Archives par mot-clé : image

Elie Kagan photographe indépendant 1960-90 – Exposition à La contemporaine Nanterre Université

Pierre Collombert. Prise de vue de photographes, dont Élie Kagan, sur un balcon, Paris, mai 1968 © Pierre Collombert / ADAGP

  Ouverture cette semaine de l’exposition consacrée à Élie Kagan, photographe indépendant 1960-90 à La contemporaine, ex-BDIC, Nanterre Université (du 19 janvier au 7 mai 2022). Élie Kagan est plutôt connu comme photographe de presse,  notamment pour ses images de la répression de la manifestation des Algériens et Algériennes du 17 octobre 1961. En co commissariat avec Cyril Burté, conservateur responsable des archives audiovisuelles de La contemporaine, nous avons parcouru ce fonds de plus de 200 000 images, conservées sous des formes diverses, pour proposer de revenir sur les récits qui l’ont structuré jusqu’alors. Soucieux et soucieuse d’une histoire sociale et matérielle de la photographie, nous proposons trois moments dans ce parcours de photographe. Du fait de son indépendance – Élie Kagan reste assez périphérique des grands médias illustrés de cette période – et de certains de ses thèmes de prédilection (personnalités politiques, manifestations, Paris centre urbain grouillant de vie,…), ce parcours raconte une part de l’histoire de la photographie et de l’histoire de décennies 1960-90 en France.

Profession photographe de presse

Élie Kagan. Interview de Martin Luther King par
Marguerite Langiert pour Droit et Liberté, Paris, 27
mars 1966

 Élie Kagan entre officiellement dans la corporation des photographes de presse avec son reportage sur le 17 octobre 1961 : ces photographies lui permettent d’obtenir sa carte de presse.

Révolution africaine, n° 7, 16 mars 1963, couverture Photographie Élie Kagan Coll. La contemporaine

Photographe indépendant, il édite et tire lui-même ses photographies dans le laboratoire qu’il s’est aménagé chez lui, avant de démarcher les rédactions presse pour les vendre. Il couvre l’activité politique, militante et syndicale parisienne et participe à la plupart des manifestations et mouvements de revendications des décennies 1960-1990. Il travaille régulièrement avec Droit et liberté, Tribune socialiste ou Témoignage chrétien. Ses collaborations avec la presse militante et de nombreux titres de la presse généraliste traditionnelle restent ponctuelles (Nouvel observateur, L’Express, Le Monde…). Tirages, piges, archives et publications mettent en évidence des aspects plus quotidiens du marché de la photographie de presse et de ses usages en rédaction – le scoop faisant figure d’exception.

“photographe d’archive et d’histoire”

Le fonds Élie Kagan est également connu et investi par différents milieux militants car plusieurs de ses photographies gardent les traces d’engagements et d’événements dont elles sont parfois des preuves à charge.

Élie Kagan. Bidonvilles de Nanterre, groupe d’hommes devant un commerce, 21 octobre 1961 © Elie Kagan / La contemporaine

Elles témoignent de l’appétence du photographe pour le fait politique et de son attrait pour les personnalités politiques en général. Peu diffusées par les canaux médiatiques habituels, ces images prennent de l’importance avec le temps grâce au travail des groupes militants et de la recherche : elles circulent pour mémoire avant d’être investies plus généralement comme sources pour l’histoire. Ses images de la répression de la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961 à Paris en sont l’exemple le plus emblématique. Les associations telles qu’« Au nom de la mémoire » s’appuieront dessus pour dénoncer et faire reconnaître ces violences d’État.

Élie Kagan. Manifestation du premier mai : de Nation à Bastille, des membres du MLF défilent, Paris, 1er mai 1971 © Elie Kagan / La contemporaine

Élie Kagan, saisit les mouvements de son époque, tout particulièrement séduit par le collectif et la foule anonyme qu’il a à coeur de représenter (Mouvement de libération des femmes, Front homosexuel d’action révolutionnaire, …). Il suit en 1972 l’engagement d’intellectuels célèbres, comme Michel Foucault et Jean-Paul Sartre, dans leurs actions au sein du GIP (Groupe d’information sur les prisons). Plus tard, engagé politiquement aux côtés de Beate et Serge Klarsfeld, Élie Kagan garde la mémoire des actions menées par le couple. Il constitue ainsi une archive visuelle de leur engagement tout en collectant et produisant pour lui-même une documentation photographique de l’antisémitisme contemporain

Flâneries urbaines d’un photographe sédentaire” forment les trois temps forts de ce parcours

Élie Kagan. Couple en terrasse, Paris, années 1960 © Elie Kagan / La contemporaine

