Archives par mot-clé : publication

Fotoperiodismo y fotografia documental en México desde 1968. El color de Mayo del 68 francés. La revista Paris Match frente a los acontecimientos de mayo y junio de 1968

Le projet “Fodomex. Photographie et Photoreportage au Mexique. Fotoperiodismo y fotoreportaje en México” (université de Toulouse, CNRS) s’est terminé par la publication (post-covid) de l’ouvrage Fotoperiodismo y fotografia documental en México desde 1968,1.ª ed. Universidad Autónoma de la Ciudad de México – UACM, 2022, dirigé par Marion Gautreau (Université Jean Jaurès, Toulouse), Rebeca Monroy Nsar (Direccion de Estudios Historicos/Instituto Nacional de Anthropologia e Historia) et Alberto del Castillo Troncoso (Instituto Mora, México).

Interventions orales au colloque de 2018 sur canal U en vidéo avec diaporamas, ici.

Pour cet opus, j’ai pour ma part traduit en espagnol  mon article paru dans Études photographiques n°26 (2010) sur le traitement des événements de mai juin 1968 par le magazine Paris Match (ici avec l’iconographie ; in english here), avec la complicité de Joshua Juarez Aguilar,  Gaby David et Amaranta Caballero – qu’ils en soient ici grandement remerciés.

El color de Mayo del 68 francés. La revista Paris Match frente a los acontecimientos de mayo y junio de 1968.

Resumen.

A mediados de mayo de 1968, el sindicato del libro, al que pertenecen la mayoría de los trabajadores de la imprenta y el papel, se une al movimiento general. Las huelgas afectan directamente la prensa semanal, especialmente la revista más importante de la época, Paris Match : el semanario no parece durante cuatro semanas sucesivas. Cuando se publica de nuevo, vuelve a los eventos que datan de más de un mes. La editorial elabora el 15 de junio una narrativa retrospectiva de “mayo del 68”. A pesar de que la huelga sigue, Paris Match ofrece ya una lectura histórica de los eventos de esa primavera, apoyada por un tratamiento formal inusual para la revista. Éste se debe a restricciones técnicas relacionadas con la huelga de la imprenta. Esta disfunción puntual se convierte entonces en el índice de trabajo de elaboración de la información por parte del personal editorial de la revista.

Una versión en francés (y en inglés) fue publicada en 2010 en la revista Études photographiques n°26, con notas más desarrolladas y una iconografía más completa (aqui o aca). La autora agradece por los consejos a Josué Juárez Aguilar, Gabriela David y Amaranta Caballero.

Introducción.

La mayoría de los trabajadores de las imprentas y de las industrias del papel pertenece al sindicato de libros. A petición de dicho sindicato dominado por la CGT[1], estos trabajadores se unen al movimiento general de huelga que afecta directamente las revistas y la prensa semanal. Las oficinas editoriales de las revistas francesas L’Express, Le Nouvel Observateur y Paris Match enfrentan problemas de imprenta y de difusión que impactan inmediatamente sus publicaciones. Los semanarios reaccionan de manera diferente ante estos movimientos sociales y políticos que afectan su economía y el fotoperiodismo de información. L’Express y Le Nouvel Observateur se adaptan porque comparten ciertas ideas políticas del movimiento. Por el contrario, Paris Match no es publicado durante cuatro semanas consecutivas. Reaparece de nuevo el 15 de junio. Pero la revista de información no relata entonces lo que está sucediendo, sino que retoma el hilo de los acontecimientos a partir del 18 de mayo, fecha en la cual se había detenido su propia difusión. Sin embargo, el estatuto de dicha información ha cambiado: las noticias de mediados de mayo son a mediados de junio eventos del pasado. En este número del 15 de junio, la editorial ofrece una lectura retrospectiva de los eventos de la primavera de 1968, contados como finalizados. Esta historia es transmitida por un tratamiento formal en blanco y negro que traduce, y defiende, las intenciones editoriales de la revista, apoyando al general De Gaulle en la víspera de la primera ronda de elecciones legislativas en junio. Este tratamiento formal en blanco y negro es inusual para la revista que publica en color. Por lo tanto, revela como las restricciones técnicas se suman a las restricciones económicas e ideológicas con las cuales se elabora la información.

