Archives par mot-clé : image

Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

V. Lavoie, L’Affaire Capa. Le procès d’une icône, 2017

Compte rendu de l’ouvrage de Vincent LAVOIE, L’affaire Capa, le procès d’une icône, Paris, Textuel, 2018, 192 p., ill. coul., 29 € pour le le n°2 de la revue  Transbordeur, Photographie histoire société.

Quelle authenticité accorder à l’une des photographies les plus célèbres du photojournalisme, celle du soldat républicain espagnol frappé de plein fouet par une balle prise par Robert Capa le 5 septembre 1936 et connue sous le nom de Mort d’un milicien ? L’Affaire Capa. Le procès d’une icône revient sur cette polémique à la façon d’une instruction judiciaire, non pour en proposer un ultime verdict mais pour observer les régimes de vérité convoqués dans les plaidoiries de l’une ou l’autre des parties de la controverse qui, toutes, « puisent dans un ensemble commun de valeurs photojournalistiques : authenticité de l’image, intégrité du photographe et véracité de la scène » (p. 8). Les différents procédés d’authentification identifiés forment ainsi les trois chapitres du livre de Vincent Lavoie. À « la parole des témoins » contemporains du photographe (chap. 1) succède la « réplique documentaire » via des « documents écrits et visuels exhumés des archives » (chap. 2), pour finir au troisième chapitre avec les récentes « expertises médico-légales de l’image assimilée à une scène de crime ». Continuer la lecture de Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

Au printemps 2017, le n°35 d’Études photographiques signait la fin de cette revue, que l’on regrettera. Largement consacré aux images du  photojournalisme, nous y avons publié avec Sébastien Dupuy1 un article écrit à quatre mains à propos du fonds Sygma tel qu’exploité par Corbis dans les années 2000-2010. En effet,  à la faveur du contexte de crise de la transition numérique, nous avons pu avoir accès au fonds Sygma, parangon de la nouvelle génération d’agences photographiques qui émerge en France à la fin des années 1960. Il présente les traces matérielles de sa gestion et de son reconditionnement et celles des classements antérieurs. Ces traces permettent de proposer une description des activités de l’agence qui tient compte de ses contraintes industrielles, esquissant les contours d’une autre histoire du photojournalisme2. L’article est construit en quatre temps : Continuer la lecture de Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

  1. Sébastien Dupuy a été rédacteur en chef du service Collections & Photographes à l’agence Corbis-Sygma et a mené, de 2004 à 2010, le projet d’editing et de numérisation des fonds photographiques de l’agence Sygma. []
  2. Les auteurs remercient André Gunthert pour son soutien et ses relectures ainsi que Laureline Meizel []

Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

politiques-visuelles_f L‘ouvrage collectif  Politiques visuelles vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Gil Bartholeyns, cet ouvrage résulte du colloque “Les Visual Studies et le monde francophone“, tenu en 2011 au Quai Branly, à Paris. L’introduction est  en ligne : “Un bien étrange cousin : les Visual Studies“. Je remercie vivement Gil Bartholeyns pour ce travail et reproduis ici mon article à propos de l’association de Gilles Caron à Mai 681.

Daniel Cohn-Bendit face à un CRS devant la Sorbonne, le 6 mai 1968, par Gilles Caron. Tirage de presse [1977].

La photographie de presse, en France depuis quelques années, s’inscrit dans le champ culturel et artistique en une volonté de rejoindre l’histoire de l’art, selon un processus de légitimation largement pris en charge par les milieux professionnels eux-mêmes2. Ceux qui font et utilisent les images médiatiques en racontent aussi l’histoire. Ils affirment leur évidence documentaire lors des événements et donnent ainsi une importance particulière aux images photojournalistiques de news ; leur légitimité culturelle reposant sur leur rôle historique (notamment par la valorisation de certaines images, devenant icônes) et sur leurs qualités esthétiques. Dès lors, la persistance culturelle de telles images s’explique par leur statut de document exceptionnel. Il en est ainsi par exemple du face-à-face de Daniel Cohn-Bendit avec un policier CRS (Compagnies républicaines de sécurité) en 19683, dont l’auteur, Gilles Caron, est lui-même surnommé « LE » photographe de Mai 68, au nom des publications immédiates de ses images4.
Pourtant, la confrontation aux occurrences publiées au printemps 1968 remet implacablement en cause ces assertions et le discours professionnel. Une approche culturaliste, à la suite de celle de L. W.
Lewine5, permet alors de complexifier notre rapport aux photographies de presse, images fixes médiatiques dont il convient de comprendre le système dans lequel elles s’inscrivent pour mieux les appréhender et comprendre leur qualité de représentation. Dans ce cas exemplaire, la promotion du photojournalisme par lui-même, en particulier par (et de) l’agence Gamma puis la naturalisation de ces discours par le rituel médiatique des anniversaires, œuvrent dans le temps à l’élaboration d’une forme médiatique des événements de Mai 68. Prendre la mesure du visuel qui nous entoure6 conduit à percevoir les enjeux d’une telle construction culturelle et son rôle dans la perception des événements historiques7.