La numérisation des photographies d’Élie Kagan a révélé un corpus
d’images allant bien au-delà de celles qui ont circulé dans la presse. Photoreporter indépendant, Élie Kagan prend des photos pour gagner sa vie – une part de sa production a vocation à être publiée – mais d’autres images figurent sur ses pellicules, au milieu des reportages. Sa pratique est alors plus intime et dévoile un rapport plus existentiel à la photographie : une façon de vivre, au jour le jour, sans autre projet que d’être là, dans le plaisir de l’immédiat, porté par les rencontres, les accrocs et les surprises du quotidien. Loin du mythe du grand reporter se rendant sur les zones de combats, Élie Kagan est un promeneur infatigable : il flâne dans Paris pour son plaisir, sans chercher à répondre à une commande, rayonnant depuis le centre de la capitale où il réside.

Élie Kagan. Fête aux Halles : la kermesse du poisson, Paris, septembre 1967 © Elie Kagan / La contemporaine

Délaissant la recherche du scoop et de l’événement, il se révèle un photographe du quotidien et de l’ordinaire, témoin de son temps, attentif aux transformations urbaines et sociologiques comme aux anonymes qu’il croise dans la rue. Ces photographies sensibles et plus esthétiques font écho aux velléités artistiques de ses débuts. Quand le peintre Gérard Fromanger fait de nouveau appel à lui en 1971 pour l’aider dans son travail sur la série Boulevard des Italiens, c’est pour immortaliser sur la pellicule les scènes de rue les plus banales, à la recherche du non-événement.

Voir:  Le dossier de presse DP_Expo_Kagan_version_WEB-avec_compression et l’article de 9 Lives magazine

5mn pour une image : archivistes – documentalistes à la photothèque de la RTF -1963

“Raconter, commenter, décrypter une image liée au thème du Travail, en 5 mn chrono sur la scène du cinéma Les Lobis, tel est le défi de cette performance proposée par la 25ème Rendez-vous de l’histoire” à Blois, coorganisée avec le CNC et l’INA. Performance collective dans laquelle j’ai présenté, sur l’invitation judicieuse de Mileva Stupar (INA)1 , une photographie en noir et blanc extrait du reportage du 27 septembre 1963, intitulé « La réalisation du journal télévisé » et réalisé par le service interne de photographie de la RTF.

Photo projetée en noir et blanc: « La réalisation du journal télévisé », extrait du reportage du 27 septembre 1963, service photographie de la RTF © photothèque ORTF – INA. Photos couleur © Mileva Stupar, INA_ 5mn pour une image, 25ème Rendez-vous de l’histoire « Le travail », Blois, 9 octobre 2021

Elles se marrent

Une certaine complicité féminine sourire en coin, amusées sans doute de cette mise en scène que leur demande le photographe pour montrer leur travail en ce mois de septembre 1963, un peu avant que la RTF ne devienne l’ORTF, Office de Radio Diffusion Télévision Française.

Artificiellement regroupées, ces trois femmes visiblement affairées et placées de façon équilibrée autour d’un espace de travail dont le quatrième coin est ostensiblement recouvert par un téléphone et par le quotidien Le Monde, occupent un cadre d’image réfléchi et construit, 6×6 – le carré des pellicules argentiques 120 cm massivement utilisées à cette époque en media.

Le photographe, c’est l’initiale A dans les cahiers d’enregistrement des reportages photos du service interne de photographie de la Télévision : A comme Bernard ALLEMANE pour l’actualité (à moins que ce ne soit Jean ADDA, en production).

Il propose un reportage sur « la réalisation du journal télévisé », reportage dont est issu cette photographie. La même que l’une de celle qui figurent en une mise en abyme certaine sur les planches contact, qui ont l’air de traîner sur les tables.

Planches contacts pour le noir et blanc ; diapositives pour les photographies couleur, toutes classées – ou plutôt indexées – dans un fichier matière, par thématiques ou par noms de personnalités comme il est d’usage de le faire alors dans les médias ; série de fiches cartonnées rangées dans les tiroirs posés sur le bureau qui laissent des cases vides dans le meuble en arrière-plan ; tirages ou belins – nous y reviendrons – avec bandes de textes imprimées, placés au-dessus d’enveloppes kraft qui se devinent : sur cette table de travail, les images prolifèrent.

Les « petites mains de l’information » sont à l’œuvre : elles participent à la fabrication – maillons d’une chaîne plus ample – du JT de la RTF à venir. Elles jouent pour les besoins de la photographie leurs gestes professionnels avec un matériel photographique hétéroclite tout aussi artificiellement réuni afin de montrer son hétérogénéité.

