Archives par mot-clé : culture

CR de « Nicolas Bouvier iconographe » d’Olivier Lugon

 CR de l’ouvrage d’Olivier Lugon, Nicolas Bouvier iconographe, Genève, Bibliothèque de Genève/Gollion, Infolio, 2019 et de Nico­las Bou­vier, Du coin de l’oeil (Ecrits sur la pho­to­gra­phie), Édi­tions Héros-Limite, coll. “feuilles d’herbe”, Genève, 2019.

« C’est à une facette peu explorée, voire déconsidérée, du célèbre écrivain voyageur et photographe Nicolas Bouvier, qu’Olivier Lugon consacre un ouvrage : son métier d’iconographe – chercheur d’images. Activité alimentaire, ce travail n’est pas envisagé ici comme un mal nécessaire avec lequel composer pour pouvoir s’adonner à ses nobles passions (l’écriture, la photographie, le voyage) mais comme partie intégrante d’un parcours singulier d’hommes d’images et de mots. L’historien de la photographie tient serrée sa démonstration selon laquelle en effet ce métier est structurel dans la démarche créatrice de Nicolas Bouvier, qui lui aussi le revendiquait. Et on les suit bien volontiers. Métier fondamental pour l’édition illustrée et pourtant métier de l’ombre, on peine aujourd’hui – à l’ère d’une profusion d’images apparemment faciles d’accès sur internet – à imaginer la difficulté de la quête des images et à faire exister cette figure professionnelle. Dans cette démarche, Olivier Lugon s’appuie sur la notoriété de Nicolas Bouvier, écrivain reconnu qui bénéficie d’un crédit culturel susceptible de ruisseler sur son travail d’iconographe. En témoigne l’acquisition remarquable en 2001 de son fonds d’iconographe par le Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève, coéditrice du livre. Aux quelques dizaines de milliers d’images s’ajoutent…

Paru dans Photographica n°2 : à lire ici.

« La fabrique de l’Image de Mai 68 : retour d’expérience », sur Entretemps, revue numerique d’histoire actuelle

Retours d’expérience de commissariat à propos de l’exposition sur la photographie «Icônes de Mai 68: les images ont une histoire », BnF (printemps 2018), écrit à l’invitation de la revue numérique d’histoire actuelle Entretemps. Avec mes remerciements à Adrien Genoudet, Ludivine Bantigny et Patrick Boucheron pour cette invitation.

Accrochage en cours… emplacement des cartels

Ce texte revient sur l’expérience de commissariat avec Dominique Versavel de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire ». Elle questionne, par le prisme de l’étude de cas mai-juin 1968 et sa médiatisation dans la presse magazine, les relations entre images et écriture de l’histoire des événements, à l’aide d’une histoire sociale et culturelle des images. Suite au résumé du projet de l’exposition et ses partis pris, ce texte revient plus particulièrement sur les coulisses d’une mise en œuvre qui s’avère paradoxale. John Berger le soulignait en 1972, les images prennent sens dans le dispositif dans lequel elles sont prises (dispositifs éditorial, dispositif culturel). En faire la démonstration par le biais d’une exposition s’avère donc autoréflexif. Une telle exposition revient à démontrer les effets d’une construction culturelle en utilisant l’un des outils majeurs de ce type de construction : une exposition et son catalogue. Les contraintes, voire les obstacles, auxquels nous nous sommes heurtées ont alors mis en évidence un certain état de notre culture des images, dont les droits, qui régissent leurs conditions de circulation, s’avèrent être l’un des puissants acteurs.

Lire la suite sur Entretemps

Expo « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » jusqu’au 26 août à la BnF

 

Vue de l’entrée de l’exposition

Encore quelques semaines jusqu’au 26 août 2018 pour aller voir l’exposition, dont je suis commissaire avec la conservatrice Dominique Versavel, « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire« , à la BnF (site Tolbiac François Mittérand). Construite en grande partie à partir de ma thèse et des collections de la BnF (photographies, imprimés,…) explorées dans le cadre de la bourse Roederer pour la recherche (2016-2017), l’exposition interroge l’histoire des images de mai-juin 1968 produites par le photojournalisme. Elle revient sur la représentation de ces événements pour questionner la mémoire visuelle collective qui en découle. À ces fins, Continuer la lecture de Expo « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » jusqu’au 26 août à la BnF

Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

V. Lavoie, L’Affaire Capa. Le procès d’une icône, 2017

Compte rendu de l’ouvrage de Vincent LAVOIE, L’affaire Capa, le procès d’une icône, Paris, Textuel, 2018, 192 p., ill. coul., 29 € pour le le n°2 de la revue  Transbordeur, Photographie histoire société.

Quelle authenticité accorder à l’une des photographies les plus célèbres du photojournalisme, celle du soldat républicain espagnol frappé de plein fouet par une balle prise par Robert Capa le 5 septembre 1936 et connue sous le nom de Mort d’un milicien ? L’Affaire Capa. Le procès d’une icône revient sur cette polémique à la façon d’une instruction judiciaire, non pour en proposer un ultime verdict mais pour observer les régimes de vérité convoqués dans les plaidoiries de l’une ou l’autre des parties de la controverse qui, toutes, « puisent dans un ensemble commun de valeurs photojournalistiques : authenticité de l’image, intégrité du photographe et véracité de la scène » (p. 8). Les différents procédés d’authentification identifiés forment ainsi les trois chapitres du livre de Vincent Lavoie. À « la parole des témoins » contemporains du photographe (chap. 1) succède la « réplique documentaire » via des « documents écrits et visuels exhumés des archives » (chap. 2), pour finir au troisième chapitre avec les récentes « expertises médico-légales de l’image assimilée à une scène de crime ». Continuer la lecture de Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

Au printemps 2017, le n°35 d’Études photographiques signait la fin de cette revue, que l’on regrettera. Largement consacré aux images du  photojournalisme, nous y avons publié avec Sébastien Dupuy1 un article écrit à quatre mains à propos du fonds Sygma tel qu’exploité par Corbis dans les années 2000-2010. En effet,  à la faveur du contexte de crise de la transition numérique, nous avons pu avoir accès au fonds Sygma, parangon de la nouvelle génération d’agences photographiques qui émerge en France à la fin des années 1960. Il présente les traces matérielles de sa gestion et de son reconditionnement et celles des classements antérieurs. Ces traces permettent de proposer une description des activités de l’agence qui tient compte de ses contraintes industrielles, esquissant les contours d’une autre histoire du photojournalisme2. L’article est construit en quatre temps : Continuer la lecture de Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

  1. Sébastien Dupuy a été rédacteur en chef du service Collections & Photographes à l’agence Corbis-Sygma et a mené, de 2004 à 2010, le projet d’editing et de numérisation des fonds photographiques de l’agence Sygma. []
  2. Les auteurs remercient André Gunthert pour son soutien et ses relectures ainsi que Laureline Meizel []