Archives par mot-clé : pragmatisme

“Archives, genre et médias”, mardi 21 juin 2022 Carism – Assas – GEM/ANR

Mardi 21 juin prochain, une journée d’étude est consacrée aux “Archives, genre et médias”, organisée avec le Carism et l’INA à  Panthéon-Assas Université par Cécile Méadel, Charlotte Buisson et Irène Despontin Lefèvre. Elle prend place dans l’ANR Gender Equality Monitor. J’interviens en table ronde sur “Indexer le genre, genrer l’archive?” avec Sophie Dubec, Géraldine Poels, Nelly Quemener et Anna Tible qui l’anime. Je vais parler de l’indexation et des métiers féminins de documentation en agence de photographies (photothèque de l’ORTF et  fonds Black Star conservé au Centre de l’image de Ryerson Université à Toronto). La fin de journée est consacrée à la présentation de recherche de masterant.es de l’Institut Français de la Presse.

Programme (téléchargeable JE_GenreMediasArchives_21juin2022_ANRGEM_VF1)

9h-9h30 : accueil
9h30-9h40 : mot introductif, Cécile Méadel, Charlotte Buisson, Irène Despontin Lefèvre
9h40-11h30 : “Axe violences sexistes et sexuelles”, discuté par Yukiko Itoh. Avec Maëlle Bazin, Charlotte Buisson, Jaércio Da Silva, Cécile Méadel, Giuseppina Sapio et Jeanne Wetzels.
11h30-11h40 : pause
11h40-12h30 :Présentation des travaux en cours : “Décompte des féminicides”, Irène Despontin Lefèvre et Cécile Méadel ; “Violences obstétricales et gynécologiques dans les podcasts”, par Maëlle Bazin
14h00-14h45 : “Axe mobilisations”, par Salomé Hédin, discuté par Ariane Bénoliel.
14h45-16h15 : “Indexer le genre, genrer l’archive” – table ronde animée par Anna Tible, avec Sophie Dubec, Audrey Leblanc, Géraldine Poels, Nelly Quemener.
16h25 – 17h30 : Master IFP, présentation des travaux de mémoire de l’Institut Français de la Presse
17h45 – 18h15 : clôture de la journée, David Doukhan

 

« Iconographe et documentaliste dans les médias depuis les années 1960 », videos de la JdE du 10 juin 2021

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de recherches postdoctorales interdisciplinaires consacrées à « La Fabrique d’une culture visuelle : photographie et actualités dans la France des années 1960-80 ». Elles portent sur un objet central dans l’élaboration d’une telle culture visuelle de l’actualité de cette période : la photothèque de l’ORTF (c’est-à-dire de la TV entre 1964 et 1974) et sur les métiers de la documentation dans le contexte médiatique, accès précieux à ces photothèques. Cette journée d’étude a été l’une des premières formalisations de mes recherches. Elles sont menées avec les Archives nationales qui conservent aujourd’hui l’ensemble du fonds ORTF, et notamment un fonds de photographies d’agences utilisées comme appui rédactionnel pour le journal télévisé – ma porte d’entrée dans ce travail. Elles ont été soutenues à leurs débuts en 2019 par une bourse de recherche de l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; puis en 2020-21, par la bourse de l’INA. Elles sont complétées aujourd’hui par le travail dans la collection de l’agence de photographie Black Star (USA) conservée au Ryerson Image Centre de Toronto au Canada.

Cette journée d’étude pluridisciplinaire revient sur la place de la photographie dans les logiques de documentation en contexte médiatique. S’interroger sur l’organisation des fonds photographiques pour une exploitation efficace des images (indexations, édition/choix des sujets ou photos, arborescence, hiérarchies commerciales, remobilisation,…) passe par la mise en évidence du rôle des métiers de la gestion quotidienne des fonds visuels ou photothèques, dans les médias. Iconographe, documentaliste, archiviste,… les empreintes laissées par leurs gestes dans les corpus de photographies qui circulent ou les témoignages de ces professionnel.les servent de guides pour revenir sur ces dénominations, mieux comprendre et établir ce qu’elles recouvrent. Pour mesurer l’impact de ces gestes professionnels dans la circulation des images et les conditions de leur visibilité. Pour questionner, enfin, en un apport certain à l’histoire culturelle des producteurs d’images, leur rôle dans l’élaboration des représentations et de la culture visuelle d’une époque.

