Archives par mot-clé : matérialité

Elie Kagan photographe indépendant 1960-90 – Exposition à La contemporaine Nanterre Université

Pierre Collombert. Prise de vue de photographes, dont Élie Kagan, sur un balcon, Paris, mai 1968 © Pierre Collombert / ADAGP

  Ouverture cette semaine de l’exposition consacrée à Élie Kagan, photographe indépendant 1960-90 à La contemporaine, ex-BDIC, Nanterre Université (du 19 janvier au 7 mai 2022). Élie Kagan est plutôt connu comme photographe de presse,  notamment pour ses images de la répression de la manifestation des Algériens et Algériennes du 17 octobre 1961. En co commissariat avec Cyril Burté, conservateur responsable des archives audiovisuelles de La contemporaine, nous avons parcouru ce fonds de plus de 200 000 images, conservées sous des formes diverses, pour proposer de revenir sur les récits qui l’ont structuré jusqu’alors. Soucieux et soucieuse d’une histoire sociale et matérielle de la photographie, nous proposons trois moments dans ce parcours de photographe. Du fait de son indépendance – Élie Kagan reste assez périphérique des grands médias illustrés de cette période – et de certains de ses thèmes de prédilection (personnalités politiques, manifestations, Paris centre urbain grouillant de vie,…), ce parcours raconte une part de l’histoire de la photographie et de l’histoire de décennies 1960-90 en France.

Profession photographe de presse

Élie Kagan. Interview de Martin Luther King par
Marguerite Langiert pour Droit et Liberté, Paris, 27
mars 1966

 Élie Kagan entre officiellement dans la corporation des photographes de presse avec son reportage sur le 17 octobre 1961 : ces photographies lui permettent d’obtenir sa carte de presse.

Révolution africaine, n° 7, 16 mars 1963, couverture Photographie Élie Kagan Coll. La contemporaine

Photographe indépendant, il édite et tire lui-même ses photographies dans le laboratoire qu’il s’est aménagé chez lui, avant de démarcher les rédactions presse pour les vendre. Il couvre l’activité politique, militante et syndicale parisienne et participe à la plupart des manifestations et mouvements de revendications des décennies 1960-1990. Il travaille régulièrement avec Droit et liberté, Tribune socialiste ou Témoignage chrétien. Ses collaborations avec la presse militante et de nombreux titres de la presse généraliste traditionnelle restent ponctuelles (Nouvel observateur, L’Express, Le Monde…). Tirages, piges, archives et publications mettent en évidence des aspects plus quotidiens du marché de la photographie de presse et de ses usages en rédaction – le scoop faisant figure d’exception.

“photographe d’archive et d’histoire”

Le fonds Élie Kagan est également connu et investi par différents milieux militants car plusieurs de ses photographies gardent les traces d’engagements et d’événements dont elles sont parfois des preuves à charge.

Élie Kagan. Bidonvilles de Nanterre, groupe d’hommes devant un commerce, 21 octobre 1961 © Elie Kagan / La contemporaine

Elles témoignent de l’appétence du photographe pour le fait politique et de son attrait pour les personnalités politiques en général. Peu diffusées par les canaux médiatiques habituels, ces images prennent de l’importance avec le temps grâce au travail des groupes militants et de la recherche : elles circulent pour mémoire avant d’être investies plus généralement comme sources pour l’histoire. Ses images de la répression de la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961 à Paris en sont l’exemple le plus emblématique. Les associations telles qu’« Au nom de la mémoire » s’appuieront dessus pour dénoncer et faire reconnaître ces violences d’État.

Élie Kagan. Manifestation du premier mai : de Nation à Bastille, des membres du MLF défilent, Paris, 1er mai 1971 © Elie Kagan / La contemporaine

Élie Kagan, saisit les mouvements de son époque, tout particulièrement séduit par le collectif et la foule anonyme qu’il a à coeur de représenter (Mouvement de libération des femmes, Front homosexuel d’action révolutionnaire, …). Il suit en 1972 l’engagement d’intellectuels célèbres, comme Michel Foucault et Jean-Paul Sartre, dans leurs actions au sein du GIP (Groupe d’information sur les prisons). Plus tard, engagé politiquement aux côtés de Beate et Serge Klarsfeld, Élie Kagan garde la mémoire des actions menées par le couple. Il constitue ainsi une archive visuelle de leur engagement tout en collectant et produisant pour lui-même une documentation photographique de l’antisémitisme contemporain

Flâneries urbaines d’un photographe sédentaire” forment les trois temps forts de ce parcours