Car – et cela ne va a priori pas de soi – en termes d’actualité, la Télévision utilise aussi des photographies.

Cette photo illustre, en effet, une étape méconnue de la fabrication d’un journal télévisé, un travail invisible et pourtant indispensable : le choix de la documentation visuelle photographique au sein de la photothèque de la RTF, qui appartenait aux services de documentation de la télévision. Productrice elle-même d’images fixes par son service interne de photographie, elle achetait aussi des photos d’actualité à des producteurs externes, que sont les agences  – AFP ou UPI et Wirephoto Outre Atlantique, par exemple. La télétransmission de ces images – réceptionnées dans la chambre des Belins à la RTF – était assurée par le bélinographe, avec bande de texte pour contextualiser et mettre en récit déjà le contenu visuel de l’image.

On le voit, la RTF ne lésinait pas sur les moyens d’accès aux illustrations photo qui participaient à l’attractivité du journal télévisé, et dont la pris en charge était assuré par un personnel féminin.

« Travailler les images », ce n’est pas seulement la construction d’un regard, les usages médiatiques des images pour l’élaboration d’un récit, c’est aussi une gestion des fonds et leur organisation, par des travailleuses invisibilisées et pourtant à l’initiative bien souvent de la bonne conservation de ces mêmes fonds d’images à des fins historiques.

Aujourd’hui pour des questions de droits, cette photothèque est pour partie conservées en tant qu’archives à l’INA, qui s’en sert aussi comme documentation exploitable ; et pour partie aux Archives nationales : cette dispersion des fonds participent à l’invisibilisation de ces usages de la photographie en actualité.

L’histoire de ces métiers et travailleuses de l’ombre, métiers de la documentation et de l’iconographie – « chercheuse d’images », documentaliste, archiviste – est peu connue dans l’histoire de la photographie, des formes illustrées et des médias.

Ils laissent peu de mentions dans les archives. Pourtant, le récit de cette professionnalisation donne une perspective historique aux pratiques actuelles, confrontées aux nouvelles technologies et s’inscrit dans les réflexions contemporaines sur les archives et l’archivistique [je pense ici aux travaux de Claire Scopsi, Yann Potin ou Ann Laura Stoler, par exemple].

Plus largement, et dans le sillon d’Howard Becker pour Les Mondes de l’art, il est temps de considérer que ces soit-disant « petits métiers», bien souvent relégués au rang d’étape technique, subalternes, genrés (majoritairement féminins) et invisibilisés contribuent au contraire à l’interprétation du sens des images et à la structuration du visible, par leur choix des images mises en circulation, leur gestion et éditions des fonds.

Les femmes de cette photographie ont des noms : Mademoiselle Laffont dirige le service des archives photos en 1963 assistée de madame Viard ; Madame Guéroult, sera responsable des archives photos, deux ans plus tard en 1965.

Raconter leur histoire et raconter leur travail, au-delà de l’histoire d’un métier, c’est raconter l’histoire de la fabrique de nos représentations et, plus précisément, de la fabrique de l’actualité des années 1960-70 en France.

  1. comité marathon sous la présidence de Pascal Ory : Catherine Brice, Guillaume Calafat, Joël Chandelier, Jean-Marie Genard, Emmanuel Laurentin, Isabelle Lespinet-Moret, Julien Neutres, Claire Sotinel, Mileva Stupar. []

CR de “Nicolas Bouvier iconographe” d’Olivier Lugon

 CR de l’ouvrage d’Olivier Lugon, Nicolas Bouvier iconographe, Genève, Bibliothèque de Genève/Gollion, Infolio, 2019 et de Nico­las Bou­vier, Du coin de l’oeil (Ecrits sur la pho­to­gra­phie), Édi­tions Héros-Limite, coll. “feuilles d’herbe”, Genève, 2019.

“C’est à une facette peu explorée, voire déconsidérée, du célèbre écrivain voyageur et photographe Nicolas Bouvier, qu’Olivier Lugon consacre un ouvrage : son métier d’iconographe – chercheur d’images. Activité alimentaire, ce travail n’est pas envisagé ici comme un mal nécessaire avec lequel composer pour pouvoir s’adonner à ses nobles passions (l’écriture, la photographie, le voyage) mais comme partie intégrante d’un parcours singulier d’hommes d’images et de mots. L’historien de la photographie tient serrée sa démonstration selon laquelle en effet ce métier est structurel dans la démarche créatrice de Nicolas Bouvier, qui lui aussi le revendiquait. Et on les suit bien volontiers. Métier fondamental pour l’édition illustrée et pourtant métier de l’ombre, on peine aujourd’hui – à l’ère d’une profusion d’images apparemment faciles d’accès sur internet – à imaginer la difficulté de la quête des images et à faire exister cette figure professionnelle. Dans cette démarche, Olivier Lugon s’appuie sur la notoriété de Nicolas Bouvier, écrivain reconnu qui bénéficie d’un crédit culturel susceptible de ruisseler sur son travail d’iconographe. En témoigne l’acquisition remarquable en 2001 de son fonds d’iconographe par le Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève, coéditrice du livre. Aux quelques dizaines de milliers d’images s’ajoutent…

Paru dans Photographica n°2 : à lire ici.

