Archives par mot-clé : icone

Expo « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » jusqu’au 26 août à la BnF

 

Vue de l’entrée de l’exposition

Encore quelques semaines jusqu’au 26 août 2018 pour aller voir l’exposition, dont je suis commissaire avec la conservatrice Dominique Versavel, « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire« , à la BnF (site Tolbiac François Mittérand). Construite en grande partie à partir de ma thèse et des collections de la BnF (photographies, imprimés,…) explorées dans le cadre de la bourse Roederer pour la recherche (2016-2017), l’exposition interroge l’histoire des images de mai-juin 1968 produites par le photojournalisme. Elle revient sur la représentation de ces événements pour questionner la mémoire visuelle collective qui en découle. À ces fins, Continuer la lecture de Expo « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » jusqu’au 26 août à la BnF

Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

V. Lavoie, L’Affaire Capa. Le procès d’une icône, 2017

Compte rendu de l’ouvrage de Vincent LAVOIE, L’affaire Capa, le procès d’une icône, Paris, Textuel, 2018, 192 p., ill. coul., 29 € pour le le n°2 de la revue  Transbordeur, Photographie histoire société.

Quelle authenticité accorder à l’une des photographies les plus célèbres du photojournalisme, celle du soldat républicain espagnol frappé de plein fouet par une balle prise par Robert Capa le 5 septembre 1936 et connue sous le nom de Mort d’un milicien ? L’Affaire Capa. Le procès d’une icône revient sur cette polémique à la façon d’une instruction judiciaire, non pour en proposer un ultime verdict mais pour observer les régimes de vérité convoqués dans les plaidoiries de l’une ou l’autre des parties de la controverse qui, toutes, « puisent dans un ensemble commun de valeurs photojournalistiques : authenticité de l’image, intégrité du photographe et véracité de la scène » (p. 8). Les différents procédés d’authentification identifiés forment ainsi les trois chapitres du livre de Vincent Lavoie. À « la parole des témoins » contemporains du photographe (chap. 1) succède la « réplique documentaire » via des « documents écrits et visuels exhumés des archives » (chap. 2), pour finir au troisième chapitre avec les récentes « expertises médico-légales de l’image assimilée à une scène de crime ». Continuer la lecture de Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

Tribune pour Réponses Photo: « Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme »

Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman publie sur son blog Photocritic International et avec d’autres contributeurs une série de billets qui retranscrivent une enquête minutieuse sur les célèbres photographies prises par Robert Capa à Omaha Beach, lors du débarquement du 6 juin 1944. Elle remet en question le récit qui entoure ces onze images, surnommées depuis les « Magnificent Eleven »1 et en propose une nouvelle interprétation. Pas de jeune laborantin maladroit à Life qui aurait détruit les autres photographies prises de ce moment historique par Capa. Cette version canonique aurait été imaginée pour ne pas raconter la panique d’un photoreporter aguerri mais pourtant dépassé par l’horreur des événements, pour justifier le petit nombre de photographies ramenées et, ce faisant, pour (r)assurer la gloire de la profession.

Traduite en français et résumée par Patrick Peccatte sur son carnet de recherches Déjà Vu2, l’enquête anglo-saxonne fait du bruit dans la presse française ces dernières semaines. La plupart des réactions médiatiques expriment une véritable résistance du milieu à accepter une autre version concernant ces photographies. L’enquête de Coleman et ses confrères est réduite à une vulgaire théorie du complot, au ton agressif voire douteux. L’indignation face au manque de considération pour un si grand homme accompagne l’affirmation de l’humanité d’un Capa, ressorti grandi de la révélation de ses faiblesses. Capa reste quoiqu’il en soit un grand photojournaliste au professionnalisme confirmé. Mais cette résistance corporatiste est l’indicateur même que la version officielle porte des enjeux certains pour la profession qui dépassent la question du talent et de l’héroïsme du photographe. Continuer la lecture de Tribune pour Réponses Photo: « Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme »

  1. A.D. Coleman, « Robert Capa on D-Day », Photocritic international. A. D. Coleman on Photography and New Technology, récapitulatif des billets publiés : http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/major-stories/major-series-2014/robert-capa-on-d-day/. Notamment les opus 26 et 27. []
  2. Patrick Peccatte, « Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire, de nouvelles interprétations », Déjà Vu, 24 juin 2015. http://dejavu.hypotheses.org/2298. []

Théories des images médiatiques: R. Hariman et J.L. Lucaites – B. Zelizer – A. Gunthert

Diaporama puis notes de mon intervention dans le cadre du séminaire du Cehta/Ehess Théories des images, dirigé par André Gunthert. Les notes détaillent certains aspects des théories.

Organisée en 4 temps

  1. Éléments de bibliographie: des images du photojournalisme aux images médiatiques
  2. R. Hariman et J.L. Lucaites, No Caption Needed (2007)
  3. B. Zelizer, About to die (2010)
  4. A. Gunthert, L’Atelier des icônes (2009- )

I/ Éléments de bibliographie: des images du photojournalisme aux images médiatiques

Beaucoup de publications concernant les images du photojournalisme émanent des photojournalistes eux-mêmes ou des agences (type monographie Magnum), autrement dit émanent du milieu médiatique lui-même.

Continuer la lecture de Théories des images médiatiques: R. Hariman et J.L. Lucaites – B. Zelizer – A. Gunthert

Fixer l’événement. Le Mai 68 du photojournalisme

Voici la version pre-print, avec les images en couleur1, de l’article paru dans le n°32 (décembre 2011) de la revue Sociétés & Représentations (revue thématique transdisciplinaire publiée par la Sorbonne). Ce numéro, consacré à la thématique « Faire l’événement », a été coordonnée par Pascale Goetschel et Christophe Granger, que je remercie ici pour leur invitation à participer à ce dossier et leur confiance. Une partie de ce travail a été présenté dans le cadre du colloque du Lhivic/Ehess, organisé par André Gunthert : « Si la photo est bonne. Le rôle des industries culturelles dans la construction de l’imaginaire. » (octobre 2011). Références complètes au bas de l’article.

Aujourd’hui considéré comme événement historique, Mai 68 en France est connu pour et par ses icônes photographiques : à l’exemple du face à face de Daniel Cohn-Bendit avec un CRS ou la surnommée « Marianne de Mai 68 »2, images restées dans les mémoires et attachées parfois au nom d’un photographe désormais célèbre. Ces « photographies historiques », ces « images qui ont fait l’histoire », ces « images événement » – pour reprendre quelques-unes des expressions utilisées à leur égard –, toutes issues du photojournalisme, sont le produit du système médiatique particulier que constitue la presse magazine.

Continuer la lecture de Fixer l’événement. Le Mai 68 du photojournalisme

  1. et sans coquille ; principalement, dans la version publiée, le texte de la note 46 s’est en partie retrouvé dans le corps du texte de la conclusion. []
  2. Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 2008. p. 141-144. Vincent Duclert, « L’engagement des photographes : le photojournalisme en action », dans Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 390-394. []