Archives de catégorie : Contributions

articles originaux ou prépublications, textes de communication en colloque.

« Iconographe et documentaliste dans les médias depuis les années 1960 », videos de la JdE du 10 juin 2021

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de recherches postdoctorales interdisciplinaires consacrées à « La Fabrique d’une culture visuelle : photographie et actualités dans la France des années 1960-80 ». Elles portent sur un objet central dans l’élaboration d’une telle culture visuelle de l’actualité de cette période : la photothèque de l’ORTF (c’est-à-dire de la TV entre 1964 et 1974) et sur les métiers de la documentation dans le contexte médiatique, accès précieux à ces photothèques. Cette journée d’étude a été l’une des premières formalisations de mes recherches. Elles sont menées avec les Archives nationales qui conservent aujourd’hui l’ensemble du fonds ORTF, et notamment un fonds de photographies d’agences utilisées comme appui rédactionnel pour le journal télévisé – ma porte d’entrée dans ce travail. Elles ont été soutenues à leurs débuts en 2019 par une bourse de recherche de l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; puis en 2020-21, par la bourse de l’INA. Elles sont complétées aujourd’hui par le travail dans la collection de l’agence de photographie Black Star (USA) conservée au Ryerson Image Centre de Toronto au Canada.

Cette journée d’étude pluridisciplinaire revient sur la place de la photographie dans les logiques de documentation en contexte médiatique. S’interroger sur l’organisation des fonds photographiques pour une exploitation efficace des images (indexations, édition/choix des sujets ou photos, arborescence, hiérarchies commerciales, remobilisation,…) passe par la mise en évidence du rôle des métiers de la gestion quotidienne des fonds visuels ou photothèques, dans les médias. Iconographe, documentaliste, archiviste,… les empreintes laissées par leurs gestes dans les corpus de photographies qui circulent ou les témoignages de ces professionnel.les servent de guides pour revenir sur ces dénominations, mieux comprendre et établir ce qu’elles recouvrent. Pour mesurer l’impact de ces gestes professionnels dans la circulation des images et les conditions de leur visibilité. Pour questionner, enfin, en un apport certain à l’histoire culturelle des producteurs d’images, leur rôle dans l’élaboration des représentations et de la culture visuelle d’une époque.

La journée d’étude du 10 juin 2021 dernier était soutenue par l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; le CEAC (Centre d’Étude des Arts Contemporains) et l’IRHIS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion) de l’université de Lille et l’INA. Je remercie chaleureusement Nathalie Delbard, Thomas Golsenne, Anne Lacoste et Véronique Terrier-Hermann, Géraldine Poels et Frédéric Chambon pour leur soutien.

Introduction de la journée par Anne Lacoste (IPP) et Audrey Leblanc (EHESS-INA)

Les chercheures face aux métiers de la documentation (matin)

Audrey LEBLANC (EHESS-INA) introduit la journée d’étude. L’analyse d’une culture visuelle et l’histoire des représentations de l’actualité sont ici conditionnées à une histoire sociale et culturelle des images (usages, logiques de conservation, métiers qui s’en emparent) dans laquelle les images ne sont pas tant considérées comme du contenu visuel mais comme des objets. Les traces matérielles laissées par les gestes professionnels des métiers de la gestion et de la documentation des images servent alors de guides, faisant de ces métiers un autre terrain de recherche. Parmi ces métiers, pour ce qui est des photographies, les iconographes et les documentalistes jouent un rôle majeur dans les choix des images mises en circulation et l’élaboration d’une culture visuelle.

 

Anna TIBLE (LabSIC, Univ. Paris 13) devait revenir sur une profession sororale « Les cinémathécaires : des femmes dans les coulisses de la télévision (1952 1974) ». Au cours de cette même période, en effet, le métier de documentaliste pour les fonds audiovisuels de la TV s’organise : que ce soit pour le stockage et le traitement documentaire des émissions de télévision et pour l’élaboration des outils et méthodes de travail pour répondre aux demandes d’archives qui vont croissant.  (annulée)

 

Ces années 1970 voient, par ailleurs, s’institutionnaliser le métier d’iconographe ainsi que le raconte Olivier LUGON (Univ. Lausanne) en s’appuyant sur le fonds d’iconographe de Nicolas Bouvier, acquis par le Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève. « Iconographe indépendant : émergence d’un métier dans les années 1960-1970 » montre comment des précurseurs aux profils socio-culturels relativement proches, n’inventent pas tout à fait le métier mais plutôt son énonciation, dans le contexte des formes illustrées.

