Archives par mot-clé : photo

“Les photographies d’Élie Kagan : de l’archive à une exposition grand public, classement méthodique et valorisation d’un fonds photographique”

Le n°156 de la revue d’histoire 20-21 consacré à “Faire l’histoire des graffitis politiques” vient de paraître.
Sur l’invitation des directeurices de ce n°, Virgile Cirefice, Grégoire Le Quang et Ariane Mak, qu’ils et elle en soient remerciés ici, nous revenons avec le conservateur Cyril Burté sur les enjeux de la valorisation d’un fonds photo dans une institution ressource pour l’histoire – ici La Contemporaine à l’Université Paris Nanterre. Cet article fait suite au commissariat d’exposition que nous avons mené ensemble pour “Elie Kagan photographe indépendant, 1960-1990”,  entre janvier et mai 2022 à La contemporaine.
“À l’occasion de l’ouverture en octobre 2021 sur le campus universitaire de Paris Nanterre d’un nouveau bâtiment offrant salle de lecture, salles d’exposition temporaire et permanente (« L’Atelier de l’histoire ») et espaces pédagogiques, La Contemporaine a choisi de proposer une exposition inaugurale à valeur de manifeste à partir d’un fonds emblématique de ses collections : celui du photographe Élie Kagan. Cette première donation d’un fonds de photojournalisme figure parmi les plus importantes entrées dans les collections de photographies depuis celle de la Section photographique de l’armée (SPA) en 1956. Les reportages d’Élie Kagan font écho aux importantes collections de presse de l’institution et la donation enrichit les collections du musée sur l’histoire de l’après-Seconde Guerre mondiale. La valorisation de son travail souligne l’apport des sources (audio)visuelles à l’histoire et expose un fonds de photographe indépendant, à l’affût d’une actualité politique et sociale bien qu’en marge des grands circuits médiatiques, tel qu’aime à en enrichir ses collections cette institution…”
La suite à lire ici ou ici.

Fotoperiodismo y fotografia documental en México desde 1968. El color de Mayo del 68 francés. La revista Paris Match frente a los acontecimientos de mayo y junio de 1968

Le projet “Fodomex. Photographie et Photoreportage au Mexique. Fotoperiodismo y fotoreportaje en México” (université de Toulouse, CNRS) s’est terminé par la publication (post-covid) de l’ouvrage Fotoperiodismo y fotografia documental en México desde 1968,1.ª ed. Universidad Autónoma de la Ciudad de México – UACM, 2022, dirigé par Marion Gautreau (Université Jean Jaurès, Toulouse), Rebeca Monroy Nsar (Direccion de Estudios Historicos/Instituto Nacional de Anthropologia e Historia) et Alberto del Castillo Troncoso (Instituto Mora, México).

Interventions orales au colloque de 2018 sur canal U en vidéo avec diaporamas, ici.

Pour cet opus, j’ai pour ma part traduit en espagnol  mon article paru dans Études photographiques n°26 (2010) sur le traitement des événements de mai juin 1968 par le magazine Paris Match (ici avec l’iconographie ; in english here), avec la complicité de Joshua Juarez Aguilar,  Gaby David et Amaranta Caballero – qu’ils en soient ici grandement remerciés.

El color de Mayo del 68 francés. La revista Paris Match frente a los acontecimientos de mayo y junio de 1968.

Resumen.

A mediados de mayo de 1968, el sindicato del libro, al que pertenecen la mayoría de los trabajadores de la imprenta y el papel, se une al movimiento general. Las huelgas afectan directamente la prensa semanal, especialmente la revista más importante de la época, Paris Match : el semanario no parece durante cuatro semanas sucesivas. Cuando se publica de nuevo, vuelve a los eventos que datan de más de un mes. La editorial elabora el 15 de junio una narrativa retrospectiva de “mayo del 68”. A pesar de que la huelga sigue, Paris Match ofrece ya una lectura histórica de los eventos de esa primavera, apoyada por un tratamiento formal inusual para la revista. Éste se debe a restricciones técnicas relacionadas con la huelga de la imprenta. Esta disfunción puntual se convierte entonces en el índice de trabajo de elaboración de la información por parte del personal editorial de la revista.

