite à la table “La Fabrique des icônes”, cette intervention s’est intitulée pour l’occasion “Les images font l’histoire. Enquête sur la médiatisation de mai 68”.

MàJ le 1/04/2011 : voir aussi, les enregistrements sonores du colloque.

L’hypothèse de cette intervention était celle d’une rhétorique médiatique qui, par des numéros commémoratifs ou le principe des commémorations, structurerait un imaginaire médiatique des événements, en l’occurrence de Mai 68, mon étude de cas.

Ce corpus de 4 décennies anniversaire est encore en cours de traitement mais une première comparaison entre la médiatisation des événements par Life et Paris Match (en s’attachant aux numéros contemporains des événements et aux numéros spéciaux de fin d’année, bilan de l’année 1968) met en relief un numéro particulier de Life : le Life Atlantic 68 The Memorable Pictures of an Incredible Year, special double issue, publié le 23 décembre 1968 ; et à travers lui, plusieurs principes de répétitions médiatiques conduisant à une narration visuelle des événements.

PM997etudiant GC
Paris Match n°997 du 18 mai 1968 – Photographie de l’étudiant pourchassé (6 mai) par Gilles Caron

La photographie de l’étudiant pourchassé la nuit du 6 mai 1968 est l’une des icônes  de Mai 68 en France. D’une part, par le récit qu’elle raconte et d’autre part, parce qu’elle est une photographie de Gilles Caron, attaché à l’époque à la jeune agence Gamma et surnommé, depuis, Le photographe de Mai 68. Achetée, elle serait entrée dans le circuit des rédactions presse et se serait imposée grâce à sa force graphique et sa forme narrative synthétique des événements : « les étudiants face aux forces de l’ordre répressives ».

Mais la consultation de la médiatisation des événements du printemps français par différents magazines révèle que c’est au sein de dispositifs complexes que les images prennent le sens que la rédaction choisit de leur conférer: les images circulent de rédactions en rédactions, s’échangent, se monnayent et s’inscrivent dans une éditorialisation des événements par les différentes rédactions presse. A la suite de la proposition théorique d’André Gunthert dans sa précédente présentation, le cas de Mai 68 s’offre ici comme exemple de ces circulations et constructions à plusieurs échelles : les photographies s’empruntent mais ce sont aussi des mises en pages et jusqu’à des structures narratives portées par les images des événements qui circulent entre magazines.

Le n° Life Atlantic 68 The Memorable Pictures of an Incredible Year, special double issue, publié le 23 décembre 1968 invite ainsi à revenir sur ces dispositifs médiatiques dans lesquels les photographies – comme celle de Gilles Caron, publiée dès le 18 mai 1968 par Paris Match – prennent place et sens, dépassant le seul cadre de la photographie icône.

Une vue d’ensemble de la médiatisation des événements français du printemps 1968 par Life et Paris Match permet de poser quelques repères. Sont pris ici en compte la médiatisation de ses deux magazines dans les numéros contemporains aux événements ainsi que leurs numéros spéciaux de fin d’année 1968, première forme médiatique commémorative.


01-Chronologie

Paris Match traite les événements du printemps 1968 en Une dans son numéro de 18 mai (n°997) dans lequel la rédaction insiste sur le début du mois de mai (3 mai, 6 mai et première nuit des barricades les 10 et 11 mai). Puis le magazine français ne paraît pas pendant un mois. La situation imposée par le mouvement social à la rédaction a deux conséquences majeures : une interruption de publication de quatre semaines, qui pousse la rédaction, à sa republication le 15 juin, à faire le choix d’une présentation sous la forme du bilan et à une impression en majeure partie monochrome, en raison des grèves affectant les imprimeries. Alors que l’hebdomadaire se distingue habituellement de ses concurrents par l’usage d’une iconographie couleur pour les actualités, ce numéro attendu comme devant fournir la synthèse visuelle des événements déroule un film uniformément gris et dès son numéro du 15 juin 1968, Paris Match aborde les événements du printemps 1968 sur un mode commémoratif (cadre Jaune qui entoure ce n° dans la diapo précédente ; ici ce code signifiera Paris Match). La rédaction reprend, par ailleurs, le récit de ces événements là où elle l’avait interrompu le mois précédent, à savoir à la nuit des barricades : ce numéro du 15 juin s’inscrit ainsi dans une suite artificiellement logique avec le précédent, publié le 18 mai. Le récit de Mai 68 ainsi élaboré est ensuite repris et reconfirmé sur les deux numéros de Paris Match qui suivent et qui le racontent une nouvelle fois en deux épisodes : « Histoire d’une révolution 1 puis 2 » (cf. diapo, titres en couverture des n°999 et 1000).