Pour clore la matinée, Mary PANZER (Boston University) depuis les USA, au petit matin pour elle et en anglais, revient sur la gestion de la photothèque du groupe médiatique Time Inc., à partir de plusieurs témoignages de personnes ayant débuté leur carrière par des emplois dans cette photothèque. Son intervention intitulée « The organization of Time Inc. Photo Collection (1934-1972): special system to catalogue images (Time, Life, Fortune, Sports Illustrated, …) » revient aussi sur le moment de bascule entre photothèque argentique et Bdd numérique, les évolutions de ces métiers et des sélections des images.

Déplacement vers du plus contemporain. La parole aux professionnelles (après-midi)

Des témoignages de professionnelles sous la forme d’une présentation puis d’une conversation ouverte et croisées sur ces métiers de l’image déplacent ces questions vers des périodes plus contemporaines. Ils montrent concrètement le rôle des choix iconographiques dans les représentations collectives et les évolutions au cours du temps de la gestion des images et des métiers dans le contexte médiatique.

Ingrid MILHAUD et Camille PILLIAS, iconographes indépendantes toutes deux, et directrices photo de La Déferlante, la revue des révolutions féministes, présentent le n°2 qui sortait alors (dossier « Manger »). Elles racontent cette expérience professionnelle : le traitement iconographique et les choix visuels (commande, stéréotypes et biais, choix, …) sont pleinement acteurs des ambitions et du travail de visibilisation et débats que cette nouvelle revue féministe se propose d’être.

Ingrid Millaud et Camille Pillias ont ensuite été rejointes par Véronique Clavier et Lise Tiano pour ouvrir la discussion.

Véronique CLAVIER, responsable photothèque interne de l’ORTF à l’INA, qui en a les droits, témoigne de son travail selon des directives patrimoniales – puisqu’il s’agit de conserver ce fonds photo comme archive – mais aussi – et surtout – comme source de documentation pour les productions contemporaines de l’INA, pour lesquelles la photographie est une ressource rentable et précieuse.

Lise TIANO, documentaliste de l’écrit à L’Obs depuis le milieu des années 1980, raconte son parcours au sein d’un service de documentation presse et témoigne des différentes évolutions qui l’ont marqué, du papier à la bascule du numérique et les concentrations très contemporaines des services de documentation des groupes presse occidentaux.

 

5mn pour une image : archivistes – documentalistes à la photothèque de la RTF -1963

“Raconter, commenter, décrypter une image liée au thème du Travail, en 5 mn chrono sur la scène du cinéma Les Lobis, tel est le défi de cette performance proposée par la 25ème Rendez-vous de l’histoire” à Blois, coorganisée avec le CNC et l’INA. Performance collective dans laquelle j’ai présenté, sur l’invitation judicieuse de Mileva Stupar (INA)1 , une photographie en noir et blanc extrait du reportage du 27 septembre 1963, intitulé « La réalisation du journal télévisé » et réalisé par le service interne de photographie de la RTF.

Photo projetée en noir et blanc: « La réalisation du journal télévisé », extrait du reportage du 27 septembre 1963, service photographie de la RTF © photothèque ORTF – INA. Photos couleur © Mileva Stupar, INA_ 5mn pour une image, 25ème Rendez-vous de l’histoire « Le travail », Blois, 9 octobre 2021

Elles se marrent

Une certaine complicité féminine sourire en coin, amusées sans doute de cette mise en scène que leur demande le photographe pour montrer leur travail en ce mois de septembre 1963, un peu avant que la RTF ne devienne l’ORTF, Office de Radio Diffusion Télévision Française.

Artificiellement regroupées, ces trois femmes visiblement affairées et placées de façon équilibrée autour d’un espace de travail dont le quatrième coin est ostensiblement recouvert par un téléphone et par le quotidien Le Monde, occupent un cadre d’image réfléchi et construit, 6×6 – le carré des pellicules argentiques 120 cm massivement utilisées à cette époque en media.

Le photographe, c’est l’initiale A dans les cahiers d’enregistrement des reportages photos du service interne de photographie de la Télévision : A comme Bernard ALLEMANE pour l’actualité (à moins que ce ne soit Jean ADDA, en production).

Il propose un reportage sur « la réalisation du journal télévisé », reportage dont est issu cette photographie. La même que l’une de celle qui figurent en une mise en abyme certaine sur les planches contact, qui ont l’air de traîner sur les tables.

Planches contacts pour le noir et blanc ; diapositives pour les photographies couleur, toutes classées – ou plutôt indexées – dans un fichier matière, par thématiques ou par noms de personnalités comme il est d’usage de le faire alors dans les médias ; série de fiches cartonnées rangées dans les tiroirs posés sur le bureau qui laissent des cases vides dans le meuble en arrière-plan ; tirages ou belins – nous y reviendrons – avec bandes de textes imprimées, placés au-dessus d’enveloppes kraft qui se devinent : sur cette table de travail, les images prolifèrent.

