Archives par mot-clé : Voixdespro

La Voix des professionnels

« Iconographe et documentaliste dans les médias depuis les années 1960 », videos de la JdE du 10 juin 2021

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de recherches postdoctorales interdisciplinaires consacrées à « La Fabrique d’une culture visuelle : photographie et actualités dans la France des années 1960-80 ». Elles portent sur un objet central dans l’élaboration d’une telle culture visuelle de l’actualité de cette période : la photothèque de l’ORTF (c’est-à-dire de la TV entre 1964 et 1974) et sur les métiers de la documentation dans le contexte médiatique, accès précieux à ces photothèques. Cette journée d’étude a été l’une des premières formalisations de mes recherches. Elles sont menées avec les Archives nationales qui conservent aujourd’hui l’ensemble du fonds ORTF, et notamment un fonds de photographies d’agences utilisées comme appui rédactionnel pour le journal télévisé – ma porte d’entrée dans ce travail. Elles ont été soutenues à leurs débuts en 2019 par une bourse de recherche de l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; puis en 2020-21, par la bourse de l’INA. Elles sont complétées aujourd’hui par le travail dans la collection de l’agence de photographie Black Star (USA) conservée au Ryerson Image Centre de Toronto au Canada.

Cette journée d’étude pluridisciplinaire revient sur la place de la photographie dans les logiques de documentation en contexte médiatique. S’interroger sur l’organisation des fonds photographiques pour une exploitation efficace des images (indexations, édition/choix des sujets ou photos, arborescence, hiérarchies commerciales, remobilisation,…) passe par la mise en évidence du rôle des métiers de la gestion quotidienne des fonds visuels ou photothèques, dans les médias. Iconographe, documentaliste, archiviste,… les empreintes laissées par leurs gestes dans les corpus de photographies qui circulent ou les témoignages de ces professionnel.les servent de guides pour revenir sur ces dénominations, mieux comprendre et établir ce qu’elles recouvrent. Pour mesurer l’impact de ces gestes professionnels dans la circulation des images et les conditions de leur visibilité. Pour questionner, enfin, en un apport certain à l’histoire culturelle des producteurs d’images, leur rôle dans l’élaboration des représentations et de la culture visuelle d’une époque.

La journée d’étude du 10 juin 2021 dernier était soutenue par l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; le CEAC (Centre d’Étude des Arts Contemporains) et l’IRHIS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion) de l’université de Lille et l’INA. Je remercie chaleureusement Nathalie Delbard, Thomas Golsenne, Anne Lacoste et Véronique Terrier-Hermann, Géraldine Poels et Frédéric Chambon pour leur soutien.

Introduction de la journée par Anne Lacoste (IPP) et Audrey Leblanc (EHESS-INA)

Les chercheures face aux métiers de la documentation (matin)

Audrey LEBLANC (EHESS-INA) introduit la journée d’étude. L’analyse d’une culture visuelle et l’histoire des représentations de l’actualité sont ici conditionnées à une histoire sociale et culturelle des images (usages, logiques de conservation, métiers qui s’en emparent) dans laquelle les images ne sont pas tant considérées comme du contenu visuel mais comme des objets. Les traces matérielles laissées par les gestes professionnels des métiers de la gestion et de la documentation des images servent alors de guides, faisant de ces métiers un autre terrain de recherche. Parmi ces métiers, pour ce qui est des photographies, les iconographes et les documentalistes jouent un rôle majeur dans les choix des images mises en circulation et l’élaboration d’une culture visuelle.

 

Anna TIBLE (LabSIC, Univ. Paris 13) devait revenir sur une profession sororale « Les cinémathécaires : des femmes dans les coulisses de la télévision (1952 1974) ». Au cours de cette même période, en effet, le métier de documentaliste pour les fonds audiovisuels de la TV s’organise : que ce soit pour le stockage et le traitement documentaire des émissions de télévision et pour l’élaboration des outils et méthodes de travail pour répondre aux demandes d’archives qui vont croissant.  (annulée)

 

Ces années 1970 voient, par ailleurs, s’institutionnaliser le métier d’iconographe ainsi que le raconte Olivier LUGON (Univ. Lausanne) en s’appuyant sur le fonds d’iconographe de Nicolas Bouvier, acquis par le Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève. « Iconographe indépendant : émergence d’un métier dans les années 1960-1970 » montre comment des précurseurs aux profils socio-culturels relativement proches, n’inventent pas tout à fait le métier mais plutôt son énonciation, dans le contexte des formes illustrées.

