Archives par mot-clé : matérialité

La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.

Cahiers Fondation Caron_Couleur 02
4ème de couverture du Cahier n°1 de La Fondation Caron consacré à la couleur.

 Le n°1 des Cahiers lancés par la Fondation Gilles Caron, soutenue par la Fondation Bru, est paru aux éditions Filigranes, dirigé par Michel  Poivert. Sous la forme d’un entretien (in english here), mon  point synthétique sur la couleur dans le reportage des années 1960-1970:

Michel Poivert : L’histoire de la presse semble un bon laboratoire pour observer notre culture de la photographie en couleur. Dans les années 1960 en France, comment la presse distribue-t-elle l’édition noir et banc ou couleur dans ses pages ? Y-a-t-il une manière de procéder qui soit devenue “standard” ou bien observe-t-on des partis-pris selon le type de journaux et magazines ?

AL : Au milieu des années 1960, les quotidiens sont intégralement en noir et blanc et les hebdomadaires publient couramment leur couverture et environ 20% de leur iconographie en quadrichromie. La presse magazine d’actualité est alors dominée en France par L’Express, Le Nouvel Observateur et Paris Match.

Continuer la lecture de La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.

Couleur et Photojournalisme : Cahier n°1 de la Fondation Caron.

Cahiers Fondation Caron_Couleur 01
Couverture du Cahier n°1 de La Fondation Caron.

Le n°1 des Cahiers lancés par la Fondation Gilles Caron, soutenue par la Fondation Bru, est paru aux éditions Filigranes. Dirigé  par Michel  Poivert, ce numéro inaugural est consacré à la couleur, un thème “emblématique de la volonté exprimée par Marianne Caron, présidente de la Fondation et Louis Bachelot son directeur : faire de l’œuvre photographique de Gilles Caron un espace de réflexion au-delà de l’étude du corpus de l’auteur lui-même.

Continuer la lecture de Couleur et Photojournalisme : Cahier n°1 de la Fondation Caron.

Sourcer les images d’enregistrement

Cet article, co-écrit avec Marie-Ève Bouillon (EHESS/Archives Nationales), répond à la commande de Michel Remize, rédacteur en chef du magazine Archimag, pour le guide pratique n°51, Dématérialisation et valorisation des données audiovisuelles, paru ce mois de septembre 2014.


Quelles informations adjoindre à une image d’enregistrement1) lorsqu’elle circule et quelle légende accoler à ses versions éditées pour identifier leur origine2?

1) Habitudes culturelles : créditer n’est pas sourcer.

Une convention existe pour ce qui est d’un texte : la notice bibliographique fonctionne comme repère commun pour tout usage, y compris citationnel ; elle est une référence à laquelle il est possible de se reporter. Soigneusement sourcé et lisiblement signé, le texte est documenté et sa présence légitimée dans le support d’édition auquel il est intégré. Il n’en va pas de même pour une image d’enregistrement  Continuer la lecture de Sourcer les images d’enregistrement

  1. Réalisée à l’aide d’un instrument mécanique ou numérique (appareil photo, caméra,… []
  2. Tous les hyperliens ont été consultés le 21 mai 2014 []

Photography and the American Civil War, MET – NYC, 2013.

Une très belle exposition de photographies est actuellement en cours – jusqu’au 2 septembre 2013 – au Metropolitan Museum of Art de New York. Conçue par Jeff Rosenheim, responsable du département de la photographie du MET, “Photography and the American Civil War” revient sur les relations entre l’histoire, la photographie et l’histoire de la photographie1.

La guerre de Sécession (1861-1865) est l’un des premiers conflits couverts par la photographie, mode de représentation alors récemment mis au point et au début de sa propre histoire.

Continuer la lecture de Photography and the American Civil War, MET – NYC, 2013.

  1. voir aussi sur ces questions et par ordre chronologique de publication,

    * Cynthia YOUNG (dir.), The Mexican Suitcase. The Rediscovered Spanish Civil War Negatives of Capa, Chim and Taro, New York, ICP, New York/Steidl Publishers, Göttingen, 2010. Version française: La Valise mexicaine. Capa, Chim, Taro. Les négatifs retrouvés de la guerre civile espagnole, Arles, Actes Sud, 2011 ; à l’occasion de l’exposition de la présentation aux Rencontres d’ Arles (4 juillet-18 septembre 2011) de l’exposition éponyme.
    * Régis DURAND, Michel POIVERT et al. (dir.), L’Evénément – Les images comme acteurs de l’histoire, Paris, Editions Hazan – Editions Jeu de Paume, 2007. Catalogue de l’exposition du 16 janvier au 1er avril 2007 au Jeu de Paume, Paris (Compte-rendu par Matha Braun dans Études photographiques).
    * Laurent GERVEREAU et al. (dir.), Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, BDIC/Somogy, 2001. Catalogue de l’exposition du 1er mars au 2 juin 2001, au musée d’Histoire contemporaine-BDIC (dans l’Hôtel national des Invalides) et au toit de la Grande Arche de la Défense, Paris (Compte-rendu par Thierry Gervais dans Études photographiques).
    * Clément CHEROUX (dir.), Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis, 1933-1999, Paris, Marval, 2001 (Compte-rendu par Henriette Asseo dansEtudes photograhiques n°11, Mai 2002). []

Le microfilm, non-archive de l’image

La presse est souvent conservée dans les bibliothèques françaises sous la forme de microfilms, bandes en bobines qui se consultent par projection sur un écran. Pour celui ou celle qui travaille sur les images – et la presse regorge d’images –, l’expérience relève du jeu de piste et s’avère épique tant la quantité d’informations qui se perdent est grande ; et plus encore quand il s’agit du traitement visuel d’une information.
Souvent médiocre, surtout après plusieurs (années de) consultation et de visionnage, la qualité des microfilms doit de plus supporter un éclairage en général imparfait. Zones d’ombre, poussières, rayures, éléments effacés, manque de lisibilité… génèrent une première perte d’informations des images de la presse consultée sous forme de microfilms.


L’Express n°882 du 13 au 19 mai 1968 et n°883 du 20 au 26 mai 1968

Paris Match n°997 du 18 mai 1968, p. 74 et p. 63

Continuer la lecture de Le microfilm, non-archive de l’image