Les « petites mains de l’information » sont à l’œuvre : elles participent à la fabrication – maillons d’une chaîne plus ample – du JT de la RTF à venir. Elles jouent pour les besoins de la photographie leurs gestes professionnels avec un matériel photographique hétéroclite tout aussi artificiellement réuni afin de montrer son hétérogénéité.

Car – et cela ne va a priori pas de soi – en termes d’actualité, la Télévision utilise aussi des photographies.

Cette photo illustre, en effet, une étape méconnue de la fabrication d’un journal télévisé, un travail invisible et pourtant indispensable : le choix de la documentation visuelle photographique au sein de la photothèque de la RTF, qui appartenait aux services de documentation de la télévision. Productrice elle-même d’images fixes par son service interne de photographie, elle achetait aussi des photos d’actualité à des producteurs externes, que sont les agences  – AFP ou UPI et Wirephoto Outre Atlantique, par exemple. La télétransmission de ces images – réceptionnées dans la chambre des Belins à la RTF – était assurée par le bélinographe, avec bande de texte pour contextualiser et mettre en récit déjà le contenu visuel de l’image.

On le voit, la RTF ne lésinait pas sur les moyens d’accès aux illustrations photo qui participaient à l’attractivité du journal télévisé, et dont la pris en charge était assuré par un personnel féminin.

« Travailler les images », ce n’est pas seulement la construction d’un regard, les usages médiatiques des images pour l’élaboration d’un récit, c’est aussi une gestion des fonds et leur organisation, par des travailleuses invisibilisées et pourtant à l’initiative bien souvent de la bonne conservation de ces mêmes fonds d’images à des fins historiques.

Aujourd’hui pour des questions de droits, cette photothèque est pour partie conservées en tant qu’archives à l’INA, qui s’en sert aussi comme documentation exploitable ; et pour partie aux Archives nationales : cette dispersion des fonds participent à l’invisibilisation de ces usages de la photographie en actualité.

L’histoire de ces métiers et travailleuses de l’ombre, métiers de la documentation et de l’iconographie – « chercheuse d’images », documentaliste, archiviste – est peu connue dans l’histoire de la photographie, des formes illustrées et des médias.

Ils laissent peu de mentions dans les archives. Pourtant, le récit de cette professionnalisation donne une perspective historique aux pratiques actuelles, confrontées aux nouvelles technologies et s’inscrit dans les réflexions contemporaines sur les archives et l’archivistique [je pense ici aux travaux de Claire Scopsi, Yann Potin ou Ann Laura Stoler, par exemple].

Plus largement, et dans le sillon d’Howard Becker pour Les Mondes de l’art, il est temps de considérer que ces soit-disant « petits métiers», bien souvent relégués au rang d’étape technique, subalternes, genrés (majoritairement féminins) et invisibilisés contribuent au contraire à l’interprétation du sens des images et à la structuration du visible, par leur choix des images mises en circulation, leur gestion et éditions des fonds.

Les femmes de cette photographie ont des noms : Mademoiselle Laffont dirige le service des archives photos en 1963 assistée de madame Viard ; Madame Guéroult, sera responsable des archives photos, deux ans plus tard en 1965.

Raconter leur histoire et raconter leur travail, au-delà de l’histoire d’un métier, c’est raconter l’histoire de la fabrique de nos représentations et, plus précisément, de la fabrique de l’actualité des années 1960-70 en France.

  1. comité marathon sous la présidence de Pascal Ory : Catherine Brice, Guillaume Calafat, Joël Chandelier, Jean-Marie Genard, Emmanuel Laurentin, Isabelle Lespinet-Moret, Julien Neutres, Claire Sotinel, Mileva Stupar. []

Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

politiques-visuelles_f L‘ouvrage collectif  Politiques visuelles vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Gil Bartholeyns, cet ouvrage résulte du colloque “Les Visual Studies et le monde francophone“, tenu en 2011 au Quai Branly, à Paris. L’introduction est  en ligne : “Un bien étrange cousin : les Visual Studies“. Je remercie vivement Gil Bartholeyns pour ce travail et reproduis ici mon article à propos de l’association de Gilles Caron à Mai 681.

Daniel Cohn-Bendit face à un CRS devant la Sorbonne, le 6 mai 1968, par Gilles Caron. Tirage de presse [1977].

