Archives par mot-clé : agence

Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

a-perte-de-vue_F L‘ouvrage collectif  A perte de vue. Nouveaux paradigmes du visuel vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Daniel Dubuisson et Sophie Raux, cet ouvrage est le fruit d’une expérience originale et novatrice qui a été menée dans le cadre du Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Visual Studies – Les nouveaux paradigmes du visuel » initié par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS entre 2010 et 2012, à laquelle j’ai eu le plaisir de participer. Je remercie chaleureusement Daniel Dubuisson et Sophie Raux pour leur travail et leur disponibilité et reproduis ici mon article.1.

En 2008, Boris Gobille souhaite libérer Mai 68 d’une série d’interprétations qui font écran à la compréhension historique de l’événement, encore trop soumis aux « impasses de sa circulation mémorielle ultérieure ». En effet, celui-ci fait immédiatement l’objet d’interprétations et sa célébration, lors de ses anniversaires décennaux successifs, donne lieu à autant de stratifications narratives supplémentaires. De plus, cette « emprise mémorielle, qui fait écran, s’est trouvée d’une certaine façon redoublée dans son principe par l’optique que retient à son tour l’entreprise des Lieux de mémoire de Pierre Nora, pour qui « L’événement n’a de sens que commémoratif2»3.

En 2008 encore, l’historienne spécialiste de Mai 68 Michelle Zancarini-Fournel publie une synthèse en forme de mise à plat raisonnée de toutes ces interprétations4 et propose un panorama des ressources disponibles pour en poursuivre et en approfondir les analyses d’ambition historienne. Son ouvrage ratifie l’impossibilité de nier ces strates interprétatives – commémoratives, répétitives et stéréotypées, elles font partie de l’historiographie de Mai 68 – mais aussi la nécessité de s’en extraire pour avancer dans l’écriture de l’histoire des événements.

Continuer la lecture de Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

  1. Je remercie également André Gunthert et Alexie Geers pour leurs précieuses relectures. []
  2. Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Les France, Paris, Gallimard, [1984] 1997, t. 3, p. 4688-4690. []
  3. Boris Gobille, « « L’événement Mai 68 » Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008/2 63e année, p. 321-349. p. 321-322. []
  4. Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2008 []

Colloque “Quelle histoire pour le photojournalisme?”

Les enregistrements du colloque Quelle histoire pour le photojournalisme ? organisé par Michel Poivert et Clara Bouveresse à l’occasion de l’exposition Gilles Caron, le conflit intérieur  le 18 octobre 2014 au Jeu de Paume, sont en ligne.
Caron_Photojournalisme

Quelle histoire pour le photojournalisme ? / 1

Interventions de Michel Poivert, historien de l’art, en entretien avec Louis Bachelot, directeur de la Fondation Caron ; Clara Bouveresse, doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Paul Lowe, photographe et directeur du Master en Photojournalisme et Photographie Documentaire du London College of Communication au sein de l’University of the Arts London ; Dominique Versavel, conservatrice des collections en photographie du XXe siècle à la BnF.

Sourcer les images d’enregistrement

Cet article, co-écrit avec Marie-Ève Bouillon (EHESS/Archives Nationales), répond à la commande de Michel Remize, rédacteur en chef du magazine Archimag, pour le guide pratique n°51, Dématérialisation et valorisation des données audiovisuelles, paru ce mois de septembre 2014.


Quelles informations adjoindre à une image d’enregistrement1) lorsqu’elle circule et quelle légende accoler à ses versions éditées pour identifier leur origine2?

1) Habitudes culturelles : créditer n’est pas sourcer.

Une convention existe pour ce qui est d’un texte : la notice bibliographique fonctionne comme repère commun pour tout usage, y compris citationnel ; elle est une référence à laquelle il est possible de se reporter. Soigneusement sourcé et lisiblement signé, le texte est documenté et sa présence légitimée dans le support d’édition auquel il est intégré. Il n’en va pas de même pour une image d’enregistrement  Continuer la lecture de Sourcer les images d’enregistrement

  1. Réalisée à l’aide d’un instrument mécanique ou numérique (appareil photo, caméra,… []
  2. Tous les hyperliens ont été consultés le 21 mai 2014 []

L’accélération de l’activité photographique sign(al)e-t-elle l’événement ?

Une planche contact de Jack Burlot, datée du 3 mai 1968. Des étudiants de Nanterre se sont regroupés dans la cour de la Sorbonne pour protester contre la fermeture de leur université et la comparution d’étudiants devant le conseil de discipline (prévue le 6 mai). La Sorbonne est cependant elle-même évacuée brutalement par la police : premiers heurts violents et spectaculaires dans le quartier latin. Jack Burlot, photojournaliste à l’agence Apis, couvre ces affrontements.

© Jack Burlot / Apis / Sygma / Corbis
© Jack Burlot / Apis / Sygma / Corbis

Les deux dernières bandes de négatifs de cette planche contact montrent une soudaine accélération de l’activité du photographe qui

Continuer la lecture de L’accélération de l’activité photographique sign(al)e-t-elle l’événement ?

Gilles Caron : découverte fabuleuse

Ce texte a été co-écrit avec Sébastien Dupuy.

Michel Puech a annoncé comme un événement important la « découverte » d’un nouveau pan du fonds Gilles Caron dans les archives du projet Sygma Initiatives de Corbis, après son dépôt de bilan en juin dernier.

Comme le pointe le journaliste, c’est l’ensemble des archives photographiques des agences du XXème siècle, qui se dispersent, à l’instar des fonds Gamma et Sygma. Elles sont délaissées par des entreprises en déclin qui ne peuvent ni les exploiter ni les valoriser. Elles sont méprisées par les institutions culturelles et restent dans le plus grand désintérêt patrimonial. De fait, l’annonce – sous le mode du scoop – souhaite servir de cri d’alarme sur la non prise en charge de ces archives, en train de disparaître faute de rentabilité économique et faute d’attention politique. Elles sont en train de se perdre. Continuer la lecture de Gilles Caron : découverte fabuleuse