Dans le même temps, Life propose un premier reportage de quatre pages dans son numéro du 24 mai ; puis consacre huit pages à ce que la rédaction titre « Le Mal de tête » du président français dans son numéro du 31 mai. Tout reste encore ouvert à cette date et l’issue des élections législatives en France, annoncées pour les 23 et 30 juin, est incertaine. Cependant, Robert Kennedy, qui brigue la présidence des États-Unis, est assassiné dans la nuit du 5 juin et Life ne parlera dès lors plus des événements français donnant la primeur à cette information (cf. diapo, le numéro spécial Robert Kennedy).

A la faveur de leurs numéros spéciaux de fin d’année, bilan en images de l’année 1968 (« The Memorable Pictures of an Incredible Year », « Le film de 1968 » et « The Incredible Year 68 »), les rédactions des deux magazines reviennent sur le « Mai 68 »  français. Le numéro spécial publié le 23 décembre 1968 – Life Atlantic 68 Incredible Year, special double issue (cadre rouge qui entoure ce n° dans la diapo précédente ; ici ce code signifiera Life Atlantic) – propose alors une forme visuelle nettement caractérisée par des emprunts – à différentes échelles – de la proposition visuelle du Paris Match du 15 juin 1968, n°998.

Les emprunts entre rédactions à l’échelle des images

La rédaction de Life a envoyé des correspondants à Paris : le reportage du photographe Bill Ray, par exemple, sur les journées de manifestations agitées du 24 mai (deuxième nuit des barricades) est disponible en ligne. Mais ces photographies n’ont pas été publiées alors : l’assassinat de Robert Kennedy bouscule visiblement les habitudes et les projets éditoriaux du magazine.

Mais surtout, et sans véritable surprise, des photographies circulent entre les deux magazines : Life prend chez Paris Match des photographies avec lesquelles la rédaction construit ses propres mises en page.

04 Images

En effet, dès 1949, la rédaction de Paris Match, qui a son propre staff de photographes, organise ses ressources iconographiques en photothèque afin de commercialiser – à la façon d’une agence de photographies – ses images consignées par un système de fiches bristol manuelles rangées dans des cardans. Ce système dure jusqu’en 1984, début de la mise en place d’une base de données numérique et les fiches manuelles continuent à servir encore aujourd’hui pour l’exploitation des archives du magazine.

De même, les photographies que la rédaction achète aux agences entrent dans le même circuit : une fois payée, la photographie peut-être réutilisée, en principe en redemandant l’autorisation mais à Match, comme c’est Match, pas besoin… raconte le responsable actuel de la photothèque du magazine, en poste depuis 19831. Les témoignages de professionnels côté agence confirment ce fonctionnement – implicite – en insistant sur le fait que les rédactions presse ont conservé de nombreux originaux jamais rendus : d’abord par négligence puis par choix devant la valeur croissante de ses photographies sur les marchés de l’image. La photographie de l’étudiant pourchassé prise par Gilles Caron pourrait bien être de celle-là : achetée et publiée par Match au printemps 1968, elle est très régulièrement republiée par le magazine (numéros commémoratifs lors des anniversaires de Mai 68, notamment) et est souvent « citée » ou « reprise » dans sa mise en page originale par Match alors que le négatif ne figure pas, à ce jour, dans le matériel réuni par la fondation Gilles Caron. Life crédite les nombreuses photographies reprises à Paris Match « Paris Match ». Les rédactions des deux magazines travaillent ensemble ; il demeure d’ailleurs plutôt logique que Paris Match en France fournisse des images des événements français à son homologue aux États-Unis2.

Les emprunts entre rédactions à l’échelle des mise en page

Mais les emprunts vont au-delà de la seule photographie reprise pour créer ses propres mises en pages. D’autres pages du reportage sur Mai 68 dans ce numéro de Life montrent que cette circulation a lieu aussi à l’échelle des mises en page. Des doubles pages sont ainsi construites en utilisant non seulement les mêmes photographies que celles publiées par Paris Match au moment des événements mais en les organisant, de plus, sur le même espace (ici une double page) pour raconter, pratiquement de la même manière, la même histoire de la paralysie de la société générée par les grèves.

