Archives par mot-clé : méthodo

Les Années, notes

Le travail d’éditorialisation de la presse se construit sur des jeux de rapprochements formels, des ambiguïtés de lectures, des échos de sens et/ou de formes… autant d’effets produits par ce qui relève de véritables pratiques professionnelles1.

Les décrire permet de comprendre la fabrique de l’information. Mais mesurer l’impact de ces élaborations médiatiques n’est pas facile : c’est chercher à comprendre leurs conséquences, autrement dit leur réception. Que construisent les confusions de sens générées par la mise en page d’une Une? les contradictions entre les pratiques et les affirmations des professions? Quels impacts sur le lecteur et, au-delà de cette entité abstraite, sur le collectif, entité encore plus impalpable? Quelles places les images ont-elles dans ces transfusions?

Pour continuer dans les notes-post-it, quelques extraits du projet littéraire d’Annie Ernaux, Les Années, publié en 2008.

Continuer la lecture de Les Années, notes

  1. À titre d’exemple, on peut renvoyer à l’intervention de Luc Briand, éditeur photographique à Libération, lors de la journée d’étude “L’Image dans la presse” (le 19 novembre 2011, au Jeu de Paume) qui les avait particulièrement bien décrites. []

Que signifie culture visuelle ? – support de cours

Voici le support visuel d’une conférence intitulée “Que signifie Culture visuelle?”.
Avec Alexie Geers nous étions invitées, le 7 avril dernier, par Matthias Tronqual à intervenir au sein du cycle de conférences dont il est responsable au Jeu de Paume. Elle prenait place dans le thème “La société des médias”, volet “La représentation médiatique”.

Nous avons commencé par revenir sur une étude de cas – La jeune femme d’Ishinomaki – pour poser les principales questions d’une culture visuelle. Pour ensuite dresser un panorama théorique sur Cultural studies, Visual studies et culture visuelle. Enfin, nous avons abordé les potentialités ouvertes par les nouveaux outils web – dont fait partie le media social de recherche et d’enseignement Culture Visuelle –pour l’élaboration d’une culture des images.

Manipuler l’image de presse?

Ce texte, écrit à 4 mains, et publié sur l’appareil des apparences, est le compte-rendu de notre intervention le 4 mai dernier à l’Atelier de recherche “Médias et sciences humaines et sociales”, à l’IFP.

“Deux débats de société ont agité le monde des images ces derniers mois, pointant du doigt la retouche, qui serait une atteinte à l’image photographique implicitement entendue comme document. […] Dans ces deux exemples, la façon de considérer et de réfléchir à la retouche repose sur une même conception de l’image photographique et se place sur le terrain de la morale. La retouche est considérée comme une attaque à celle-ci parce qu’elle porte atteinte à la supposée vérité de l’image photographique: on parle de «tromperies sur la nature», de manipulation.

Ainsi, la question de la déontologie est posée aux images isolées: celles-ci sont pourtant publiées dans un contexte précis, en général médiatique, au sein de dispositifs construits et savamment élaborés. L’implicite consiste alors à considérer que l’image photographique porterait une vérité en elle-même en dehors de tout contexte et de tout texte.

Ces implicites (l’image attachée au réel et l’image autonome) sont en effet systématiquement mobilisés dans les débats et les polémiques qui entourent l’image photographique mais sont rarement questionnés. […] C’est sur ces présupposés qui entourent l’image photographique et qui en conditionnent notre appréhension que nous avons choisi de revenir, en déplaçant l’usage du terme «manipulation». […] En manipulant – au sens propre – les numéros de magazine choisis […] Ces manipulations – manuelles – permettent de regarder l’image dans son contexte et dans la matérialité de sa diffusion.”

Lire ici…

Figure 1- Couvertures Marie-Claire mars 2010 ; Télérama hors série, printemps 2008

images sensibles, sciences en création

Sur une initiative de Gaby David, ce mercredi 28 avril, l’atelier des doctorants du lhivic a reçu avec beaucoup de plaisir Anne Jarrigeon, maître de conférences en Urbanisme à l’Université de Marne la Vallée, anthropologue, docteur en Sciences de l’information et de la communication et photographe. “Depuis ma thèse de doctorat intitulée Corps à corps urbains, vers une anthropologie poétique de l’anonymat parisien”, se présente-t-elle, “je conduis des recherches à la croisée de l’ethnologie urbaine, de la sémiotique et de l’anthropologie visuelle.

Continuer la lecture de images sensibles, sciences en création

La voix des professionnels : notes méthodologiques

“Consommée au quotidien, la photographie de presse fait partie de notre paysage visuel depuis bien plus d’un siècle. […] D’emblée, ses frontières paraissent vastes, et on ne saurait les limiter à l’activité considérée comme la plus noble dans ce domaine, le photoreportage. […] La difficulté majeure ne vient pas pourtant de la seule délimitation du terrain d’étude, mais se situe avant tout dans le fait que cet objet a souvent été appréhendé par le versant de sa production première, celle qui est due à l’acte photographique. […] Or, il me semble que, bien au contraire, la photo de presse se définit principalement par sa forme finale, celle qui se matérialise lors de sa publication. […] L’aboutissement ultime de la photographie de presse […] ne survient qu’après l’impression finale, mécanisée et sérielle, sur le papier léger d’un journal illustré ou d’un quotidien. L’arracher de son support pensé pour être éphémère, l’isoler de la composition complexe d’une double page de magazine ou du grand format d’un quotidien, c’est en faire autre chose, c’est la dénaturer.” écrit Gianni Haver pour l’introduction (p. 7-8) au livre Photo de presse. Usages et pratiques qu’il a dirigé aux éditions Antipodes en 2009. Le dernier texte de ce recueil d’articles s’intitule significativement « Maîtriser l’image : du clic à la rotative ». Et, tout aussi significativement,

Continuer la lecture de La voix des professionnels : notes méthodologiques