Pour clore la matinée, Mary PANZER (Boston University) depuis les USA, au petit matin pour elle et en anglais, revient sur la gestion de la photothèque du groupe médiatique Time Inc., à partir de plusieurs témoignages de personnes ayant débuté leur carrière par des emplois dans cette photothèque. Son intervention intitulée « The organization of Time Inc. Photo Collection (1934-1972): special system to catalogue images (Time, Life, Fortune, Sports Illustrated, …) » revient aussi sur le moment de bascule entre photothèque argentique et Bdd numérique, les évolutions de ces métiers et des sélections des images.

Déplacement vers du plus contemporain. La parole aux professionnelles (après-midi)

Des témoignages de professionnelles sous la forme d’une présentation puis d’une conversation ouverte et croisées sur ces métiers de l’image déplacent ces questions vers des périodes plus contemporaines. Ils montrent concrètement le rôle des choix iconographiques dans les représentations collectives et les évolutions au cours du temps de la gestion des images et des métiers dans le contexte médiatique.

Ingrid MILHAUD et Camille PILLIAS, iconographes indépendantes toutes deux, et directrices photo de La Déferlante, la revue des révolutions féministes, présentent le n°2 qui sortait alors (dossier « Manger »). Elles racontent cette expérience professionnelle : le traitement iconographique et les choix visuels (commande, stéréotypes et biais, choix, …) sont pleinement acteurs des ambitions et du travail de visibilisation et débats que cette nouvelle revue féministe se propose d’être.

Ingrid Millaud et Camille Pillias ont ensuite été rejointes par Véronique Clavier et Lise Tiano pour ouvrir la discussion.

Véronique CLAVIER, responsable photothèque interne de l’ORTF à l’INA, qui en a les droits, témoigne de son travail selon des directives patrimoniales – puisqu’il s’agit de conserver ce fonds photo comme archive – mais aussi – et surtout – comme source de documentation pour les productions contemporaines de l’INA, pour lesquelles la photographie est une ressource rentable et précieuse.

Lise TIANO, documentaliste de l’écrit à L’Obs depuis le milieu des années 1980, raconte son parcours au sein d’un service de documentation presse et témoigne des différentes évolutions qui l’ont marqué, du papier à la bascule du numérique et les concentrations très contemporaines des services de documentation des groupes presse occidentaux.

 

Programme du Séminaire “Photographie, édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images”, Cehta/EHESS

Le séminaire de recherche “Photographie,édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images” Cehta/EHESS, que j’ai le plaisir d’animer avec avec Marie-Ève Bouillon et André Gunthert, commence ce mercredi 12/12 à 17h-19h, salle du Cehta à l’INHA.
Au plaisir de vous y voir

“Un champ dynamique de recherche et une manière d’appréhender la photographie par le biais des producteurs d’images se sont développés ces dernières années. Cette approche a conduit à saisir leur portée d’industrie culturelle, en analysant de manière conjointe, et parallèlement à l’analyse des objets produits, leur dimension économique, sociale et culturelle. La circulation des images sur différents supports édités et leur diffusion en masse recomposent les relations sociales et culturelles, et participe à une formulation de nos imaginaires contemporains. Relevant de l’histoire culturelle et matérielle, la méthodologie proposée intègre l’analyse et la documentation précise des images comme préalable à leur utilisation comme source. Interdisciplinaire, elle croise l’histoire économique, sociale et politique de la photographie. À travers des études de cas, il sera par ailleurs question de modèles professionnels, photographes, opérateurs, agence de photographies et de presse, éditeurs de cartes postales, imprimeurs…”