Hábitos editoriales alterados

A principios de mayo de 1968, toda la prensa francesa se emociona ante los espectaculares enfrentamientos entre los estudiantes y la policía, que tuvieron lugar el 6 de mayo en la Sorbona[2]. Hacen la portada de los periódicos cotidianos y las revistas semanales, es decir L’Express, Le Nouvel Observateur y particularmente Paris Match en aquella época, dedican reportajes de varias páginas. Cada una de aquellas revistas semanales tiene sus hábitos editoriales que se expresan particularmente en el uso del blanco y negro o el color. El blanco y negro domina en L’Express y Le Nouvel Observateur pero Paris Match es muy colorido. De gran formato, la portada es en color, su número de páginas varía entre 150 y 180, de las cuales sólo la mitad se imprime en blanco y negro. Un tercio del número consiste en publicidad y el resto de información. Adquirida por Jean Prouvost en 1938, la revista deportiva Match, se convirtió en una revista de noticias, al reaparecer en 1949. Al elegir el color se diferencia inmediatamente de sus competidores. En su testimonio, el ex periodista Guillaume Hanoteau subraya esta elección, ya que ésta caracteriza, según él, el atrevimiento que definía al equipo de la revista: “Se había decidido en el Consejo de Administración que para lanzar Paris Match, dedicaríamos muchas de sus páginas a fotos en color. Fue una innovación. El Match, revista de pre-guerra, nunca había usado el color […]. Uno quería, sin embargo, en 1950, provocar con este color una sorpresa y un shock. Esto no fue sin imprudencia porque la técnica de estas fotos aún era poco conocida en Francia[3]”. Al menos uno de los reportajes anunciados en la portada de la revista, se ilustraba en color en las páginas interiores, jerarquizando la información a través del color[4]. En el caso de la revista, el dominio progresivo de las técnicas de color era parte del proceso de tratamiento de las noticias. Paris Match obtuvo éxito rápidamente con una impresion tres veces mayor que el de sus competidores : disfrutaba de una supremacía poco cuestionable con los lectores en 1968 ya que en ese momento era la revista más leída[5] y también era muy importante para los profesionales del fotoperiodismo de aquella época. En su biografía, Hubert Henrotte, director de dos de las más importantes agencias fotográficas de aquél entonces (Gamma y Sygma a partir de 1973), rara vez especifica el nombre de las revistas en las cuales se publicaron las fotos y/o los reportajes de sus agencias, excepto para las publicaciones en Paris Match[6]. Estas están asociadas sistemáticamente al éxito, a la consagración del fotógrafo y de la agencia[7]. En la primavera de 1968, Paris Match domina la prensa semanal de información, se distingue por un uso importante del color, y es la revista de referencia en la cual hay que publicar sus fotos.

Continuer la lecture de Fotoperiodismo y fotografia documental en México desde 1968. El color de Mayo del 68 francés. La revista Paris Match frente a los acontecimientos de mayo y junio de 1968

Elie Kagan photographe indépendant 1960-90 – Exposition à La contemporaine Nanterre Université

Pierre Collombert. Prise de vue de photographes, dont Élie Kagan, sur un balcon, Paris, mai 1968 © Pierre Collombert / ADAGP

  Ouverture cette semaine de l’exposition consacrée à Élie Kagan, photographe indépendant 1960-90 à La contemporaine, ex-BDIC, Nanterre Université (du 19 janvier au 7 mai 2022). Élie Kagan est plutôt connu comme photographe de presse,  notamment pour ses images de la répression de la manifestation des Algériens et Algériennes du 17 octobre 1961. En co commissariat avec Cyril Burté, conservateur responsable des archives audiovisuelles de La contemporaine, nous avons parcouru ce fonds de plus de 200 000 images, conservées sous des formes diverses, pour proposer de revenir sur les récits qui l’ont structuré jusqu’alors. Soucieux et soucieuse d’une histoire sociale et matérielle de la photographie, nous proposons trois moments dans ce parcours de photographe. Du fait de son indépendance – Élie Kagan reste assez périphérique des grands médias illustrés de cette période – et de certains de ses thèmes de prédilection (personnalités politiques, manifestations, Paris centre urbain grouillant de vie,…), ce parcours raconte une part de l’histoire de la photographie et de l’histoire de décennies 1960-90 en France.

Profession photographe de presse

Élie Kagan. Interview de Martin Luther King par
Marguerite Langiert pour Droit et Liberté, Paris, 27
mars 1966

 Élie Kagan entre officiellement dans la corporation des photographes de presse avec son reportage sur le 17 octobre 1961 : ces photographies lui permettent d’obtenir sa carte de presse.

