Archives par mot-clé : economie

« La fabrique de l’Image de Mai 68 : retour d’expérience », sur Entretemps, revue numerique d’histoire actuelle

Retours d’expérience de commissariat à propos de l’exposition sur la photographie «Icônes de Mai 68: les images ont une histoire », BnF (printemps 2018), écrit à l’invitation de la revue numérique d’histoire actuelle Entretemps. Avec mes remerciements à Adrien Genoudet, Ludivine Bantigny et Patrick Boucheron pour cette invitation.

Accrochage en cours… emplacement des cartels

Ce texte revient sur l’expérience de commissariat avec Dominique Versavel de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire ». Elle questionne, par le prisme de l’étude de cas mai-juin 1968 et sa médiatisation dans la presse magazine, les relations entre images et écriture de l’histoire des événements, à l’aide d’une histoire sociale et culturelle des images. Suite au résumé du projet de l’exposition et ses partis pris, ce texte revient plus particulièrement sur les coulisses d’une mise en œuvre qui s’avère paradoxale. John Berger le soulignait en 1972, les images prennent sens dans le dispositif dans lequel elles sont prises (dispositifs éditorial, dispositif culturel). En faire la démonstration par le biais d’une exposition s’avère donc autoréflexif. Une telle exposition revient à démontrer les effets d’une construction culturelle en utilisant l’un des outils majeurs de ce type de construction : une exposition et son catalogue. Les contraintes, voire les obstacles, auxquels nous nous sommes heurtées ont alors mis en évidence un certain état de notre culture des images, dont les droits, qui régissent leurs conditions de circulation, s’avèrent être l’un des puissants acteurs.

Lire la suite sur Entretemps

Programme du Séminaire « Photographie, édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images », Cehta/EHESS

Le séminaire de recherche « Photographie,édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images » Cehta/EHESS, que j’ai le plaisir d’animer avec avec Marie-Ève Bouillon et André Gunthert, commence ce mercredi 12/12 à 17h-19h, salle du Cehta à l’INHA.
Au plaisir de vous y voir

« Un champ dynamique de recherche et une manière d’appréhender la photographie par le biais des producteurs d’images se sont développés ces dernières années. Cette approche a conduit à saisir leur portée d’industrie culturelle, en analysant de manière conjointe, et parallèlement à l’analyse des objets produits, leur dimension économique, sociale et culturelle. La circulation des images sur différents supports édités et leur diffusion en masse recomposent les relations sociales et culturelles, et participe à une formulation de nos imaginaires contemporains. Relevant de l’histoire culturelle et matérielle, la méthodologie proposée intègre l’analyse et la documentation précise des images comme préalable à leur utilisation comme source. Interdisciplinaire, elle croise l’histoire économique, sociale et politique de la photographie. À travers des études de cas, il sera par ailleurs question de modèles professionnels, photographes, opérateurs, agence de photographies et de presse, éditeurs de cartes postales, imprimeurs… »

Programme

12 décembre 2018 : Introduction. JacquesClayssen, « Les Cahiers de laphotographie, première revue culturelle de photographie ».
9 janvier 2019 : Valentina Grossi (EHESS), « Une sociologie des professions du photojournalisme à l’èrenumérique »
13 février 2019 : Samuel Bollendorf, photographe (Le Monde), « Écologieet photojournalisme »
13 mars 2019: Joël Langonné (Rennes 1), « Journalistes,secrétaires de rédaction et ouvriers typographes à l’interface de lamatérialité de l’information en presse quotidienne régionale »
10 avril 2019 : Jean-CharlesBédague (Service interministériel des Archives de France), Marie-Eve Bouillon(Archives nationales, EHESS), « L’imagedes présidents de la République : le service photographique de la Présidence ».
15 mai 2019 : Maïwenn Bourdic (Archives nationales), Alain Carou (BnF), « Les images dans le dépôt légal »
12 juin 2019 : Geneviève Profit (Archivesnationales), Audrey Leblanc (EHESS), « ORTFet photographie »

2ème Congrès de la Société pour l’Histoire des Médias, 23-25 mai 2018

La Société pour l’Histoire des Médias organise son 2ème Congrès les 23-24 et 25 mai prochains sous le titre « Rêver d’un autre monde: médias, utopies et expérimentations » et au programme très riche. Invitée comme keynote le mercredi 23 mai, mon intervention s’intitule « Reléguer l’utopie: un imaginaire médiatique de « Mai 68 ». Par ailleurs, une visite guidée de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » (BnF, Tolbiac jusqu’au 26 août prochain) est proposée le mercredi matin. Enfin, je présenterai le catalogue de cette exposition, co-écrit avec Dominique Versavel, conservatrice au département des estampes et de la photographie de la BnF,  jeudi 23 en fin de journée en salle 214 (18h-20h). Je remercie ici chaleureusement le comité d’organisation de ce congrès, Bibia Pavard, Claire Sécail, Djamil Dakhlia , Maëlle Bazin, notamment, pour l’accueil généreux de ces travaux.

Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

V. Lavoie, L’Affaire Capa. Le procès d’une icône, 2017

Compte rendu de l’ouvrage de Vincent LAVOIE, L’affaire Capa, le procès d’une icône, Paris, Textuel, 2018, 192 p., ill. coul., 29 € pour le le n°2 de la revue  Transbordeur, Photographie histoire société.

Quelle authenticité accorder à l’une des photographies les plus célèbres du photojournalisme, celle du soldat républicain espagnol frappé de plein fouet par une balle prise par Robert Capa le 5 septembre 1936 et connue sous le nom de Mort d’un milicien ? L’Affaire Capa. Le procès d’une icône revient sur cette polémique à la façon d’une instruction judiciaire, non pour en proposer un ultime verdict mais pour observer les régimes de vérité convoqués dans les plaidoiries de l’une ou l’autre des parties de la controverse qui, toutes, « puisent dans un ensemble commun de valeurs photojournalistiques : authenticité de l’image, intégrité du photographe et véracité de la scène » (p. 8). Les différents procédés d’authentification identifiés forment ainsi les trois chapitres du livre de Vincent Lavoie. À « la parole des témoins » contemporains du photographe (chap. 1) succède la « réplique documentaire » via des « documents écrits et visuels exhumés des archives » (chap. 2), pour finir au troisième chapitre avec les récentes « expertises médico-légales de l’image assimilée à une scène de crime ». Continuer la lecture de Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

Au printemps 2017, le n°35 d’Études photographiques signait la fin de cette revue, que l’on regrettera. Largement consacré aux images du  photojournalisme, nous y avons publié avec Sébastien Dupuy1 un article écrit à quatre mains à propos du fonds Sygma tel qu’exploité par Corbis dans les années 2000-2010. En effet,  à la faveur du contexte de crise de la transition numérique, nous avons pu avoir accès au fonds Sygma, parangon de la nouvelle génération d’agences photographiques qui émerge en France à la fin des années 1960. Il présente les traces matérielles de sa gestion et de son reconditionnement et celles des classements antérieurs. Ces traces permettent de proposer une description des activités de l’agence qui tient compte de ses contraintes industrielles, esquissant les contours d’une autre histoire du photojournalisme2. L’article est construit en quatre temps : Continuer la lecture de Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

  1. Sébastien Dupuy a été rédacteur en chef du service Collections & Photographes à l’agence Corbis-Sygma et a mené, de 2004 à 2010, le projet d’editing et de numérisation des fonds photographiques de l’agence Sygma. []
  2. Les auteurs remercient André Gunthert pour son soutien et ses relectures ainsi que Laureline Meizel []