Programme

12 décembre 2018 : Introduction. JacquesClayssen, « Les Cahiers de laphotographie, première revue culturelle de photographie ».
9 janvier 2019 : Valentina Grossi (EHESS), « Une sociologie des professions du photojournalisme à l’èrenumérique »
13 février 2019 : Samuel Bollendorf, photographe (Le Monde), « Écologieet photojournalisme »
13 mars 2019: Joël Langonné (Rennes 1), « Journalistes,secrétaires de rédaction et ouvriers typographes à l’interface de lamatérialité de l’information en presse quotidienne régionale »
10 avril 2019 : Jean-CharlesBédague (Service interministériel des Archives de France), Marie-Eve Bouillon(Archives nationales, EHESS), « L’imagedes présidents de la République : le service photographique de la Présidence ».
15 mai 2019 : Maïwenn Bourdic (Archives nationales), Alain Carou (BnF), « Les images dans le dépôt légal »
12 juin 2019 : Geneviève Profit (Archivesnationales), Audrey Leblanc (EHESS), « ORTFet photographie »

CR par C. Lafaye : Grands reporters de guerre. Entre observation et engagement

Grands reporters de guerre. Entre observation et engagement

Je signale le CR du livre de Christophe Lafaye du livre de Emmanuel Laurentin, Gilles Pécout, Grands reporters de guerre. Entre observation et engagement, paru en octobre 2012 (Paris, Rue d’Ulm, coll. « Les rencontres de Normale Sup’ », 2012).

“Les auteurs abordent deux problématiques. La première propose de mieux connaître les grands reporters de guerre, tout en essayant de saisir leurs rapports à l’histoire et aux historiens.

Continuer la lecture de CR par C. Lafaye : Grands reporters de guerre. Entre observation et engagement

Fixer l’événement. Le Mai 68 du photojournalisme

Voici la version pre-print, avec les images en couleur1, de l’article paru dans le n°32 (décembre 2011) de la revue Sociétés & Représentations (revue thématique transdisciplinaire publiée par la Sorbonne). Ce numéro, consacré à la thématique “Faire l’événement”, a été coordonnée par Pascale Goetschel et Christophe Granger, que je remercie ici pour leur invitation à participer à ce dossier et leur confiance. Une partie de ce travail a été présenté dans le cadre du colloque du Lhivic/Ehess, organisé par André Gunthert : “Si la photo est bonne. Le rôle des industries culturelles dans la construction de l’imaginaire.” (octobre 2011). Références complètes au bas de l’article.

Aujourd’hui considéré comme événement historique, Mai 68 en France est connu pour et par ses icônes photographiques : à l’exemple du face à face de Daniel Cohn-Bendit avec un CRS ou la surnommée « Marianne de Mai 68 »2, images restées dans les mémoires et attachées parfois au nom d’un photographe désormais célèbre. Ces « photographies historiques », ces « images qui ont fait l’histoire », ces « images événement » – pour reprendre quelques-unes des expressions utilisées à leur égard –, toutes issues du photojournalisme, sont le produit du système médiatique particulier que constitue la presse magazine.

Continuer la lecture de Fixer l’événement. Le Mai 68 du photojournalisme

  1. et sans coquille ; principalement, dans la version publiée, le texte de la note 46 s’est en partie retrouvé dans le corps du texte de la conclusion. []
  2. Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 2008. p. 141-144. Vincent Duclert, « L’engagement des photographes : le photojournalisme en action », dans Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 390-394. []

Rencontre avec Sébastien Calvet : photographe de presse, c’est un métier

Ce jeudi 25 février 2012, la séance de cours était consacrée au photographe avec pour invité, Sébastien Calvet, photographe d’actualité politique du quotidien Libération, qui raconte son travail sur le blog Développements (anciennement Images du quotidien). Un blog commencé en 2008, qui lui sert de bloc notes et de carnet de bord pour un travail dans la presse qu’il envisage sur le long terme et qu’il revendique avec cette formule “photographier la grosse actualité qui tâche” au sein d’un quotidien dans l’identité duquel il se reconnaît. Ce genre de témoignage n’est pas très fréquent et, par conséquent, c’est un formidable outil de travail pour comprendre la fabrique de l’information médiatique, ici du point de vue ou à l’échelle du photographe1.
Sébastien Calvet suit principalement le PS pour le journal ;

Continuer la lecture de Rencontre avec Sébastien Calvet : photographe de presse, c’est un métier

  1. (plusieurs fois commenté sur la plateforme CultureVisuelle []