Archives par mot-clé : pragmatisme

Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

a-perte-de-vue_F L‘ouvrage collectif  A perte de vue. Nouveaux paradigmes du visuel vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Daniel Dubuisson et Sophie Raux, cet ouvrage est le fruit d’une expérience originale et novatrice qui a été menée dans le cadre du Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Visual Studies – Les nouveaux paradigmes du visuel » initié par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS entre 2010 et 2012, à laquelle j’ai eu le plaisir de participer. Je remercie chaleureusement Daniel Dubuisson et Sophie Raux pour leur travail et leur disponibilité et reproduis ici mon article.1.

En 2008, Boris Gobille souhaite libérer Mai 68 d’une série d’interprétations qui font écran à la compréhension historique de l’événement, encore trop soumis aux « impasses de sa circulation mémorielle ultérieure ». En effet, celui-ci fait immédiatement l’objet d’interprétations et sa célébration, lors de ses anniversaires décennaux successifs, donne lieu à autant de stratifications narratives supplémentaires. De plus, cette « emprise mémorielle, qui fait écran, s’est trouvée d’une certaine façon redoublée dans son principe par l’optique que retient à son tour l’entreprise des Lieux de mémoire de Pierre Nora, pour qui « L’événement n’a de sens que commémoratif2»3.

En 2008 encore, l’historienne spécialiste de Mai 68 Michelle Zancarini-Fournel publie une synthèse en forme de mise à plat raisonnée de toutes ces interprétations4 et propose un panorama des ressources disponibles pour en poursuivre et en approfondir les analyses d’ambition historienne. Son ouvrage ratifie l’impossibilité de nier ces strates interprétatives – commémoratives, répétitives et stéréotypées, elles font partie de l’historiographie de Mai 68 – mais aussi la nécessité de s’en extraire pour avancer dans l’écriture de l’histoire des événements.

Continuer la lecture de Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

  1. Je remercie également André Gunthert et Alexie Geers pour leurs précieuses relectures. []
  2. Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Les France, Paris, Gallimard, [1984] 1997, t. 3, p. 4688-4690. []
  3. Boris Gobille, « « L’événement Mai 68 » Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008/2 63e année, p. 321-349. p. 321-322. []
  4. Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2008 []

La mèche rebelle de De Gaulle : l’implicite au service de l’usage illustratif

Paris-Match n° 999 du 29 juin 1968, p. 126-127. Photographie Gamma.

Note rapide, en forme de rebond sur le récent billet de Grégory Divoux, à propos des jeux sur l’implicite dans l’usage des photographies dans la presse. Ici, l’exemple d’une image publiée par la presse magazine en 1968 : le portrait de de Gaulle qui se recoiffe, pris en Roumanie, lors du voyage officiel du chef de l’état entre les 14 et 18 mai. Ou plutôt, les deux portraits du général : l’un, publié par Paris Match n°999 du 23-30 juin 1968, en couleur, est crédité Gamma.

Continuer la lecture de La mèche rebelle de De Gaulle : l’implicite au service de l’usage illustratif

des histoires de médias

En 1997, les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon prenaient la peine d’un ouvrage pour revenir sur leurs méthodes de travail. Dans Voyage en grande bourgeoisie – journal d’enquête, ils prenaient le temps de la formalisation des nombreuses questions soulevées par l’inversion des rapports de force – symboliques – dans le cadre de leurs recherches sur les plus hautes classes sociales de la société française ; et ce, alors même que la sociologie avait alors tendance à concentrer son attention sur les classes les plus défavorisées. Surpris par le succès médiatique d’un

Continuer la lecture de des histoires de médias

La voix des professionnels : notes méthodologiques

“Consommée au quotidien, la photographie de presse fait partie de notre paysage visuel depuis bien plus d’un siècle. […] D’emblée, ses frontières paraissent vastes, et on ne saurait les limiter à l’activité considérée comme la plus noble dans ce domaine, le photoreportage. […] La difficulté majeure ne vient pas pourtant de la seule délimitation du terrain d’étude, mais se situe avant tout dans le fait que cet objet a souvent été appréhendé par le versant de sa production première, celle qui est due à l’acte photographique. […] Or, il me semble que, bien au contraire, la photo de presse se définit principalement par sa forme finale, celle qui se matérialise lors de sa publication. […] L’aboutissement ultime de la photographie de presse […] ne survient qu’après l’impression finale, mécanisée et sérielle, sur le papier léger d’un journal illustré ou d’un quotidien. L’arracher de son support pensé pour être éphémère, l’isoler de la composition complexe d’une double page de magazine ou du grand format d’un quotidien, c’est en faire autre chose, c’est la dénaturer.” écrit Gianni Haver pour l’introduction (p. 7-8) au livre Photo de presse. Usages et pratiques qu’il a dirigé aux éditions Antipodes en 2009. Le dernier texte de ce recueil d’articles s’intitule significativement « Maîtriser l’image : du clic à la rotative ». Et, tout aussi significativement,

Continuer la lecture de La voix des professionnels : notes méthodologiques