05 Mises en page

A une exagération près pour le numéro de Life qui étend le récit de Paris à l’Europe dans sa légende.

La circulation des mises en page ou le recyclage de ses propres mises en page

Cette reprise de mises en page se joue aussi entre les numéros du même magazine. Ainsi, le numéro spécial de fin d’année 1968 de Life reprend sa propre médiatisation contemporaine des événements en réutilisant des mises en page construites dans ses numéros du 24 mai et du 31 mai. Construites par la rédaction au moment des événements, elles circulent, se répètent et sont recyclées.

Life mises en page

Dans cet exemple, la répétition de mises en page reprend, en décembre, le récit du « mal de tête » du président français proposée en mai. Mais, dans le numéro du 31 mai, le portrait du président français était utilisé, en ouverture d’un reportage qui discutait l’état social de la France prise dans un conflit dont l’issue était alors encore incertaine. Ce n° donne, en effet, une large place à la dimension sociale des événements français et aux revendications politiques pour une autre société (la moitié de l’édito, y est consacré, entretien avec JJ Servan-Schreiber présenté comme l’une des figures anti-gaullistes influentes, à L’Express,…). Au contraire, lorsqu’elle est reprise par la rédaction en fin d’année, cette mise en page construit le récit autrement : l’issue du mal de tête du président est désormais connue et l’ordre des mises en page n’est plus le même.

Au-delà du constat d’une médiatisation de sa propre médiatisation des événements, par le magazine, on remarque à ce stade :

– d’une part, que ce sont souvent les images d’un même numéro de Paris Match que Life mobilise : à savoir, celles du n°998 particulier publié le 15 juin 19683 ;
– d’autre part, que ces photographies font aussi sens dans l’organisation de la succession des pages : selon leur ordre de publication (dans notre exemple, elles sont publiées dans un ordre inverse, à quelque mois d’intervalle), elles participent à la construction de deux récits différents. Autrement dit, la succession des pages dans un même reportage participent à la construction d’une structure narrative visuelle.

Les emprunts entre rédactions à l’échelle des récits visuels

De fait, Life reprend essentiellement le premier récit rétrospectif proposé par Paris Match en s’appuyant sur les mêmes structures visuelles. Pour ce qui concerne les événements qui se sont déroulés entre début mai et la manifestation unitaire du 13 mai 1968, Life reprend les propositions du n°997 qui a traité les événements du début du conflit4, puis et beaucoup plus largement, celles du n°998 pour la suite des événements.

PM structure

Cette structure narrative visuelle de Mai 68 se caractérise par quelques épisodes ou motifs, répétés dans un ordre chronologique reconstruit : le duel entre les jeunes et les policiers avec le motif de la barricade ; le principe de manifestation et/ou contestation ; l’image d’une société paralysée; la figure d’un pouvoir préoccupé ; le retour de général De Gaulle de Baden-Baden, image d’un retour du président aux manettes du pouvoir ; la confirmation de ce retour du président aux manettes du pouvoir par la photographie de la masse de drapeaux tricolores (plein cadre) lors de la manifestation organisée le 30 mai sur les Champs Élysée en soutien au général, après l’annonce d’élections législatives à venir (prévues pour la fin juin).

Dans cette narration, la manifestation du 30 mai – réaction inquiète devant l’incertitude et l’ampleur des événements – est relue à l’aune de la confirmation du général De Gaulle par ces élections. Cette logique narrative est une construction médiatique de Paris Match : elle est le signe d’une prise de position idéologique du magazine lorsqu’il la propose le 15 juin ; car les élections restent à venir. La rédaction répète ensuite cette narration dans ses numéros 999 et 1000 de la fin du mois de juin, autrement dit une fois le résultat des élections connus. Elle confirme alors cette lecture a posteriori de la manifestation du 30 mai comme une suite logique du retour du président de Baden-Baden et le signe précurseur de sa reprise en main de l’état (les images jouant, en particulier, de la symbolique des drapeaux). Dans ce récit, les événements du printemps se terminent à la fin du mois de mai – Mai 68 – et concernent principalement la région parisienne.