La journée d’étude du 10 juin 2021 dernier était soutenue par l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France ; le CEAC (Centre d’Étude des Arts Contemporains) et l’IRHIS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion) de l’université de Lille et l’INA. Je remercie chaleureusement Nathalie Delbard, Thomas Golsenne, Anne Lacoste et Véronique Terrier-Hermann, Géraldine Poels et Frédéric Chambon pour leur soutien.

Introduction de la journée par Anne Lacoste (IPP) et Audrey Leblanc (EHESS-INA)

Les chercheures face aux métiers de la documentation (matin)

Audrey LEBLANC (EHESS-INA) introduit la journée d’étude. L’analyse d’une culture visuelle et l’histoire des représentations de l’actualité sont ici conditionnées à une histoire sociale et culturelle des images (usages, logiques de conservation, métiers qui s’en emparent) dans laquelle les images ne sont pas tant considérées comme du contenu visuel mais comme des objets. Les traces matérielles laissées par les gestes professionnels des métiers de la gestion et de la documentation des images servent alors de guides, faisant de ces métiers un autre terrain de recherche. Parmi ces métiers, pour ce qui est des photographies, les iconographes et les documentalistes jouent un rôle majeur dans les choix des images mises en circulation et l’élaboration d’une culture visuelle.

 

Anna TIBLE (LabSIC, Univ. Paris 13) devait revenir sur une profession sororale « Les cinémathécaires : des femmes dans les coulisses de la télévision (1952 1974) ». Au cours de cette même période, en effet, le métier de documentaliste pour les fonds audiovisuels de la TV s’organise : que ce soit pour le stockage et le traitement documentaire des émissions de télévision et pour l’élaboration des outils et méthodes de travail pour répondre aux demandes d’archives qui vont croissant.  (annulée)

 

Ces années 1970 voient, par ailleurs, s’institutionnaliser le métier d’iconographe ainsi que le raconte Olivier LUGON (Univ. Lausanne) en s’appuyant sur le fonds d’iconographe de Nicolas Bouvier, acquis par le Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève. « Iconographe indépendant : émergence d’un métier dans les années 1960-1970 » montre comment des précurseurs aux profils socio-culturels relativement proches, n’inventent pas tout à fait le métier mais plutôt son énonciation, dans le contexte des formes illustrées.

Pour clore la matinée, Mary PANZER (Boston University) depuis les USA, au petit matin pour elle et en anglais, revient sur la gestion de la photothèque du groupe médiatique Time Inc., à partir de plusieurs témoignages de personnes ayant débuté leur carrière par des emplois dans cette photothèque. Son intervention intitulée « The organization of Time Inc. Photo Collection (1934-1972): special system to catalogue images (Time, Life, Fortune, Sports Illustrated, …) » revient aussi sur le moment de bascule entre photothèque argentique et Bdd numérique, les évolutions de ces métiers et des sélections des images.

Déplacement vers du plus contemporain. La parole aux professionnelles (après-midi)

Des témoignages de professionnelles sous la forme d’une présentation puis d’une conversation ouverte et croisées sur ces métiers de l’image déplacent ces questions vers des périodes plus contemporaines. Ils montrent concrètement le rôle des choix iconographiques dans les représentations collectives et les évolutions au cours du temps de la gestion des images et des métiers dans le contexte médiatique.

Ingrid MILHAUD et Camille PILLIAS, iconographes indépendantes toutes deux, et directrices photo de La Déferlante, la revue des révolutions féministes, présentent le n°2 qui sortait alors (dossier « Manger »). Elles racontent cette expérience professionnelle : le traitement iconographique et les choix visuels (commande, stéréotypes et biais, choix, …) sont pleinement acteurs des ambitions et du travail de visibilisation et débats que cette nouvelle revue féministe se propose d’être.

Ingrid Millaud et Camille Pillias ont ensuite été rejointes par Véronique Clavier et Lise Tiano pour ouvrir la discussion.