Révolution africaine, n° 7, 16 mars 1963, couverture Photographie Élie Kagan Coll. La contemporaine

Photographe indépendant, il édite et tire lui-même ses photographies dans le laboratoire qu’il s’est aménagé chez lui, avant de démarcher les rédactions presse pour les vendre. Il couvre l’activité politique, militante et syndicale parisienne et participe à la plupart des manifestations et mouvements de revendications des décennies 1960-1990. Il travaille régulièrement avec Droit et liberté, Tribune socialiste ou Témoignage chrétien. Ses collaborations avec la presse militante et de nombreux titres de la presse généraliste traditionnelle restent ponctuelles (Nouvel observateur, L’Express, Le Monde…). Tirages, piges, archives et publications mettent en évidence des aspects plus quotidiens du marché de la photographie de presse et de ses usages en rédaction – le scoop faisant figure d’exception.

“photographe d’archive et d’histoire”

Le fonds Élie Kagan est également connu et investi par différents milieux militants car plusieurs de ses photographies gardent les traces d’engagements et d’événements dont elles sont parfois des preuves à charge.

Élie Kagan. Bidonvilles de Nanterre, groupe d’hommes devant un commerce, 21 octobre 1961 © Elie Kagan / La contemporaine

Elles témoignent de l’appétence du photographe pour le fait politique et de son attrait pour les personnalités politiques en général. Peu diffusées par les canaux médiatiques habituels, ces images prennent de l’importance avec le temps grâce au travail des groupes militants et de la recherche : elles circulent pour mémoire avant d’être investies plus généralement comme sources pour l’histoire. Ses images de la répression de la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961 à Paris en sont l’exemple le plus emblématique. Les associations telles qu’« Au nom de la mémoire » s’appuieront dessus pour dénoncer et faire reconnaître ces violences d’État.

Élie Kagan. Manifestation du premier mai : de Nation à Bastille, des membres du MLF défilent, Paris, 1er mai 1971 © Elie Kagan / La contemporaine

Élie Kagan, saisit les mouvements de son époque, tout particulièrement séduit par le collectif et la foule anonyme qu’il a à coeur de représenter (Mouvement de libération des femmes, Front homosexuel d’action révolutionnaire, …). Il suit en 1972 l’engagement d’intellectuels célèbres, comme Michel Foucault et Jean-Paul Sartre, dans leurs actions au sein du GIP (Groupe d’information sur les prisons). Plus tard, engagé politiquement aux côtés de Beate et Serge Klarsfeld, Élie Kagan garde la mémoire des actions menées par le couple. Il constitue ainsi une archive visuelle de leur engagement tout en collectant et produisant pour lui-même une documentation photographique de l’antisémitisme contemporain

Flâneries urbaines d’un photographe sédentaire” forment les trois temps forts de ce parcours

Élie Kagan. Couple en terrasse, Paris, années 1960 © Elie Kagan / La contemporaine

La numérisation des photographies d’Élie Kagan a révélé un corpus
d’images allant bien au-delà de celles qui ont circulé dans la presse. Photoreporter indépendant, Élie Kagan prend des photos pour gagner sa vie – une part de sa production a vocation à être publiée – mais d’autres images figurent sur ses pellicules, au milieu des reportages. Sa pratique est alors plus intime et dévoile un rapport plus existentiel à la photographie : une façon de vivre, au jour le jour, sans autre projet que d’être là, dans le plaisir de l’immédiat, porté par les rencontres, les accrocs et les surprises du quotidien. Loin du mythe du grand reporter se rendant sur les zones de combats, Élie Kagan est un promeneur infatigable : il flâne dans Paris pour son plaisir, sans chercher à répondre à une commande, rayonnant depuis le centre de la capitale où il réside.

Élie Kagan. Fête aux Halles : la kermesse du poisson, Paris, septembre 1967 © Elie Kagan / La contemporaine

Délaissant la recherche du scoop et de l’événement, il se révèle un photographe du quotidien et de l’ordinaire, témoin de son temps, attentif aux transformations urbaines et sociologiques comme aux anonymes qu’il croise dans la rue. Ces photographies sensibles et plus esthétiques font écho aux velléités artistiques de ses débuts. Quand le peintre Gérard Fromanger fait de nouveau appel à lui en 1971 pour l’aider dans son travail sur la série Boulevard des Italiens, c’est pour immortaliser sur la pellicule les scènes de rue les plus banales, à la recherche du non-événement.

Voir:  Le dossier de presse DP_Expo_Kagan_version_WEB-avec_compression et l’article de 9 Lives magazine

Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.

Interview by Michel Poivert for Les Cahiers de la Fondation Caron n°1 (spring 2015 issue), Fondation Bru and Filigrane editor. En français ici.