Una versión en francés (y en inglés) fue publicada en 2010 en la revista Études photographiques n°26, con notas más desarrolladas y una iconografía más completa (aqui o aca). La autora agradece por los consejos a Josué Juárez Aguilar, Gabriela David y Amaranta Caballero.

Introducción.

La mayoría de los trabajadores de las imprentas y de las industrias del papel pertenece al sindicato de libros. A petición de dicho sindicato dominado por la CGT[1], estos trabajadores se unen al movimiento general de huelga que afecta directamente las revistas y la prensa semanal. Las oficinas editoriales de las revistas francesas L’Express, Le Nouvel Observateur y Paris Match enfrentan problemas de imprenta y de difusión que impactan inmediatamente sus publicaciones. Los semanarios reaccionan de manera diferente ante estos movimientos sociales y políticos que afectan su economía y el fotoperiodismo de información. L’Express y Le Nouvel Observateur se adaptan porque comparten ciertas ideas políticas del movimiento. Por el contrario, Paris Match no es publicado durante cuatro semanas consecutivas. Reaparece de nuevo el 15 de junio. Pero la revista de información no relata entonces lo que está sucediendo, sino que retoma el hilo de los acontecimientos a partir del 18 de mayo, fecha en la cual se había detenido su propia difusión. Sin embargo, el estatuto de dicha información ha cambiado: las noticias de mediados de mayo son a mediados de junio eventos del pasado. En este número del 15 de junio, la editorial ofrece una lectura retrospectiva de los eventos de la primavera de 1968, contados como finalizados. Esta historia es transmitida por un tratamiento formal en blanco y negro que traduce, y defiende, las intenciones editoriales de la revista, apoyando al general De Gaulle en la víspera de la primera ronda de elecciones legislativas en junio. Este tratamiento formal en blanco y negro es inusual para la revista que publica en color. Por lo tanto, revela como las restricciones técnicas se suman a las restricciones económicas e ideológicas con las cuales se elabora la información.

Hábitos editoriales alterados

A principios de mayo de 1968, toda la prensa francesa se emociona ante los espectaculares enfrentamientos entre los estudiantes y la policía, que tuvieron lugar el 6 de mayo en la Sorbona[2]. Hacen la portada de los periódicos cotidianos y las revistas semanales, es decir L’Express, Le Nouvel Observateur y particularmente Paris Match en aquella época, dedican reportajes de varias páginas. Cada una de aquellas revistas semanales tiene sus hábitos editoriales que se expresan particularmente en el uso del blanco y negro o el color. El blanco y negro domina en L’Express y Le Nouvel Observateur pero Paris Match es muy colorido. De gran formato, la portada es en color, su número de páginas varía entre 150 y 180, de las cuales sólo la mitad se imprime en blanco y negro. Un tercio del número consiste en publicidad y el resto de información. Adquirida por Jean Prouvost en 1938, la revista deportiva Match, se convirtió en una revista de noticias, al reaparecer en 1949. Al elegir el color se diferencia inmediatamente de sus competidores. En su testimonio, el ex periodista Guillaume Hanoteau subraya esta elección, ya que ésta caracteriza, según él, el atrevimiento que definía al equipo de la revista: “Se había decidido en el Consejo de Administración que para lanzar Paris Match, dedicaríamos muchas de sus páginas a fotos en color. Fue una innovación. El Match, revista de pre-guerra, nunca había usado el color […]. Uno quería, sin embargo, en 1950, provocar con este color una sorpresa y un shock. Esto no fue sin imprudencia porque la técnica de estas fotos aún era poco conocida en Francia[3]”. Al menos uno de los reportajes anunciados en la portada de la revista, se ilustraba en color en las páginas interiores, jerarquizando la información a través del color[4]. En el caso de la revista, el dominio progresivo de las técnicas de color era parte del proceso de tratamiento de las noticias. Paris Match obtuvo éxito rápidamente con una impresion tres veces mayor que el de sus competidores : disfrutaba de una supremacía poco cuestionable con los lectores en 1968 ya que en ese momento era la revista más leída[5] y también era muy importante para los profesionales del fotoperiodismo de aquella época. En su biografía, Hubert Henrotte, director de dos de las más importantes agencias fotográficas de aquél entonces (Gamma y Sygma a partir de 1973), rara vez especifica el nombre de las revistas en las cuales se publicaron las fotos y/o los reportajes de sus agencias, excepto para las publicaciones en Paris Match[6]. Estas están asociadas sistemáticamente al éxito, a la consagración del fotógrafo y de la agencia[7]. En la primavera de 1968, Paris Match domina la prensa semanal de información, se distingue por un uso importante del color, y es la revista de referencia en la cual hay que publicar sus fotos.

