Archives par mot-clé : photo

Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

V. Lavoie, L’Affaire Capa. Le procès d’une icône, 2017

Compte rendu de l’ouvrage de Vincent LAVOIE, L’affaire Capa, le procès d’une icône, Paris, Textuel, 2018, 192 p., ill. coul., 29 € pour le le n°2 de la revue  Transbordeur, Photographie histoire société.

Quelle authenticité accorder à l’une des photographies les plus célèbres du photojournalisme, celle du soldat républicain espagnol frappé de plein fouet par une balle prise par Robert Capa le 5 septembre 1936 et connue sous le nom de Mort d’un milicien ? L’Affaire Capa. Le procès d’une icône revient sur cette polémique à la façon d’une instruction judiciaire, non pour en proposer un ultime verdict mais pour observer les régimes de vérité convoqués dans les plaidoiries de l’une ou l’autre des parties de la controverse qui, toutes, « puisent dans un ensemble commun de valeurs photojournalistiques : authenticité de l’image, intégrité du photographe et véracité de la scène » (p. 8). Les différents procédés d’authentification identifiés forment ainsi les trois chapitres du livre de Vincent Lavoie. À « la parole des témoins » contemporains du photographe (chap. 1) succède la « réplique documentaire » via des « documents écrits et visuels exhumés des archives » (chap. 2), pour finir au troisième chapitre avec les récentes « expertises médico-légales de l’image assimilée à une scène de crime ». Continuer la lecture de Vincent Lavoie – L’affaire Capa, le procès d’une icône (CR)

Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

politiques-visuelles_f L‘ouvrage collectif  Politiques visuelles vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Gil Bartholeyns, cet ouvrage résulte du colloque « Les Visual Studies et le monde francophone« , tenu en 2011 au Quai Branly, à Paris. L’introduction est  en ligne : « Un bien étrange cousin : les Visual Studies« . Je remercie vivement Gil Bartholeyns pour ce travail et reproduis ici mon article à propos de l’association de Gilles Caron à Mai 681.

Daniel Cohn-Bendit face à un CRS devant la Sorbonne, le 6 mai 1968, par Gilles Caron. Tirage de presse [1977].

La photographie de presse, en France depuis quelques années, s’inscrit dans le champ culturel et artistique en une volonté de rejoindre l’histoire de l’art, selon un processus de légitimation largement pris en charge par les milieux professionnels eux-mêmes2. Ceux qui font et utilisent les images médiatiques en racontent aussi l’histoire. Ils affirment leur évidence documentaire lors des événements et donnent ainsi une importance particulière aux images photojournalistiques de news ; leur légitimité culturelle reposant sur leur rôle historique (notamment par la valorisation de certaines images, devenant icônes) et sur leurs qualités esthétiques. Dès lors, la persistance culturelle de telles images s’explique par leur statut de document exceptionnel. Il en est ainsi par exemple du face-à-face de Daniel Cohn-Bendit avec un policier CRS (Compagnies républicaines de sécurité) en 19683, dont l’auteur, Gilles Caron, est lui-même surnommé « LE » photographe de Mai 68, au nom des publications immédiates de ses images4.
Pourtant, la confrontation aux occurrences publiées au printemps 1968 remet implacablement en cause ces assertions et le discours professionnel. Une approche culturaliste, à la suite de celle de L. W.
Lewine5, permet alors de complexifier notre rapport aux photographies de presse, images fixes médiatiques dont il convient de comprendre le système dans lequel elles s’inscrivent pour mieux les appréhender et comprendre leur qualité de représentation. Dans ce cas exemplaire, la promotion du photojournalisme par lui-même, en particulier par (et de) l’agence Gamma puis la naturalisation de ces discours par le rituel médiatique des anniversaires, œuvrent dans le temps à l’élaboration d’une forme médiatique des événements de Mai 68. Prendre la mesure du visuel qui nous entoure6 conduit à percevoir les enjeux d’une telle construction culturelle et son rôle dans la perception des événements historiques7.

Continuer la lecture de Gilles Caron, le photographe de Mai 68 : l’œuvre d’une politique culturelle ?

  1. Les références iconographiques de cette version web sont les bonnes. []
  2. Gaëlle Morel, Le Photoreportage d’auteur. L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970, Paris, CNRS Éditions, 2006. []
  3. Vincent Duclert, « L’engagement des photographes : le photojournalisme en action », in Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 390-394. []
  4. Michel Nuridsany, « Gros plan sur Gilles Caron », Le Figaro, 24 mai 1978, p. 32. Pierre Georges, « Tableaux de Mai », Le Monde, 29 avril 1998 []
  5. Lawrence W. Lewine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence de la hiérarchie culturelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2010 [1988] []
  6. Nicolas Mirzoeff, An Introduction to Visual Culture, New York, Routledge, 2010 [1999], « What is visual studies ? ». []
  7. Aux archives réunies par la Fondation Caron (créée en 2007) s’ajoute la consultation de la presse magazine ; spécialisée ; quotidienne ; étrangère ; des livres, des expositions et des émissions télé et radio de ces quarante ans []

9-10 novembre 2015: 1st Conference International Last Focus Visual Research Network

FR 1st LFVRN 2015 - Visual Ethnography Conference Les 9 et 10  novembre  prochain, se tient le 1er Colloque International Last Focus Visual Research Network, à Paris, EHESS (190 avenue de France, Paris 13ème),  consacré à l' »Ethnographie visuelle. Outils, archives et méthodes d’enquête ».