Cahiers-Fondation-Caron_Couleur n°1.
Cahiers-Fondation-Caron_Couleur-01.

Michel Poivert : The history of the press seems a good place to observe our culture of color photography. In the 1960s, how did the French press choose to print either in black and white or in color? Was there a standard way of operating, or did different newspapers and magazines follow different approaches?

Audrey Leblanc : In the mid-1960s, while daily newspapers were entirely in black and white, weeklies commonly published their covers and only about 20 percent of their illustrations in color using the four-color process. At that time, L’Express, Le Nouvel Observateur and Paris Match dominated the news magazine sector.

Each of these magazines had its own editorial practices, including the use of black and white or color. L’Express issues were composed of nearly 200 pages on average, with about 30 pages of color advertising. The inside pages were mostly black and white, occasionally brightened up with monochrome printing. Le Nouvel Observateur, with an average of 50 pages, used color on its cover in the form of monochrome highlights, while the inside pages featured mainly black and white, with rare color advertisements.

Continuer la lecture de Color in photojournalism in the 1960’s and ’70s.

La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.

Cahiers Fondation Caron_Couleur 02
4ème de couverture du Cahier n°1 de La Fondation Caron consacré à la couleur.

 Le n°1 des Cahiers lancés par la Fondation Gilles Caron, soutenue par la Fondation Bru, est paru aux éditions Filigranes, dirigé par Michel  Poivert. Sous la forme d’un entretien (in english here), mon  point synthétique sur la couleur dans le reportage des années 1960-1970:

Michel Poivert : L’histoire de la presse semble un bon laboratoire pour observer notre culture de la photographie en couleur. Dans les années 1960 en France, comment la presse distribue-t-elle l’édition noir et banc ou couleur dans ses pages ? Y-a-t-il une manière de procéder qui soit devenue “standard” ou bien observe-t-on des partis-pris selon le type de journaux et magazines ?

AL : Au milieu des années 1960, les quotidiens sont intégralement en noir et blanc et les hebdomadaires publient couramment leur couverture et environ 20% de leur iconographie en quadrichromie. La presse magazine d’actualité est alors dominée en France par L’Express, Le Nouvel Observateur et Paris Match.

Continuer la lecture de La couleur dans le reportage. Les années 1960-70.

Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

a-perte-de-vue_F L‘ouvrage collectif  A perte de vue. Nouveaux paradigmes du visuel vient de paraître aux  Presses du réel. Dirigé par Daniel Dubuisson et Sophie Raux, cet ouvrage est le fruit d’une expérience originale et novatrice qui a été menée dans le cadre du Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Visual Studies – Les nouveaux paradigmes du visuel » initié par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS entre 2010 et 2012, à laquelle j’ai eu le plaisir de participer. Je remercie chaleureusement Daniel Dubuisson et Sophie Raux pour leur travail et leur disponibilité et reproduis ici mon article.1.

En 2008, Boris Gobille souhaite libérer Mai 68 d’une série d’interprétations qui font écran à la compréhension historique de l’événement, encore trop soumis aux « impasses de sa circulation mémorielle ultérieure ». En effet, celui-ci fait immédiatement l’objet d’interprétations et sa célébration, lors de ses anniversaires décennaux successifs, donne lieu à autant de stratifications narratives supplémentaires. De plus, cette « emprise mémorielle, qui fait écran, s’est trouvée d’une certaine façon redoublée dans son principe par l’optique que retient à son tour l’entreprise des Lieux de mémoire de Pierre Nora, pour qui « L’événement n’a de sens que commémoratif2»3.

En 2008 encore, l’historienne spécialiste de Mai 68 Michelle Zancarini-Fournel publie une synthèse en forme de mise à plat raisonnée de toutes ces interprétations4 et propose un panorama des ressources disponibles pour en poursuivre et en approfondir les analyses d’ambition historienne. Son ouvrage ratifie l’impossibilité de nier ces strates interprétatives – commémoratives, répétitives et stéréotypées, elles font partie de l’historiographie de Mai 68 – mais aussi la nécessité de s’en extraire pour avancer dans l’écriture de l’histoire des événements.

Continuer la lecture de Commémorer Mai 68. L’autorité de l’archive photographique dans l’économie médiatique

  1. Je remercie également André Gunthert et Alexie Geers pour leurs précieuses relectures. []
  2. Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Les France, Paris, Gallimard, [1984] 1997, t. 3, p. 4688-4690. []
  3. Boris Gobille, « « L’événement Mai 68 » Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2008/2 63e année, p. 321-349. p. 321-322. []
  4. Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2008 []