“La fabrique de l’Image de Mai 68 : retour d’expérience”, sur Entretemps, revue numerique d’histoire actuelle

Retours d’expérience de commissariat à propos de l’exposition sur la photographie «Icônes de Mai 68: les images ont une histoire », BnF (printemps 2018), écrit à l’invitation de la revue numérique d’histoire actuelle Entretemps. Avec mes remerciements à Adrien Genoudet, Ludivine Bantigny et Patrick Boucheron pour cette invitation.

Accrochage en cours… emplacement des cartels

Ce texte revient sur l’expérience de commissariat avec Dominique Versavel de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire ». Elle questionne, par le prisme de l’étude de cas mai-juin 1968 et sa médiatisation dans la presse magazine, les relations entre images et écriture de l’histoire des événements, à l’aide d’une histoire sociale et culturelle des images. Suite au résumé du projet de l’exposition et ses partis pris, ce texte revient plus particulièrement sur les coulisses d’une mise en œuvre qui s’avère paradoxale. John Berger le soulignait en 1972, les images prennent sens dans le dispositif dans lequel elles sont prises (dispositifs éditorial, dispositif culturel). En faire la démonstration par le biais d’une exposition s’avère donc autoréflexif. Une telle exposition revient à démontrer les effets d’une construction culturelle en utilisant l’un des outils majeurs de ce type de construction : une exposition et son catalogue. Les contraintes, voire les obstacles, auxquels nous nous sommes heurtées ont alors mis en évidence un certain état de notre culture des images, dont les droits, qui régissent leurs conditions de circulation, s’avèrent être l’un des puissants acteurs.

Lire la suite sur Entretemps

Programme du Séminaire “Photographie, édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images”, Cehta/EHESS

Le séminaire de recherche “Photographie,édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images” Cehta/EHESS, que j’ai le plaisir d’animer avec avec Marie-Ève Bouillon et André Gunthert, commence ce mercredi 12/12 à 17h-19h, salle du Cehta à l’INHA.
Au plaisir de vous y voir

“Un champ dynamique de recherche et une manière d’appréhender la photographie par le biais des producteurs d’images se sont développés ces dernières années. Cette approche a conduit à saisir leur portée d’industrie culturelle, en analysant de manière conjointe, et parallèlement à l’analyse des objets produits, leur dimension économique, sociale et culturelle. La circulation des images sur différents supports édités et leur diffusion en masse recomposent les relations sociales et culturelles, et participe à une formulation de nos imaginaires contemporains. Relevant de l’histoire culturelle et matérielle, la méthodologie proposée intègre l’analyse et la documentation précise des images comme préalable à leur utilisation comme source. Interdisciplinaire, elle croise l’histoire économique, sociale et politique de la photographie. À travers des études de cas, il sera par ailleurs question de modèles professionnels, photographes, opérateurs, agence de photographies et de presse, éditeurs de cartes postales, imprimeurs…”

Programme

12 décembre 2018 : Introduction. JacquesClayssen, « Les Cahiers de laphotographie, première revue culturelle de photographie ».
9 janvier 2019 : Valentina Grossi (EHESS), « Une sociologie des professions du photojournalisme à l’èrenumérique »
13 février 2019 : Samuel Bollendorf, photographe (Le Monde), « Écologieet photojournalisme »
13 mars 2019: Joël Langonné (Rennes 1), « Journalistes,secrétaires de rédaction et ouvriers typographes à l’interface de lamatérialité de l’information en presse quotidienne régionale »
10 avril 2019 : Jean-CharlesBédague (Service interministériel des Archives de France), Marie-Eve Bouillon(Archives nationales, EHESS), « L’imagedes présidents de la République : le service photographique de la Présidence ».
15 mai 2019 : Maïwenn Bourdic (Archives nationales), Alain Carou (BnF), « Les images dans le dépôt légal »
12 juin 2019 : Geneviève Profit (Archivesnationales), Audrey Leblanc (EHESS), « ORTFet photographie »