Élie Kagan. Couple en terrasse, Paris, années 1960 © Elie Kagan / La contemporaine

La numérisation des photographies d’Élie Kagan a révélé un corpus
d’images allant bien au-delà de celles qui ont circulé dans la presse. Photoreporter indépendant, Élie Kagan prend des photos pour gagner sa vie – une part de sa production a vocation à être publiée – mais d’autres images figurent sur ses pellicules, au milieu des reportages. Sa pratique est alors plus intime et dévoile un rapport plus existentiel à la photographie : une façon de vivre, au jour le jour, sans autre projet que d’être là, dans le plaisir de l’immédiat, porté par les rencontres, les accrocs et les surprises du quotidien. Loin du mythe du grand reporter se rendant sur les zones de combats, Élie Kagan est un promeneur infatigable : il flâne dans Paris pour son plaisir, sans chercher à répondre à une commande, rayonnant depuis le centre de la capitale où il réside.

Élie Kagan. Fête aux Halles : la kermesse du poisson, Paris, septembre 1967 © Elie Kagan / La contemporaine

Délaissant la recherche du scoop et de l’événement, il se révèle un photographe du quotidien et de l’ordinaire, témoin de son temps, attentif aux transformations urbaines et sociologiques comme aux anonymes qu’il croise dans la rue. Ces photographies sensibles et plus esthétiques font écho aux velléités artistiques de ses débuts. Quand le peintre Gérard Fromanger fait de nouveau appel à lui en 1971 pour l’aider dans son travail sur la série Boulevard des Italiens, c’est pour immortaliser sur la pellicule les scènes de rue les plus banales, à la recherche du non-événement.

Voir:  Le dossier de presse DP_Expo_Kagan_version_WEB-avec_compression et l’article de 9 Lives magazine

“La fabrique de l’Image de Mai 68 : retour d’expérience”, sur Entretemps, revue numerique d’histoire actuelle

Retours d’expérience de commissariat à propos de l’exposition sur la photographie «Icônes de Mai 68: les images ont une histoire », BnF (printemps 2018), écrit à l’invitation de la revue numérique d’histoire actuelle Entretemps. Avec mes remerciements à Adrien Genoudet, Ludivine Bantigny et Patrick Boucheron pour cette invitation.

Accrochage en cours… emplacement des cartels

Ce texte revient sur l’expérience de commissariat avec Dominique Versavel de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire ». Elle questionne, par le prisme de l’étude de cas mai-juin 1968 et sa médiatisation dans la presse magazine, les relations entre images et écriture de l’histoire des événements, à l’aide d’une histoire sociale et culturelle des images. Suite au résumé du projet de l’exposition et ses partis pris, ce texte revient plus particulièrement sur les coulisses d’une mise en œuvre qui s’avère paradoxale. John Berger le soulignait en 1972, les images prennent sens dans le dispositif dans lequel elles sont prises (dispositifs éditorial, dispositif culturel). En faire la démonstration par le biais d’une exposition s’avère donc autoréflexif. Une telle exposition revient à démontrer les effets d’une construction culturelle en utilisant l’un des outils majeurs de ce type de construction : une exposition et son catalogue. Les contraintes, voire les obstacles, auxquels nous nous sommes heurtées ont alors mis en évidence un certain état de notre culture des images, dont les droits, qui régissent leurs conditions de circulation, s’avèrent être l’un des puissants acteurs.

Lire la suite sur Entretemps

2ème Congrès de la Société pour l’Histoire des Médias, 23-25 mai 2018

La Société pour l’Histoire des Médias organise son 2ème Congrès les 23-24 et 25 mai prochains sous le titre “Rêver d’un autre monde: médias, utopies et expérimentations” et au programme très riche. Invitée comme keynote le mercredi 23 mai, mon intervention s’intitule “Reléguer l’utopie: un imaginaire médiatique de “Mai 68”. Par ailleurs, une visite guidée de l’exposition “Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire” (BnF, Tolbiac jusqu’au 26 août prochain) est proposée le mercredi matin. Enfin, je présenterai le catalogue de cette exposition, co-écrit avec Dominique Versavel, conservatrice au département des estampes et de la photographie de la BnF,  jeudi 23 en fin de journée en salle 214 (18h-20h). Je remercie ici chaleureusement le comité d’organisation de ce congrès, Bibia Pavard, Claire Sécail, Djamil Dakhlia , Maëlle Bazin, notamment, pour l’accueil généreux de ces travaux.

Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

Au printemps 2017, le n°35 d’Études photographiques signait la fin de cette revue, que l’on regrettera. Largement consacré aux images du  photojournalisme, nous y avons publié avec Sébastien Dupuy1 un article écrit à quatre mains à propos du fonds Sygma tel qu’exploité par Corbis dans les années 2000-2010. En effet,  à la faveur du contexte de crise de la transition numérique, nous avons pu avoir accès au fonds Sygma, parangon de la nouvelle génération d’agences photographiques qui émerge en France à la fin des années 1960. Il présente les traces matérielles de sa gestion et de son reconditionnement et celles des classements antérieurs. Ces traces permettent de proposer une description des activités de l’agence qui tient compte de ses contraintes industrielles, esquissant les contours d’une autre histoire du photojournalisme2. L’article est construit en quatre temps : Continuer la lecture de Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

  1. Sébastien Dupuy a été rédacteur en chef du service Collections & Photographes à l’agence Corbis-Sygma et a mené, de 2004 à 2010, le projet d’editing et de numérisation des fonds photographiques de l’agence Sygma. []
  2. Les auteurs remercient André Gunthert pour son soutien et ses relectures ainsi que Laureline Meizel []

23 novembre 2015 : soutenance de thèse “L’Image de Mai 68 : du journalisme à l’histoire”

Mai 68 en 2008
Mai 68 en 2008

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse intitulée : “L’image de Mai 68, du journalisme à l’histoire”, dirigée par André Gunthert (chaire d’histoire visuelle, EHESS) et Michel Poivert (Paris 1, HicSA), le lundi 23 novembre prochain, à 14h en salle Lombard de l’Ehess 96 boulevard Raspail à Paris.

Jury : Françoise Denoyelle (Louis Lumière), André Gunthert (EHESS), Michel Poivert (Paris 1), Sylvain Maresca (Nantes), Michelle Zancarini-Fournel (Lyon).

Résumé

Ces recherches déplient les différents pans de la médiatisation des événements de mai juin 1968 en France par la presse magazine et les entreprises du photojournalisme au cours des quarante cinq dernières années. L’étude de cas du dit Mai 68 donne la mesure de la construction de l’histoire par le journalisme en faisant le choix de l’analyse à l’échelle de l’évènement. Une chaine éditoriale conduit à l’élaboration des récits médiatiques ; elle n’a pas vocation à être vue, les médias revendiquant leur objectivité et leur transparence. Restituer la place des images dans ces élaborations et les considérer sous l’angle de l’occurrence éditoriale met en évidence cette chaine éditoriale et le rôle des images dans la mise en forme des événements – voire leur qualification. Elle amène ainsi à prendre la mesure du rôle fondamental de l’éditeur dans les étapes de ces élaborations médiatiques.

Dans un tel cadre, le choix d’une démarche historienne et culturaliste redonne sa place à l’agence de photographie, entreprise qui exploite, c’est-à-dire commercialise, les images. La description de sa structure – indexation et photothèque ; editing et édition, notamment – contextualise la production de ces corpus visuels ; et indique l’impact de ces structures entrepreneuriales sur la mise en récit des événements. La valorisation de ces images portée par les professionnels, en une histoire encore très corporatiste, entre en jeu dans l’exploitation des fonds. L’autorité culturelle de ces représentations (ici de Mai 68) repose ainsi sur des éléments de légitimations professionnelles.

Enfin, la multiplication des opportunités éditoriales se comprend alors comme un besoin structurel (et plus seulement une complaisance narrative) de ce qu’il convient de considérer comme une industrie culturelle. Dès lors, les effets de répétitions des corpus visuels, particulièrement au cours de dates anniversaires ou « commémorations », habituellement justifiées par une archive photographique finie, s’expliquent par le souci de la réutilisations de certains fonds d’images. La circulation de ces représentations conduit ainsi à la circularité et à la fixation des récits médiatiques des événements historiques selon des mécanismes caractéristiques des constructions culturelles telles que définies par Lawrence W. Lewine notamment1.

Mots clés : agence de photographie ; archive ; commémoration ; éditeur ; Gamma ; Gilles Caron ; histoire ; histoire culturelle ; icône ; image ; industries culturelles ; Mai 68 ; mai-juin 1968 ; médias ; Paris-Match ; photographie ; photojournalisme ; récit ; représentation ; Jean-Pierre Rey ; Sipa ; Sygma.

  1. Lawrence W. Lewine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence de la hiérarchie culturelle aux États-Unis, Paris, La Découverte/Textes à l’appui, 2010. (1988 []