Archives par mot-clé : Intervention

Théories des images médiatiques: R. Hariman et J.L. Lucaites – B. Zelizer – A. Gunthert

Diaporama puis notes de mon intervention dans le cadre du séminaire du Cehta/Ehess Théories des images, dirigé par André Gunthert. Les notes détaillent certains aspects des théories.

Organisée en 4 temps

  1. Éléments de bibliographie: des images du photojournalisme aux images médiatiques
  2. R. Hariman et J.L. Lucaites, No Caption Needed (2007)
  3. B. Zelizer, About to die (2010)
  4. A. Gunthert, L’Atelier des icônes (2009- )

I/ Éléments de bibliographie: des images du photojournalisme aux images médiatiques

Beaucoup de publications concernant les images du photojournalisme émanent des photojournalistes eux-mêmes ou des agences (type monographie Magnum), autrement dit émanent du milieu médiatique lui-même.

Continuer la lecture de Théories des images médiatiques: R. Hariman et J.L. Lucaites – B. Zelizer – A. Gunthert

Que signifie culture visuelle ? – support de cours

Voici le support visuel d’une conférence intitulée “Que signifie Culture visuelle?”.
Avec Alexie Geers nous étions invitées, le 7 avril dernier, par Matthias Tronqual à intervenir au sein du cycle de conférences dont il est responsable au Jeu de Paume. Elle prenait place dans le thème “La société des médias”, volet “La représentation médiatique”.

Nous avons commencé par revenir sur une étude de cas – La jeune femme d’Ishinomaki – pour poser les principales questions d’une culture visuelle. Pour ensuite dresser un panorama théorique sur Cultural studies, Visual studies et culture visuelle. Enfin, nous avons abordé les potentialités ouvertes par les nouveaux outils web – dont fait partie le media social de recherche et d’enseignement Culture Visuelle –pour l’élaboration d’une culture des images.

Colloque “Les visual studies et le monde francophone”

Après avoir transformé le paysage académique anglo-saxon, les visual culture studies font leur apparition dans le monde francophone: laboratoires, unités de recherches, chaire, publication en ligne labellisés “culture visuelle”. Centré sur la vision, la dimension visuelle du social et les images de toutes natures (tant artistiques que scientifiques ou “populaires”), ce champ opère un déplacement des savoirs. Pour en prendre la mesure, la rencontre réunit des historiens, des historiens de l’art, des traducteurs, des sociologues, des littéraires, des anthropologues. Les contributions et les discussions des jeudi 6 et vendredi 7 janvier 2011

Continuer la lecture de Colloque “Les visual studies et le monde francophone”

Les Images font l’histoire

Verbatim de mon intervention au colloque “Imaginaires du présent“, organisé par Vincent Lavoie à l’UQAM (Montréal, octobre 2010). Inscrite à la table “La Fabrique des icônes”, cette intervention s’est intitulée pour l’occasion “Les images font l’histoire. Enquête sur la médiatisation de mai 68”.

MàJ le 1/04/2011 : voir aussi, les enregistrements sonores du colloque.

L’hypothèse de cette intervention était celle d’une rhétorique médiatique qui, par des numéros commémoratifs ou le principe des commémorations, structurerait un imaginaire médiatique des événements, en l’occurrence de Mai 68, mon étude de cas.

Ce corpus de 4 décennies anniversaire est encore en cours de traitement mais une première comparaison entre la médiatisation des événements par Life et Paris Match (en s’attachant aux numéros contemporains des événements et aux numéros spéciaux de fin d’année, bilan de l’année 1968) met en relief un numéro particulier de Life : le Life Atlantic 68 The Memorable Pictures of an Incredible Year, special double issue, publié le 23 décembre 1968 ; et à travers lui, plusieurs principes de répétitions médiatiques conduisant à une narration visuelle des événements.

PM997etudiant GC
Paris Match n°997 du 18 mai 1968 – Photographie de l’étudiant pourchassé (6 mai) par Gilles Caron

Continuer la lecture de Les Images font l’histoire

Manipuler l’image de presse?

Ce texte, écrit à 4 mains, et publié sur l’appareil des apparences, est le compte-rendu de notre intervention le 4 mai dernier à l’Atelier de recherche “Médias et sciences humaines et sociales”, à l’IFP.

“Deux débats de société ont agité le monde des images ces derniers mois, pointant du doigt la retouche, qui serait une atteinte à l’image photographique implicitement entendue comme document. […] Dans ces deux exemples, la façon de considérer et de réfléchir à la retouche repose sur une même conception de l’image photographique et se place sur le terrain de la morale. La retouche est considérée comme une attaque à celle-ci parce qu’elle porte atteinte à la supposée vérité de l’image photographique: on parle de «tromperies sur la nature», de manipulation.

Ainsi, la question de la déontologie est posée aux images isolées: celles-ci sont pourtant publiées dans un contexte précis, en général médiatique, au sein de dispositifs construits et savamment élaborés. L’implicite consiste alors à considérer que l’image photographique porterait une vérité en elle-même en dehors de tout contexte et de tout texte.

Ces implicites (l’image attachée au réel et l’image autonome) sont en effet systématiquement mobilisés dans les débats et les polémiques qui entourent l’image photographique mais sont rarement questionnés. […] C’est sur ces présupposés qui entourent l’image photographique et qui en conditionnent notre appréhension que nous avons choisi de revenir, en déplaçant l’usage du terme «manipulation». […] En manipulant – au sens propre – les numéros de magazine choisis […] Ces manipulations – manuelles – permettent de regarder l’image dans son contexte et dans la matérialité de sa diffusion.”

Lire ici…

Figure 1- Couvertures Marie-Claire mars 2010 ; Télérama hors série, printemps 2008