Archives par mot-clé : Histoire

“Les photographies d’Élie Kagan : de l’archive à une exposition grand public, classement méthodique et valorisation d’un fonds photographique”

Le n°156 de la revue d’histoire 20-21 consacré à “Faire l’histoire des graffitis politiques” vient de paraître.
Sur l’invitation des directeurices de ce n°, Virgile Cirefice, Grégoire Le Quang et Ariane Mak, qu’ils et elle en soient remerciés ici, nous revenons avec le conservateur Cyril Burté sur les enjeux de la valorisation d’un fonds photo dans une institution ressource pour l’histoire – ici La Contemporaine à l’Université Paris Nanterre. Cet article fait suite au commissariat d’exposition que nous avons mené ensemble pour “Elie Kagan photographe indépendant, 1960-1990”,  entre janvier et mai 2022 à La contemporaine.
“À l’occasion de l’ouverture en octobre 2021 sur le campus universitaire de Paris Nanterre d’un nouveau bâtiment offrant salle de lecture, salles d’exposition temporaire et permanente (« L’Atelier de l’histoire ») et espaces pédagogiques, La Contemporaine a choisi de proposer une exposition inaugurale à valeur de manifeste à partir d’un fonds emblématique de ses collections : celui du photographe Élie Kagan. Cette première donation d’un fonds de photojournalisme figure parmi les plus importantes entrées dans les collections de photographies depuis celle de la Section photographique de l’armée (SPA) en 1956. Les reportages d’Élie Kagan font écho aux importantes collections de presse de l’institution et la donation enrichit les collections du musée sur l’histoire de l’après-Seconde Guerre mondiale. La valorisation de son travail souligne l’apport des sources (audio)visuelles à l’histoire et expose un fonds de photographe indépendant, à l’affût d’une actualité politique et sociale bien qu’en marge des grands circuits médiatiques, tel qu’aime à en enrichir ses collections cette institution…”
La suite à lire ici ou ici.

Élie Kagan, photographe de presse indépendant

Article publié dans le catalogue de l’exposition “Élie Kagan photographe indépendant 1960-90”, conçue et dirigée avec le conservateur Cyril Burté à La contemporaine Nanterre Université (19 janvier au 7 mai 2022), publié aux Éditions Lienart, 2022. Article disponible en pdf avec iconographie en bonne définition sur Hal-ShS ici.

 

Élie Kagan s’inscrit dès les années 1960 dans la corporation des photographes de presse professionnels. Actif de 1961 à 1996, ses photographies forment une archive visuelle de la vie politique et culturelle française de la seconde moitié du XXe siècle à Paris (correctement documentée pour la période 1961-1974). Cependant, son parcours est singulier. Faisant le choix de l’indépendance, Kagan n’est pas rattaché à une agence et assume lui-même toutes les étapes du processus de diffusion de ses photographies ; il travaille, par ailleurs, dans des circuits médiatiques moins en vue. Le fonds Kagan ne raconte pas le récit standardisé de l’histoire du photojournalisme de cette période en France construit autour de titres prestigieux, des héros que celle-ci s’est acharnée à construire et des entreprises dominant ce marché de la photographie de presse. Ce fonds de photographe indépendant révèle une trajectoire plus périphérique, parfois moins valorisée, et ouvre, de ce fait, une histoire de la photographie de presse confrontée non pas seulement à des news spectaculaires mais à une banalité quotidienne dans laquelle s’inscrivent aussi les besoins iconographiques des illustrés.

Élie Kagan. Catherine Deneuve à l’aéroport d’Orly, 1961. Planche-contact argentique d’époque, 6×6, 30,4 × 24 cm.

Par ailleurs, la personnalité bien trempée d’Élie Kagan, que toute personne l’ayant connu ne manque pas de souligner1, se lit aussi dans son corpus de photographies difficile à systématiser, marqué par l’instabilité – voire la précarité – d’une profession indépendante et par la versatilité du photographe lui-même, aux aspirations diffuses, préférant fondamentalement le vagabondage urbain, à l’affût du monde comme il va, à une véritable spécialisation professionnelle.

Continuer la lecture de Élie Kagan, photographe de presse indépendant

  1. « C’était une personnalité séduisante et plutôt bien vue […] C’était un personnage quand même particulier, une personnalité complexe comme beaucoup », voir l’entretien avec Marguerite Langiert, p. 26 du présent ouvrage. « C’était un personnage folklorique […] assez provocateur de tempérament : c’était un des personnages du quartier. […] C’était un grand professionnel. Au boulot, c’était du sérieux, il restait concentré. Sa manière de photographier est très personnelle. J’ai lu des critiques sur son travail, notamment à sa mort, qui mentionnaient ses cadrages approximatifs – des critiques un peu formelles. Mais je ne suis pas sûr qu’elles soient fondées. Ce n’était pas un artiste, c’était un journaliste. Faire la belle photo, il s’en foutait, ce n’était pas son truc. Il recherchait la photo qui ait du sens, qui soit expressive, qui soit forte. Lui reprocher d’avoir des photos mal soignées, ça n’a pas de sens parce que ce n’était pas ce qu’il cherchait. », voir l’entretien avec Georges Chatain, p. 88 du présent ouvrage. « Élie était un personnage pittoresque, un peu à la Harpo Marx des Marx Brothers […]. Il avait un vocabulaire très expressif. […] Il était engagé, mais non pas comme nous dans une action méthodique. Il pouvait certainement nous accompagner dans d’autres missions qu’il trouvait sympathiques, mais son rôle était de photographier : la ligne d’action de sa vie, c’était photographier. », voir l’entretien avec Serge Klarsfeld, p. 150 du présent ouvrage. []