J’ai le plaisir de faire une présentation au sein du panel « Utilisation de la photographie comme support de documentation » le 9 novembre dans l’apres-midi. Intitulée « Noircir Mai 68: archive photographique ou construction culturelle d’un monochrome médiatique? », ma présentation propose, à la lumière de l’exemple de Mai 68, quelques éléments pour faire de la photographie de presse une source pour l’historien.

Programme à télécharger ici.

En présence d’Howard S. Becker (USA), Pierre-Olivier Dittmar (EHESS), Daniel Fabre (EHESS), Bruno Pequignot (U. Sorbonne Nouvelle), Jean-Claude Schmitt (EHESS), Joyce Sebag (U. Evry).

Gratuit sur inscription.

Tribune pour Réponses Photo: « Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme »

Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman publie sur son blog Photocritic International et avec d’autres contributeurs une série de billets qui retranscrivent une enquête minutieuse sur les célèbres photographies prises par Robert Capa à Omaha Beach, lors du débarquement du 6 juin 1944. Elle remet en question le récit qui entoure ces onze images, surnommées depuis les « Magnificent Eleven »1 et en propose une nouvelle interprétation. Pas de jeune laborantin maladroit à Life qui aurait détruit les autres photographies prises de ce moment historique par Capa. Cette version canonique aurait été imaginée pour ne pas raconter la panique d’un photoreporter aguerri mais pourtant dépassé par l’horreur des événements, pour justifier le petit nombre de photographies ramenées et, ce faisant, pour (r)assurer la gloire de la profession.

Traduite en français et résumée par Patrick Peccatte sur son carnet de recherches Déjà Vu2, l’enquête anglo-saxonne fait du bruit dans la presse française ces dernières semaines. La plupart des réactions médiatiques expriment une véritable résistance du milieu à accepter une autre version concernant ces photographies. L’enquête de Coleman et ses confrères est réduite à une vulgaire théorie du complot, au ton agressif voire douteux. L’indignation face au manque de considération pour un si grand homme accompagne l’affirmation de l’humanité d’un Capa, ressorti grandi de la révélation de ses faiblesses. Capa reste quoiqu’il en soit un grand photojournaliste au professionnalisme confirmé. Mais cette résistance corporatiste est l’indicateur même que la version officielle porte des enjeux certains pour la profession qui dépassent la question du talent et de l’héroïsme du photographe. Continuer la lecture de Tribune pour Réponses Photo: « Polémique sur Capa : le business comme tabou du photojournalisme »

  1. A.D. Coleman, « Robert Capa on D-Day », Photocritic international. A. D. Coleman on Photography and New Technology, récapitulatif des billets publiés : http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/major-stories/major-series-2014/robert-capa-on-d-day/. Notamment les opus 26 et 27. []
  2. Patrick Peccatte, « Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire, de nouvelles interprétations », Déjà Vu, 24 juin 2015. http://dejavu.hypotheses.org/2298. []

Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.

Interview by Michel Poivert for Les Cahiers de la Fondation Caron n°1 (spring 2015 issue), Fondation Bru and Filigrane editor. En français ici.

Cahiers-Fondation-Caron_Couleur n°1.
Cahiers-Fondation-Caron_Couleur-01.

Michel Poivert : The history of the press seems a good place to observe our culture of color photography. In the 1960s, how did the French press choose to print either in black and white or in color? Was there a standard way of operating, or did different newspapers and magazines follow different approaches?

Audrey Leblanc : In the mid-1960s, while daily newspapers were entirely in black and white, weeklies commonly published their covers and only about 20 percent of their illustrations in color using the four-color process. At that time, L’Express, Le Nouvel Observateur and Paris Match dominated the news magazine sector.

Each of these magazines had its own editorial practices, including the use of black and white or color. L’Express issues were composed of nearly 200 pages on average, with about 30 pages of color advertising. The inside pages were mostly black and white, occasionally brightened up with monochrome printing. Le Nouvel Observateur, with an average of 50 pages, used color on its cover in the form of monochrome highlights, while the inside pages featured mainly black and white, with rare color advertisements.

Continuer la lecture de Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.