Véronique CLAVIER, responsable photothèque interne de l’ORTF à l’INA, qui en a les droits, témoigne de son travail selon des directives patrimoniales – puisqu’il s’agit de conserver ce fonds photo comme archive – mais aussi – et surtout – comme source de documentation pour les productions contemporaines de l’INA, pour lesquelles la photographie est une ressource rentable et précieuse.

Lise TIANO, documentaliste de l’écrit à L’Obs depuis le milieu des années 1980, raconte son parcours au sein d’un service de documentation presse et témoigne des différentes évolutions qui l’ont marqué, du papier à la bascule du numérique et les concentrations très contemporaines des services de documentation des groupes presse occidentaux.

 

Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

Au printemps 2017, le n°35 d’Études photographiques signait la fin de cette revue, que l’on regrettera. Largement consacré aux images du  photojournalisme, nous y avons publié avec Sébastien Dupuy1 un article écrit à quatre mains à propos du fonds Sygma tel qu’exploité par Corbis dans les années 2000-2010. En effet,  à la faveur du contexte de crise de la transition numérique, nous avons pu avoir accès au fonds Sygma, parangon de la nouvelle génération d’agences photographiques qui émerge en France à la fin des années 1960. Il présente les traces matérielles de sa gestion et de son reconditionnement et celles des classements antérieurs. Ces traces permettent de proposer une description des activités de l’agence qui tient compte de ses contraintes industrielles, esquissant les contours d’une autre histoire du photojournalisme2. L’article est construit en quatre temps : Continuer la lecture de Le Fonds Sygma exploité par Corbis. Une autre histoire du photojournalisme

  1. Sébastien Dupuy a été rédacteur en chef du service Collections & Photographes à l’agence Corbis-Sygma et a mené, de 2004 à 2010, le projet d’editing et de numérisation des fonds photographiques de l’agence Sygma. []
  2. Les auteurs remercient André Gunthert pour son soutien et ses relectures ainsi que Laureline Meizel []

Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.

Interview by Michel Poivert for Les Cahiers de la Fondation Caron n°1 (spring 2015 issue), Fondation Bru and Filigrane editor. En français ici.

Cahiers-Fondation-Caron_Couleur n°1.
Cahiers-Fondation-Caron_Couleur-01.

Michel Poivert : The history of the press seems a good place to observe our culture of color photography. In the 1960s, how did the French press choose to print either in black and white or in color? Was there a standard way of operating, or did different newspapers and magazines follow different approaches?

Audrey Leblanc : In the mid-1960s, while daily newspapers were entirely in black and white, weeklies commonly published their covers and only about 20 percent of their illustrations in color using the four-color process. At that time, L’Express, Le Nouvel Observateur and Paris Match dominated the news magazine sector.

Each of these magazines had its own editorial practices, including the use of black and white or color. L’Express issues were composed of nearly 200 pages on average, with about 30 pages of color advertising. The inside pages were mostly black and white, occasionally brightened up with monochrome printing. Le Nouvel Observateur, with an average of 50 pages, used color on its cover in the form of monochrome highlights, while the inside pages featured mainly black and white, with rare color advertisements.

Continuer la lecture de Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.

La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.

Cahiers Fondation Caron_Couleur 02
4ème de couverture du Cahier n°1 de La Fondation Caron consacré à la couleur.

 Le n°1 des Cahiers lancés par la Fondation Gilles Caron, soutenue par la Fondation Bru, est paru aux éditions Filigranes, dirigé par Michel  Poivert. Sous la forme d’un entretien (in english here), mon  point synthétique sur la couleur dans le reportage des années 1960-1970:

Michel Poivert : L’histoire de la presse semble un bon laboratoire pour observer notre culture de la photographie en couleur. Dans les années 1960 en France, comment la presse distribue-t-elle l’édition noir et banc ou couleur dans ses pages ? Y-a-t-il une manière de procéder qui soit devenue “standard” ou bien observe-t-on des partis-pris selon le type de journaux et magazines ?

AL : Au milieu des années 1960, les quotidiens sont intégralement en noir et blanc et les hebdomadaires publient couramment leur couverture et environ 20% de leur iconographie en quadrichromie. La presse magazine d’actualité est alors dominée en France par L’Express, Le Nouvel Observateur et Paris Match.

Continuer la lecture de La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.