Archives par mot-clé : photothèque

5mn pour une image : archivistes – documentalistes à la photothèque de la RTF -1963

“Raconter, commenter, décrypter une image liée au thème du Travail, en 5 mn chrono sur la scène du cinéma Les Lobis, tel est le défi de cette performance proposée par la 25ème Rendez-vous de l’histoire” à Blois, coorganisée avec le CNC et l’INA. Performance collective dans laquelle j’ai présenté, sur l’invitation judicieuse de Mileva Stupar (INA)1 , une photographie en noir et blanc extrait du reportage du 27 septembre 1963, intitulé « La réalisation du journal télévisé » et réalisé par le service interne de photographie de la RTF.

Photo projetée en noir et blanc: « La réalisation du journal télévisé », extrait du reportage du 27 septembre 1963, service photographie de la RTF © photothèque ORTF – INA. Photos couleur © Mileva Stupar, INA_ 5mn pour une image, 25ème Rendez-vous de l’histoire « Le travail », Blois, 9 octobre 2021

Elles se marrent

Une certaine complicité féminine sourire en coin, amusées sans doute de cette mise en scène que leur demande le photographe pour montrer leur travail en ce mois de septembre 1963, un peu avant que la RTF ne devienne l’ORTF, Office de Radio Diffusion Télévision Française.

Artificiellement regroupées, ces trois femmes visiblement affairées et placées de façon équilibrée autour d’un espace de travail dont le quatrième coin est ostensiblement recouvert par un téléphone et par le quotidien Le Monde, occupent un cadre d’image réfléchi et construit, 6×6 – le carré des pellicules argentiques 120 cm massivement utilisées à cette époque en media.

Le photographe, c’est l’initiale A dans les cahiers d’enregistrement des reportages photos du service interne de photographie de la Télévision : A comme Bernard ALLEMANE pour l’actualité (à moins que ce ne soit Jean ADDA, en production).

Il propose un reportage sur « la réalisation du journal télévisé », reportage dont est issu cette photographie. La même que l’une de celle qui figurent en une mise en abyme certaine sur les planches contact, qui ont l’air de traîner sur les tables.

Planches contacts pour le noir et blanc ; diapositives pour les photographies couleur, toutes classées – ou plutôt indexées – dans un fichier matière, par thématiques ou par noms de personnalités comme il est d’usage de le faire alors dans les médias ; série de fiches cartonnées rangées dans les tiroirs posés sur le bureau qui laissent des cases vides dans le meuble en arrière-plan ; tirages ou belins – nous y reviendrons – avec bandes de textes imprimées, placés au-dessus d’enveloppes kraft qui se devinent : sur cette table de travail, les images prolifèrent.

Les « petites mains de l’information » sont à l’œuvre : elles participent à la fabrication – maillons d’une chaîne plus ample – du JT de la RTF à venir. Elles jouent pour les besoins de la photographie leurs gestes professionnels avec un matériel photographique hétéroclite tout aussi artificiellement réuni afin de montrer son hétérogénéité.

Car – et cela ne va a priori pas de soi – en termes d’actualité, la Télévision utilise aussi des photographies.

Cette photo illustre, en effet, une étape méconnue de la fabrication d’un journal télévisé, un travail invisible et pourtant indispensable : le choix de la documentation visuelle photographique au sein de la photothèque de la RTF, qui appartenait aux services de documentation de la télévision. Productrice elle-même d’images fixes par son service interne de photographie, elle achetait aussi des photos d’actualité à des producteurs externes, que sont les agences  – AFP ou UPI et Wirephoto Outre Atlantique, par exemple. La télétransmission de ces images – réceptionnées dans la chambre des Belins à la RTF – était assurée par le bélinographe, avec bande de texte pour contextualiser et mettre en récit déjà le contenu visuel de l’image.

On le voit, la RTF ne lésinait pas sur les moyens d’accès aux illustrations photo qui participaient à l’attractivité du journal télévisé, et dont la pris en charge était assuré par un personnel féminin.

« Travailler les images », ce n’est pas seulement la construction d’un regard, les usages médiatiques des images pour l’élaboration d’un récit, c’est aussi une gestion des fonds et leur organisation, par des travailleuses invisibilisées et pourtant à l’initiative bien souvent de la bonne conservation de ces mêmes fonds d’images à des fins historiques.

Aujourd’hui pour des questions de droits, cette photothèque est pour partie conservées en tant qu’archives à l’INA, qui s’en sert aussi comme documentation exploitable ; et pour partie aux Archives nationales : cette dispersion des fonds participent à l’invisibilisation de ces usages de la photographie en actualité.

L’histoire de ces métiers et travailleuses de l’ombre, métiers de la documentation et de l’iconographie – « chercheuse d’images », documentaliste, archiviste – est peu connue dans l’histoire de la photographie, des formes illustrées et des médias.

Ils laissent peu de mentions dans les archives. Pourtant, le récit de cette professionnalisation donne une perspective historique aux pratiques actuelles, confrontées aux nouvelles technologies et s’inscrit dans les réflexions contemporaines sur les archives et l’archivistique [je pense ici aux travaux de Claire Scopsi, Yann Potin ou Ann Laura Stoler, par exemple].

Plus largement, et dans le sillon d’Howard Becker pour Les Mondes de l’art, il est temps de considérer que ces soit-disant « petits métiers», bien souvent relégués au rang d’étape technique, subalternes, genrés (majoritairement féminins) et invisibilisés contribuent au contraire à l’interprétation du sens des images et à la structuration du visible, par leur choix des images mises en circulation, leur gestion et éditions des fonds.

Les femmes de cette photographie ont des noms : Mademoiselle Laffont dirige le service des archives photos en 1963 assistée de madame Viard ; Madame Guéroult, sera responsable des archives photos, deux ans plus tard en 1965.

Raconter leur histoire et raconter leur travail, au-delà de l’histoire d’un métier, c’est raconter l’histoire de la fabrique de nos représentations et, plus précisément, de la fabrique de l’actualité des années 1960-70 en France.

  1. comité marathon sous la présidence de Pascal Ory : Catherine Brice, Guillaume Calafat, Joël Chandelier, Jean-Marie Genard, Emmanuel Laurentin, Isabelle Lespinet-Moret, Julien Neutres, Claire Sotinel, Mileva Stupar. []