Or, alors qu’au 31 mai – nous l’avons vu – Life traitait le printemps 68 français en donnant de l’importance à la dimension sociale des revendications et en prenant en compte l’issue incertaine des événements, dans le récit qu’elle en propose le 23 décembre, la rédaction de Life reprend la trame narrative visuelle – autrement dit la construction médiatique – proposée par Paris Match.

Life structure

D’une part, on retrouve le duel, la contestation, le pouvoir préoccupé, la paralysie de la société et le retour de De Gaulle. Mais de plus, alors que Life, d’une façon générale, traite ses reportages en mêlant noir et blanc et couleur, ici la proposition reste exclusivement noir et blanc : l’emprunt médiatique reprend aussi le traitement monochrome de Paris Match et confirme ainsi l’ensemble du travail de “mise en forme de l’information”, définie par Thierry Gervais et Gaëlle Morel.

Le numéro spécial de Life médiatise non pas les événements du printemps 1968 en France mais reprend ou « remédiatise » la médiatisation qu’en a construit Paris Match (n°998).

De plus, c’est la structure narrative visuelle qui donne leur sens aux photographies mobilisées, inscrites qu’elles sont dans un dispositif. Deux images montrent particulièrement ce mécanisme. Le portrait de De Gaulle replaçant une mèche rebelle est pris en Roumanie, lors du voyage officiel du chef de l’état français entre les 14 et 18 mai. Il y a du vent à sa descente d’avion et le Général a ce geste pour se recoiffer. Ce n’est cependant pas cette information qui est portée par cette image dans ce dispositif : inclue dans la narration visuelle de Mai 68, elle est utilisée comme figuration de la préoccupation du président face au désordre du pays.

Il en est de même de la célèbre photographie prise par Henri Bureau (agence Gamma) du Général  à l’héliport d’Issy-Les-Moulineaux. Le président, à son retour, le 29 mai, de Baden-Baden où il a rencontré en secret Massu, général d’armée, après avoir « disparu » 24h, est ici photographié dans tous les attributs du pouvoir. Dès sa première publication dans Paris Match n°998 de la mi-juin, cette photographie n’a pas valeur informative : elle n’atteste pas, en effet, du retour physique du Général sur le territoire français. Dans le dispositif narratif global, elle permet surtout d’affirmer son retour  dans le champ politique : elle est utilisée comme support de narration. Autrement dit, elle correspond à  l’usage illustratif, défini par André Gunthert. Et c’est à ce titre qu’elle est régulièrement republiée, d’autant qu’elle bénéficie de son unicité. Cette photographie, qui réunit pourtant les caractéristiques du document exclusif défini par la doxa du photojournalisme, est d’abord providentielle parce qu’elle permet de figurer – dans le cadre de la structure narrative proposée de Mai 68 – la reprise en main du pouvoir par le président, son retour à la tête de l’état.

Car la structure narrative visuelle, ainsi élaborée, se répète et se multiplie, sous diverses déclinaisons.
On la retrouve dans les publications de fin d’année, de Paris Match ou Life. Dans le Paris Match n°1026 (publié le 4 janvier 1969), 3 doubles pages synthétisent cette narration iconographique :

Synthèse PM janvier

Les 3 doubles pages (p. 30-35) synthétisent le récit proposé au cours des événements : contestation et manifestation, le portrait de De Gaulle préoccupé ; le duel des étudiants et des forces de l’ordre ; retour de DG de Baden-Baden , le soutien massif du 30 mai. A la masse des grévistes répond la marée de drapeaux tricolores du 30 mai après les troubles figurés en une double page. Les  titres – « Paisible et enviée, la France brusquement devient folle » puis « De Gaulle s’interroge sur son destin… » // « … mais la France répond à son appel » – souligne ce récit construit autour de la figure du président confrontée à une situation de crise5

Dans cette version, toutes les photographies ont déjà été publiées par Paris Match au cours des événements dans  différents numéros et utilisées en fonction des besoins de la maquette (en particulier pour ce qui est de la couleur ou du noir et blanc et du cadrage). Et la fameuse photographie de Gilles Caron (prise le 6 mai) n’est déjà plus correctement datée : elle vient illustrer le pavé de texte de la légende « Le 18 mai, la France compte 10 millions de grévistes. Toute la vie de la nation est paralysée. Les manifestations dégénèrent en émeutes ; service d’ordre et manifestants s’affrontent durement (photos en haut et à droite). »

De son côté, Life publie un deuxième numéro spécial 68 le 10 janviers 1969 et raconte la même histoire en deux doubles pages.