Continuer la lecture de Fotoperiodismo y fotografia documental en México desde 1968. El color de Mayo del 68 francés. La revista Paris Match frente a los acontecimientos de mayo y junio de 1968

« Iconographe et documentaliste dans les médias depuis les années 1960 », videos de la JdE du 10 juin 2021

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de recherches postdoctorales interdisciplinaires consacrées à « La Fabrique d’une culture visuelle : photographie et actualités dans la France des années 1960-80 ». Elles portent sur un objet central dans l’élaboration d’une telle culture visuelle de l’actualité de cette période : la photothèque de l’ORTF (c’est-à-dire de la TV entre 1964 et 1974) et sur les métiers de la documentation dans le contexte médiatique, accès précieux à ces photothèques. Cette journée d’étude a été l’une des premières formalisations de mes recherches. Elles sont menées avec les Archives nationales qui conservent aujourd’hui l’ensemble du fonds ORTF, et notamment un fonds de photographies d’agences utilisées comme appui rédactionnel pour le journal télévisé – ma porte d’entrée dans ce travail. Elles ont été soutenues à leurs débuts en 2019 par une bourse de recherche de l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; puis en 2020-21, par la bourse de l’INA. Elles sont complétées aujourd’hui par le travail dans la collection de l’agence de photographie Black Star (USA) conservée au Ryerson Image Centre de Toronto au Canada.

Cette journée d’étude pluridisciplinaire revient sur la place de la photographie dans les logiques de documentation en contexte médiatique. S’interroger sur l’organisation des fonds photographiques pour une exploitation efficace des images (indexations, édition/choix des sujets ou photos, arborescence, hiérarchies commerciales, remobilisation,…) passe par la mise en évidence du rôle des métiers de la gestion quotidienne des fonds visuels ou photothèques, dans les médias. Iconographe, documentaliste, archiviste,… les empreintes laissées par leurs gestes dans les corpus de photographies qui circulent ou les témoignages de ces professionnel.les servent de guides pour revenir sur ces dénominations, mieux comprendre et établir ce qu’elles recouvrent. Pour mesurer l’impact de ces gestes professionnels dans la circulation des images et les conditions de leur visibilité. Pour questionner, enfin, en un apport certain à l’histoire culturelle des producteurs d’images, leur rôle dans l’élaboration des représentations et de la culture visuelle d’une époque.

La journée d’étude du 10 juin 2021 dernier était soutenue par l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; le CEAC (Centre d’Étude des Arts Contemporains) et l’IRHIS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion) de l’université de Lille et l’INA. Je remercie chaleureusement Nathalie Delbard, Thomas Golsenne, Anne Lacoste et Véronique Terrier-Hermann, Géraldine Poels et Frédéric Chambon pour leur soutien.

Introduction de la journée par Anne Lacoste (IPP) et Audrey Leblanc (EHESS-INA)

Les chercheures face aux métiers de la documentation (matin)

Continuer la lecture de « Iconographe et documentaliste dans les médias depuis les années 1960 », videos de la JdE du 10 juin 2021

5mn pour une image : archivistes – documentalistes à la photothèque de la RTF -1963

“Raconter, commenter, décrypter une image liée au thème du Travail, en 5 mn chrono sur la scène du cinéma Les Lobis, tel est le défi de cette performance proposée par la 25ème Rendez-vous de l’histoire” à Blois, coorganisée avec le CNC et l’INA. Performance collective dans laquelle j’ai présenté, sur l’invitation judicieuse de Mileva Stupar (INA)1 , une photographie en noir et blanc extrait du reportage du 27 septembre 1963, intitulé « La réalisation du journal télévisé » et réalisé par le service interne de photographie de la RTF.