La photographie de presse, en France depuis quelques années, s’inscrit dans le champ culturel et artistique en une volonté de rejoindre l’histoire de l’art, selon un processus de légitimation largement pris en charge par les milieux professionnels eux-mêmes2. Ceux qui font et utilisent les images médiatiques en racontent aussi l’histoire. Ils affirment leur évidence documentaire lors des événements et donnent ainsi une importance particulière aux images photojournalistiques de news ; leur légitimité culturelle reposant sur leur rôle historique (notamment par la valorisation de certaines images, devenant icônes) et sur leurs qualités esthétiques. Dès lors, la persistance culturelle de telles images s’explique par leur statut de document exceptionnel. Il en est ainsi par exemple du face-à-face de Daniel Cohn-Bendit avec un policier CRS (Compagnies républicaines de sécurité) en 19683, dont l’auteur, Gilles Caron, est lui-même surnommé « LE » photographe de Mai 68, au nom des publications immédiates de ses images4.
Pourtant, la confrontation aux occurrences publiées au printemps 1968 remet implacablement en cause ces assertions et le discours professionnel. Une approche culturaliste, à la suite de celle de L. W.
Lewine5, permet alors de complexifier notre rapport aux photographies de presse, images fixes médiatiques dont il convient de comprendre le système dans lequel elles s’inscrivent pour mieux les appréhender et comprendre leur qualité de représentation. Dans ce cas exemplaire, la promotion du photojournalisme par lui-même, en particulier par (et de) l’agence Gamma puis la naturalisation de ces discours par le rituel médiatique des anniversaires, œuvrent dans le temps à l’élaboration d’une forme médiatique des événements de Mai 68. Prendre la mesure du visuel qui nous entoure6 conduit à percevoir les enjeux d’une telle construction culturelle et son rôle dans la perception des événements historiques7.

Continuer la lecture de Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

  1. Les références iconographiques de cette version web sont les bonnes. []
  2. Gaëlle Morel, Le Photoreportage d’auteur. L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970, Paris, CNRS Éditions, 2006. []
  3. Vincent Duclert, « L’engagement des photographes : le photojournalisme en action », in Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 390-394. []
  4. Michel Nuridsany, « Gros plan sur Gilles Caron », Le Figaro, 24 mai 1978, p. 32. Pierre Georges, « Tableaux de Mai », Le Monde, 29 avril 1998 []
  5. Lawrence W. Lewine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence de la hiérarchie culturelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2010 [1988] []
  6. Nicolas Mirzoeff, An Introduction to Visual Culture, New York, Routledge, 2010 [1999], « What is visual studies ? ». []
  7. Aux archives réunies par la Fondation Caron (créée en 2007) s’ajoute la consultation de la presse magazine ; spécialisée ; quotidienne ; étrangère ; des livres, des expositions et des émissions télé et radio de ces quarante ans []

Émission Square Idée Arte : puissance de l’image et culture visuelle

À l’occasion de la traduction en français du livre Théorie de l’acte d’image de Horst Bredekamp, la rédactrice en chef Claire Parnet et le journaliste Veit Blümlhuber de Square idée sur Arte ont construit une  émission intitulée “La Puissance de l’image“. À leur invitation, j’y défends, en regard de l’historien de l’art, une approche culturaliste des images.

Capture d’écran 2016-04-17 à 22.08.43

 

Tribune pour Réponses Photo: “Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme”

Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman publie sur son blog Photocritic International et avec d’autres contributeurs une série de billets qui retranscrivent une enquête minutieuse sur les célèbres photographies prises par Robert Capa à Omaha Beach, lors du débarquement du 6 juin 1944. Elle remet en question le récit qui entoure ces onze images, surnommées depuis les « Magnificent Eleven »1 et en propose une nouvelle interprétation. Pas de jeune laborantin maladroit à Life qui aurait détruit les autres photographies prises de ce moment historique par Capa. Cette version canonique aurait été imaginée pour ne pas raconter la panique d’un photoreporter aguerri mais pourtant dépassé par l’horreur des événements, pour justifier le petit nombre de photographies ramenées et, ce faisant, pour (r)assurer la gloire de la profession.

Traduite en français et résumée par Patrick Peccatte sur son carnet de recherches Déjà Vu2, l’enquête anglo-saxonne fait du bruit dans la presse française ces dernières semaines. La plupart des réactions médiatiques expriment une véritable résistance du milieu à accepter une autre version concernant ces photographies. L’enquête de Coleman et ses confrères est réduite à une vulgaire théorie du complot, au ton agressif voire douteux. L’indignation face au manque de considération pour un si grand homme accompagne l’affirmation de l’humanité d’un Capa, ressorti grandi de la révélation de ses faiblesses. Capa reste quoiqu’il en soit un grand photojournaliste au professionnalisme confirmé. Mais cette résistance corporatiste est l’indicateur même que la version officielle porte des enjeux certains pour la profession qui dépassent la question du talent et de l’héroïsme du photographe. Continuer la lecture de Tribune pour Réponses Photo: “Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme”

  1. A.D. Coleman, « Robert Capa on D-Day », Photocritic international. A. D. Coleman on Photography and New Technology, récapitulatif des billets publiés : http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/major-stories/major-series-2014/robert-capa-on-d-day/. Notamment les opus 26 et 27. []
  2. Patrick Peccatte, « Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire, de nouvelles interprétations », Déjà Vu, 24 juin 2015. http://dejavu.hypotheses.org/2298. []