Synthèse Life janvier

Et cette structure narrative visuelle est reprise, de façon plus synthétique encore, dans les sommaires, construits sous la forme de diaporamas rapides, de ces numéros spéciaux de fin d’année 1968.

La circulation de récits entre les événements

Enfin, la structure narrative visuelle se joue à l’échelle de la circulation des récits entre des événements. Aux Etats-Unis aussi, des étudiants se sont rebellés. Quand Life parle des événements français en un premier reportage de 4 pages dans son numéro du 24 mai 1968, la rédaction les traitent comme un échos aux récents événements étudiants de l’université de Columbia à New-York qui ont fait la Une de son n° du 10 mai. Les iconographies se répondent et les informations sont traitées ensemble par un tissage de liens faits par les rédactions (circulation d’images de l’un à l’autre des magazines ; circulation de formes ; traitement parallèle ou successif…). Jusque dans le n° spécial de fin d’année de Life, qui, en un même reportage, construit une double page élaborée avec les images – précédemment publiées – des deux mouvements.

Columbia Sorbonne

On retrouve de tels rapprochements médiatiques pour le traitement d’autres événements qui n’ont que peu à voir historiquement mais semblent ainsi se ressembler6.

Or, c’est une pratique récurrente et habituelle de la presse magazine que de construire des liens assez artificiels entre différentes actualités, soutenus par des parallèles ou des symétries formels. La succession des reportages ou même la succession de numéros sont d’autres échelles  auxquels retrouver ces phénomènes de construction médiatiques.

Entre numéros

L’ensemble de ces figures rhétoriques médiatiques, qui procèdent principalement par emprunts, élaborent un imaginaire médiatique des événements, imaginaire narratif porté par l’usage fait des images. Or ces emprunts relèvent d’habitudes médiatiques, au point qu’il est possible de parler de figures d’une rhétorique médiatique. L’observation comparée de la médiatisation d’autres événements de la même année montrent les mêmes phénomènes d’emprunts et de répétitions des structures narratives. A titre d’exemple, cette ouverture de reportages sur l’invasion de Prague par les chars russes7:

Prague

Ou, plus près de nous, le numéro spécial 1968 du Monde 2 au printemps 2008 qui fait des emprunts à plusieurs numéros de Life de 1968: emprunts de maquettes et de mises en page mais aussi d’un contexte éditorial, comme le montre le choix de la double page consacrée à Janis Joplin. Faire un lien entre deux événements, en s’appuyant sur des images et des dispositifs qui permettent de reconstruire un contexte, participe de cette rhétorique médiatique qui montre ainsi qu’elle est aussi transversale.

Life et LeMonde2

Il n’est pas peu surprenant de constater que ce n’est pas seulement Paris Match qui s’inspire de Life mais que les emprunts entre ces deux grands magazines se font dans les deux sens. Et le monochrome de Mai 68, caractéristique médiatique importante de l’imaginaire médiatique construits sur les événements, s’avère être un emprunt parmi de nombreux autres. Il est un des éléments et principes régissant une rhétorique complexe qui dépasse le cadre de la seule image ou même de la double page – dont Thierry Gervais a montré l’importance structurelle. Des dispositifs entiers s’empruntent et circulent, portés par les images et au sein desquels elles permettent de construire des structures narratives visuelles. Ces emprunts s’expliquent assez bien dans le cadre de pratiques professionnelles. La vitesse de bouclage, le flux, le souci de rentabilité économique… favorisent la réutilisation de matériaux existants et disponibles, autrement dit (et le plus souvent) déjà payés. Ils constituent autant de principes très pragmatiques – techniquement et économiquement – qui influent et structurent les formes de l’information, définies par Thierry Gervais et Gaëlle Morel. Ainsi, non pas seulement revenir sur l’effet de réel de la photographie médiatique d’information, il semble intéressant de travailler aussi à  l’échelle de formes narratives globales – qui existent puisqu’elles circulent –; autrement dit, de s’intéresser aux constructions fabriquées pour raconter des histoires, aux formes éditoriales narratives, aux fictions8.