5mn pour une image : archivistes – documentalistes à la photothèque de la RTF -1963

“Raconter, commenter, décrypter une image liée au thème du Travail, en 5 mn chrono sur la scène du cinéma Les Lobis, tel est le défi de cette performance proposée par la 25ème Rendez-vous de l’histoire” à Blois, coorganisée avec le CNC et l’INA. Performance collective dans laquelle j’ai présenté, sur l’invitation judicieuse de Mileva Stupar (INA)1 , une photographie en noir et blanc extrait du reportage du 27 septembre 1963, intitulé « La réalisation du journal télévisé » et réalisé par le service interne de photographie de la RTF.

Photo projetée en noir et blanc: « La réalisation du journal télévisé », extrait du reportage du 27 septembre 1963, service photographie de la RTF © photothèque ORTF – INA. Photos couleur © Mileva Stupar, INA_ 5mn pour une image, 25ème Rendez-vous de l’histoire « Le travail », Blois, 9 octobre 2021

Elles se marrent

Une certaine complicité féminine sourire en coin, amusées sans doute de cette mise en scène que leur demande le photographe pour montrer leur travail en ce mois de septembre 1963, un peu avant que la RTF ne devienne l’ORTF, Office de Radio Diffusion Télévision Française.

Artificiellement regroupées, ces trois femmes visiblement affairées et placées de façon équilibrée autour d’un espace de travail dont le quatrième coin est ostensiblement recouvert par un téléphone et par le quotidien Le Monde, occupent un cadre d’image réfléchi et construit, 6×6 – le carré des pellicules argentiques 120 cm massivement utilisées à cette époque en media.

Le photographe, c’est l’initiale A dans les cahiers d’enregistrement des reportages photos du service interne de photographie de la Télévision : A comme Bernard ALLEMANE pour l’actualité (à moins que ce ne soit Jean ADDA, en production).

Il propose un reportage sur « la réalisation du journal télévisé », reportage dont est issu cette photographie. La même que l’une de celle qui figurent en une mise en abyme certaine sur les planches contact, qui ont l’air de traîner sur les tables.

Continuer la lecture de 5mn pour une image : archivistes – documentalistes à la photothèque de la RTF -1963

  1. comité marathon sous la présidence de Pascal Ory : Catherine Brice, Guillaume Calafat, Joël Chandelier, Jean-Marie Genard, Emmanuel Laurentin, Isabelle Lespinet-Moret, Julien Neutres, Claire Sotinel, Mileva Stupar. []

“La fabrique de l’Image de Mai 68 : retour d’expérience”, sur Entretemps, revue numerique d’histoire actuelle

Retours d’expérience de commissariat à propos de l’exposition sur la photographie «Icônes de Mai 68: les images ont une histoire », BnF (printemps 2018), écrit à l’invitation de la revue numérique d’histoire actuelle Entretemps. Avec mes remerciements à Adrien Genoudet, Ludivine Bantigny et Patrick Boucheron pour cette invitation.

Accrochage en cours… emplacement des cartels

Ce texte revient sur l’expérience de commissariat avec Dominique Versavel de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire ». Elle questionne, par le prisme de l’étude de cas mai-juin 1968 et sa médiatisation dans la presse magazine, les relations entre images et écriture de l’histoire des événements, à l’aide d’une histoire sociale et culturelle des images. Suite au résumé du projet de l’exposition et ses partis pris, ce texte revient plus particulièrement sur les coulisses d’une mise en œuvre qui s’avère paradoxale. John Berger le soulignait en 1972, les images prennent sens dans le dispositif dans lequel elles sont prises (dispositifs éditorial, dispositif culturel). En faire la démonstration par le biais d’une exposition s’avère donc autoréflexif. Une telle exposition revient à démontrer les effets d’une construction culturelle en utilisant l’un des outils majeurs de ce type de construction : une exposition et son catalogue. Les contraintes, voire les obstacles, auxquels nous nous sommes heurtées ont alors mis en évidence un certain état de notre culture des images, dont les droits, qui régissent leurs conditions de circulation, s’avèrent être l’un des puissants acteurs.

Lire la suite sur Entretemps

Expo “Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire” jusqu’au 26 août à la BnF

 

Vue de l’entrée de l’exposition

Encore quelques semaines jusqu’au 26 août 2018 pour aller voir l’exposition, dont je suis commissaire avec la conservatrice Dominique Versavel, “Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire“, à la BnF (site Tolbiac François Mittérand). Construite en grande partie à partir de ma thèse et des collections de la BnF (photographies, imprimés,…) explorées dans le cadre de la bourse Roederer pour la recherche (2016-2017), l’exposition interroge l’histoire des images de mai-juin 1968 produites par le photojournalisme. Elle revient sur la représentation de ces événements pour questionner la mémoire visuelle collective qui en découle. À ces fins, Continuer la lecture de Expo “Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire” jusqu’au 26 août à la BnF