Photo projetée en noir et blanc: « La réalisation du journal télévisé », extrait du reportage du 27 septembre 1963, service photographie de la RTF © photothèque ORTF – INA. Photos couleur © Mileva Stupar, INA_ 5mn pour une image, 25ème Rendez-vous de l’histoire « Le travail », Blois, 9 octobre 2021

Elles se marrent

Une certaine complicité féminine sourire en coin, amusées sans doute de cette mise en scène que leur demande le photographe pour montrer leur travail en ce mois de septembre 1963, un peu avant que la RTF ne devienne l’ORTF, Office de Radio Diffusion Télévision Française.

Artificiellement regroupées, ces trois femmes visiblement affairées et placées de façon équilibrée autour d’un espace de travail dont le quatrième coin est ostensiblement recouvert par un téléphone et par le quotidien Le Monde, occupent un cadre d’image réfléchi et construit, 6×6 – le carré des pellicules argentiques 120 cm massivement utilisées à cette époque en media.

Le photographe, c’est l’initiale A dans les cahiers d’enregistrement des reportages photos du service interne de photographie de la Télévision : A comme Bernard ALLEMANE pour l’actualité (à moins que ce ne soit Jean ADDA, en production).

Il propose un reportage sur « la réalisation du journal télévisé », reportage dont est issu cette photographie. La même que l’une de celle qui figurent en une mise en abyme certaine sur les planches contact, qui ont l’air de traîner sur les tables.

Continuer la lecture de 5mn pour une image : archivistes – documentalistes à la photothèque de la RTF -1963

  1. comité marathon sous la présidence de Pascal Ory : Catherine Brice, Guillaume Calafat, Joël Chandelier, Jean-Marie Genard, Emmanuel Laurentin, Isabelle Lespinet-Moret, Julien Neutres, Claire Sotinel, Mileva Stupar. []

CR de “Nicolas Bouvier iconographe” d’Olivier Lugon

 CR de l’ouvrage d’Olivier Lugon, Nicolas Bouvier iconographe, Genève, Bibliothèque de Genève/Gollion, Infolio, 2019 et de Nico­las Bou­vier, Du coin de l’oeil (Ecrits sur la pho­to­gra­phie), Édi­tions Héros-Limite, coll. “feuilles d’herbe”, Genève, 2019.

“C’est à une facette peu explorée, voire déconsidérée, du célèbre écrivain voyageur et photographe Nicolas Bouvier, qu’Olivier Lugon consacre un ouvrage : son métier d’iconographe – chercheur d’images. Activité alimentaire, ce travail n’est pas envisagé ici comme un mal nécessaire avec lequel composer pour pouvoir s’adonner à ses nobles passions (l’écriture, la photographie, le voyage) mais comme partie intégrante d’un parcours singulier d’hommes d’images et de mots. L’historien de la photographie tient serrée sa démonstration selon laquelle en effet ce métier est structurel dans la démarche créatrice de Nicolas Bouvier, qui lui aussi le revendiquait. Et on les suit bien volontiers. Métier fondamental pour l’édition illustrée et pourtant métier de l’ombre, on peine aujourd’hui – à l’ère d’une profusion d’images apparemment faciles d’accès sur internet – à imaginer la difficulté de la quête des images et à faire exister cette figure professionnelle. Dans cette démarche, Olivier Lugon s’appuie sur la notoriété de Nicolas Bouvier, écrivain reconnu qui bénéficie d’un crédit culturel susceptible de ruisseler sur son travail d’iconographe. En témoigne l’acquisition remarquable en 2001 de son fonds d’iconographe par le Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève, coéditrice du livre. Aux quelques dizaines de milliers d’images s’ajoutent…

Paru dans Photographica n°2 : à lire ici.