Car ces emprunts de dispositifs médiatiques conduisent à la répétition et à la circularité de formes narratives portées par les images et montrent une élaboration de fiction médiatique. Ces histoires en images des événements revendiquant leur portée historique en élaborent un imaginaire médiatique. Dans leur livre, Mai-Juin 68 (2008), codirigé par les historiens Dominique Dammame, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, plusieurs historiens appellent à débarrasser l’événement “Mai 68” de ces mises en intrigue récurrentes. Dans son article « Les livres de Mai » par exemple, Philippe Olivera revient sur ce « qui aurait constitué une « pensée critique » des années 60 » pour questionner « l’usage [de cet ensemble d’auteurs et de textes] dans l’économie du récit de Mai 68 » (p. 145). Or, les mises en intrigue qu’il convoque – pour les discuter – sont les mises en intrigue médiatiques des événements. Si ce recueil d’articles ne questionne pas à proprement parler l’image, il propose à plus d’un titre une remise en question du récit médiatique de l’événement et de ces faits historiques : une belle invitation pour les historiens du visuel…9.

  1. Aujourd’hui, l’éditing des photographies produites par Paris Match se fait aussi pour Scoop, nom du service de diffusion des photographies en syndication, qui permet la revente de ses images à la presse étrangère. Informations recueillies lors de la visite de la photothèque de “Paris Match, Lagardère Active – Hachette Filipacchi Presse” et d’un entretien avec son responsable, en juin 2010. []
  2. Dans les numéros de Paris Match de l’époque, les crédits des photographies ne sont pas individualisés : les noms des photographes sont listés en début ou fin de reportage ; et certaines photographies sont créditées « Gamma », accompagné parfois du nom du photographe mais ce principe reste assez rare. []
  3. je renvoie ici à un article consacré à ce numéro de Paris Match et à paraître dans le prochain numéro de la revue Études Photographiques. Paru fin novembre 2010: ici []
  4. La mise en forme noir et blanc  impose de piocher dans le fonds noir et blanc des images publiées par le n°997 Paris Match du 18 mai pour les photographies du début du mois de mai. []
  5. L’historien Boris Gobille annonce un million de manifestants le 13 mai et 400 000 gaullistes pour la manifestation du 30 mai [Mai 68, Paris, La Découverte, Repères, 2008, p. 8]. La mise en page construit artificiellement l’équivalence des deux cortèges contestataires. []
  6. Les assassins de Martin Luther King et de Robert Kennedy font l’objet de traitement parallèles et communs, par exemple. Placés sur le même plan, ils font la couverture du n° du 21 juin 1968 : “The two accused” ; médiatisation reprise ensuite dans le n° de fin d’année []
  7. Parallélismes que l’on peut faire pour la plupart des événements auxquels est attribuée une dimension internationale (Prague, Vietnâm, assassinat de M. Luther King ou Robert Kennedy []
  8. Il est plus que probable que les numéros de commémorations de Mai 68 en France jouent avec les actualités de chacune des décennies au cours desquelles ils sont publiés. []
  9. Boris Gobille, de son côté, invite à revenir sur “une vulgate n’ayant plus de rapport avec la réalité historique” [Mai 68, Paris, La Découverte, Repères, 2008, p. 3] []

11 réflexions sur « Les Images font l’histoire »

  1. Audrey, ton beau travail lui-même nous révèle que l’élaboration de l’information est en tous points identique à l’élaboration d’un logo : il s’agit de provoquer une certaine perception de l’information – l’information pure ne pouvant exister qu’en supposant que chaque lecteur/spectateur est dépourvu de caractéristiques uniques (ce qui, par bonheur, est impossible) et que l’ensemble des intermédiaires ne fassent aucun choix (ce qui est impossible aussi). Je propose donc ceci : non pas tendre vers un vœu d’information absolue, mais plutôt vers une conscientisation des lecteurs/spectateurs leur permettant de recevoir l’information pour ce qu’elle est (un regard, une image et non une vérité unique). Ce qui signifie affûter le lecteur pour minimiser le rôle de l’informateur : il va sans dire que cette proposition est extrêmement subversive…

  2. @ Céline: super contente de te retrouver là ;)… merci!! Je comprends la tentation du rapprochement avec le principe du logo. Mais un logo se vend pour ce qu’il est. Au contraire, les photographies (les images photographiques) qui représentent les événements historiques, d’une part, sont justifiées par un potentiel informatif ; et d’autre part, elles ne sont pas justement pas vendues comme des représentations graphiques mais comme des documents. Peut-être que le mécanisme finit par se ressembler avec celui du logo mais le discours construit une tromperie sur la marchandise, ce qui n’est pas le cas du logo.
    (oulah, j’espère que je suis un peu claire parce qu’elle est dure ta question!)