Continuer la lecture de Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

  1. Les références iconographiques de cette version web sont les bonnes. []
  2. Gaëlle Morel, Le Photoreportage d’auteur. L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970, Paris, CNRS Éditions, 2006. []
  3. Vincent Duclert, « L’engagement des photographes : le photojournalisme en action », in Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 390-394. []
  4. Michel Nuridsany, « Gros plan sur Gilles Caron », Le Figaro, 24 mai 1978, p. 32. Pierre Georges, « Tableaux de Mai », Le Monde, 29 avril 1998 []
  5. Lawrence W. Lewine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence de la hiérarchie culturelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2010 [1988] []
  6. Nicolas Mirzoeff, An Introduction to Visual Culture, New York, Routledge, 2010 [1999], « What is visual studies ? ». []
  7. Aux archives réunies par la Fondation Caron (créée en 2007) s’ajoute la consultation de la presse magazine ; spécialisée ; quotidienne ; étrangère ; des livres, des expositions et des émissions télé et radio de ces quarante ans []

Émission Square Idée Arte : puissance de l’image et culture visuelle

À l’occasion de la traduction en français du livre Théorie de l’acte d’image de Horst Bredekamp, la rédactrice en chef Claire Parnet et le journaliste Veit Blümlhuber de Square idée sur Arte ont construit une  émission intitulée “La Puissance de l’image“. À leur invitation, j’y défends, en regard de l’historien de l’art, une approche culturaliste des images.

Capture d’écran 2016-04-17 à 22.08.43

 

Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

a-perte-de-vue_F L‘ouvrage collectif  A perte de vue. Nouveaux paradigmes du visuel vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Daniel Dubuisson et Sophie Raux, cet ouvrage est le fruit d’une expérience originale et novatrice qui a été menée dans le cadre du Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Visual Studies – Les nouveaux paradigmes du visuel » initié par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS entre 2010 et 2012, à laquelle j’ai eu le plaisir de participer. Je remercie chaleureusement Daniel Dubuisson et Sophie Raux pour leur travail et leur disponibilité et reproduis ici mon article.1.

En 2008, Boris Gobille souhaite libérer Mai 68 d’une série d’interprétations qui font écran à la compréhension historique de l’événement, encore trop soumis aux « impasses de sa circulation mémorielle ultérieure ». En effet, celui-ci fait immédiatement l’objet d’interprétations et sa célébration, lors de ses anniversaires décennaux successifs, donne lieu à autant de stratifications narratives supplémentaires. De plus, cette « emprise mémorielle, qui fait écran, s’est trouvée d’une certaine façon redoublée dans son principe par l’optique que retient à son tour l’entreprise des Lieux de mémoire de Pierre Nora, pour qui « L’événement n’a de sens que commémoratif2»3.

En 2008 encore, l’historienne spécialiste de Mai 68 Michelle Zancarini-Fournel publie une synthèse en forme de mise à plat raisonnée de toutes ces interprétations4 et propose un panorama des ressources disponibles pour en poursuivre et en approfondir les analyses d’ambition historienne. Son ouvrage ratifie l’impossibilité de nier ces strates interprétatives – commémoratives, répétitives et stéréotypées, elles font partie de l’historiographie de Mai 68 – mais aussi la nécessité de s’en extraire pour avancer dans l’écriture de l’histoire des événements.

Continuer la lecture de Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

  1. Je remercie également André Gunthert et Alexie Geers pour leurs précieuses relectures. []
  2. Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Les France, Paris, Gallimard, [1984] 1997, t. 3, p. 4688-4690. []
  3. Boris Gobille, « « L’événement Mai 68 » Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008/2 63e année, p. 321-349. p. 321-322. []
  4. Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2008 []