    @ Olivier : Merci pour tes encouragements!! Je ne sais pas si on peut parler de démiurge mais de chef d’orchestre et d’énonciateur, à mon avis c’est très clair. Ce que ces démonstrations permettent de percevoir vraiment c’est – comme le démontrent aussi André et Alexie Geers – que de nombreux acteurs de ces élaborations médiatiques sont de parfaits inconnus. Des rôles absents des récits sur le photojournalisme: éditeur, vendeur des photos (intermédiaire entre l’agence photo et les rédactions presse), graphiste, iconographe etc. L’élaboration collective n’est mentionnée au mieux (et encore, c’est incomplet) dans l’ours ; jamais dans les discours culturels et historiographiques de ces professions. Comme un trou, une oblitération, une boite noire…
    L’autre chose – non plus du côté de la production mais du côté de la réception – est ce que tu pointes qui ferait que le lecteur a l’impression que le magazine parle de lui-même… A mon avis, cette sensation est précisément celle recherchée par l’équipe qui conçoit le magazine effectivement, tout en effaçant certains acteurs de cette élaboration. Et c’est bien ce qu’il s’agit de décrire avec plus de rigueur. Mais, dans cet effet, je pense que ce que tu ressens comme une instance se place aussi du côté de la forme et de l’efficace formelle du magazine (cf. Thierry Gervais), qui est une de ses grandes puissances.

    @ toki : “De toute évidence”? C’est-à-dire? que voulez-vous dire?

  3. Merci Audrey pour ce très beau travail, clair et rigoureux qui met bien en lumière la genèse du récit médiatique et ses ressorts rhétoriques… la question que je me pose concerne l’énonciateur de cette rhétorique médiatique, à quel moment les choix pragmatiques deviennent-ils symboliques ? qui raconte ? Ce ne sont pas seulement des contingences économiques ou éditoriales qui pèsent sur les choix, et d’autre part il n’ y a pas de chef d’orchestre ou de démiurge qui impose à lui seul ses vues, et pourtant on a l’impression qu’une logique narrative s’impose (tu la décortiques bien) à tous… et que les images choisies y répondent sans que personne en particulier ne puisse revendiquer cette énonciation … ton étude m’amène à penser que le magazine est lui-même ce conteur, qu’il représente une instance reconnue comme ayant l’autorité (via la photographie et son autorité…) de raconter le présent au présent de narration…

  4. La graphiste en moi songe à la manière dont on crée un logo… pour représenter une entreprise, un produit, mais aussi un évènement. Et à chaque marque, son propriétaire, bien sûr. Donc, qui donc à racheté “Mai 68TM” ? Et pour quels profits ? Hum… Après tout, il n’est pas né d’hier le roi commandant au peintre une représentation idéale de son règne 🙂

  5. @ Lorraine: bien pour la réaction de la salle. Je crois qu’elle n’avait pas trop la tête qui tourne;)…
    @ Ksenija: heu… merci pour ton enthousiasme et tes encouragements… step by step, hein!
    @ YB: oui, c’est ce que raconte, en particulier, Paris Match.
    Je vous rejoins sur la belle construction de cette photographie.

  6. La photo de Gilles Caron, montrant un étudiant poursuivi, est d’autant plus une icône que ledit étudiant n’en était pas un, et qu’il n’étais pas un manifestant. C’était un jeune lycéen, venu de banlieue pour “voir” Mai 68 et qui a eu le malheur de se faire courser par les CRS… mais la puissance de l’image reste intacte, malgré ces précisions, car sa construction est proche de la perfection… d’autant que “l’étudiant” glisse sur le trottoir tout juste lavé par une balayeuse… depuis il est devenu patron de presse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.